Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les enfants détenus dans les prisons américaines sont privés de sous-vêtements, de nourriture, de livres et même de visites familiales. Cela doit cesser !

On parle beaucoup de la manière dont l’Amérique se convertirait au socialisme, c’est parfois très concret comme cette enseignante qui décrit la privatisation des prisons, mais aussi des fournitures (la cantine) aux détenus mineurs hors de prix, par les entreprises privées. La lutte de son état contre Trump qui soutient cette privatisation. La promiscuité entre enfants et adultes, mais aussi la violence pour arracher ce qu’il a au plus faible… Mais il faut bien voir que notre système carcéral français connaît certains aspects de cette situation, et que la vertueuse dénonciation du confort excessif dont jouiraient les détenus si chère à l’extrême-droite couvrent en fait des trafics et des intérêts qui masquent à peine leurs appétits. L’Amérique ici aussi est le laboratoire de ce vers quoi on veut nous conduire (note et traduction de Danielle Bleitrach)

JONNA MASTROPASQUA
LE 19/02/20 À 12:42 PM EST

J’enseigne aux mineurs incarcérés dans la prison pour adultes du comté de Pima, en Arizona.

Il y a quelques semaines, une jeune fille de 17 ans est arrivée. Comme je me suis présentée, j’ai remarqué qu’elle ne semblait pas à l’aise dans sa blouse et son pantalon vert fluorescent. Bien qu’ils soient probablement deux tailles trop grandes pour elle, elle semblait les tenir près de son petit cadre. Elle n’est pas la première étudiante que nous avons eue, alors je savais que je devais poser une question inconfortable: “Avez-vous des sous-vêtements?” J’ai parlé bas, essayant de ne pas laisser ma voix porter au reste de l’unité; ses occupants actuels: 37 adolescents.

“Non,” murmura-t-elle, “je n’ai pas de soutien-gorge non plus.” La police l’a pris lorsqu’elle a été arrêtée parce qu’elle avait une armature. Elle et ses sous-vêtements ont été stockés avec le reste de ce qu’elle possédait. Cette prison du comté ne délivre pas de soutiens-gorge ou de sous-vêtements gratuitement, pas même aux mineurs.

En supposant que quelqu’un mette de l’argent sur son compte, elle pourrait commander les deux – les sous-vêtements coûtent 3,25 $ la paire et le soutien-gorge coûte 13,50 $. Une fois l’argent crédité sur son compte, il faudrait trois à cinq jours pour les commander et quatre autres pour les obtenir.

Heureusement pour elle, j’ai trouvé un soutien-gorge de sport et des sous-vêtements trop grands dans une pile d’articles que j’avais dans mon bureau, mais ce n’est pas une solution pour les mineurs qui doivent payer des articles comme des soutiens-gorge, des chaussettes et même pour les visites vidéo avec leur amis ou familles. Une seule visite de 25 minutes coûte 7,50 $ ou 16,50 $ pour 55 minutes.

Des États comme la Californie ont adopté une interdiction des centres de détention privés à but lucratif afin de réduire le montant que les entreprises privées gagnent en logeant des prisonniers. Pourtant, les enfants (et adultes) détenus à travers le pays supportent, avec leur famille, de plus en plus les coûts de l’incarcération, même en ce qui concerne les nécessités de base comme le papier hygiénique ou les fournitures d’hygiène féminine.

Les États-Unis emprisonnent  250 000 jeunes américains par an jusqu’à l’âge l’adulte. Leurs affaires sont traitées par un tribunal pour adultes et attendent souvent d’être jugées dans une prison pour adultes. Les mineurs délinquants inculpés comme adultes dans le comté de Pima sont détenus dans un logement séparé des adultes, mais ils sont toujours détenus dans des prisons pour adultes et traités comme des adultes à presque tous les égards. Quelques cas sont transférés vers le système pour mineurs pour lesquels les frais varient selon la juridiction. Souvent, cette décision est basée sur une décision prise par un procureur et elle est associée au type d’accusation (généralement des classes de crimes plus élevées, mais pas toujours).

Je suis professeur de lycée, certifié pour enseigner partout en Arizona, mais j’enseigne à des mineurs dans une prison pour adultes. Certains de mes étudiants ont à peine 14 ans. Certains sont détenus avec des cautionnements aussi bas que 500 $ et la plupart sont ici pour des crimes qui entraîneront une probation plutôt qu’une peine de prison. Certains ont été libérés par un juge ou un agent de probation, mais ne peuvent pas partir car ils n’ont pas d’endroit où aller.

Ces enfants supportent les coûts financiers et psychologiques de la prison. Pas encore condamnés, mais probablement déjà traumatisés, ils sont confrontés à tous les aspects punitifs de l’incarcération, avec peu d’accès à des programmes de réadaptation ou même à des équipements relativement basiques à un coût raisonnable.

Pour les familles d’enfants en prison, les coûts monétaires s’accumulent rapidement. Les problèmes psychologiques peuvent durer toute une vie. Imaginez ce qui arrive à un enfant – peut-être votre enfant – pour qui le coût de la communication avec la famille ou tout autre soutien est prohibitif?

Mes étudiants et leurs familles paient pour le cantinage (commissary)- des aliments et des articles d’hygiène au-delà des allocations extrêmement limitées fournies par la prison. Ils obtiennent des plateaux chauds pour le déjeuner, au lieu du sandwich, du lait et des fruits que les adultes reçoivent habituellement. Mais étant adolescents, ils ont toujours faim.

Les articles de cantinage (commissary) sont payés avec de l’argent ajouté au compte d’un détenu, mais cela coûte généralement 4 $ par transaction pour le faire. Si un membre de la famille met 40 $ dans les livres d’un détenu, le détenu peut dépenser 36 $. Commissary comprend également des choses comme des pulls molletonnés (12,99 $) ou des chaussettes (2,75 $ / paire) ou des boxers (4,25 $ / paire) – pour les moments où il fait froid dans le logement (et c’est souvent le cas).

Les sociétés de commerce génèrent à elles seules un bénéfice annuel estimé à 1,6 milliard de dollars par an.

La liste des choses considérées comme facultatives, y compris les vêtements suffisamment épais pour rester au chaud, est longue. Les prix ont gonflé. Une liste qui comprend une seule “soupe” (1,25 $ pour un paquet de ramen que je peux prendre chez Walmart pour 0,22 $), le temps de téléphone (un compte prépayé à environ 0,20 $ / minute, si vous n’incluez pas les frais payés pour charger l’argent sur le compte). Dans certains endroits, les détenus paient jusqu’à 0,05 $ la minute pour lire des livres électroniques qu’ils ne possèdent pas une fois qu’ils ont terminé! La société qui fournit des comprimés aux détenus – et récolte les bénéfices de leur utilisation – est GTL. Un service de télécommunications à l’échelle nationale.

De temps en temps, nous aurons un étudiant ou deux qui a des gens à l’extérieur qui mettront beaucoup d’argent sur leurs livres afin qu’ils puissent acheter ce dont ils ont besoin. Surtout, cependant, ces enfants reçoivent un soutien sporadique, et cela vient généralement en petites quantités. Ces enfants, dans l’ensemble, ne viennent pas de milieux aisés et ils sont habitués à s’en passer – c’est l’histoire de toute leur vie.

Notre école se trouve dans l’une des meilleures installations publiques du pays. C’est propre, doté des meilleurs agents d’application de la loi de tout le pays et géré par un shérif favorable à notre programme et à nos enfants. Nous avons le soutien d’un surintendant d’école exceptionnel du comté – il vient même jouer au basket avec eux une fois par mois. Notre prison et notre école sont, en dehors de la mise en liberté provisoire ou de l’abandon des charges, le meilleur scénario pour un mineur inculpé à l’âge adulte.

Mon comté, comme beaucoup à travers le pays, est à court d’argent. Les électeurs, les politiciens et les contribuables sont réticents à payer les coûts astronomiques de l’incarcération – selon un récent rapport totalisant plus de 182 milliards de dollars par an aux États-Unis Face à des budgets allégés, les pays se tournent vers l’entreprise privée pour subventionner ces coûts. L’entreprise privée est heureuse d’aider – désireuse de fournir aux détenus des articles que les comtés ne peuvent pas (ou choisissent de ne pas) se permettre. Cela ressemble à un deal gagnant-gagnant.

Le problème est le suivant: les entreprises privées fournissent les biens dont les détenus ont besoin à un taux de marge souvent élevé et les familles déjà en difficulté doivent payer la note. Des enfants de ma classe qui n’ont pas de famille pour payer sont laissés, littéralement, dans le froid.

Alors que l’administration Trump s’agite pour empêcher la Californie de promulguer un projet de loi qui mettrait fin à l’utilisation des prisons privées et des centres de détention dans l’État, considérons l’idée que la Californie fait un premier pas important vers l’objectif crucial de mettre fin aux prisons privées, mais la privatisation des prisons n’est pas le seul problème. La réforme de la justice pour mineurs mérite du temps sur la scène du débat démocratique

En Arizona et dans de nombreux autres États, la prochaine étape serait de reconsidérer les marges bénéficiaires permises aux entreprises privées qui fournissent des biens et des services aux détenus dans les établissements publics ainsi que les lacunes béantes dans le financement que ces comtés essaient de combler tout en offrant des services propres et sûrs, et la détention sécurisée des détenus.

Alors que nous considérons les réformes indispensables du système de justice pénale ainsi que les moyens de passer d’un système punitif à un système de réadaptation, nous devons réévaluer la relation entre les États à court d’argent et les réalités fiscales de l’incarcération de masse. Nous devons également tenir compte de l’incarcération et de la déconnexion de la famille et de la communauté sur la récidive et sur les familles et les enfants déjà défavorisés.

Jonna Mastropasqua est enseignante au secondaire en Arizona et boursière des voix publiques pour le projet OpEd.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur.D

Les plus grandes banques américaines financent l’industrie des prisons privées

OPINIONRÉFORME PÉNITENTIAIREPRISONS PRIVÉESINCARCÉRATION DE MASSE

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments