Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Qui mieux que Protasevich lui-même…

« Je ne regrette rien »: Protasevich a raconté comment il a combattu dans le Donbass dans le cadre du bataillon néo-nazi « Azov ». Le journaliste ne renie rien de son combat dans le Donbass, combat de tortionnaire qui n’épargnait ni les enfants, ni les femmes, ni les vieillards, la seule question que l’on peut se poser est pourquoi dans leur recrutement de “la liberté” sur tous les continents, les Etats-Unis et les vassaux occidentaux ne trouvent-ils que des néo-nazis parce que ce sont les seuls mercenaires prêts à tuer, torturer leurs compatriotes par anticommunisme… même quand il n’y a pas de communistes. Autre question que je pose à titre personnel pourquoi il se trouve des juifs pour soutenir pareilles horreurs le plus souvent antisémites, sinon parce que quel que soit le masque qu’ils prennent ils sont eux mêmes des fascistes. ce qui me rend particulièrement circonspecte quand je vois certains antisémites choisir apparemment mon camp par seule haine des juifs et il y en a voilà la boue dans laquelle nous sommes condamnés à surnarger… (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Publié:mai 27, 2021 1710

Le « militant de l’opposition » biélorusse Roman Protasevich, que les médias occidentaux qualifient avec insistance de « journaliste » pour tenter de le présenter comme une victime du « régime de Loukachenko », a accordé une interview à Radio Liberty en 2015.

L’interview est illustrée par une photo trouvée lors d’une recherche sur le smartphone de Protasevich. Il a raconté comment il a combattu dans le Donbass en tant que membre du bataillon punitif Azov, composé de néo-nazis.

« Russkaya Vesna » publie des extraits de l’interview.

Protasevich sur les raisons de participer à la guerre:

« Chaque volontaire va à la guerre pour ses propres raisons. Je ne faisais pas exception. Et les raisons sont énormes.

Tout d’abord, j’ai du sang ukrainien parce que mes parents éloignés étaient ukrainiens.

Deuxièmement, un compte de sang avec les communistes. De nombreuses personnes innocentes ont été assassinées, emprisonnées et exilées. Ma famille n’a pas été épargnée. Maintenant, la Russie, en tant qu’héritière « porte-parole », montre son agressivité et glisse dans le « gouffre rouge ».

Troisièmement, la guerre n’est pas seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour la Biélorussie. Si nous n’arrêtons pas maintenant la horde russe de Poutine, notre pays et le sien pourraient être les prochains. La croissance de la puissance militaire de la Fédération de Russie, y compris la Biélorussie, le démontre clairement.

Mon choix de la guerre a été absolument réfléchi et pesé.

Jusqu’à présent, heureusement, il n’y avait rien à regretter. De plus, c’est ici, pendant la guerre, que j’ai rencontré mes meilleurs amis, qui sont aussi mes frères d’armes. »

Protasiewicz sur sa blessure:

C’est arrivé le 22 mars. Alors que je changeais de position sur le flanc droit de la ligne de front dans le village de Shyrokyne, j’ai reçu le feu de la batterie de mortier ennemi, à la suite de laquelle j’ai reçu une blessure par éclats d’obus à la poitrine (le gilet pare-balles m’a sauvé, les éclats d’os ont sauvé mes organes vitaux) et une commotion cérébrale.

Cependant, grâce au professionnalisme des médecins militaires, dans un mois, je suis revenu en ligne.

Protasevich sur son premier combat:

« Le premier combat pour presque n’importe qui, même pour les plus versés en théorie, est un mélange de peur animale, d’incompréhension de ce qui se passe, de feu, de terre et de béton.

La chose la plus importante dans cette situation est un compagnon d’armes expérimenté ou un commandant qui vous sort de la stupeur. Et le plus important est de ne pas perdre la tête et d’écouter attentivement les instructions des combattants expérimentés.

Quant à la sensation de tirer une arme à feu pour la première fois dans un environnement de combat, on n’a qu’une seule pensée dans la tête: « C’est soit lui ou c’est vous. »

Mais je ne regrette rien. »SOURCE: rusvesna.su

Print Friendly, PDF & Email

Vues : 256

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Je me permets Danielle de t’envoyer la copie du communiqué du Parti communiste du Belarus,qui se trouve sur le site de Nicolas Maury, je pense que ce serait bien de la faire circuler pour qu’on connaisse un peu ce que pensent bien des Belarusses. Il s’agit d’un appel à la solidarité internationale de nos partis.Ton site me parait vraiment adapté, (si Nicolas Maury accepte cette copie), mais c’est un matériel vraiment rare qu’il donne provenant de tas de pays… Merci à lui et à toi, à Marianne. Appel du Comité central du Parti Communiste du Bélarus aux Partis communistes et… Lire la suite »