Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’épidémie du coronavirus, ses pertes et ses profits dans une économie mondialisée

par danielle Bleitrach

L’épidémie de coronavirus a acquis une nouvelle dimension après que l’Organisation mondiale de la santé ait déclaré l’urgence sanitaire internationale. Les Espagnols sont ici les premiers à faire les comptes, mais leurs statistiques sont bien sur valables pour l’ensemble de la planète. Résultats, ce e n’est pas seulement l’économie chinoise qui en subit les effets, mais c’est comme prévu l’économie entière de la planète, déjà poussive et, que seule l’économie chinoise tirait, qui est touchée. Seuls les produits sanitaires en particulier ceux installés en Chine tirent leur épingle du jeu. Pour la plupart des autres secteurs, du luxe au tourisme, en passant par les transports et aux produits pétrolier le danger de l’effondrement est là. On voit que la campagne orchestrée depuis plus d’un mois contre la Chine dans un mélange de guerre commerciale et de xénophobie belliciste parait être l’art et la manière de se tirer une balle dans le pieds. C’est encore plus le cas pour des pays dans lesquels les comportements collectifs sont moins évidents, ce qui risque de rendre les remèdes beaucoup plus dangereux pour tous.

Les effets ont été ressentis dans l’économie mondiale, provoquant un véritable tremblement de terre sur les marchés boursiers du monde entier, conduisant le marché boursier chinois à sa plus grande baisse en cinq ans. L”économie mondiale et les indices boursiers tremblent de peur que le coronavirus ne se propage alors que le prix du pétrole baisse fortement.

Les secteurs les plus touchés sont le tourisme, les produits de consommation et les loisirs tandis que de l’autre côté celui des gains on trouve les industries pharmaceutiques, biotechnologiques et connexes, les fournisseurs potentiels de traitements, et autres matériaux utilisés pour la prévention et le confinement de la maladie, selon Aitor Méndez, analyste IG.

Quelques exemples de ces sociétés sont: Kawamoto Corp , dédiée à la production de produits hygiéniques, ses actions ont grimpé de plus de 750% et défend désormais une avance de 350%; Tianjin Teda , fabricant de masques, sa valeur boursière a grimpé de près de 40%; Jiangsu Lihuan , spécialisé dans les médicaments antihistaminiques, se négocie également plus haut ; Novacyt , après avoir annoncé le lancement d’un test de détection du coronavirus, a connu une hausse de 425% et est désormais à 350%.

d’autres entreprises, ces crises sanitaires sont l’occasion de se remplir les poches. Une pharmacie de Pékin de la chaîne Jimin Kangtai de Pékin est venue vendre la boîte de 10 masques pour 850 yuans (111 euros), multipliant ainsi par six son prix, que l’on pouvait trouver sur Internet par 143 yuans (19 euros). La sanction est tombée aussitôt il est vrai puisque l’officine a été condamné à une amende de trois millions de yuans (près de 400 000 euros) par l’Office de surveillance des marchés de la capitale chinoise.

Dans le cas de l’Espagne, PharmaMar, qui dispose d’une filiale spécialisée dans le diagnostic moléculaire installée depuis un an à Wuhan et travaille dans un kit de détection du virus, sa localisation avec une telle spécialité à vu s’envoler ses actions sur le marché boursier espagnol. Et, en plus, avec une augmentation spectaculaire du volume de contrats, ce qui a porté sa moyenne annuelle à 3,31 millions de titres, selon les données d’Infobolsa.

Dans le groupe des victimes se trouvent les compagnies aériennes et les chaînes hôtelières, dont le prix est exposé aux propriétaires des médias dès la première minute. Le secteur automobile a également été touché, avec un «double coup», car la Chine est un important fournisseur de composants et en même temps acheteur de véhicules occidentaux.

Quelque chose de similaire se produit avec les secteurs de la technologie et des biens de consommation, tels que Apple ou Nike, ou les entreprises de luxe comme Kering ou LVMH qui ont l’un de leurs principaux marchés de niche chez les acheteurs chinois.

Enfin, l’analyste d’Aitor Méndez IG évoque les matières premières les plus liées au cycle économique, compte tenu du rôle de la Chine comme principal acheteur. “L’arrêt forcé de son activité a été un coup dur pour les prévisions de demande de matières premières plus liées à la croissance économique, comme l’énergie ou les métaux à usage industriel”, explique-t-il.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments