Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

JV Staline: La discussion avec Sergei Eisenstein sur le film Ivan le Terrible

27JAN

  1. En constatant la censure exercée sur la deuxième partie du film Ivan le Terrible, les commentateurs français ont dit n’importe quoi à savoir que Staline était choqué d’être identifié à Ivan le Terrible. C’est faux, Staline préfère être identifié à Ivan, qui n’est pas pro-occidental, plutôt qu’à Pierre le Grand ou Catherine la grande.
  2. En matière de cinéma, Il plaide pour un connaissance historique autant que pour une compréhension de la nature du pouvoir. Il souhaite un cinéma qui fasse moins de film et mieux, pour élever le niveau de connaissance des citoyens. IL y a un texte (la réponse à Bill- Biélotserkovski en 1929) qui concerne le Théâtre qui pourrait utilement approfondir la réflexion sur le « réalisme socialiste » et l’art pour Staline. Mais ce qui est sur c’est que nous sommes loin du portrait de l’inculte brutal que l’on a tenté d’imposer.
  3. les remarques de jdanov sont nettement moins intelligentes que celles de Staline. On peut contester sa position et je suis prête à le faire, le réalisme ne signifie pas pour autant que l’art soit « vérité » et la part de l’imaginaire est constamment à l’oeuvre, mais il est impossible de la réduire aux stéréotypes politiciens  occidentaux
  4. Outre Staline et Einsestein, il y a présent Molotov, Jdanov  et Nikolai Tcherkassov qui est l’acteur qui incarne Ivan. Il est également sous le feu de la critique de Staline qui lui reproche de faire d’ivan une sorte de Hamlet. Ivan est en train de créer une nation, avec sa première armée qui ne soit pas celle des féodaux en train de se déchirer entre eux. Il fait ce qu’il a à faire sans états d’âme.
  5. Ce dialogue contribue à mieux cerner les relations entre  le pouvoir et les artistes en ce temps de construction de l’Union soviétique aux lendemains  de la deuxième guerre mondiale, alors que la guerre froide menace y compris du feu nucléaire utilisé à Hiroshima (1945). Cela me fait souvenir de la phrase de Döblin : l’art est politique, il agit. C’est une position que partagent Dzigfa Vertov, Einsenstein et Staline, même si les choix et conséquences peuvent être critiqués, ils ne doivent pas être tronqués (note et traduction de danielle Bleitrach)

L’une des conséquences de la campagne anti-Staline initiée par le PCUS en 1953 a été qu’un certain nombre de facettes des interventions de Staline sur les questions culturelles sont pratiquement inconnues dans le mouvement communiste. C’est un commentaire révélateur de cet état de choses que Paresh Dhar dans sa critique du livre d’Asok Chattopadhyaya Martiya Chirayat Bhabana – Silpa Sahitya Prasanga (en bengali) peut écrire que «ce qui est le plus frappant est que par un travail de recherche spécial, Asok a dévoilé Les nombreux engagements de Staline avec l’art et la littérature dont nous n’avions jamais entendu parler auparavant »( Frontier, 24 mai 1997).

Cette discussion a eu lieu entre Staline, Jdanov et Molotov de la direction politique du PCUS (b), et SM, Eisenstein et N. Cherkasov à la fin de février 1947. Elle faisait partie intégrante de la tentative par le parti bolchevik en l’après-guerre d’élever le niveau artistique de la culture soviétique et pour éliminer les faiblesses du contenu idéologique et politique. 1 Avant la discussion, le Comité Central du PCUS (b) avait pris, le 4 septembre 1946, une décision sur le film Des parties de la décision qui concernent Ivan le Terrible sont citées ici:

«Le fait est que beaucoup de nos principaux producteurs de cinéma – producteurs, réalisateurs et scénaristes – adoptent une attitude légère et irresponsable face à leurs devoirs et ne travaillent pas consciencieusement sur les films qu’ils produisent. Le principal défaut dans leur travail réside dans le défaut d’étude sur  le sujet … Le réalisateur  Eisenstein  trahit son  ignorance des faits historiques dans la deuxième série d’ Ivan Grozny, dépeignant l’armée progressiste d’Ivan Grozny, l’ oprichniki, comme une bande de dégénérés rappelant le Ku Klux américain Klan. Ivan Grozny, un homme de forte volonté et de caractère, est montré comme un faible mou, du  type d’ Hamlet …

«L’une des raisons fondamentales de la production de films insuffisants est le manque de connaissance du sujet et l’attitude légère des scénaristes et des producteurs dans leur travail.

Le Comité central constate que le ministère de la cinématographie, et surtout son chef, le camarade Bolchakov, exerce une surveillance insuffisante sur les studios de cinéma, les producteurs et les scénaristes, fait trop peu pour améliorer la qualité des films et dépense des sommes considérables sans  but utile. Les responsables du ministère de la cinématographie adoptent une attitude irresponsable vis-à-vis du travail qui leur est confié et sont indifférents au contenu idéologique et politique et aux mérites artistiques des films produits.

«Le Comité central est d’avis que le travail du Conseil des arts du ministère est mal organisé. Le conseil ne garantit pas une impartialité et une critique des films en vue de leur  production. Il prend souvent une attitude apolitique dans son jugement de film et accorde peu d’attention à leur contenu d’idée. Beaucoup de ses membres font preuve d’un manque de principe dans leur évaluation des films, leur jugement étant basé sur des relations personnelles et amicales avec les producteurs. L’absence de critique dans le cinéma et l’atmosphère étroite des cercles étriqués sont parmi les principales raisons de la production de films pauvres.

« Les travailleurs de l’art doivent comprendre que ceux qui continuent à adopter une attitude irresponsable et légère à l’égard de leur travail risquent fort de se retrouver hors de portée de l’art soviétique progressiste, car les exigences culturelles et les exigences du public soviétique se sont développées. Le gouvernement continuera à cultiver parmi les gens le bon goût et encouragera les demandes exigeantes sur les œuvres d’art. (Décisions du Comité central, PCUS (b) sur la littérature et l’art (946-1948),Moscou, 1951, pp. 26-28.)

1. Une critique antérieure des films d’Eisenstein (Strike, The Battleship Potemkin, octobre, et The General Line) a été publiée en 1931: I. Anissimov, «The Films of Eisenstein». Ceci a été réimprimé dans Bulletin International, 64-67, avril-juillet 1983, pp. 74-91. (En français).

Nous avons été convoqués au Kremlin vers 11 heures [Dans la soirée – Ed. ] A 10h50 nous avons atteint la réception. Exactement à 11 heures Poskrebyshev est venu nous escorter au cabinet.

Au fond de la pièce se trouvaient Staline, Molotov et Zhdanov.

Nous sommes entrés, nous avons échangés des salutations et nous nous sommes assis autour de la table.

Staline. Vous avez écrit une lettre. La réponse a été retardée un peu. Nous nous rencontrons en retard. J’ai d’abord pensé donner une réponse écrite, mais j’ai alors décidé que parler serait mieux. Comme je suis très occupé et que je n’ai pas le temps j’ai décidé de vous rencontrer ici après un long intervalle. J’ai reçu votre lettre en novembre.

Zhdanov. Vous l’avez reçu pendant que vous étiez à Sotchi.

Staline. Oui oui. À Sotchi. Qu’avez-vous décidé de faire avec le film?

Nous disons que nous avons divisé la deuxième partie du film en deux parties, dans laquelle la marche de Livonsky n’a pas été incluse. Il en résulte une disproportion entre les différentes parties du film. Il est donc nécessaire de corriger le film en éditant le matériel existant et de tourner principalement la marche de Livonsky.

Staline. Avez-vous étudié l’histoire?

Eisenstein. Plus ou moins.

Staline. Plus ou moins? Je suis aussi un peu familier avec l’histoire. Vous avez montré l’ oprichnina incorrectement. L’ oprichnina était l’armée du souverain. C’était différent de l’armée féodale qui combattait sous sa propre  bannière et pouvait quitter le champ de bataille à tout moment – l’armée régulière, l’armée progressiste a été formée. Vous avez montré cette oprichnina  d’une manière qui pourrait l’identifier au  Ku-Klux-Klan.

Eisenstein a alors fait remarquer que le Klan portent des capuchons blancs alors que nous en avons des noirs.

Molotov. Cela ne fait pas de différence majeure.

Staline. Votre tsar apparaît  indécis, il ressemble à Hamlet. Tout le monde le questionne sur ce qu’il faut faire, et il ne prend aucune décision …Le  Tsar Ivan était un grand et sage dirigeant, et s’il est comparé à Louis XI (vous avez lu la manière dont   Louis XI a préparé l’absolutisme pour Louis XIV), alors Ivan le Terrible est au pinacle. La sagesse d’Ivan le Terrible consiste en ceci  : il a regardé les choses du point de vue national et n’a pas permis aux étrangers  de prendre pied dans son pays, il l’a barricadé à  l’entrée de l’influence étrangère. En montrant Ivan le Terrible de cette manière, vous avez commis une déviation et une erreur. Pierre le Grand  était aussi un grand dirigeant, mais il était extrêmement libéral envers les étrangers, il leur ouvrit la porte et permit l’influence étrangère dans le pays et permit la germanisation de la Russie. Catherine l’a permis encore plus. Et plus loin. La cour d’Alexandre I était-elle vraiment al russe? La Cour de Nicolaus I était-elle un russe? Non, ils étaient des  allemands.

La contribution la plus remarquable d’Ivan le Terrible fut qu’il fut le premier à introduire le monopole gouvernemental du commerce extérieur. Ivan le Terrible était le premier et Lénine était le deuxième.

Zhdanov. L’ Ivan le Terrible d’Eisenstein apparaît comme un névrosé.

Molotov. En général, l’accent a été mis sur le psychologisme, un stress excessif a été mis sur les contradictions psychologiques internes et les émotions personnelles.

Staline. Il est nécessaire de montrer la figure historique dans le style correct. Par exemple, il n’était pas correct que dans la première série Ivan le Terrible ait embrassé sa femme si longtemps. À cette période, ce n’était pas permis.

Zhdanov. Le film est fait dans le style byzantin mais là aussi cela n’apparait pas.

Molotov. La deuxième série est très restreinte dans les dômes et les voûtes, il n’y a pas d’air frais, pas de perspective sur le peuple sur  Moscou, elle ne montre pas les gens. On peut montrer des conversations, des répressions mais pas ceci.

Staline. Ivan le Terrible était extrêmement cruel. Il est possible de montrer pourquoi il devait être cruel.

L’une des erreurs d’Ivan le Terrible est qu’il n’a pas complètement détruit  les cinq grandes familles féodales. S’il avait détruit ces cinq familles, il n’y aurait pas eu le Temps des Troubles. Si Ivan le Terrible a en  exécuté  alors il s’est repenti et a prié pendant longtemps. Dieu l’a dérangé sur ces questions … Il fallait être décisif.

Molotov. Il est nécessaire de montrer les incidents historiques de manière globale. Par exemple l’incident avec le drame de Demyan Bedny Bogatyp. Demyan Bedny critiquait le  baptême de la Russie, mais en réalité l’acceptation du christianisme était un événement progressiste pour son développement historique.

Staline. Bien sûr, nous ne sommes pas de bons chrétiens mais nier le rôle progressiste du christianisme à ce stade particulier est impossible. Cet incident a eu une très grande importance car cela a transformé l’Etat russe en contacts avec l’Occident, et non en l’orientant  vers l’Est.

Au sujet des relations avec l’Est, Staline a déclaré qu’après la récente libération du joug tatare, Ivan le Terrible a uni la Russie de manière précipitée afin d’avoir un bastion pour faire face à une nouvelle attaque tatare. Astrakhan était déjà conquis et ils auraient pu attaquer Moscou à tout moment, les Tatars de Crimée auraient aussi pu le faire.

Staline. Demyan Bedny n’avait pas la perspective historique correcte. Lorsque ont été  rapproché la statue de Minin et de Podzharsky de l’église de Vassili Blazhenova, Demyan Bedny a protesté et a écrit que la statue devait être jetée et que Minin et Podzharsky devaient être oubliés. En réponse à cette lettre, je l’ai appelé ‘Ivan, n’oublie pas ta propre famille’. Nous ne pouvons pas jeter l’histoire …

Ensuite, Staline a fait encore une série de remarques sur l’interprétation d’Ivan le Terrible et dit que Malyuta Skuratov était un grand général de l’armée et il a eu la mort d’un héros dans la guerre contre Livonie.

Cherkasov en réponse a déclaré que la critique a toujours aidé et qu e d’après la critique Pudovkin a fait un bon film Amiral Nakhimov. Nous sommes sûrs que nous ne ferons pas pire. Je travaille sur le personnage d’Ivan le Terrible non seulement dans le film, mais aussi dans le théâtre. Je suis tombé amoureux de ce personnage et je pense que notre altération des scènes sera correcte et véridique.

En réponse à cela, Staline a répondu (s’adressant à Molotov et Zhdanov) – « Essayons? »

Cherkasov Je suis sûr que l’altération sera réussie.

Staline. Que dieu t’aide, – chaque jour une nouvelle année. (Des rires.)

Eisenstein. Nous disons que dans la première partie un certain nombre de moments ont été réussis et cela nous donne la confiance pour faire la deuxième série.

Staline. Nous ne parlons pas de ce que vous avez accompli, mais maintenant nous parlons des lacunes.

Eisenstein a demandé s’il y avait d’autres instructions concernant le film.

Staline. Je ne vous donne pas d’instructions mais j’exprime l’opinion du spectateur. Il est nécessaire que les caractères historiques soient correctement reflétés. Qu’est-ce que Glinka nous a montré? Quel est ce Glinka. C’est Maksim et pas Glinka. [Ils parlaient du film Compositeur Glinka réalisé par L. Arnshtam. Le rôle principal a été joué par B. Chirkov.] L’artiste Chirkov ne pouvait pas s’exprimer et pour un artiste la plus grande qualité est la capacité à se transformer. (S’adressant à Cherkasov) – vous êtes capable de vous transformer.

En réponse à cela, Jdanov a déclaré que Cherkasov était malchanceux avec Ivan le Terrible. Il y avait encore de la panique à l’égard de Spring et il a commencé à agir comme un concierge – dans le film Au nom de la vie, il joue un concierge.

Cherkasov a dit qu’il avait interprété un nombre maximum de tsars et comme  Peter Ist et Aleksei.

Zhdanov. Selon la ligne héréditaire. Il a procédé selon la ligne héréditaire.

Staline. Il est nécessaire de montrer les chiffres historiques correctement et fortement. (À Eisenstein). Tu as dirigé Alexander Nevsky. Ça s’est très bien passé. La chose la plus importante est de maintenir le style de la période historique. Le directeur peut dévier de l’histoire; ce n’est pas correct s’il copie simplement à partir des matériaux historiques, il doit travailler sur ses idées mais dans la limite du style. Le directeur peut varier selon le style de cette période historique.

Jdanov a déclaré qu’Eisenstein est fasciné par les ombres (qui distraient les spectateurs de l’action), et la barbe d’Ivan le Terrible et que Ivan le Terrible lève trop souvent la tête, de sorte que sa barbe peut être vue.

Eisenstein a promis de raccourcir la barbe d’Ivan le Terrible à l’avenir.

Staline. (Rappelant différents acteurs de la première partie du film Ivan le Terrible ) Kurbsky – est magnifique. Staritsky est très bon ( Kadochnikov). Il attrape les mouches excellemment. Aussi: le futur tsar, attrape des mouches avec ses mains! Ces types de détails sont nécessaires. Ils révèlent l’essence de l’homme.

… La conversation s’est ensuite tournée vers la situation en Tchécoslovaquie en rapport avec la participation de Cherkasov au festival du film soviétique. Cherkasov a raconté la popularité de l’Union soviétique en Tchécoslovaquie.

La discussion a ensuite porté sur la destruction des villes tchécoslovaques par les Américains.

Staline. Notre travail consistait à entrer à Prague avant les Américains. Les Américains étaient très pressés, mais grâce à l’attaque de Koniev, nous avons pu distancer les Américains et intervenir à Prague juste avant sa chute. Les Américains ont bombardé l’industrie tchécoslovaque. Ils ont maintenu cette politique dans toute l’Europe, pour eux il était important de détruire les industries qui étaient en concurrence avec eux. Ils ont bombardé avec discernement

Cherkasov a parlé de l’album de photographies de Franco et Goebbels qui était avec l’ambassadeur Zorin dans sa villa.

Staline. C’est bien que nous ayons fini ces cochons. Il est horrible de penser à ce qui se serait passé si ces canailles avaient gagné.

Cherkasov a mentionné la cérémonie de remise des diplômes de la colonie soviétique à Prague. Il a parlé des enfants d’émigrés qui y étudiaient. C’était très triste pour ces enfants qui considèrent la Russie comme leur patrie, alors qu’ils sont nés là-bas et qu’ils ne sont jamais allés en Russie.

Staline. C’est malheureux pour ces enfants. Ils ne sont pas en faute.

Molotov. Nous donnons maintenant une grande opportunité aux enfants de retourner en Russie.

Staline a indiqué à Tcherkasov qu’il avait la capacité d’incarnation et que nous avons toujours la capacité d’incarner l’artiste Khmelev.

Cherkasov a dit qu’il avait beaucoup appris en travaillant comme extra dans le théâtre marin de Leningrad. A cette époque, le grand maître de l’interprétation  Shaliapin régnait   sur scène.

Staline. Il était un grand acteur.

Zhdanov demandé: comment se déroule le tournage du film Spring .

Cherkasov. Nous allons le finir bientôt. Vers le printemps nous allons sortir le printemps.

Jdanov a dit qu’il aimait beaucoup le contenu du printemps . L’artiste Orlova a très bien joué.

Cherkasov. L’artiste Plyatt a très bien agi.

Zhdanov. Et comment est-ce que Ranevskaya a agi! (Vague  avec sa main.)

Cherkasov. Pour la première fois de ma vie je suis apparu dans un film sans barbe, sans moustache, sans manteau, sans maquillage. Jouant le rôle d’un réalisateur, j’ai un peu honte de mon apparence et j’ai envie de me cacher derrière mes personnages. Ce rôle est très responsable car je dois représenter un réalisateur soviétique et tous nos directeurs sont inquiets: comment un réalisateur soviétique sera-t-il montré?

Molotov. Et ici Cherkasov règle les comptes avec tous les réalisateurs! Lorsque le film Le printemps a été remis en question, Cherkasov a publié  un éditorial dans le journal Soviet Art concernant Spring et a décidé que le film était déjà interdit. Et alors Zhdanov a dit: Cherkasov a vu que tous les préparatifs pour le printemps étaient remis en cause et i ainsi il a pris le rôle d’un concierge. Alors Zhdanov est intervenu en désarouvant  la tempête critique qui s’était levée autour du film

Staline était intéressé de savoir comment l’actrice Orlova créait. Il l’a approuvée en tant qu’actrice.

Cherkasov a déclaré que cette actrice avait une grande capacité de travail et un immense talent.

Zhdanov. Orlova a extrêmement bien conduit son art . Et tout le monde se souvenait du Volga-Volga et du rôle du facteur Orlova.

Cherkasov. Avez-vous regardé Au nom de la vie ?

Staline. Non, je ne l’ai pas regardé, mais nous avons un bon rapport de Kliment Efremovich. Voroshilov a aimé le film.

Alors cela signifie que toutes les questions sont résolues. Que pensez-vous camarades (adresse Molotov et Zhdanov), devrions-nous donner aux camarades Cherkasov et Eisenstein l’occasion de compléter le film? – et ajouté – s’il vous plaît transmettre tout cela au camarade Bolshakov.

Cherkasov a posé des questions sur certains détails du film et sur l’apparence extérieure d’Ivan le Terrible.

Staline. Son apparence est juste, il n’y a pas besoin de le changer. L’aspect extérieur d’Ivan le Terrible est bien.

Cherkasov. La scène du meurtre de Staritskova peut-elle être conservée dans le scénario?

Staline. Vous pouvez le conserver. Le meurtre a eu lieu.

Cherkasov. Nous avons une scène dans laquelle Malyuta Skuratov étrangle le Metropolit Philip.

Zhdanov. C’était dans le monastère de Tver Otroch?

Cherkasov. Oui, est-il nécessaire de garder cette scène? Staline a dit qu’il était nécessaire de conserver cette scène car elle était historiquement correcte.

Molotov a déclaré qu’il était nécessaire de montrer la répression, mais en même temps, il faut montrer les fins pour lesquelles elle a eu lieu . Pour cela, il était nécessaire de montrer les activités de l’État dans un espace  plus large et de ne pas se plonger uniquement dans les scènes des sous-sols et des espaces clos. On doit montrer une activité d’état spatialement large.

Cherkasov a exprimé ses idées concernant l’avenir des scènes altérées et la deuxième série.

Staline. Comment se termine le film? Comment faire mieux, faire deux autres films – c’est la deuxième et la troisième série. Comment planifions-nous cela?

Eisenstein a déclaré qu’il était préférable de combiner le matériel déjà tiré de la deuxième série avec ce qui restait du scénario – et de produire un grand film.

Tout le monde était d’accord avec ça.

Staline. Comment va se terminer ton film?

Cherkasov a dit que le film se terminerait par la défaite de Livonie, la mort tragique de Malyuta Skuratov, la marche vers la mer où se tient Ivan le Terrible, entouré par l’armée, et dit: «Nous sommes debout sur la mer et serons là pour toujours

Staline. C’est comme ça que ça s’est passé et un peu plus que ça.

Cherkasov a demandé s’il serait nécessaire de montrer les grandes lignes du film pour confirmation par le Politburo.

Staline. Il n’est pas nécessaire de présenter le scénario, décidez-le vous-même. Il est généralement difficile de juger à partir du scénario, il est plus facile de parler d’un produit prêt. (À Molotov.) Vous devez vouloir lire le scénario?

Molotov. Non, je travaille dans d’autres domaines. Laissons Bolchakov le lire.

Eisenstein a déclaré qu’il était préférable de ne pas se dépêcher avec la production de ce film.

Ce commentaire a suscité une réaction  de tout le monde.

Staline. Il est absolument nécessaire de ne pas se dépêcher, et en général de hâter le film conduirait à ce qu’il soit arrêté plutôt que d’être accepté. Repin a travaillé sur les cosaques de Zaporozhye en écrivant leur réponse au sultan turc pendant 11 années.

Molotov. 13 ans.

Staline (avec insistance) 11 ans.

Tout le monde est arrivé à la conclusion que seule une longue période de travail peut en réalité produire un bon film.

En ce qui concerne le film Ivan le Terrible Staline a déclaré – Que si c’est nécessaire il faut prendre un an et demi, deux ou même trois ans pour produire ce film. Mais le film devrait être bon, il devrait être «sculpté». Nous devons améliorer la qualité. Qu’il y ait moins de films, mais avec une plus grande qualité. Le spectateur a grandi et nous devons lui montrer de bonnes productions.

Il a été discuté sur le fait que Tselikovskaya a été bonne  dans d’autres personnages, elle est une bonne actrice mais elle est une ballerine.

Nous avons répondu qu’il était impossible de convoquer une autre actrice à Alma-Ata.

Staline a déclaré que les directeurs devraient être catégoriques et exiger tout ce dont ils ont besoin. Mais nos directeurs cèdent trop facilement à leurs propres exigences. Il arrive parfois qu’un grand acteur soit nécessaire mais il est joué par quelqu’un qui ne convient pas au rôle. C’est parce que l’acteur demande et reçoit le rôle pendant que le réalisateur est d’accord.

Eisenstein. L’actrice Gosheva n’a pas pu être libérée du Théâtre des Arts à Alma-Ata pour le tournage. Nous avons cherché deux ans pour un Anastasia.

Staline. L’artiste Zharov a mal examiné  son personnage sans aucun sérieux dans le film Ivan le Terrible. Il n’est pas un général d’armée sérieux.

Zhdanov. Ce n’est pas Malyuta Skuratov mais un dirigeant d’opérette.

Staline. Ivan le Terrible était un tsar plus nationaliste, plus prévoyant, il n’a pas permis l’influence étrangère en Russie. Peter Ist a ouvert la porte à l’Europe et permis à trop d’étrangers d’intervenir.

Cherkasov a déclaré qu’il était regrettable et honteux qu’il n’ait pas vu la deuxième partie du film Ivan le Terrible. Lorsque le film a été édité et montré il avait été à ce moment-là à Leningrad.

Eisenstein a également ajouté qu’il n’avait pas vu la version complète du film parce qu’il était tombé malade après l’avoir terminé.

Cela a causé beaucoup de surprise et d’animation.

La discussion s’est terminée avec Staline en leur souhaitant le succès et en disant: «Que Dieu les aide!

Ils ont serré la main et sont partis. A 00.10 minutes la conversation s’est terminée.

Eisenstein et Cherkasov ont ajouté:

« Jdanov a également déclaré: » Dans le film, il y a trop de trop-indulgence pour les rituels religieux.  »

Traduit du russe par Sumana Jha.

Courtoisie: G. Maryamov: Kremlevskii Tsenzor, Moscou, 1992, pp. 84-91.

Cliquez ici pour retourner à l’index de septembre 1997.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

[…] (5) voi à ce propos l’article de ce blog sur le dialogue entre Staline et Eisenstein à propos de ce film : https://histoireetsociete.com/2020/02/18/jv-staline-la-discussion-avec-sergei-eisenstein-sur-le-film… […]