Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une nouvelle panique sur les marchés a rapproché la crise mondiale par Olga Samofalova

en gros , un les krachs boursiers se succèdent et visiblement les déclarations de Trump et celle de Lagarde les déclenchent, ce qui va vers une crise économique… Cela ressemble beaucoup à 2008 à la seule différence près que cela beaucoup plus vite… . “Nous nous dirigions déjà vers la récession avant que quiconque ne connaisse le coronavirus” . La reprise depuis la crise financière de 2008 n’a été qu’une «une illusion de reprise économique tirée par l’inflation des bulles économiques. Je crois que maintenant elles commencent à éclater” Bref face à une crise de surproduction classique décrit par Marx combinée avec la financiarisation à une crise de suraccumulation , le seul salut pour sauver le profit reste pour eux dans une dévalorisation massive, un destruction dont feraient les frais les travailleurs, les pays les moins développés et les PME, tout ce qui concerne la production, mais dont l’ultime recette est la guerre. La Chine elle-même serait confrontée aux limites d’une sorte de keynesianisme… Est-ce un hasard si le parti communiste chinois retourne vers le socialisme ? Xi jinping a été un choix collectif de la direction du PCC. Ce qui est évident à lire cette littérature des “experts” c’est que personne parmi ces gens ne sait où cela nous mène et le monde que nous trouverons au sortir de la quarantaine santaire. (note et traduction de Danielle Bleitrach)
37  12 mars 2020, 20h00Version imprimable  •

La deuxième vague de panique sur le marché boursier russe s’est arrêtée à deux pas d’une baisse record se mesurant sur plusieurs années. Le prix du pétrole a de nouveau coulé, le dollar et l’euro ont bondi de plus de deux roubles – à 75 et 85. Cependant, nous n’en sommes pas encore au fond catastrophique, selon les experts. À quoi s’attendre ensuite – à une crise à part entière ou à une reprise économique miraculeuse?

Jeudi, la Bourse russe a chuté, répétant presque l’effondrement de mardi, qui a été ce que l’on a vu de plus fort depuis de nombreuses années. L’indice RTS dollar a baissé de plus de 11% contre une baisse de 13% mardi. Le dollar a augmenté de plus de deux roubles.

L’agenda mondial est similaire, les marchés chutent partout – aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ainsi, le marché américain s’est effondré jeudi immédiatement après l’ouverture. En seulement quelques minutes de trading, l’indice S&P 500 a chuté de plus de 7%, après quoi le trading sur tous les marchés s’est automatiquement arrêté.

Le jeudi noir a été déclenché par une annonce de pandémie de l’Organisation mondiale de la santé. Les États-Unis ont versé du carburant sur l’incendie, en annonçant la fermeture pour au moins 30 jours à l’Europe “contagieuse”. “En fait, le président a choisi de fermer la frontière aérienne pour l’Europe, mais il n’a rien offert en retour pour soutenir les entreprises de transport et d’autres secteurs qui font partie de l’économie des services – 75% du PIB américain”, explique Iskander Lutsko, stratège en chef des investissements chez ITI Capital.

En Italie, où le virus est le plus répandu en dehors de la Chine, tous les restaurants, bars et la plupart des magasins ont déjà été fermés sur ordre du gouvernement. L’activité commerciale est paralysée. On estime qu’au cours des seuls mois de printemps, l’industrie du tourisme en Italie perdra 7,4 milliards d’euros. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a exprimé sa crainte que l’Europe ne soit confrontée à un choc économique grave comparable à la crise financière de 2008. «Dans de telles circonstances, l’économie italienne aura du mal à éviter une récession. La «locomotive économique» européenne – l’Allemagne ralentit également », a déclaré Sergey Deineka, analyste financier chez BCS Premier.

Cependant, les experts sont sûrs que les marchés n’ont pas atteint le fond

L’Arabie saoudite a également jeté du bois de chauffage dans le feu, quand elle s’est déclaré prêt à tripler ses approvisionnements en pétrole en Europe malgré la Russie, et même à un prix de dumping de 25 $ le baril. Dans le même temps, l’OPEP s’attendait à une baisse de la demande mondiale de pétrole de près d’un million de barils par jour. Les Saoudiens s’efforcent de ramener Moscou au giron de l’accord OPEP +.

En conséquence, le pétrole puis le rouble ont chuté aux niveaux de 2016: le brut Brent avec livraison en mai vaut 33,24 dollars le baril, le dollar a testé la limite de 75 roubles, l’euro a tourné autour de 85 roubles.

Le chef de la Chambre des comptes, Alexei Kudrin, a fait ses prévisions pour la Russie. Selon lui, avec un prix du pétrole d’environ 35 dollars le baril et un taux de change du rouble de 72 dollars, la Russie ne recevra pas de revenus pétroliers et gaziers de 3 billions de roubles. Le déficit budgétaire dans ce cas sera légèrement inférieur à 2% du PIB (moins 500 milliards de roubles de recettes pétrolières et gazières). La croissance économique russe en 2020 pourrait être plus proche de zéro, selon Kudrin. Le déficit budgétaire sera bien entendu couvert par les réserves accumulées du Fonds national de protection sociale. Cependant, Kudrin estime que le prix du pétrole ne sera pas de 35 $, mais d’environ 40 $ le baril, ce qui est légèrement meilleur que le scénario qu’il a décrit.

Cependant, les experts sont sûrs que les marchés n’ont pas atteint le fond. Et d’autres événements pourraient bien se développer dans un scénario négatif. «La baisse pourrait se poursuivre de 10 à 15% supplémentaires sur le S&P 500 et le RTS jusqu’au deuxième jour. Mais nous pensons qu’il devrait y avoir un rebond par rapport aux niveaux actuels avant que le marché continue de chuter », a déclaré Lutsko. Selon lui, la baisse du marché pourrait se poursuivre jusqu’en avril, c’est-à-dire que le pic d’exacerbation sera dépassé dans les deux mois, puis diminuera. À titre de comparaison: en 2008, la baisse du marché a duré six mois, tandis qu’en deux mois, le marché a perdu 35%, maintenant la baisse depuis le 21 février (moins d’un mois) était déjà de 23% – c’est trop rapide, souligne Iskander Lutsko.

«Les crises économiques aiguës comme la crise actuelle ne se terminent pas en un jour. Une forte baisse des marchés sous forme de plusieurs vagues peut prendre plusieurs semaines. À cet égard

il convient de faire un parallèle avec la crise de 2008, lorsque le marché boursier américain clé du monde a chuté pendant six mois, et la phase aiguë de la baisse s’est développée sur trois mois.

Apparemment, cette fois, les choses évoluent un peu plus vite », explique Vitaliy Manzhos, senior risk manager chez Algo Capital.

Le scénario dans lequel le prix du pétrole tombe en dessous de 30 $ et le taux de change rouble / dollar à 80 est tout à fait réaliste à l’horizon du mois à venir, a déclaré Deineka.

Manzhos n’exclut pas non plus la possibilité que le taux de change du rouble puisse tomber à 80–85 dans quelques semaines – cela reviendra aux valeurs minimales de 2014 et 2016. «Il est probable qu’après une baisse à grande échelle du taux de change du rouble pendant plusieurs mois, il récupérera une partie de ses pertes. Nous avons déjà observé un scénario similaire plus d’une fois », explique l’expert.

Dans le même temps, Manjos ne prévoit pas de pétrole à 20 dollars le baril, car un prix similaire se rapproche de la rentabilité de la production la moins chère des pays du Golfe. “Une courte” crevaison “spéculative des cotations boursières au niveau indiqué n’est pas exclue. Cependant, les livraisons physiques réelles sur le marché mondial se feront à des prix plus élevés », a déclaré Manzhos.

Le coût de la production de pétrole, taxes comprises, en Arabie saoudite est de 10 $, pour la Russie – 25 $, pour les producteurs américains de schiste – 50 $ le baril, a déclaré ITI Capital.

Dans ce contexte, l’économie mondiale est moins susceptible d’éviter une forte baisse. L’économiste Jesse Colombo, qui avait précédemment prédit le début de la crise de 2008, a déclaré que le monde était au bord d’une nouvelle crise financière mondiale, rapporte The Independent. “Nous nous dirigions déjà vers la récession avant que quiconque ne connaisse le coronavirus”, a déclaré Colombo.

L’année dernière, il a établi la présence de «bulles» sur plus de 20 marchés, dont le marché immobilier européen, le marché boursier américain, les obligations d’entreprises et autres. L’une des plus importantes est la bulle du crédit chinois, qui s’est développée grâce au financement de projets d’infrastructure. La croissance de ces «bulles» a contribué à la reprise économique au cours des 12 dernières années.

«Il s’agit d’une illusion de reprise économique tirée par l’inflation des bulles économiques. Je crois que maintenant elles commencent à éclater, “

– dit Colombo. La nouvelle crise, selon lui, sera pire qu’en 2008, car sur cette période, le volume total de la dette dans différents segments a augmenté de près de 100 000 milliards de dollars.

Les économistes russes n’excluent pas non plus une nouvelle crise. “Il est probable que dans certains pays, il y aura des récessions, c’est-à-dire une réduction du PIB pendant deux trimestres consécutifs ou plus”, explique l’analyste en chef de FxPro, Alexander Kuptsykevich.

«Au moment où le coronavirus est soudainement apparu dans l’économie mondiale, une crise cyclique de dix ans avait clairement mûri. Dans un avenir proche, nous verrons la fermeture massive d’entreprises faibles et non viables. Apparemment, une forte contraction du crédit aura lieu. Dans le même temps, les sociétés de négoce réduiront considérablement leurs stocks et libéreront les rayons des magasins », explique Manzhos.

Cependant, le développement rapide et brutal de la récession actuelle des marchés et de l’économie nous permet d’espérer que la période de dépression ne se prolongera pas pendant des années et que la reprise passera également relativement vite, l’expert ajoute une touche d’optimisme. «En d’autres termes, les facteurs qui entravent l’économie, tels que le poids élevé de la dette et la crise de surproduction, seront surmontés de manière rapide et douloureuse. Après cela, les conditions seront réunies pour redémarrer une économie plus légère », explique Vitaliy Manzhos.

Cependant, Kuptsikevich estime que le salut miraculeux ne peut être que pour les marchés financiers: l’économie mondiale devra se rétablir pendant un certain temps, et il est peu probable qu’il sera possible de remplir le potentiel du PIB détruit par une quarantaine à grande échelle.

https://vz.ru/economy/2020/3/12/1028476.print.html

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments