Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Dans l’UE, c’est l’empoignade entre pays à propos d’argent par Vladimir Dobrynin

Les Russes boivent du petit-lait devant ces querelles de boutiquiers et se demandent jusqu’à quand les pays donateurs continueront à financer d’autres pays (comme la Pologne) qui nuisent à leurs intérêts en servant les intérêts des USA dans sa guerre contre la Russie.

La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE a mis les pays européens face à de graves problèmes financiers.  Londres était un donateur majeur de l’Union européenne, c’est-à-dire que de sa propre poche, il a financé les pays d’Europe de l’Est. La discussion du budget de l’UE pour les sept prochaines années s’est alors transformée en une véritable empoignade entre ceux qui donnent de l’argent et ceux qui le reçoivent.

“J’adore nos plans.” La préparation de la discussion du budget de l’Union européenne pour la prochaine période de sept ans (2021-2027) a provoqué cette réflexion d’un observateur désabusé.  Malgré toutes les publications précédant le sommet, faisant état d’une fin de l’euro («celui qui y a droit et qui ne l’obtiendra pas»), les médias européens ont exprimé leur confiance en ce que les participants au débat parviendraient rapidement à un consensus.

Beaucoup de plans se sont avérés inapplicables. Au moins, dans les délais dans lesquels les dirigeants de l’UE étaient sensés accepter les tarifs proposés par Bruxelles, il n’a pas été possible non plus de respecter le «délai supplémentaire».

Comment est-ce arrivé?

Pour quoi ils se sont battus …

Les politiciens raisonnables étaient bien conscients du fait qu’après que Boris Johnson ait détourné le cheval britannique du stand de l’UE pour qu’il n’ai plus à fournir du pain, le foin dans l’écurie pour les autres, la part totale de chacun allait diminuer. La sortie du Royaume-Uni creuse un trou dans le nouveau budget de l’UE de 70 à 75 milliards d’euros pour les sept prochaines années (c’est pourquoi ils ont exigé au moins 80 milliards d’euros d’indemnisation de Londres). Mais on espérait que le Bolivar franco-allemand continuerait à nourrir les 27 États restants de l’alliance. Nous nous sommes habitués au fait que les ordres du commandant ne sont pas discutés, mais exécutés. Et si quelqu’un a une opinion différente à ce sujet – «coupez le gaz», c’est-à-dire le financement budgétaire. En général, votez, chers destinataires, pour ce qui est proposé, et soyez heureux.

Le journal VZGLYAD a déjà  écrit  que les parasites (c’est-à-dire les pays qui reçoivent plus du budget qu’ils n’en donnent), selon les calculs préliminaires, devront se serrer la ceinture. La Pologne était menacée d’une baisse du financement de 17,5 milliards d’euros par an à moins de 10 milliards d’euros, l’Estonie a reçu 5,89 milliards d’euros pour les sept années précédentes, et le financement pour l’avenir devrait être ramené à 3 285 milliards d’euros. Pour les autres bénéficiaires (et ils se trouvent généralement dans l’UE)) une image similaire s’est dessinée.

En général, les discours autour du budget se résument à imposer à l’un des deux partis (donateurs ou bénéficiaires) une charge financière égale à la contribution du Royaume-Uni décédé – soit environ 12 milliards d’euros.

. Si les montants alloués aux bénéficiaires sont réduits même selon la formule proposée par Michel, alors chacun des pays de ce groupe recevra un volume de financement de 24% de moins que dans la période de sept ans se terminant. Et cet argent, disent-ils , va principalement aux suppléments aux agriculteurs, ce que l’on peut traduire par si vous”ne donnez pas d’argent – il y aura une crise agraire”.

Les bailleurs de fonds estiment que les bénéficiaires ne dépensent pas l’argent alloué sur le budget aux fins prévues, c’est pourquoi les pays d’Europe orientale se nourrissent l’UE depuis 15 ans «aux frais de l’institution». Certains experts expriment l’idée de ne pas augmenter le pourcentage des retenues sur le budget, mais de résoudre le problème du financement des bénéficiaires en leur accordant des prêts. Sous un faible pourcentage, mais avec un retour.

… puis est tombé sur

Il a été supposé que l’Allemagne-France dirait: “C’est nécessaire!”, Et ceux qui sont à la “deuxième vitesse de développement” répondront gaiement: “Oui!”, Faites et nous nous inclinerons avec joie. Mais au lieu de cela, les ingrats, regroupés dans le “Club des amis de la cohésion”, se  sont réunis  au Portugal et ont adopté une résolution menaçant de bloquer l’adoption du budget s’il se maintenait sous la forme envisagée.

En conséquence, lors de la séance qui s’est ouverte jeudi dernier, tout s’est mal passé. Les personnes subventionnées ont demandé d’augmenter le montant des déductions au budget de chaque pays à 1,2% de son PIB. The Economical Four (Autriche, Danemark, Pays-Bas, Suède – tous du groupe des donateurs) a offert exactement 1%. Le chef du Conseil de l’Europe, Charles Michel, a tenté de «faire la moyenne» des propositions, en les réduisant à 1,074%.

Probablement, si le tandem franco-allemand était intervenu et avait insisté, la proposition du “Thrifty” serait acceptée. Mais ni Ursula von der Leyen, du haut de son poste de présidente de la Commission européenne, ni la “canette boiteuse” allemande Angela Merkel ne sont intervenues. Et Emmanuel Macron est tombé dans la prosternation. Et la situation en est arrivée au point que le président du Conseil européen, Charles Michel, voyant l’impossibilité d’une solution globale à la situation, en a été réduit à tenter des séances de suggestions individuelles – négociations avec chaque délégation individuelle (le principe de “diviser pour régner” est toujours d’actualité). Mais – encore une fois, en vain.

“Nous avons besoin de plus de temps”

Le Premier ministre danois Mette Frederiksen, a déclaré au quotidien espagnol  El País , qu’il estimait peu probable que les négociations sur un budget puissent être résolues dans les prochains jours. «Les positions des participants sont encore très éloignées», a déclaré le Premier ministre finlandais Sanna Marin. Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a convenu que «les participants sont loin de trouver une solution mutuellement acceptable», mais a catégoriquement refusé de considérer les discussions comme un échec.

Au cours du débat, le discours du chef de la Lituanie Gitanas Nauseda, a suscité une attention particulière pour avoir classé son pays parmi les donateurs de l’Union européenne. «Pendant le séjour de la Lituanie dans l’UE, notre État a perdu environ 10% de la main-d’œuvre qui s’est installée en Europe et a contribué à la croissance économique de ces pays. Nous pensons que nous méritons une compensation pour cela », a déclaré le dirigeant lituanien.

Il n’est guère nécessaire de commenter cela.

La Pologne et les «tigres baltes» exigent un pourboire pour la «mission spéciale» qu’ils effectuent – ils agissent comme une ceinture de protection pour le reste de l’UE contre «une éventuelle agression de Moscou». Le bellicisme de leurs discours bénéficie également d’un soutien supplémentaire de l’autre côté de l’océan à leur projet: le programme Trimorye (aussi appelé Pologne de mer à mer, et aussi l’initiative des trois mers), qui prévoit la création d’un cordon sanitaire de la Baltique à l’Adriatique et la mer Noire à partir de États d’Europe orientale et partiellement méridionale. Il n’y a pas si longtemps, les Polonais (cet État est le chef de file de ce projet) ont été encouragés par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui a promis d’allouer un milliard de dollars américains.

À Bruxelles, ils traitent Tremor avec prudence, comprenant que le bloc au sein du bloc est déjà proche du séparatisme, ce qui affaiblira le Commonwealth des Vingt-septs . De plus, les voies de circulation historiquement établies en Europe de l’est à l’ouest et vice-versa vont être bloquées, les «Trimors» sont en effet traversés par les autoroutes de communication, d’énergie, de commerce et de transport allant du nord au sud.

Varsovie espère vivement que le milliard de dollars d’un gentleman américain n’est pas seulement un manteau de fourrure, mais qu’il en est seulement une manche, qui sera suivie par d’autres pièce de ce type de vêtements.

Et il est très possible de faire chanter Bruxelles avec ça – ils disent, ne me donnez pas l’argent, il y aura d’autres donateurs. Les États baltes espèrent que leur position anti-russe sera également bien rétribuée. Les Tchèques, les Slovaques, les Bulgares, les Roumains ne montent pas jusqu’à présent sur les barricades, mais l’argent alloué par les États ne sera pas considéré comme superflu.

Le projet Trimorsky, en théorie, devrait être perçu par les dirigeants de l’Union européenne comme un facteur supplémentaire les encourageant à se rebeller contre la dictature américaine au nom de leurs propres intérêts. Mais c’est une chose de comprendre, et une autre chose est de se quereller avec le patron.

En général, le «chien acculé» mord de façon prévisible.

«Malheureusement, nous n’avons pas pu parvenir à un accord. Nous avons beaucoup travaillé, mais nous avons besoin de plus de temps », résume Charles Michel de manière simplifiée.

Selon certaines annonces européennes, il reste peu de temps jusqu’au début du mois de mars. Peut-être que les analystes prévoyant un nouveau sommet pour discuter du principal document financier de l’UE estiment que pour la semaine restante avant le début du nouveau mois, les «principaux entraîneurs» – l’Allemagne et la France, qui ne sont ni prêts à caresser, ni à donner du fouet, agiteront une carotte en menaçant de “mordre”. Bien qu’il soit peu probable que cela se produise si rapidement. Le chancelier autrichien Sebastian Kurtz estime qu ‘«au moins quelques réunions» seront nécessaires. Ainsi, la série d’auditions sur le budget de l’UE a une chance de concourir dans la durée avec le célèbre feuilleton “Santa Barbara”.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments