Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ex- URSS, les oligarques en Asie centrale et les déchéances dynastiques

La dépendance d’Aisultan Nazarbayev à la cocaïne a fait de lui un paria au Kazakhstan, et de Londres où il s’est réfugié il menace de livrer tout sur la corruption familiale. On attend la suite, mais l’individu est aussi révélateur de ce que représentaient les dynasties d’oligarques qui ont prétendu s’approprier les dépouilles de l’ex-URSS. Des dynasties décadentes, des successeurs élevés dans le sérail d’un appareil en décomposition et qui n’ont jamais mené d’autres combats que ceux de couloirs. Fidel Castro qui a toujours refusé que ses enfants fassent de la politique mais exercent plutôt le métier de leur choix savait ce qu’il en était. Staline à sa manière n’a jamais cessé de lutter contre cette déchéance. Xi Jinping, qui était lui aussi un prince rouge considère que la révolution culturelle qui l’a envoyé pendant dix ans vivre dans une zone paysanne misérable a été plutôt une bonne formation. Il est vrai que le grand-père qui avait pourtant été formé à la rude école de la mine dans le Donbass, avait été de ceux qui ont présidé à la chute de l’URSS. On se souvient que les deux chefs d’Etat auxquels “les trois ivrognes” les dirigeants russe, ukrainien et bélarusse ont annoncé avoir signé un traité mettant fin à l’URSS le 8 décembre 1991, ont été Bush, le président des USA et le dirigeant du Kazakhstan. “l’affaire était faite!” Les dépouilles étaient au plus offrant et le peuple vécut des années terribles tandis que les fortunes se constituaient. On peut constater aussi que tout cela se passe à Londres, près de la City, du “magot”, Londres dont le décor semble exprès fait pour ce genre de drames, petits-bourgeois de l’élite, avec empoisonnements, fortune suspecte et tabloïds aux aguets. Le jeune Aisultan Nazarbayev a été le condisciple du prince Harry et les Windsor ne sont pas mal dans leur genre, mais on a vraiment le sentiment d’assister à la décadence de l’empire romain, le festin chez Trimalcion, dans lequel des goinfres et des êtres cupides tentent d’avaler gloutonnement leur trop-perçu d’un monde qui se désagrège. Le peuple qui souffre et n’a plus rien à respecter se souvient vaguement qu’il fut un temps où les choses étaient différentes et qu’on leur enlève même les débris de ce qu’ils avaient alors… (note et traduction de Danielle Bleitrach).


Le 14 février 2020, le petit-fils du premier président du Kazakhstan, Aisultan Nazarbayev, a demandé l’asile politique en Grande-Bretagne. Il prétend détenir des informations sur «une corruption de haut niveau entre le gouvernement russe et le Kazakhstan» et être en danger de mort à cause de cela. Aisultan avait précédemment tenté de se suicider. Quelles seront les conséquences des déclarations de Nazarbayev Jr. pour Nur-Sultan et pour Moscou?

Aysultan, 29 ans, le scandaleux petit-fils du premier président du Kazakhstan, leader national (elbasy) Nursultan Nazarbayev, a demandé l’asile politique en Grande-Bretagne. Il a expliqué sa décision par la traque exercée contre lui par sa famille. Nazarbayev Jr. écrit sur sa page Facebook qu’il a «des informations sur la corruption de haut niveau qui existerait entre le gouvernement de la Russie et le Kazakhstan» et «des milliards de dollars volés au peuple». Il a également déclaré que tous les détails sur les mécanisme de la corruption allaient être révélés dans son interview avec The Times. Cet interview est en cours de préparation pour publication.

Ce ne sont pas les premières déclarations très médiatisées de Nazarbayev Jr. Fin janvier, il s’est plaint qu’on voulait le tuer. Le jeune homme a déclaré qu’il se trouvait dans un hôpital anglais, qu’il y était enfermé et qu’il avait des problèmes avec ses proches. Il a ensuite demandé à la reine de Grande-Bretagne Elizabeth II d’appeler Nursultan Nazarbayev et de s’excuser pour “cette intervention dans pareille situation”. “Je pense que mon grand-père pourra tout vous dire!”, écrivait-il.

Rappelons que Aisultan Nazarbayev est le fils de Dariga Nazarbayeva, la fille aînée de l’ex-président, et l’homme d’affaires Rakhat Aliyev (divorcé en 2008). Il est diplômé de la Royal Military Academy de Sandhurst (Winston Churchill, les princes William et Harry ont étudié également dans cet établissement) et de 2012 à 2013 il a été membre du personnel du principal service de renseignement du ministère de la Défense du Kazakhstan.

Il a passé son adolescence en Autriche, où son père était ambassadeur. Là, il a commencé à jouer au football au club Admira Wacker. En 2006, il a joué deux matchs en première ligue du Kazakhstan pour le club de la capitale «Rakhat». La même année, il a participé au tournoi de qualification pour le championnat d’Europe de football des jeunes. En 2007, il a joué pour le Zheleznodorozhnik FC à Almaty, et après un stage à la Chelsea Academy, il a joué la saison 2007 avec l’équipe de jeunes de Portsmouth, devenant médaillé de bronze du championnat anglais. En 2011, il a joué pour le double d’Astana, puis pour le club Sunkar.

Sa carrière de football s’est terminée avec l’apparition de problèmes avec son père, tombé en disgrâce et décédé dans une prison autrichienne en 2015. Aliyev était derrière les barreaux pour avoir tué deux cadres supérieurs de Kazakhstan Nurbank. Au Kazakhstan, il était accusé de fomenter une prise de pouvoir, l’organisation d’un groupe criminel et condamné par contumace à 20 ans de prison. Nur-Sultan a envoyé une demande d’extradition à Vienne à deux reprises, mais a elle été refusée.

Selon Aisultan, après le «meurtre» de son père, sa mère, qui occupe désormais le poste de président du Sénat, «a déclenché une guerre en coulisses» contre l’homme d’affaires et son ancien beau-père Kairat Boranbaev. Le problème était le contrat gazier, “où le gaz kazakh est vendu à Russian Gazprom pour un sou symbolique “. Il a ajouté que la mère et le beau-père Kairat Sharipbaev voulaient prendre ce contrat pour eux-mêmes, tandis qu’Aisultan se rangeait du côté de son beau-père “et était devenu l’ennemi à abattre”.

Rappelons qu’en juin dernier, Aisultan Nazarbayev a fait beaucoup de bruit dans l’un des hôtels du centre de Londres. Il a couru sur le balcon et a menacé de se suicider. L’administration a appelé la police. Quelques jours plus tard, un incident similaire s’est répété dans un appartement de la rue Tavistock, dans le centre de la capitale britannique. Nazarbayev a de nouveau couru vers le balcon en hurlant. Les voisins ont cru qu’il criait des slogans terroristes et ont appelé la police.

Selon la défense, Nazarbayev a crié le mot «Allah» parce qu’il demandait de l’aide. Tout en communiquant avec l’officier chargé de l’application des lois, il a mordu l’agent de police qui tentait de l’empêcher de se suicider. Pour cela, le petit-fils du premier président du Kazakhstan a été condamné sous condition à 140 heures de travaux d’intérêt général, à une amende et à une indemnité de plusieurs milliers de livres, et a également été condamné à subir un traitement pour toxicomanie – au moins 20 séances avec un narcologue. Dans ses révélations, il a parlé à plusieurs reprises de la dépendance à la cocaïne.

À l’automne 2015, Nursultan Nazarbayev a appelé Aisultan pour discuter entre quatre yeux. Comme l’a dit le petit-fils, il a eu une «conversation très vive» avec son grand-père. «J’ai eu l’occasion de lui expliquer que dans le cadre du système qu’il a créé, il pourrait tout perdre s’il permettait à sa famille et à son entourages de prendre des intérêts différents les uns des autres. J’ai dit que la cupidité et la gourmandise vous détruiraient tous! », Écrit Aisultan. En conséquence, Dariga Nazarbayeva a été transférée du poste de vice-Premier ministre au Sénat, et Kairat Sharipbaev, qui était président de Kaztransgaz, a été “exilé” au conseil de surveillance de la société.

Comme le politologue kazakh Dosym Satpayev l’a déclaré au journal VZGLYAD, au cours des années de l’indépendance du Kazakhstan, de graves conflits ont constamment éclaté dans la famille Nazarbayev et l’actuel est également lié à Rakhat Aliyev. «Son fils fait maintenant la promotion active de la version selon laquelle son père a été tué. Aisultan Nazarbayev souligne partout son mécontentement du fait que son père a été rejeté, qu’il a été oublié, il a des réclamations à la fois contre sa mère et contre le cercle de Nazarbayev dans son ensemble », a déclaré Satpayev.

https://vz.ru/world/2020/2/14/1023601.html

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments