Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

TRUMP: La Chine sera responsable du coronavirus devant un tribunal américain

Plus la Chine résiste à l’Amérique, mieux elle répond aux intérêts russes explique l’auteur de l’article qui est russe, mais nous devons nous attendre à un déferlement antichinois dans lequel la social démocratie jouera son rôle. Notre vision franco-française, au meilleur des cas s’intéressant à l’UE et à son avenir comme d’habitude est étriquée, nombriliste et nous ne voyons pas que pour un Trump la logique c’est la guerre.

Son slogan “le Mexique payera, la Chine payera, l’irak payera” est exactement celui qui a conduit au fascisme après la première guerre mondiale impérialiste.


C’est peu dire que le PCF ne perçoit pas du tout cet enjeu là. La seule chose qui nous sauve c’est la dimension de classe qui nous fait douter de ce vers quoi on nous entraîne, mais elle est amputée de toute une part de sa compréhension des enjeux, l’international que nous avons laissé à la social démocratie depuis bien longtemps.Surtout qu’au nom de “l’unio sacrée” tous les “compagnons de route que nous avons entretenus dans la haine sacrée du totalitarisme, les Pelloux, les Ascaride, les Costas gravas et autres ne vont pas être les derniers à taper sur la Chine et je les crois capables de recommencer l’opération champs Elysées “pour être dans le coups”, ce qui rapporte toujours..


Mais, le PCF devrait être conscient que la logique c’est la guerre tout azimuth dans et hors champ de bataille dont les victimes seront les civils, les peuples… Il y a la guerre nucléaire mais il y avant par exemple l’inflation, la hausse des prix dont on peut imaginer qu’elle puisse atteindre celle de Weimar où avec une journée de travail négociée le matin, il n’était plus possible d’acheter un morceau de pain… (note et traduction de Danielle Bleitrach)


27 mars 2020, 08:40
Photo: Xie Huanchi / Global Look Press
Text: Dmitry Bavyrin

https://vz.ru/world/2020/3/27/1031171.html?utm_campaign=vz&utm_medium=referral&utm_source=push

Les États-Unis ont l’intention de poursuivre les autorités chinoises et d’exiger le remboursement des pertes subies par la RPC dans l’économie américaine par le coronavirus. Nous pouvons parler d’un montant colossal – six billions de dollars. Comment les Américains vont-ils prouver que le gouvernement chinois, et non les forces de la nature, est responsable de ce qui se passe? Et pourquoi certaines personnes pensent-elles que ce processus peut bénéficier à la Russie?

Deux cabinets d’avocats américains influents (en d’autres termes, une véritable armée d’avocats hautement professionnels) ont poursuivi le gouvernement de la RPC, l’accusant d’étouffer intentionnellement et égoïstement le problème des coronavirus au premier stade de l’épidémie. En conséquence, selon leur logique, les entreprises américaines engagées dans des opérations de commerce extérieur ont subi des pertes importantes, qui doivent maintenant être compensées.

Le montant total des réclamations est «en cours de calcul». Et si nous parlons de billions de dollars, il n’y a pas lieu d’être surpris – c’est l’ordre des nombres le plus probable.

En cas de succès, le tribunal pourrait saisir les biens de sociétés d’État chinoises aux États-Unis, ce qui entraînera un énorme scandale politique imprévisible.

L’une des entreprises mentionnées, Lucas-Copmton, est un agent de la campagne de Donald Trump. Il est peu probable que cette coïncidence ressemble beaucoup plus à une continuation de la campagne électorale elle-même. Le slogan selon lequel Pékin doit payer pour les problèmes posés à l’économie américaine n’a pas encore été exprimé directement par le président, mais c’est tout comme. C’est dans le style de Trump, dans sa logique, sa rhétorique et sa manière de faire des affaires.

“L’Europe doit payer pour protéger sa sécurité.” “Le Mexique doit payer pour la construction du mur frontalier.” «Le Venezuela doit tout payer.» c’est ainsi qu’il fonctionne.

Dans le même temps, Trump, il faut lui rendre son dû, ne renonce pas à ses idées et il les martèle obstinément à un moment donné. Parfois, cela se termine par un succès (comme c’est le cas en Europe). Parfois, cela ne peut tout simplement pas se terminer par un succès (comme c’est le cas au Mexique), mais ce milliardaire du marché immobilier impitoyable en fait toujours l’objet de négociations interétatiques.

Dans le cas de la Chine, il peut aller jusqu’au bout.

D’abord parce que Donald Trump est un sinophobe. Il considère sincèrement que la Chine est la principale menace pour les intérêts économiques de l’Amérique et le dangereux adversaire qui doit être combattu maintenant. La main sur le cœur, il ne se trompe pas tellement quand on regarde la situation des États-Unis.

Deuxièmement, parce que le slogan «Laissez les Chinois payer» est extrêmement populaire auprès des électeurs, et donc les candidats au Sénat et à la Chambre des représentants des deux partis le répéteront pour leurs campagnes électorales. En conséquence, il deviendra, dans un sens, à l’échelle nationale, en d’autres termes, une priorité de politique étrangère.

Il convient de noter que l’un des postes de direction du deuxième cabinet d’avocats (Berman Law Group) est occupé par Francis Biden – le frère de Joe Biden, ancien vice-président américain et principal rival de Trump lors de l’élection présidentielle. Cela peut être une coïncidence ou une surprise désagréable pour Pékin, car les dirigeants de la RPC entretiennent depuis longtemps de bonnes relations avec Biden, qui est considéré par la Chine comme « leur candidat » (à Moscou, ils traitent Trump de la même manière, bien qu’ils aient beaucoup moins de raisons pour cela, que dans le cas de Biden et de la Chine).

Enfin, cela est tou simplement confortable pour Trump de désigner la Chine comme le principal coupable des troubles qui ont frappé les États-Unis. Le pays occupe déjà la première place mondiale dans le nombre de personnes infectées par le coronavirus, tandis que plus de trois millions de demandes d’allocations chômage ont été déposées par ses citoyens (le pic précédent s’est produit il y a des dizaines d’années, mais il n’a même pas atteint le million).

Le volume de ses réclamations contre les Chinois, il peut arrondir jusqu’à six mille milliards. Voilà combien atteint le plan Trump, grandiose et fabuleusement cher pour économiser les coûts de l’économie. Chaque citoyen du pays recevra 1200 dollars pour ses besoins personnels, un demi-milliard ira aux entreprises, 350 millions pour soutenir les petites entreprises et quatre mille milliards supplémentaires seront le montant par lequel la Réserve fédérale achètera les titres de créance des entreprises américaines.

Après des batailles scandaleuses, le plan a été approuvé par le Sénat, Bernie Sanders devenant l’un des rares à s’abstenir de voter. Lui, le socialiste, n’aime pas catégoriquement l’idée de soutenir les entreprises, mais il n’a pas commencé à mettre directement des bâtons dans les roues de la “stratégie pour sauver l’Amérique”.

Mais revenons à la Chine. Très probablement, parallèlement au dépot de plainte, l’idée d’une enquête internationale sur les circonstances dans lesquelles l’épidémie a commencé se développera. Elle parle ouvertement sur Capitol Hill, et la Chine semble commencer à devenir nerveuse.

La position officielle de la partie chinoise est que la première personne infectée identifiée était une femme qui vendait des crevettes sur un marché de Wuhan. Plusieurs dizaines de personnes infectées, identifiées après celui-ci, étaient liées au même marché d’une manière ou d’une autre, à l’exception d’une personne qui n’avait aucun contact avec le marché ou d’autres personnes infectées.

Dans le même temps, des diplomates, fonctionnaires, médecins et journalistes chinois lancent régulièrement des versions selon lesquelles le virus est d’origine américaine. Il y en a une autre – la version italienne, dont témoignent les propos du chef de l’Institut de recherche pharmacologique Giuseppe Remuzzi, qui a déclaré que l’épidémie de COVID-2019 dans la république avait apparemment commencé en novembre et décembre. Au moins alors, de nombreux cas suspects de pneumonie ont été signalés en Italie. Personne ne connaissait encore le coronavirus, mais il est impossible de confirmer l’infection par des personnes qui l’ont déjà guéri.

En réponse, Remuzzi a expliqué qu’il avait en tête une toute autre idée, à savoir: le virus a été importé de Chine en Italie l’année dernière. En fait, le professeur a pris la position du parquet américain, selon lequel Pékin n’a pas averti la communauté internationale de la menace.

L’intention dans ce cas ne semble pas prouvable, mais cela ne dérange pas l’armée légale américaine, ni ne dérange Trump . Les États-Unis auraient pu inculper la Chine encore plus sérieusement – par exemple, de telle sorte que le virus a été créé artificiellement, d’autant plus que l’ institution spécialisée hautement protégée en Chine est située près de Wuhan. C’est peut-être pour les retenir que les scientifiques américains nient catégoriquement la possibilité de synthétiser ce type de coronavirus en laboratoire .

Jusqu’à présent, il s’agit simplement d’une guerre de l’information, que les dirigeants chinois, de leur côté, répondent davantage par inertie, et non pas parce qu’ils sont vraiment coupables de quelque chose et avaient l’intention de cacher le problème. C’est du moins ce qu’il semble maintenant.

Mais si Washington va plus loin, les capacités de propagande augmenteront également au sein du PCC et ils pourront commencer un travail ciblé pour faire en sorte que Trump perde les élections (ce désir est régulièrement crédité aux communistes chinois). Sur ce point, la Chine et moi sommes évidemment en désaccord (en raison du fait que Trump n’est pas si bon pour nous, mais Biden est bien pire), mais en général, la situation fonctionne indirectement pour nos intérêts.

Au cœur de toute cette situation de poursuite se trouve une tendance extrêmement désagréable et dangereuse pour nous, dans laquelle les États-Unis transposent leur droit national. Aux États-Unis, les tribunaux jugent par contumace les étrangers et des gouvernements entiers pour les dommages réels et allégués subis par les citoyens américains, après quoi la machine d’État américaine se considère en droit de récupérer les pertes en utilisant son vaste arsenal, y compris les sanctions économiques.

D’où la chasse à nos concitoyens du monde entier. D’où la menace d’arrestations de biens russes.

Sans parler du fait que Moscou, en principe, considère une telle pratique comme une insolence illimitée et la destruction des fondements du droit international.

La Chine le pense également. Mais le plus souvent, elle utilise une tactique différente – ell essaie de s’entendre pour minimiser ses coûts, comme cela s’est produit, par exemple, dans le cas de l’ arrestation du cadre supérieur de Huawei, Meng Wanzhou .

On pensait auparavant que l’arrestation serait la dernière goutte pour la Chine et qu’elle passerait de la recherche d’un compromis à une lutte acharnée contre la pratique américaine d’imposer son droit à d’autres pays. Pas parti. Mais le procès d’un billion de dollars contre le gouvernement n’est plus une goutte, c’est tout un océan.

Et quelle que soit l’évolution de la situation, plus la Chine résiste, mieux elle répond aux intérêts russes. Juste pour libérer le kraken, il doit être en colère.

Regardez encore plus de vidéos sur la chaîne YouTube LOOK

Abonnez-vous à LOOK at Yandex News

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Excuse moi Danielle mais je n’aime pas beaucoup cet article. Il me semble intéressant pourtant en ce qu’il avertit de la démarche états-unienne, de la sclérose de leur pensée arrêtée sur la guerre,pensée de guerre, et la répétition de leur mode d’action :un mode d’action “judiciaire” et des sanctions financières. Mais cet article prend pour argent comptant cette vision, ne la remet pas fondamentalement en cause, l’approche de l’article n’est ni politique, ni sociale, ni une analyse économico-politique il me semble que c’est une vision de “milieux d’affaire”. Faussement “objective”, à mon avis la résistance de la Chine pourrait correspondre… Lire la suite »

La dessus pas l’ombre d’un désaccord, je faisais juste une remarque sur l’article et pas dutout sur le fait que tu aies pris la peine de le trouver, de le traduire et de nous le transmettre sur ton formidable site.
D’ailleurs j’en ai marre de cliquer en vert sur facebook, je préfère essayer de méditer (et critiquer de façon argumentée) ce que tu mets ici, car je trouve que c’est cela seulement qui peut me nourrir, nous nourrir tous .
Ménage-toi Danielle, tonoptique est la bonne…