Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Erdogan ouvre des vannes pour les migrants

Cet article qui constitue une assez bonne synthèse sur le chantage turc pèche peut-être par excès d’optimisme. Il existe en Europe, en France en particulier des forces prêtes à suivre les Turcs dans leur assaut en Syrie en soutien des djihadistes. Si Hollande est déconsidéré, Le Drian est toujours le ministre en charge de cette politique illégale et irresponsable. Il faut souligner également qu’à l’intérieur de la Turquie des voix comme celles du parti communiste turc s’élèvent pour dénoncer cette politique (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société).

Dans la poursuite de sa politique expansionniste de recréation de l’Empire ottoman, Recep Tayyip Erdoğan a déjà tenté à plusieurs reprises de s’allier avec les nations européennes. Pour atteindre cet objectif, il a utilisé divers stratagèmes allant du fait que la Turquie, au sein de l’alliance de l’UE, pourrait agir comme une barrière pour empêcher l’entrée de militants extrémistes du Moyen-Orient en Europe à la capacité d’Ankara à endiguer efficacement le flux de migrants à l’avenir.

En raison des échecs évidents de la Turquie sur le front syrien, où Ankara a commencé une intervention militaire sur le sol étranger sans accord préalable avec Damas, Recep Tayyip Erdoğan, dans un effort pour sauvegarder son image et son agenda néo-ottoman, a décidé de jouer l’un de ses atouts et a ouvert la route vers le Nord pour les migrants illégaux. Comme The Guardian l’a ouvertement signalé, cette décision semblait être “conçue pour faire pression sur l’Europe afin qu’elle soutienne l’opération Idlib en Turquie”.

Selon les données fournies par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), après qu’Ankara ait choisi de ne pas endiguer le flux de migrants, plus de 13 000 personnes espéraient entrer sur le territoire de l’UE du côté turc de sa frontière de 212 km avec la Grèce sur la soirée du 29 février. Euronews a fourni des détails plus spécifiques sur la situation.

Alors que les tensions montaient à Idlib, le gouvernement turc a décidé d’ouvrir, dans les 72 heures, ses frontières avec l’Europe et de ne pas arrêter le flux d’immigrants illégaux et de réfugiés souhaitant entrer dans l’UE par voie terrestre ou maritime. La police turque et ses unités de garde-côtes et de patrouilles frontalières ont reçu l’ordre de ne pas intervenir. Des médias turcs ont rapporté que des groupes de personnes s’étaient rassemblés sur la côte de la province de Çanakkale dans le but d’atteindre l’île grecque de Lesbos par la mer. Près de Dikili, une ville de la province d’Izmir, les réfugiés tentent de rassembler suffisamment d’argent pour acheter des canots pneumatiques qu’ils pourront ensuite utiliser pour atteindre d’autres îles de la mer Égée. Dans la province d’Edirne, les migrants voyagent en bus et à pied vers la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

Le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a écrit dans son fil Twitter que le matin du 1er mars, les gardes-frontières turcs avaient autorisé plus de 76 000 migrants à entrer dans l’UE via les frontières de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

En réponse à la décision de Recep Tayyip Erdoğan, les gouvernements grec et bulgare ont renforcé leur sécurité aux frontières. Athènes a signalé que les migrants qui avaient tenté de traverser la frontière en masse depuis la Turquie avaient été stoppés en raison de la présence accrue de patrouilles frontalières et d’unités de garde-côtes le long de la frontière et dans les voies navigables reliant les îles grecques à la côte égéenne de la Turquie. Le porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas, a déclaré que la Grèce avait l’intention d’empêcher les migrants d’entrer en Europe. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a promis de soutenir la Bulgarie et la Grèce dans leurs efforts pour protéger leurs frontières.

Recep Tayyip Erdoğan a été actif dans ses tentatives pour justifier la décision d’ouvrir les vannes des migrants en disant que la Turquie était «surpeuplée de réfugiés syriens», dont le nombre aurait augmenté en raison de l’opération visant à libérer Idlib des terroristes de l’armée syrienne. Cependant, selon la chaîne de télévision France 24, il y a beaucoup plus d’Afghans et d’Afrique du Nord parmi les migrants que de Syriens.

Par conséquent, les Européens sont de plus en plus préoccupés par la possibilité qu’un nombre important de terroristes de divers groupes, y compris des militants pro-turcs combattant en Syrie et en Libye, puissent entrer dans l’UE avec des migrants et des réfugiés en quête d’asile et d’une vie meilleure via les vannes ouvertes par Ankara. Certains médias européens soulignent qu’Erdogan a déjà lancé un avertissement selon lequel «400 000 réfugiés déplacés à la suite de la lutte pour Idlib» se dirigeaient vers la frontière turque, et il a été estimé qu’il pourrait y avoir environ 20 000 liés à Al-Qaida ( une organisation terroriste interdite dans la Fédération de Russie) des combattants parmi eux. Le président de la Turquie n’a pas besoin de problèmes de cette nature, c’est pourquoi Ankara a ouvert ses frontières avec l’Europe.

Outre la présence de terroristes parmi les réfugiés, un flux de migrants illégaux constitue une autre menace – la propagation du coronavirus. À l’heure actuelle, il y a environ 4 millions d’immigrants en Turquie, qui sont désormais libres de voyager vers l’UE. Et évidemment, personne ne va vérifier leur température avant de quitter la Turquie. Selon des responsables bulgares, la possibilité d’une nouvelle crise de réfugiés est une menace énorme compte tenu du fait que l’Europe tente de maîtriser l’épidémie de coronavirus.

Malheureusement, la décision de Recep Tayyip Erdoğan d’ouvrir les vannes des migrants, sa récente politique à l’égard de la Syrie et l’état des relations d’Ankara avec l’UE et l’OTAN ne l’ont pas aidé à obtenir un soutien extérieur. De plus, ses actions sont de plus en plus dramatiques dans leurs effets dans de nombreux pays. L’agence de presse internationale américaine Bloomberg a publié sa propre évaluation du cours global de politique étrangère d’Ankara et de l’évolution de la situation en ce qui concerne la position de la Turquie sur Idlib, en Syrie. Bloomberg souligne que la technique de négociation de Recep Tayyip Erdoğan implique de viser avec un pistolet pointé vers l’Ouest et d’en presser un autre vers la tempe d’Ankara.

Vladimir Platov, expert du Moyen-Orient, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments