Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Dans l’Europe du virus, les bombardiers américains d’attaque nucléaire par Manlio Dinucci

Le quotidien italien Il Manifesto pousse un cri d’indignation. Nous aussi (note et traduction de Danielle Bleitrach)

L’art de la guerre. En raison du coronavirus, American Airlines et d’autres compagnies aériennes américaines ont annulé de nombreux vols vers l’Europe. Cependant, il existe une “compagnie” américaine qui, inversement, les a augmentés: l’US Air Force

Manlio Dinucci

ÉDITION DU17/03/2020

En raison du coronavirus, American Airlines et d’autres compagnies aériennes américaines ont annulé de nombreux vols vers l’Europe. Cependant, il existe une «compagnie» américaine qui, inversement, les a augmentés: l’US Air Force. Ces derniers jours, il a “déployé une force opérationnelle de bombardiers furtifs B-2 Spirit en Europe”.

L’ US European Command , l’European Command of the United States, l’ annonce de Stuttgart . Il est placé sous les ordres du général, actuellement Tod D. Wolters de l’US Air Force, qui est en même temps chef des forces de l’OTAN en tant que commandant suprême des forces alliées en Europe. Le commandement européen des États-Unis déclare que la force opérationnelle, composée d’un nombre inconnu de bombardiers de la base de Whiteman au Missouri, “est arrivée le 9 mars dans le champ de Lajes aux Açores, au Portugal”.

Le bombardier stratégique B-2 Spirit, l’avion le plus cher du monde dont le coût dépasse 2 milliards de dollars, est l’avion d’attaque nucléaire américain le plus avancé. Chaque avion peut transporter 16 bombes thermonucléaires B-61 ou B-83, avec une puissance maximale globale équivalente à plus de 1 200 bombes Hiroshima. En raison de sa conformation, de son revêtement et de ses contre-mesures électroniques, le B-2 Spirit est difficile à détecter par radar (pour cette raison il est appelé “plan invisible”).

Bien qu’il ait déjà été utilisé en temps de guerre, par exemple contre la Libye en 2011, avec des bombes non nucléaires à propulsion par satellite de grande puissance (il peut en transporter 80), il est conçu pour pénétrer à travers les défenses ennemies et mener une attaque nucléaire par surprise.

Ces bombardiers, précise le Commandement européen américain , “opéreront à partir de diverses installations militaires dans la zone de responsabilité du Commandement européen des États-Unis”. Cette zone comprend toute la région européenne et toute la Russie (y compris la partie asiatique). Cela signifie que les bombardiers nucléaires américains les plus avancés opéreront depuis des bases en Europe, près de la Russie.

En renversant le scénario, c’est comme si les bombardiers nucléaires russes les plus avancés opéraient depuis des bases à Cuba proches des États-Unis. L’objectif poursuivi par Washington est clair: augmenter les tensions avec la Russie en utilisant l’Europe comme première ligne de confrontation.

Cela permet à Washington de renforcer son leadership sur les alliés européens et d’orienter la politique étrangère et militaire de l’Union européenne, dans laquelle 22 des 27 membres appartiennent à l’OTAN sous commandement américain.

Cette stratégie est facilitée par la crise provoquée par le coronavirus. Aujourd’hui plus que jamais, dans une Europe largement paralysée par le virus, les États-Unis peuvent faire ce qu’ils veulent.

Cela est confirmé par le fait qu’ils leur transfèrent leurs bombardiers nucléaires les plus avancés avec le consentement de tous les gouvernements et parlements européens et de l’Union européenne elle-même, avec le silence complice de tous les principaux médias européens.

Le même silence qui est tombé sur Defender Europe 20 , le plus grand déploiement de forces américaines en Europe depuis la fin de la guerre froide, dont les médias n’ont parlé que lorsque l’US European Command a annoncé qu’en raison du Coronavirus, il réduirait les soldats américains participants. d’exercer de 30 000 à un nombre inconnu, tout en maintenant «nos objectifs prioritaires».

Dans le cadre d’une véritable psy-op (opération psychologique militaire), divers organes “d’information”, également en Italie, se sont immédiatement lancés contre “les canulars de l’exercice Defender Europe” ( La Repubblica , 13 mars) et, par les médias sociaux, la rumeur s’est répandue que l’exercice a été pratiquement annulé.

Une nouvelle rassurante, renforcée par l’assurance donnée par le US European Command, selon laquelle “notre préoccupation principale est de protéger la santé de nos forces et celle de nos alliés”.

Il suffit de remplacer un nombre inconnu de soldats américains en Europe par un nombre inconnu de bombardiers américains provenant d’attaques nucléaires, chacun ayant une puissance destructrice égale à plus de 1 200 bombes d’Hiroshima.

https://ilmanifesto.it/archivio/?fwp_author=Manlio%20Dinucci

Seleziona                 Facebook                              LinkedIn                              Twitter                              WhatsApp                              Email             TÉLÉCHARGEZ EN:PdfePubmobi

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments