Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

1956: que s’est-il passé en Hongrie ?

János Kádár sur 1956. Ce texte choisi par Marianne et qui me parle beaucoup, ceux qui ont lu mes mémoires savent en effet le rôle joué dans mon adhésion au PCF par les événements de Hongrie de 1956 et mon interprétation immédiate en terme de contre révolution menée par d’anciens nazis, comme d’ailleurs dans la prise de conscience de ce qui se passait en 1989, à partir d’une réunion dans cette même Hongrie. Comment démêler erreur du socialisme et contre-révolution, c’est tout le sujet de cet article, ce devrait être aussi la difficile méthode du bilan du socialisme, de ses enseignements pour faire mieux (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop).

(Dans la compilation ci-dessous, nous essayons de faire la lumière sur les événements de 1956 avec les mots de János Kádár. ​​Les citations ont été réunies ici à partir de publications contenant ses discours.)

La vie a voulu que le peuple hongrois, qui s’était engagé sur la voie de la construction du socialisme, soit confronté à de sérieux défis en 1956. Les forces nationales réactionnaires, encouragées et soutenues par l’impérialisme international, profitant de la perplexité des partisans du socialisme et du travail de sape des révisionnistes, et s’appuyant sur des erreurs connues et vraies, ont déclenché un soulèvement contre-révolutionnaire sanglant.

Mais ne croyez pas que la construction du socialisme soit maintenant plus simple que ne l’était le défi de 1956. C’était une situation critique, mais les questions étaient simplifiées, on pouvait relativement facilement répondre à la question de savoir s’il fallait aller plus loin à droite ou à gauche, agir pour ou contre le socialisme.

La majorité des membres actuels, 67%, ont adhéré après 1956.

Notre parti a vraiment appris la politique. Il a appris ce qui nous était le plus nécessaire en 1956: différencier, distinguer les gens. Parce que ce n’est pas aussi simple que quand quelqu’un se trouve à un moment d’un côté, un autre de l’autre côté, puis soit nous exterminons tous les gens de l’autre côté, soit eux nous exterminent. Le front ici était plus compliqué et difficile. Notre parti, heureusement, a su distinguer, faire la part entre les gens qui se sont rassemblés de l’autre côté, puis conduire ces gens, dont la place est de ce côté, sur le bon chemin. Le véritable travail communiste consiste en cela. Parce que si je découvre qu’une personne est un élément réactionnaire, antisocial, et que ce faisant j’ai terminé mon travail social, cela peut être fait en un instant. Mais il peut aussi arriver qu’auprès de certaines personnes, nous devions travailler dur pendant longtemps pour qu’elles fassent leur chemin vers nous.

J’ai lu les mémoires personnelles de Horthy (1). L’un de ses chapitres était intitulé « Contre-révolution ». Eh bien, me suis-je dit, quel bouleversement s’est produit dans le monde – – en 1919, la contre-révolution était encore appelée par son nom. Car aujourd’hui les impérialistes n’admettent plus publiquement qu’ils font une contre-révolution, ils sont obligés de dire qu’ils font une révolution. Mais maintenant, toutes les personnes réfléchies dans le monde savent bien que le sens des mots est livré par des actions, des faits, de sorte que tout le monde sait également quelle est la vérité dans cette question.

A titre d’illustration, je me souviens de ce que le grand poète hongrois Ady a écrit il y a plus d’un demi-siècle : «Le nationalisme n’est pas le patriotisme. Celui qui est l’ennemi de la recherche de quelque chose de mieux, de la liberté inconditionnelle de l’esprit humain, est un traître à la patrie, même s’il ne fait rien que chanter l’hymne national ». De ce “patriotisme” nationaliste qui a foulé aux pieds les forces du progrès, notre peuple en a assez vu en un quart de siècle de contre-révolution horthyste, dans la lutte pour le pouvoir entre 1945 et 1948, et pendant quelques jours même en 1956. Alors que le patriotisme d’aujourd’hui, lié aux sentiments nationaux et aux intérêts de vie de notre peuple, au pur patriotisme d’Ady et à l’essence de la question, s’exprime à juste titre dans le document du Front populaire, qui dit :« Notre pays ne peut remplir sa mission que s’il devient un pays socialiste moderne, notre peuple – un peuple socialiste. C’est une grande tâche historique, et la rapidité avec laquelle elle sera accomplie avec succès par les générations présentes et futures dépend pour beaucoup de la conscience de soi socialiste et du patriotisme de notre peuple ».

Il y a une douzaine d’années, à l’époque de la fureur du soulèvement contre-révolutionnaire de 1956, on n’aurait guère pensé que la caractéristique la plus importante de la Hongrie en 1968 serait l’ordre et la tranquillité, basés sur des relations socialistes équilibrées et solides. Et pourtant, cela s’est produit. Grâce principalement au fait que le parti, ayant gagné le soutien de la classe ouvrière et du peuple, a liquidé le dogme et le révisionnisme, a politiquement isolé et écrasé les forces contre-révolutionnaires bourgeoises.

Se souvenir et parler de Mező Imre (2) est une douleur et une fierté déchirantes pour tous ceux qui le connaissaient de près. Son absence nous fait mal, mais nous pensons avec fierté que notre parti et la classe ouvrière ont éduqué et nous ont donné un combattant aussi éminent que lui, un héros pour la bonne cause. J’ai rencontré M. Mező Imre il y a 20 ans, après la libération de la Hongrie et son retour d’exil français, au siège du Parti communiste sur la place Köztársaság (= République). C’est comme un symbole pour moi, car je l’ai vu pour la dernière fois à son poste de combat, face aux attaques contre-révolutionnaires dans le même bâtiment, le soir crépusculaire du 29 octobre 1956. Lors de notre dernière rencontre, dans une situation tout aussi importante que lors de la première, il nous a demandé et a entrepris une nouvelle commission du parti, un travail. Travailler et lutter pour le communisme est le contenu et le but de la vie de Mező Imre. Je peux parler de lui en tant que témoin personnel. Je le connaissais bien. Nous avons travaillé ensemble plusieurs fois durant de longues années. Nous avons été initiés au travail du parti. Je pense que c’était ma chance d’avoir pu gagner son amitié. Mais son éminente érudition marxiste, sa fidélité sans compromis aux principes, au sacrifice et à la philanthropie étaient connues de centaines et de milliers de personnes. Sa volonté inébranlable, sa détermination étaient incroyables. Qu’il suffise de penser à la façon dont il est devenu d’un jeune villageois analphabète de 16 ans un homme avec une éducation approfondie, capable de parler plusieurs langues, un communiste. Il a parcouru les paysages de l’Allemagne, de la Belgique et de l’Europe centrale. Il a parcouru le chemin des révolutionnaires. Il a toujours combattu avec la puissance de la parole, et avec des armes, pour ce qui est plus que jamais nécessaire, pour la juste cause des ouvriers, contre les exploiteurs, contre le plus cruel ennemi des peuples, le fascisme. Revenant dans sa patrie bien-aimée, il s’est battu sans relâche pour le pouvoir de la classe ouvrière, pour la fondation du socialisme. Dans l’effort pour nos réalisations socialistes, Mező Imre a participé avec son intellect, son cœur, ses mains, et pour leur défense, il a sacrifié sa vie. La conscience que Mező Imre était un vrai communiste, un patriote, un grand homme, grandi avec le temps. Sa création, faite avec des millions de personnes, est notre patrie libre, sa capitale, Budapest. Son triomphe éternel s’affirme en eux. Nous devons nous souvenir de sa vie et de sa mort exemplaires.

En 1956, lorsque nous avons dû nous battre à nouveau pour la défense du pouvoir ouvrier et du socialisme, dans les batailles, nous avons perdu des héros tels que Mező Imter, Kalamár József, Kállai Éva, Biksza Miklós, Sziklai Sándor, Asztalos János. Nous nous souvenons avec tristesse de ceux de nos camarades – Rajk László, Szőnyi Tibor, Szalai András, Riesz István, Pálffy György, Sólyom László et d’autres (3) – qui dans leur vie étaient des combattants fidèles de la classe ouvrière et sont morts en tant que victimes du culte de la personnalité. Ces communistes, nos camarades d’armes qui ont dû mourir en propageant les idées du socialisme, de la liberté de la classe ouvrière et du peuple, gisent dans des centaines et des milliers de tombes avec inscriptions ou anonymes.

Ces erreurs majeures depuis 1953 ont provoqué une crise politique, bien visible, et enfin, du fait de l’implication et de l’activité des révisionnistes, des ennemis de classe, l’impérialisme international a conduit au soulèvement contre-révolutionnaire d’octobre 1956. Le pouvoir de notre classe ouvrière, notre régime, tous les triomphes socialistes de notre peuple étaient confrontés à un grave danger. Chers camarades ! La voie de sortie de la situation difficile de l’automne 1956 a été une fois de plus montrée par les communistes hongrois, notre parti réorganisé. Notre parti, rompant radicalement avec les erreurs du régime précédent, éliminant les distorsions, s’appuyant sur le Parti des travailleurs, sur le peuple, avec l’aide de l’Union soviétique et bénéficiant du soutien du mouvement communiste international a mené le combat jusqu’à la victoire.

Le Parti travailliste socialiste hongrois a combattu en novembre 1956 la rébellion armée contre-révolutionnaire, et avec une force décisive, une détermination suffisante a frappé la droite, portant le principal coup sur le révisionnisme, les forces contre-révolutionnaires. Cependant, il a déclaré et mené une lutte sur deux fronts dans le sens où il s’est battu aussi contre la droite en rompant avec la “gauche” dogmatique, sectaire, avec ses méthodes, ne tolérant nulle part, en aucun cas son renouvellement.

La censure dans notre pays n’existe pas, ni n’a existé, mais les lois interdisent et punissent la propagande de guerre, la xénophobie contre les autres peuples, l’incitation contre les races, les religions et le régime. Nous n’oublions pas et personne ne doit oublier qu’à l’automne 1956, une des sanglantes batailles pour le pouvoir a eu lieu juste devant le bâtiment de la Radio, pour sa prise de contrôle. Les erreurs mentionnées étaient graves et sont apparues dans différents domaines, également en relation avec la paysannerie. Les erreurs commises au cours de ces années ont sapé, affaibli l’alliance ouvrier-paysan. Cela a fourni une opportunité favorable à tous les ennemis de la démocratie populaire hongroise, de l’État démocratique de notre peuple – aux ennemis intérieurs et extérieurs – d’organiser une attaque et un assaut pour la liquidation de la république populaire et pour faire tourner en arrière la roue de l’histoire.

En 1956, quand l’histoire posa à la paysannerie la question de savoir où et avec qui aller plus loin, quand il s’agissait du salut de la république populaire et d’assurer le chemin du progrès pour notre peuple, la paysannerie a passé un test au regard de l’histoire.Elle a plaidé non pour la contre-révolution, mais pour la classe ouvrière et pour la restauration et la consolidation de l’ordre intérieur, l’assurance de la liberté, de la souveraineté.C’était une fois de plus une période où l’alliance ouvrière-paysan a résisté à l’épreuve de l’histoire.

La controverse de longue date sur les événements de 1956 en Hongrie et sur l’évaluation des événements tchécoslovaques qui se poursuit jusqu’à ce jour prouve de manière tout aussi convaincante à quel point une question importante de la lutte de classe internationale est l’évolution, ou la stagnation, la crise d’un pays socialiste et que dans le jugement porté sur ces événements le point de vue de classe est décisif.

Nos amis italiens savent également que les communistes hongrois ont mené de grandes batailles ces derniers temps.Ils savent qu’à la fin des années quarante et au début des années cinquante d’une part la politique dogmatique et sectaire du régime Rákosi (4), le révisionnisme dans le groupe de type “Nagy Imre”, la bataille entre ces coteries, d’autre part la sape et l’attaque ouverte des ennemis de classe et des impérialistes a conduit à une crise grave et durable dans le parti.Et tout cela en 1956 a conduit au soulèvement contre-révolutionnaire en Hongrie.

En tout cas, je voudrais également attirer l’attention sur les différences, les caractéristiques différentes entre les événements de 1956 en Hongrie et ceux qui ont eu lieu récemment en Tchécoslovaquie.Dans le même temps, ma profonde conviction est qu’il s’agit essentiellement des mêmes choses.N’oubliez pas que la crise ouverte en Hongrie a commencé à l’été 1953 et s’est intensifiée de plus en plus jusqu’à l’automne 1956, cette destruction révisionniste de l’idée et de l’âme, dont le but était d’ébranler les certitudes des partisans du socialisme, de brouiller leur pensée et leur volonté,et cela durant plus de 3 ans.De là découlera plus tard le fait que des vrais fascistes, agents impérialistes, criminels de guerre ont réussi à mobiliser un certain nombre d’étudiants, de jeunes et d’autres qui, contre leur propre gré, sont apparues comme des forces contre-révolutionnaires.

Dans la bataille, la chose la plus importante à nos yeux–en démontrant la nature des événements et en propageant nos opinions – était d’expliquer de quoi il s’agissait pour aider chacun à prendre sa place. Mobilisant de larges foules, les anti-révolutionnaires ne savaient pas comment organiser des manifestations de rue. Il est arrivé à certains endroits que 400 ou 500 personnes ont défilé, propageant les slogans plaisants et camouflés des contre-révolutionnaires. On pouvait y entendre toutes sortes de mots d’ordres, comme “Vive le roi Stephane!” – mort il y a mille ans – et que «les Hongrois sont tous frères», mais pas «vive la contre-révolution». La foule protestataire est venue, et devant nous s’est posée la question “que faire ?” Il n’y a pas de compromis sur le pouvoir. Celui qui attaque violemment le pouvoir ouvrier, le régime socialiste, doit être repoussé par la force, quelle que soit son origine, qu’elle soit partisane ou non. Un compromis n’est pas possible à cet égard.

Il y avait non seulement de vrais contre-révolutionnaires, mais aussi d’autres, et nous avons pensé qu’il était important de les diviser.Le plus grand résultat de la lutte de notre parti a été le succès en peu de temps pour séparer l’ennemi inconscient, le peuple trompé, des ennemis politiquement conscients, et les premier sont pris le parti de la cause du peuple et du socialisme.La question serait encore longue à analyser, mais dans ce cas nous pensons qu’il est particulièrement important de faire la distinction entre les vrais ennemis de classe et les trompés, accidentellement amenés au combat, qui propagent ouvertement le but, et ne transigent en rien sur la question du pouvoir, car ainsi démasquer l’ennemi et triompher dans le combat contre eux est plus facile.

Lorsqu’un parti qui a pris le pouvoir devient un parti de gouvernement, alors il peut facilement tomber dans la conviction que pour lui l’idéal, la conviction est déjà moins importante. Dans les années 50, nous avons également commis cette erreur, et nous pourrions la refaire si nous agissions inconsidérément. Après 1956, nous n’avons pas été guidés par l’esprit de vengeance. Notre arme et ressource la plus importante était l’idéal, et nous en tirions d’autant plus de forces, nous savions d’autant plus convaincre et gagner des sympathies pour notre cause.

Tous ceux qui, ayant mal compris le calendrier, se croyaient en août 1919, devraient s’accuser. Ces messieurs devraient reconsidérer le calendrier et se libérer de l’ambiance de 1956, car deux années se sont écoulées depuis, de plus deux années inhabituelles. Au cours des deux dernières années, en Hongrie, il y a eu un bon nombre de ces journalistes, d’autres messieurs, qui ont été payés par de grandes agences occidentales. De ces messieurs, leurs dirigeants pouvaient s’attendre, en plus de la désinformation – du moins pour un usage interne – à des informations authentiques.

Les exemples des contre-révolutions de 1919 et 1956 témoignent clairement que les exploiteurs ne se réconcilient pas avec la perte de leur pouvoir.

Le prolétariat hongrois a pris le pouvoir en 1919 et après 1945 sans une seule balle. Et la bourgeoisie a fait quoi ? – En 1919, comme en 1956, en alliance avec la bourgeoisie internationale, elle a mené une guerre civile. Nous ne cherchons pas le conflit, mais, attaqués avec des armes, nous nous défendons avec des armes.

Le nationalisme dans l’idéologie de la contre-révolution – à l’époque du régime Horthy et également en 1956 – a joué un rôle important. La pénétration dans les grandes masses et la flambée du nationalisme ont été facilitées par le fait que les luttes contre l’oppression étrangère (turque, allemande) au cours des siècles ont considérablement renforcé la sensibilité nationale générale. Le nationalisme bourgeois en 1848, quand à l’ordre du jour était la transformation bourgeoise et la lutte pour l’indépendance nationale, jouait encore un rôle progressiste, mais depuis la seconde moitié du XIXe siècle, il est devenu de plus en plus uniformément réactionnaire. Les classes hongroises dirigeantes ont profité de l’idée du nationalisme dans l’intérêt de leurs objectifs. Face aux Habsbourg, les classes dirigeantes autrichiennes, ils ont renoncé à la souveraineté du pays, en contrepartie, elles ont eu le droit d’opprimer les minorités nationales hongroises. Ils ont utilisé le nationalisme dans la politique intérieure entre les deux guerres pour cacher les antagonismes de classe, dans la politique étrangère – pour fonder la participation à deux guerres mondiales. Ces antécédents historiques expliquent également pourquoi la contre-révolution de 1956 est apparue dans un emballage nationaliste. Le “communisme national” a excité l’esprit du nationalisme bourgeois, du chauvinisme, nourri pendant des décennies et en a fait la principale arme idéologique pour se préparer à la contre-révolution. La préparation, le déclenchement du soulèvement contre-révolutionnaire hongrois en 1956, ses combats désespérés d’arrière-garde ont révélé la tactique de l’action antisocialiste des réactions internationales et hongroises. Les contre-révolutionnaires savaient qu’en plaidant ouvertement pour la restauration du capitalisme il était impossible de triompher, ils ont donc caché leurs buts. Donc – du moins au début – ils ne parlaient pas de capitalisme, mais de “socialisme démocratique”. “Socialisme – sans dictature” – c’était le premier pas dans la tactique de la contre-révolution. Ils ont estimé que le slogan du “socialisme sans dictature” fournirait un terrain favorable pour la réalisation de leurs objectifs ultérieurs. Ce slogan était de nature à induire en erreur les masses politiquement ignorantes. La deuxième étape de la tactique de la contre-révolution a été la propagande d’une “démocratie pure” sans référence aux classes. Au temps de la contre-révolution, la réaction avait déjà ôté son masque. Bien que dans un discours pour tromper les masses, ils répètent encore leurs slogans “démocratiques”, en réalité il n’est pas question de démocratie : dans les rues, il y a déjà une terreur antirévolutionnaire sanglante.

La contre-révolution a également commencé en 1919 avec le slogan de la démocratie, en août de la même année en Hongrie, le gouvernement “syndical” de Peidl a ouvert la voie à la terreur contre-révolutionnaire, tout comme le gouvernement “communiste national” de Nagy Imre en Hongrie en octobre 1956. La tactique de la contre-révolution montre un degré similaire en matière politique.Au départ, ils ont exigé une amitié soviéto-hongroise basée uniquement sur “l’égalité”. C’était déjà une attaque contre l’Union soviétique, suggérant que la relation soviéto-hongroise n’était pas basée sur l’égalité.L’étape suivante a été une attitude antisoviétique ouverte, l’abandon du Pacte de Varsovie et finalement une déclaration de “neutralité”. Mais la “neutralité” ne signifierait qu’une transition, le but ultime étant la rupture totale de la Hongrie d’avec ses amis et son passage aux mains des impérialistes de l’OTAN.

Pendant les préparatifs de la contre-révolution, l’attaque contre le front idéologique a cherché à rester dans des cadres “socialistes”, mais plus tard des slogans ouvertement antiparti ont prévalu, ainsi l’un des slogans de l’attaque était la demande de restaurer le système bourgeois.du multipartisme.La restauration du multipartisme ne pouvait que favoriser les forces de la réaction.Parmi les partis formés à l’époque,pas un mot n’a été entendu sur la construction du socialisme, sur la lutte contre la réaction.Dans ces partis se trouvaient déjà toutes les nuances des réactions bourgeoises et petites-bourgeoises.

En octobre et novembre 1956, les forces du socialisme et de la contre-révolution, pas seulement hongroises, se sont affrontées.La Hongrie était alors le site de la lutte de classe internationale.L’attaque contre-révolutionnaire pour renverser la République populaire hongroise a été organisée par l’impérialisme international.

Les fidèles adhérents du socialisme savaient aussi dans les premiers jours de novembre 1956 que nous isolerions les forces réactionnaires et contre-révolutionnaires et qu’elles seraient défaites. Mais nous ne pensions plus y parvenir avant le printemps de 1957. Nous avons également persisté dans la conviction que nous allions réparer l’économie nationale, gravement endommagée et minée par la contre-révolution, mais nous n’avons pas pensé que cela serait essentiellement réalisable avant la seconde moitié de 1957.

En 1956, les gens ont pu à nouveau voir de près des gens fidèles au régime d’avant-guerre et haletants de vengeance – gendarmes, fascistes, propriétaires terriens réapparus – et leur impuissance. Dans le même temps, il était possible de voir les communistes hongrois se préparant à la lutte.

Anciens propriétaires d’usines, propriétaires terriens, fascistes, révisionnistes – soutenus par leurs amis étrangers, toute la réaction internationale -, ennemis de toutes sortes, se sont précipités contre le pouvoir populaire en 1956, et à eux se sont joints aussi des gens induits en erreur.

La principale force intérieure de la contre-révolution était les anciennes classes de propriétaires terriens et de capitalistes, privés de leur pouvoir politique, de leurs privilèges et de leurs fondements économiques, ainsi que l’armée des laquais des réactionnaires. Ces gens de la classe exploitée, qui avaient conservé une partie de leurs influences idéologiques et politiques même après la perte de leur pouvoir, qui dans leurs plans de restauration étaient des alliés et des soutiens nationaux de l’impérialisme international, se sont rapidement réorganisés et ont mobilisé leurs forces. En quelques jours, ils ont organisé pas moins de 40 partis, proclamant des revendications nationales. Dans leurs rangs se trouvaient les représentants de trois anciens partis de la coalition ainsi que ceux du parti des croix fléchées, ouvertement fasciste, qui avait développé sa bannière dans deux départements. Les anciennes classes dirigeantes pour leurs ambitions politiques ont profité, en plus de leurs partis, également des « Soviets ouvriers » et « commissions révolutionnaires » reposant sur une plate-forme anti-révolutionnaire. Le facteur le plus fort du soulèvement contre-révolutionnaire en Hongrie était l’impérialisme international, avec à sa tête des États-Unis et ses cercles réactionnaires, qui soutenait tous les ennemis du peuple hongrois dès le jour de la libération et par tous les moyens à sa disposition. Les impérialistes pendant des années ont suggéré, incité et organisé, jusqu’à ce que finalement, par l’intermédiaire de leurs agents et alliés politiques, Nagy Imre et son groupe, ainsi que les forces nationales bourgeoises et contre-révolutionnaires, fassent éclater le soulèvement. Ainsi, deux forces, alliées l’une à l’autre, se sont en fait opposées à la République populaire hongroise : les forces de la contre-révolution nationale et l’impérialisme international.

Dans le soulèvement contre-révolutionnaire, tous les ennemis du parti et de la république populaire étaient unis, symbolisés par leurs dirigeants : Mindszenty, P. Ábrahám Dezső, le premier ministre des horthystes en 1919, Knob Sándor, l’ancien directeur de l’Association nationale des fabricants, l’ancien ministre horthyste Bornemissza, l’ancien secrétaire d’État horthystele comte Khuen-Héderváry, Kéthly Anna, Király Béla, Maléter et Nagy Imre.Le groupe d’émigrants de Nagy Ferenc et sa compagnie, financés et commandés à Vienne pour l’occasion par le gouvernement fédéral américain, ont travaillé en étroite collaboration avec eux.Ces capitalistes, les plus connus, les réactionnaires infâmes et les traîtres à la patrie, ont poussé en avant Nagy Imre inconnu jusqu’alors et ont gardé le silence pendant longtemps sur leurs véritables objectifs.

Le “cadeau” de la contre-révolution au peuple hongrois, d’un point de vue économique, a été un dommage, d’une valeur de 22 milliards de forints, causé par eux.

Regardez ce qui se passe en Algérie.Le demi-million d’armée de colons français, dotés d’armes modernes, a échoué non seulement en deux jours, mais même en 6 ans et au prix de la destruction de centaines de milliers de patriotes algériens pour réprimer le soulèvement. Ils n’ont pas su les vaincre, ni ne le sauront jamais, car il y a eu un véritable soulèvement national, soutenu par les masses populaires, et non un coup d’État antirévolutionnaire, comme ce qui a eu lieu à Budapest en 1956. Ces cercles bien connus pour lesquels Chang Kai-shek, Adenauer, le général nazi Speidel et d’autres comme eux s’intègrent en tant que démocrates  déclareront que nous ne sommes pas démocrates – franchement, nous n’avons aucune envie de plaire à des personnes ayant un tel goût.

Il est vrai que les tribunaux de la République populaire de Hongrie ont puni et puniront également à l’avenir les conspirateurs contre l’ordre juridique du pays et les assassins de progressistes, et que certains ont fait beaucoup de bruit à ce sujet. Mais ce que nos calomniateurs se gardent bien de dire – même s’ils en sont bien informés – que plus des trois quarts des personnes punies pour action contre-révolutionnaire en 1956 – principalement à la suite d’une amnistie générale – ont déjà été libérées et renvoyées à la vie civile. Ils sont également silencieux sur le fait que nous avons moins de personnes dans les prisons que nous n’en avons jamais eu depuis que la Hongrie existe en tant qu’État établi. D’où l’on peut voir que nos accusateurs ne brillent pas par leur humanisme ! Les critiques d’aujourd’hui de la République populaire hongroise se sont autrefois bien réconciliés avec le bourreau taché de sang du peuple hongrois, Horthy et son régime. Ils ont vraiment exterminé et réduit à l’état de légumes dans les prisons les meilleurs fils du peuple hongrois. Mais cela ne leur fait pas de mal, car ils n’étaient pas des ennemis du régime populaire, mais des communistes et des non-communistes, des combattants contre le fascisme. Les accusations et les plaignants auxquels nous sommes confrontés dans cette affaire sont ainsi.

En Hongrie, les problèmes, qui ont culminé à l’automne 1956, ont pris des formes et des mesures si importantes parce que les dirigeants du parti à l’époque ignoraient les enseignements du 20e Congrès du PCUS et n’ont pas surmonté le culte de la personnalité et ses conséquences.

Le Parti travailliste socialiste hongrois a donné une analyse claire, approuvée par le mouvement ouvrier international – puis aussi par les dirigeants albanais – des causes qui ont conduit au déclenchement du soulèvement contre-révolutionnaire en 1956. Le Comité central de notre parti en décembre 1956 a déclaré que la contre-révolution était causée par 1. la ligne politique dogmatique et sectaire de la coterie Rákosi, 2. la trahison révisionniste de Nagy Imre et de ses camarades, 3. les forces bourgeoises et contre-révolutionnaires hongroises 4. les interventions coupables de l’impérialisme international. Notre parti a fait allusion à maintes reprises au fait que, même si un seul de ces facteurs avait fait défaut, alors en Hongrie, le soulèvement anti-révolutionnaire n’aurait pas eu lieu. Personne n’exonérera les traîtres révisionnistes, les forces contre-révolutionnaires bourgeoises nationales et l’impérialisme international, menés par les monopoles américains, du fardeau de leur responsabilité et de leur blâme pour l’éclatement de la rébellion contre-révolutionnaire, causant ainsi des souffrances incommensurables au peuple hongrois. Mais, afin de faire comprendre à tous les intéressés, nous devons souligner avec un accent particulier que si le culte de la personnalité en Hongrie n’avait pas eu lieu, si Rákosi et sa coterie par leur politique dogmatique et sectaire, leur arbitraire n’avait pas sapé la force et les liens avec le masses du parti, n’avaient pas ébranlé la force de notre système, alors Nagy Imre et son groupe révisionniste perfide, les cercles contre-révolutionnaires hongrois et l’impérialisme international séparément et même ensemble n’auraient pas pu faire éclater une révolte contre-révolutionnaire dans notre patrie, même debout sur leurs têtes.

Beaucoup ont émigré de Hongrie en 1956. Ces malheureux se sont dispersés à travers le monde. On entend souvent leurs partisans murmurer que ces nouveaux venus ont été “infectés par le communisme”. Bien que ceux-ci aient été les pires cancres dans l’apprentissage du “communisme”, si cela est dit à leur sujet hors de nos frontières, cela montre que nos idéaux n’ont laissé personne indifférent. Je me souviens que, dans son édition de l’après-midi du 2 novembre 1956, un journal capitaliste a écrit dans d’énormes lettres qu’il pouvait arriver que demain matin la République populaire hongroise cesse d’exister. Ils s’attendaient donc à ce que cela se produise demain matin. La bourgeoisie – incapable de propager ouvertement son système oppressif et exploiteur, et encore moins de reconnaître ses objectifs agressifs et réactionnaires -, se déguise le plusdans le domaine de la lutte idéologique et politique. La force des idées progressistes se reflète dans le fait que les exploiteurs parlent d’un “État-providence”, les agresseurs américains – de “légitime défense”, les soulèvements et coups d’État contre-révolutionnaires hongrois et grecs de cette année ont été appelés “révolutions”.

Tout cela a été également dû au fait que – en raison de la nature spécifique de son développement – après 1945 l’appareil d’État bourgeois, à l’exception de la gendarmerie et de l’armée, n’avait pas été liquidé, mais seulement réformé progressivement, de sorte que la bourgeoisie a pu maintenir son influence dans l’administration de l’État, également dans l’organisation des affaires économiques et culturelles. Cela explique pourquoi la bourgeoisie, après le 23 octobre 1956, a pu se réorganiser et agir efficacement en quelques jours.

Après le 4 novembre, nous avons annoncé que le parti et le gouvernement n’étaient pas dirigés par l’esprit de vengeance et que nous devions par une analyse approfondie définir quelles forces s’étaient rangées contre la démocratie populaire. En fait, il s’agissait avant tout des ennemis de classe obstinés : la bourgeoisie hongroise et l’impérialisme international. Ensuite il y avait les truands : la contre-révolution a libéré 9 000 meurtriers, voleurs et toutes sortes de criminels des prisons. Comment se comporter avec ces gens ? La réponse était claire : s’ils appliquent la violence, nous devons réagir par la force. Et quant aux criminels : ceux-ci, dans la mesure du possible, il faut les renvoyer d’où ils venaient.

Nous avons déjà eu des expériences similaires : la tactique de nos ennemis en 1956 a répété avec une précision étonnante celle de 1919. Un groupement anti-révolutionnaire existait également en 1919 dans le pays, soutenu par l’impérialisme international. En 1919, la contre-révolution de Horthy est soutenue par les impérialistes français en armes, et en 1956 par les impérialistes américains. Et en 1919, que s’est-il passé en Hongrie ? Les ennemis du socialisme réclamaient ce qui suit : oui au socialisme, mais un socialisme DÉMOCRATIQUE ! Et ils ont renversé la République des Soviets, mettant à sa place un soi-disant “gouvernement syndical”, dirigé par un dénommé Peidl. Le groupe Peidl a régné pendant six jours au maximum. Le sixième jour environ 15 contre-révolutionnaires sont entrés dans le palais du gouvernement et ont déclaré que « vous pouvez partir maintenant vous aussi ». Et les ministres ont pris leurs chapeaux et sont partis. La terreur fasciste de Horthy, qui a pesé sur le peuple hongrois pendant 25 ans, a commencé ainsi. Je suppose que le rôle de Nagy Imre aurait pu être à peu près le même. Cinq ou six jours plus tard, ils lui auraient dit aussi : prenez votre chapeau et partez. Et il aurait pris son chapeau et serait parti.

Nous nous souvenons tous des jours sombres et sanglants de l’attaque contre-révolutionnaire.Dans les rues de Budapest, la terreur contre-révolutionnaire fait rage : des masses de communistes et de progressistes sont massacrés.Des milliers de combattants du parti, de dirigeants de coopératives, de présidents de conseils, de partisans du socialisme ont été emprisonnés dans la province et des préparatifs ont été faits pour leur massacre.Sur la scène politique sont apparus des capitalistes, des propriétaires terriens, des banquiers, des princes et des comtes, avec Mindszentyà leur tête.Ils sont apparus au Parlement, en l’espace de deux jours ont formé 28 partis contre-révolutionnaires, on a annoncé la constitution du Parti de la Vie Hongroise, à la sinistre réputation, et ils ont fait leur apparition dans les villages, les usines avec le slogan « en arrière toute ».De même que derrière le gang d’assassins de Horthy en 1919 se tenait l’Entente, là encore, en octobre 1956, derrière les forces obscures de la contre-révolution se tenaient les forces de l’impérialisme avec leur argent, leurs armes, leur puissante machine de propagande.

Au printemps de l’année dernière, les communistes, désespérés du sort du parti, se sont mis en colère contre le camarade Rákosi. J’étais aussi en colère. Cependant, moi et d’autres que moi, jusqu’à la dernière minute, nous avons plaidé qu’il fallait lutter contre les erreurs et non contre la personne de Rákosi Mátyás. Nous voulions travailler avec lui pour trouver la voie du développement, craignant que sinon le parti ne soit durement touché. Sur la personne de Rákosi Mátyás, nous avons insisté non pas à cause de notre amour pour lui. On l’aimait vraiment il y a longtemps, mais au printemps 1956, il n’en était même plus question. Notre point de vue, cependant, était celui-là, car nous aimions le parti et la classe ouvrière. Cela n’apas dépendu pas de nous, mais de Rákosi Mátyás, que nous n’avons pas réalisé notre intention. Il avait de grands mérites historiques, nous ne pouvions pas pardonner cette grande erreur. Il est très malheureux qu’un chef aussi éminent du mouvement ouvrier hongrois ne puisse être trouvé dans les manuels de notre école du parti comme modèle pour les jeunes communistes. Mais il ne peut que se blâmer lui-même pour cela, car personne, pas même Rákosi Mátyás, n’a le droit de jouer avec le sort du parti.

En un sens, voter pour le système signifie aussi que 25 000 personnes sont rentrées dans leur patrie parmi celles qui, perplexes en 1956, l’ont fui, même si à l’étranger on sait mieux que nous combien il est difficile de rentrer pour ces personnes.

Et quant aux personnes qui ont fui à la fin de 1956 en raison de leur perplexité, nous sommes très sincèrement désolées pour elles. La plupart d’entre eux ne sont pas à blâmer et nous avons pu constater que certains d’entre eux, ayant appris à connaître ce fameux”paradis” au-delà des frontières, se sont même efforcés de rentrer chez eux au prix de leur vie. Dans plusieurs cas, ils ont reproduit en sens inverse leur acte de 1956, rentrant chez eux comme clandestins faute d’avoir obtenu des documents juridiques et s’annonçant aux garde-frontières pour obtenir l’autorisation de rentrer. Nous aidons ces personnes à trouver leur place dans la société.

Les contre-révolutionnaires se sont d’abord camouflés, mais après quelques jours, ils ont massacré les communistes et les progressistes et ont créé un régime anti-révolutionnaire. Ils ont déjà préparé les décrets sur le retour des usines et des banques, des fermes, à leurs anciens propriétaires,l’ancien primat Mindszenty, l’une des figures de proue de la contre-révolution, a déjà relevé la tête.

Il n’y a pas si longtemps le vétéran de la trahison Peyer a mené sa dernière bataille honteuse contre la nationalisation des mines en 1948 et, l’ayant perdue, a émigré. La tristement célèbre bataille d’un autre vétéran traître, Kéthly, est plus récente. En 1956, il a soutenu la contre-révolution, essayant une fois de plus de diviser le mouvement ouvrier, mais a été vaincu et a quitté le pays, et déshonore maintenant à l’extérieur le peuple et la patrie qui lui ont donné la vie. L’histoire a montré que le règne de la bourgeoisie fasciste de Horthy était voué à la mort et a été détruit, malgré le fait que la droite social-démocrate depuis 25 ans l’a aidé en tout pour la prolongation de son existence. Le fascisme de Horthy a été anéanti par la classe ouvrière hongroise, avec l’aide du mouvement ouvrier international. Cette même classe ouvrière, que ces peyers et kéthlys, serviteurs de la bourgeoisie, ont tenue si longtemps en état de division, mais qui les a finalement éliminés, et en 1948 a définitivement uni ses forces.

Pour les contre-révolutionnaires, il est généralement difficile de se présenter devant le peuple parce qu’ils n’annoncent pas leur objectif réel. Aucun d’entre eux ne sait comment dire « Cher peuple hongrois, j’étais un bourgeois, un propriétaire terrien avec une ferme de 10 000 acres ou un actionnaire minier, je vivais bien, je savais comment exploiter le peuple, alors votez pour moi afin que je puisse à nouveau obtenir le pouvoir. »

Vous vous souvenez peut-être :[en 1945 – NdT] nous avons dû nous battre y compris sur le terrain politique pour prendre une décision :voilà, nous relevons les ruines, construisons des usines, mais pour qui ? Pour les capitalistes ou pour nous-mêmes ? Et cette bataille a également été gagnée. Après quoi nous avons eu 1956,et nous avons également surmonté cette crise. Je pense que nous ne pouvons que nous réjouir du niveau de développement atteint jusqu’ici.

Notes :

  • Horthy Miklós : politicien hongrois, régent du Royaume de Hongrie (entre 1920 et 1944), sous la conduite autocratique duquel la contre-révolution s’est manifestée tout d’abord par la terreur blanche, puis par l’oppression fasciste, la persécution des personnes et des organisations progressistes, des juifs, la limitation du droit à la parole publique, et même le soutien au fascisme allemand.
  • Mező Imre (1905-1956):homme politique communiste, combattant avec le Républicains dans la Guerre civile espagnole, puis membre du CC du Parti communiste hongrois.
  • Communistes victimes d’un procès illégal et fabriqué, à la suite duquel ils furent exécutés sans doute pour satisfaire l’exigence de réprimer les „ennemis du socialisme”. Ce fut une des causes (bien que non mentionnée comme telle par Janos Kadar) de la rébellion contre-révolutionnaire de 1956.
  • Rákosi Mátyás (1892-1971), communiste hongrois, qui s’est consacré toute sa vie à l’idéal communiste. A cause de son action dans la République  des Soviets (1919) la juridiction de Horthy la condamné à une longue captivité. Après la Libération en 1945, il est devenu le dirigeant du Parti des Travailleurs de Hongrie et a occupé un poste important également dans l’administration d’Etat où il a fait beaucoup pour le développement de l’industrie et de l’agriculture, dont les mérites ont été assombris par les procès illégaux en 1949 qui ont conduit à l’exécution de nombreux communistes.

Le texte original a été traduit du hongrois en Espéranto et accompagné de notes explicatives par János Petik

Remarque de MD : ce texte est apparu d’abord en hongrois sur la page FB du Parti ouvrier hongrois, puis traduit en Espéranto et diffusé par le réseau IKEK (Communauté internationale des Espérantistes communistes)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

[…] János Kádár, Hstoire et Societé […]