Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

« Blesser et destituer Allende »: des documents déclassifiés confirment le plan américain de destitution du gouvernement socialiste chilien

Voilà l’autopsie d’un coup d’Etat, mais cela sera plus que l’attaque ordinaire d’un pays c’est la stratégie néo-libérale qui tandis qu’elle étrangle des pays entiers se pare de l’idéologie des droits de l’hommes contre le communisme; Elle est encore à l’oeuvre, mais une partie du monde et des forces politiques sont vaccinés contre. Il est regrettable que la gauche française et le secteurs international du PCF, l’humanité et la presse communiste, les trotskistes et le PS poursuivent dans l’aide à cette offensive alors même qu’elle s’effondre partout. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Publié:12 Nov 2020 05:22 GM

L’administration Richard Nixon a planifié sa stratégie interventionniste, à peine connu le résultat des élections qui a donné la victoire à l’unité populaire.

"Lastimar y derrocar a Allende": Documentos desclasificados confirman el plan de EE.UU. para deponer al Gobierno socialista chileno
L’ancien président chilien Salvador Allende prononce un discours. 1973 image de fichier.Fichier photo / Reuters

Le fichier de sécurité nationale des États-Unis a révélé il y a quelques jours des documents jusqu’ici cachés qui apportent de nouvelles preuves sur le plan de Washington pour renverser le gouvernement socialiste de Salvador Allende (1970-1973).

L’une des archives porte sur la conversation entre le président américain Richard Nixon et certains de ses responsables, afin d’évaluer le rôle que le gouvernement américain devrait jouer dans l’élection du 4 septembre 1970, en pleine guerre froide, sur ce qui inquiète Washington bien avant l’élection présidentielle.

En effet, l’un des mémorandums, datés du 5 novembre 1970, reflète que le conseiller à la sécurité nationale de l’époque, Henry Kissinger, a alerté Nixon sur la « décision la plus historique et la plus difficile en matière d’affaires étrangères »que la Maison-Blanche devrait prendre, compte tenu des effets négatifs que la présidence Allende pourrait avoir, tant sur les relations entre le Chili et les États-Unis, que sur son influence possible sur l’hémisphère.

https://platform.twitter.com/embed/index.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1324340785672847360&lang=es&origin=https%3A%2F%2Factualidad.rt.com%2Factualidad%2F373201-derribar-allende-documentos-desclasificados-derrocar&siteScreenName=ActualidadRT&theme=light&widgetsVersion=ed20a2b%3A1601588405575&width=550px

Un autre document déclassifié indique clairement qu’il y avait des positions divergentes parmi les responsables américains sur la façon de faire avancer le plan. Alors que le secrétaire d’État William Rogers a proposé de promouvoir la chute d’Allende« sans être contre-productif », c’est-à-dire que l’hostilité et l’agression ouverte envers le Chili ne seraient alors pas trop évidentes aux yeux du monde, le secrétaire à la Défense Melvin Laird a soutenu sans ambages : « Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour blesser [Allende] et le renverser. »

Dans ce choc d’idées de politique étrangère, Kissinger se battait pour la position la plus agressive.

Enfin, le président a pris un « l’option qui permettait d’ éviter de donner au gouvernement Allende une base sur laquelle rassembler le soutien national et international pour la consolidation du régime. »

« Les États-Unis chercheront à maximiser la pression sur le gouvernement Allende pour qu’il empêche sa consolidation et limiter sa capacité à mettre en œuvre des politiques contraires aux intérêts des États-Unis et de l’hémisphère », peut-on lire dans un autre document.

Parmi les politiques qui seraient menées, il a été convenu de coordonner avec d’autres gouvernements de la région, dont le Brésil et l’Argentine, pour redoubler d’efforts interventionnistes, qui ont pris fin avec le coup d’État et l’assassinat du dirigeant socialiste chilien le 11 septembre 1973.

Les responsables de Washington ont également convenu de faire pression sur le gouvernement démocratique d’Allende en bloquant les prêts des banques au Chili; demander aux entreprises américaines de quitter le pays d’Amérique du Sud; et il a été décidé la manipulation de la valeur du principal marché d’exportation du Chili, le cuivre,« pour nuire davantage à l’économie du Chili »,selon les documents.

Peur d’un autre Cuba

Selon les documents du Dossier de sécurité nationale, Kissinger a réussi à faire reporter une réunion entre Nixon et le Conseil de sécurité nationale, parce qu’il voulait lui parler seul en premier. Lors de cette réunion, il a tenté de convaincre le président que les risques allaient au-delà des relations bilatérales entre les deux pays, il a donc dû définir sa position.

Un drapeau à l’image de l’ancien président chilien Salvador Allende.Victor Ruiz Caballero / Reuters

Dans une note de service, l’ancien chef du cabinet Harry Robbins Haldeman a décrit la position et les arguments de Kissinger pour faire reporter la réunion : « Pour Henry, le Chili pourrait finir par être le pire échec de notre administration : « notre Cuba » en 1972 , dit-il.

Plus tard, dans une conversation avec Kissinger, Nixon a dit: « Si [Allende] peut prouver qu’il peut établir une politique marxiste anti-américaine, d’autres feront de même. » Son conseiller est allé plus loin : « Celaentrera en vigueur même en Europe. Pas seulement en Amérique latine.

Le Chili tombera bientôt dans la crise économique, avec des banques multilatérales bloquées, sans accès au crédit international et avec la presse contre elle.

Les problèmes financiers, en plus de la chute de l’activité, ont forgé l’atmosphère qui a conduit au coup d’État. Trois ans après ces pourparlers à Washington, sous la direction du commandant en chef de l’armée chilienne de l’époque, Augusto Pinochet, les forces armées mettraient violemment fin au gouvernement socialiste d’unité populaire.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Pas moyen de lire la suite de l’article…dommage