Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Erdogan a demandé à Poutine de «se retirer» pour permettre à la Turquie d’affronter la Syrie «face à face» – Rapports

© Sputnik / Alexey DruzhininMOYEN-ORIENT

Vendredi, les présidents russe et turc se sont entretenus par téléphone au milieu de l’escalade des tensions à Idlib, où l’armée syrienne a attaquée par les troupes turques et les militants soutenus par Ankara ces dernières semaines.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu’il avait demandé au président russe Vladimir Poutine de lasser Ankara “face à face” avec les autorités syriennes dans le conflit sur Idlib lors des pourparlers de vendredi.”J’ai demandé à M. Poutine:” Qu’est-ce que vous faites là-bas? Si vous établissez une base, faites-le mais écartez-vous de nous et laissez-nous face à face avec le régime “”, a déclaré Erdogan, s’adressant à des journalistes à Istanbul. par l’AFP.

Erdogan a également averti que le “régime syrien” paierait le prix “de la mort des troupes turques à Idlib, et a déclaré que si la Russie laissait Damas en tête-à-tête avec la Turquie,” nous ferons ce qui est nécessaire “.

Erdogan a confirmé que la Turquie avait ouvert ses frontières avec l’Union européenne pour les réfugiés syriens et que quelque 18 000 migrants avaient déjà franchi la frontière avec l’UE. Selon le président turc, Ankara ne pouvait pas “gérer une nouvelle vague de réfugiés” en provenance de Syrie. Peu avant, des responsables turcs ont déclaré aux médias qu’Ankara avait ouvert ses frontières avec le bloc européen au milieu de l’escalade du conflit à Idlib.”Nous disons depuis longtemps que nous ne sommes pas obligés d’accepter un tel nombre de réfugiés. Vous nous avez promis de l’aide, mais ne faites rien, alors nous avons ouvert nos frontières hier. 18 000 réfugiés sont déjà passés, et aujourd’hui ce nombre sera de 25 000 à 30 000, et nous ne fermerons pas nos portes parce que l’UE doit tenir parole », a déclaré Erdogan, se référant vraisemblablement à l’accord sur les migrants Turquie-UE de mars 2016  

.

Poutine et Erdogan ont parlé par téléphone au milieu des tensions à Idlib, la province syrienne agitée où des dizaines de milliers de djiadistes restent concentrés, et où des dizaines de soldats syriens et turcs ont maintenant été tués au cours de semaines d’affrontements.

Samedi également, le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué que les récents pourparlers avec la Turquie avaient conduit à envisager des “mesures concrètes” visant à “une stabilité durable dans la zone de désescalade d’Idlib”.

“Les deux parties ont confirmé leur objectif de réduire les tensions sur le terrain tout en poursuivant la lutte contre les terroristes”, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Plus tôt, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation à Idlib vendredi, l’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU Vasily Nebenzya a souligné que l’armée syrienne avait parfaitement le droit d’éliminer les terroristes à Idlib et partout ailleurs sur son territoire souverain.<< Au cours des derniers mois, les terroristes qui ont capturé Idlib, principalement de [al-Nusra *], ont multiplié les attaques contre les civils dans les colonies voisines et l’armée syrienne. En réponse aux violations constantes du cessez-le-feu à l’intérieur de la zone de désescalade d’Idlib, l’armée syrienne a bien entendu le droit de répondre et d’écraser les terroristes “, a déclaré M. Nebenzya.

Le diplomate russe a souligné que la Russie ne pouvait pas empêcher la Syrie de remplir les conditions de lutte contre le terrorisme énoncées dans les propres résolutions du Conseil de sécurité, d’autant plus que Damas le faisait sur son propre territoire. Il a ajouté qu’il espérait qu’un retour aux accords d’Astana pourrait aider à empêcher la répétition de la série d’événements qui ont entraîné la mort des troupes turques et syriennes.

Pour sa part, l’ambassadeur de Syrie auprès de l’ONU Bashar al-Jaafari a accusé la Turquie d’agression en Syrie et a allégué qu’Ankara utilisait ses postes d’observation d’Idlib pour soutenir les terroristes. Le diplomate a souligné que la Syrie ferait tout ce qui était nécessaire pour protéger ses citoyens et défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale.

La crise d’Idlib s’aggrave

Les tensions latentes dans la zone de désescalade d’Idlib se sont à nouveau intensifiées jeudi, lorsque des terroristes de Nosra ont lancé une attaque à grande échelle contre les positions de l’armée syrienne. Les troupes syriennes ont riposté et au moins 33 soldats turcs ont été tués en réponse. Vendredi, le militaire russe a déclaré que les forces turques prises entre deux feux n’auraient pas dû être là en premier lieu. Les médias turcs ont rapporté plus tard que l’armée turque avait détruit quelque 130 pièces de matériel militaire syrien au cours des dernières semaines.

Vendredi, les médias grecs ont rapporté qu’Athènes avait opposé son veto à un projet de déclaration de l’OTAN exprimant sa solidarité avec Ankara à propos de la mort des troupes turques. La Grèce aurait pris cette décision malgré l’opposition des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne.

La Russie a accusé à plusieurs reprises la Turquie de se révéler incapable de remplir plusieurs obligations clés liées à la zone de désescalade d’Idlib, y compris l’obligation de séparer les militants armés prêts pour les pourparlers de paix avec Damas des djihadistes.

L’armée syrienne a lancé une offensive dans la zone de désescalade d’Idlib fin 2019 à la suite d’attaques terroristes répétées contre les forces syriennes, qui ont coûté la vie à des dizaines de soldats syriens. Les tensions à Idlib se sont intensifiées considérablement au début du mois après qu’une frappe d’artillerie syrienne a tué plus d’une demi-douzaine de soldats turcs dans l’un des douze postes d’observation que la Turquie a parsemés dans la province syrienne. L’attaque a provoqué une réaction d’escalade d’Ankara et des menaces d’une campagne militaire à part entière.

Avec les dizaines de milliers de rebelles et de djihadistes armés, Idlib abrite jusqu’à trois millions de civils et est le territoire syrien le plus peuplé échappant au contrôle de Damas.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Erdogan veut un face à face, mais demande l’aide de l’OTAN pour l’aider à attaquer la Syrie. La France, le RU, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Belgique soutiennent les Turcs. Les Russes doivent continuer à aider la Syrie, car derrière la Turquie c’est l’OTAN qui est à la manoeuvre.