Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Coronavirus : comment le Vietnam, pays « en développement », réussit à faire bien mieux que la France

Le nouvel Observateur dont on ne peut pas dire qu’il a tendance à encenser les régimes communistes s’étonne des résultats du Viet-Nam. Voici comment les Vietnamiens eux-mêmes exposent modestement leurs efforts pour qu’il n’y ait pas de morts, pour que la population soit prévenue et bénéficie de ce qui est indispensable. On a envie de dire le contraire de ce qui se passe en France, les masques sont là, des médicaments utilisés contre le sida le sont non sans efficacité, prévention, mobilisation, confiance de la population sont les règles d’or.

Et si paradoxalement ce qui caractérisait les “régimes” communistes était le niveau d’information et de confiance de la population dans cette information? (note de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Voici le commentaire du Nouvel Observateur:

  • Longtemps considéré comme un pays « pauvre », le Vietnam, îlot communiste en Asie du Sud-Est, a été félicité par l’OMS pour sa réaction face à l’épidémie de coronavirus. Pourtant, classé au 47e rang des puissances mondiales, le pays n’a pas les moyens de Singapour ou de la Corée du Sud. Analyse d’une stratégie de défense « low cost » mais efficace.
  • « Rester chez soi, c’est aimer son pays ! » Le slogan sonne bon la propagande gouvernementale. Il a eu l’air pourtant plus écouté que le #restezchezvous, hashtag désespéré envoyé par les soignants en France, le week-end avant l’annonce du confinement, où la France a voté pour les municipales ou profité du soleil dans les parcs…

153 cas, dont l’immense majorité importés, et zéro décès, au 26 mars : la situation du Vietnam, l’un des pays les plus peuplés et denses de l’ASEAN avec 94 millions d’habitants, intrigue. Et incite à la modestie : quand tant de pays riches, comme les Etats-Unis ou la France, sont débordés par le coronavirus, voilà que le Vietnam, vu par les touristes comme « le-pays-pauvre-avec-des-enfants-sur-des-buffles-dans-les-rizières », semble réussir à contenir l’épidémie, alors qu’il était parmi les plus exposés, de par sa proximité avec la Chine. On a largement salué la réussite des dragons asiatiques plus nantis, Singapour, Taïwan ou la Corée du Sud. Le Vietnam, îlot communiste, est un cas à part.

ET VOICI LE COURRIER DU VIETNAM

Le Vietnam fait de son mieux pour contrôler le nouveau coronavirus (nCoV), en se concentrant sur la réalisation d’un isolement à plusieurs niveaux pour les personnes suspectées d’infection, a déclaré le vice-ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long, le 5 février.>>Courrier du Vienam

Porter des masques de protection est une des mesures susceptibles de lutter contre le nouveau coronavirus.Photo : Lê Lâm/VNA/CVN

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Hanoï, le vice-ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long, a rappelé la nécessité d’appliquer les mesures préventives qui consistent à porter des masques de protection, se laver les mains avec de l’eau savonneuse plusieurs fois par jour et éviter les regroupements.

Aucun vaccin ni médicament n’est actuellement disponible mais les traitements proposés par le Vietnam se montrent efficaces. Le pays applique la médication utilisée dans plusieurs pays du monde et notamment la prise des médicaments contre le VIH et contre la grippe, a annoncé le ministère de la Santé.

Toute personne qui a été en contact avec celles revenues des régions contaminées est obligatoirement mise en quarantaine. 2.000 lits à Hanoï et 3.000 lits dans les localités sont disponibles en cas de propagation.

Au Vietnam, dix cas ont été signalés dont trois ont été guéris dans les hôpitaux de Hô Chi Minh-Ville (Sud), Thanh Hoa et Khanh Hoà (Centre).

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments