Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Cuba; élection présidentielle américaine de 2020 : pourquoi Trump a-t-il perdu sa réélection ?

S’il n’y a pas de véritables découvertes dans cette énumération cubaine des causes de l’échec, il y a peut-être une sous-estimation des facteurs réactionnaires qui malgré toutes les forces conjuguées contre Trump et son extrémisme de droite ont fait quasiment égalité. L’énumération ne suffit pas, il faut dialectiser le mouvement et il ne tend pas spontanément vers le multilatéralisme au niveau mondial. Et loin d’être battue cette Amérique réactionnaire conserve la majorité dans ces hauts lieux du pouvoir que sont le sénat, la cour suprême. Elle s’est débarrassée de Trump mais pas de ce qui mine tout renouveau y compris vers le multilatéralisme, les coopérations. Le facteur progressiste existe et il a joué un rôle important mais il devra se dégager de cette entente capitaliste ce qui est à peine amorcé. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Par :Abel González Santamaría

L’une des premières photos du président Donald Trump à son arrivée à la Maison Blanche après avoir joué au golf en Virginie et les médias l’ont donné comme un perdant à l’élection. Photo: Getty Images.

Après près de quatre jours de dépouillement, le candidat démocrate Joe Biden a été élu nouveau président des États-Unis, en dépassant les 270 votes des grands électeurs. Bien que le vote populaire ne décide pas le vainqueur, Biden – avec plus de 75 millions de bulletins de vote – a battu le candidat républicain Donald Trump de plus de 4 millions de voix à travers le pays. C’ést l’élection qui a connu la plus forte participation dans l’histoire de la nation, la plus chère aussi avec 14 milliards de dollars amassés, et celle où pour la première fois une femme et d’origine minoritaire a été élue vice-présidente, la co-star démocrate Kamala Harris.

Trump – avec plus de 70 millions de voix – a refusé d’admettre sa défaite et a menacé de déposer des recours juridiques pour inverser le résultat de l’élection. Les républicains sont par ailleurs susceptibles d’être en mesure de conserver le contrôle du Sénat et d’accroître leurs forces à la Chambre des représentants, bien que celle-ci reste dirigée par les démocrates.

Plusieurs analyses suggèrent que ces élections ont été un référendum contre le représentant actuel et qu’il a donc reçu un vote sanction par des millions d’électeurs américains. Pour mieux comprendre ce qui se passe dans la première puissance économique et militaire mondiale, des recherches plus approfondies seraient nécessaires. Cependant, nous partageons certaines évaluations qui pourraient expliquer pourquoi Trump a perdu sa réélection, sur la base de plusieurs facteurs internes et externes, y compris:

Facteurs internes :

1. Les groupes de pouvoir américains ont exigé de « réajuster » ou « sauver » le système pour survivre à la crise structurelle que traverse la nation, et face à ce réajustement Trump était un obstacle.

2. Des membres bien connus de l’establishment républicain et démocrate, dotés d’un pouvoir de financement élevé et d’une influence politique tout aussi importante, se sont opposés à la réélection du représentant et ont développé des mouvements contre lui.

3. Trump a maintenu une relation tendue avec les hauts dirigeants de l’armée et du Pentagone, qu’il a publiquement critiqués et utilisé sa rhétorique populiste pour décrire les Américains qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale comme des « perdants » et des « échecs ».

4. Polarisation politique croissante de la société américaine, avec des inégalités sociales marquées.

5. Rejet des impulsions autoritaires de Trump et de ses projections populistes d’extrême-droite avec des positions suprématistes, racistes et xénophobes anti-immigrés, qui ont encouragé la division, la haine et la violence par des mobilisations antiracistes et des abus policiers à travers le pays.

6. Gestion désastreuse du gouvernement lors de la confrontation avec le nouveau coronavirus SRAS-CoV-2, qui cause la maladie de COVID-19, qui a laissé le plus grand nombre de contagions dans le monde avec plus de 9 millions de personnes infectées et plus de 236 000 décès.

7. L’impact de la récession économique de ces derniers mois, qui a poussé 30 millions de personnes à demander des allocations de chômage et près de 40 millions ont été menacés d’être chassés de chez eux par défauts de paiement accumulés.

8. Le Parti démocrate a réussi à attirer le vote des minorités, principalement afro-américaines et latino-américaines, avec des promesses qui répondaient à ses principaux problèmes liés aux services de santé, d’éducation, d’emploi et d’immigration, et qui ont été affectées par les politiques mises en œuvre par l’administration actuelle.

9. Les démocrates ont réussi à amasser beaucoup plus d’argent pour leur campagne que leur candidat républicain, principalement en raison de grands contributeurs. Biden a commencé octobre avec un niveau de financement près de trois fois plus élevé que Trump, qu’ils ont investi principalement dans les événements de campagne et de publicité.

10. Le rejet idéologique des nouvelles générations du conservatisme extrême des républicains. Il y a une tendance qui reflète l’évolution vers des positions plus libérales, principalement chez les jeunes.

11. La montée des forces progressistes identifiées avec le sénateur démocrate Bernie Sanders, pour ses propositions de réformes sociales et économiques, et qui a eu un impact direct sur l’électorat plus jeune.

12. L’élection de Kamala Harris en tant que partenaire de formule de vice-président de Biden a permis de récupérer les espaces perdus par les démocrates dans l’électorat afro-américain, latino et féminin. Il a également soutenu le mouvement en pleine croissance Black Lives Matter et sympathique à l’électorat des jeunes.

13. Les révélations publiées dans plusieurs livres sur le comportement de Trump, publiés par d’anciens membres de son administration, des journalistes et même une nièce, qui a eu des millions de ventes. Tous ont convenu dans leurs textes respectifs que le représentant présente de graves problèmes de personnalité qui l’invalident pour diriger le pays et qu’il avait l’habitude de placer les intérêts personnels au-dessus des intérêts nationaux des États-Unis.

14. La communauté scientifique américaine s’est prononcée contre le représentant pour avoir « rejeté les preuves de la science». La plus importante revue scientifique américaine « American Scientific » a accusé Trump en publiant la gestion de la pandémie COVIDE-19 « malhonnête et inepte », mettant fin aux protections environnementales, aux soins médicaux, et en attaquant les chercheurs et les agences scientifiques, ainsi que le fait de nier le changement climatique.

15. Les principaux médias du pays ont systématiquement accusé Trump de déclarations contradictoires et de mensonges fréquents sur diverses questions. Selon une base de données de l’influent journal Washington Post sur les tendances conservatrices marquées, Trump avait fait plus de 20 000 déclarations fausses ou trompeuses en seulement trois ans et demi, dont plus d’un millier exclusivement sur le coronavirus.

Facteurs externes :

1. La campagne électorale s’est produite dans un contexte de crise structurelle du système capitaliste mondial et de l’épuisement de son modèle socio-économique néolibéral, qui s’est exacerbé ces dernières années et a provoqué de fortes contradictions politiques et sociales aux États-Unis.

2. Le déclin de l’hégémonie mondiale de l’Amérique et la détérioration de son « leadership » dans les relations internationales avec la mise en œuvre de politiques de brutalité diplomatique et de protectionnisme économique.

3. Un fort rejet mondial, y compris de la part des alliés traditionnels des États-Unis, du comportement du gouvernement à l’égard du multilatéralisme, comme le retrait de l’accord de Paris sur le climat et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en pleine pandémie; transfert de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem; l’élimination des fonds pour la Palestine; la liquidation du pacte nucléaire avec l’Iran; l’annulation de sa participation à l’Unesco et au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies; réduire la contribution aux casques bleus; l’augmentation des droits de douane à l’importation; le réapprovisionnement du blocus économique, commercial et financier contre Cuba qui est rejeté par la communauté internationale.

Les facteurs internes et externes identifiés ont une étroite interrelation, dans une société de plus en plus hétérogène, multiethnique et multiraciale, dans laquelle le symbolisme de WASP (initiales anglaises en blanc, anglo-saxon et protestant), a perdu la prépondérance. La réalité est que des manifestations de luttes sociales et de classes ont lieu qui finiront par influencer les programmes de politique intérieure et étrangère que les prochains gouvernements américains devront naviguer dans un monde de plus en plus multipolaire.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments