Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les médecins et les infirmières fuient la Lettonie

 De la France à la Russie, de la Grande-Bretagne à la République tchèque, les dirigeants européens sont confrontés à une recrudescence des cas de coronavirus qui remplit rapidement les lits d’hôpitaux, faisant grimper le nombre de morts et soulevant la perspective sombre de nouveaux blocages dans les pays déjà traumatisés par la pandémie. La question du sacrifice de la santé au profit est à l’ordre du jour et plus encore dans l’espace post-socialiste et post-soviétique qui a des éléments de comparaison, entre attirance à la migration et souvenir du temps où il en était autrement (note et traduction de Danielle Bleitrach)

La médecine lettone rencontre des problèmes avec les infirmières et les médecins60  11 octobre 2020, 10:16
Photo: SANDER ILVEST / Reuters
Texte: Andrey Vinnikov

Une tragédie médicale se déroule en Lettonie – les habitants de ce pays, atteints d’un cancer, meurent dans les files d’attente pour les inscriptions. Cette situation est devenue l’incarnation de la situation dans laquelle se trouve toute la médecine lettone. Les faibles salaires et la répression contre la langue russe ne sont pas les seules raisons pour lesquelles les médecins en Lettonie quittent en masse leur pays.

Récemment, la télévision lettone a mené une enquête journalistique intitulée “Diagnostic – Cancer”, qui a révélé une image négative de ce qui se passe dans les hôpitaux oncologiques du pays. Siguene Platié, chef du service de chimiothérapie de l’hôpital universitaire de l’Est de Riga, se plaint que certains patients meurent littéralement dans les files d’attente, attendant des mois l’intervention dont ils ont besoin. Pendant ce temps, 75% des patients atteints de cancer en Lettonie sont enregistrés dans cet hôpital particulier. Aujourd’hui, il existe 30 lits pour les patients gravement malades nécessitant une chimiothérapie. Il y a trois médecins au total.

Lors de la réunion de la Commission du Seim sur les affaires sociales et du travail, le président du conseil d’administration de l’hôpital oriental Imants Paeglitis a déclaré que l’hôpital avait un besoin urgent de médecins et de lits supplémentaires. «A partir d’octobre, un chimiothérapeute qui travaillait à l’hôpital de Daugavpils commencera à travailler dans ce service. Par conséquent, le nombre de lits augmentera de dix », a expliqué Paeglitis. Cependant, cela, dit-il, ne résoudra que partiellement le problème.

Le Centre letton du cancer de Riga a maintenant complètement arrêté le traitement précoce du cancer du sein avec une méthode efficace et modérée. Le fait est qu’il n’est plus possible d’y diagnostiquer des tumeurs malignes même au stade zéro ou au premier stade de développement. Avec un équipement moderne pour de tels diagnostics, le centre d’oncologie a reçu 50 kits d’échantillonnage gratuits ce printemps. Mais maintenant, ils ont disparu, et 60 femmes font déjà la queue pour la procédure.

«Le plus difficile est de regarder les patients dans les yeux et de dire qu’ils devront attendre le traitement, peut-être six mois», explique l’oncologue Ilze Engele. Mais selon le bilan de l’organisation lettone des patientes cancéreuses VITA, à l’aide d’une procédure désormais inaccessible, il serait possible de sauver cinq femmes d’une chirurgie mammaire chaque jour, 25 femmes par semaine, plus d’une centaine de femmes par mois. VITA appelle le ministère de la Santé à trouver une solution de financement dans les plus brefs délais.

Dénonciation pour la langue

Au lieu d’aider les médecins dans leur travail acharné, l’État letton ne met souvent que des bâtons supplémentaires dans leurs roues. Ainsi, il y a moins d’un an, les employés du Latvian Cancer Center et les employés de l’hôpital de Riga Gailezers ont été testés sans échappatoire sur leur connaissance de la langue lettone. Leurs ennuis ont commencé après la sortie du film documentaire “24/7”, qui raconte la vie quotidienne des médecins lettons.

L’infirmière Tatyana Aksenova (elle parle russe sous-titré en letton dans le film) a déclaré: ses collègues ont dû se répartir le temps et se remplacer pendant les opérations afin de passer les contrôles auxquels le Centre national des langues les soumettait. Et plus tard, Aksenova s’est plaint aux journalistes: «Nous avons parlé dans ce film – et la commission sur la langue officielle est revenue vers nous, et nous a traqué par trois fois. Après ce film, nous avons commencé à subir cette répression … ».

La représentante de la direction de l’hôpital de Riga Eastern, Ilga Namniece, a d’abord catégoriquement nié que des tests linguistiques aient été effectués dans l’établissement. Mais plus tard, dans un entretien avec la presse, elle a néanmoins admis que le personnel avait bien été contrôlé. «S’il y a des plaintes selon lesquelles, par exemple, une infirmière ne connaît pas bien la langue lettone, alors tous les employés qui ont travaillé sur ce quart, ce jour-là, sont contrôlés. Nous avons de telles plaintes assez souvent. Peu de temps avant ce contrôle, les inspecteurs linguistiques étaient également à la clinique de traumatologie et d’orthopédie … Cela est dû au fait qu’un patient se plaint, anonymement, probablement … »- a expliqué Namniece.

En conséquence, trois infirmières n’ont pas réussi le test de connaissance de la langue officielle. “Mais personne ne les licenciera”, a assuré Namniece, “car il n’y a pas assez d’infirmières et de médecins également. Des cours seront organisés pour les infirmières qui n’ont pas réussi l’examen de langue afin qu’elles puissent améliorer leur connaissance du letton. ” Comment ils pourront suivre ces cours, étant engagés dans de nombreuses heures d’opérations, le représentant de l’hôpital a eu du mal à expliquer.

À son tour, le chef de la clinique d’urologie de l’hôpital universitaire clinique de l’est de Riga Vilnis Lietuvietis a déclaré que l’un des patients avait initié le test de langue au centre d’oncologie. Une femme lettone qui suivait un traitement à la clinique d’urologie oncologique était extrêmement mécontente du fait que les membres du personnel communiquent trop, y compris entre eux, en russe. Et entre les procédures, elle a fait une dénonciation à l’inspection linguistique.

Les médecins disparaissent

Dans ce cas, seule une énorme pénurie de personnel dans l’industrie a sauvé les infirmières russes «coupables» du licenciement. Les hôpitaux lettons en souffrent partout, mais dans les régions, la situation est bien pire que dans la capitale. Il y a un an, le Bureau national d’audit de Lettonie a préparé un rapport sur ce sujet, qui a été lu au parlement.

Le parlementaire de l’opposition Nikolai Kabanov, qui a également pris connaissance du rapport, a déclaré à son sujet dans les pages du journal de Riga “Segodnya”: “Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, il y a 2,5 spécialistes des soins de santé secondaires pour 1000 habitants en Lettonie (dans l’OCDE, en moyenne, 2). Certes, nous avons 0,7 personnel de soins primaires pour 1000 – médecins (dans l’OCDE, en moyenne 1). Cependant, les spécialistes sont principalement concentrés dans les grandes villes, par conséquent, dans de nombreux endroits en dehors de Riga, leur manque est un problème urgent. Il y a une pénurie particulière de médecins spécialistes d’urgence, d’anesthésiologistes, de spécialistes des soins intensifs et d’ophtalmologistes. Le State Audit Office a également conclu que, bien que le nombre de neurologues, oto-rhino-laryngologistes, radiologues, gynécologues, anesthésiologistes et réanimateurs dans l’État soit suffisant, il existe une pénurie prononcée dans les hôpitaux régionaux (hôpitaux de niveaux II et III). Gynécologues,

Le National Audit Office a également découvert que seulement 13% des jeunes spécialistes diplômés des universités de médecine vont immédiatement travailler dans les établissements médicaux de leur pays d’origine, et 40% poursuivent leurs études en résidence. On n’a aucune information sur environ 47% des jeunes spécialistes n’ont aucune information. Nikolai Kabanov suggère que, très probablement, ils ne sont tout simplement plus en Lettonie – ils ont déménagé dans des pays d’Europe occidentale avec des salaires plus élevés.

Quant aux infirmières, n’a été formé en Lettonie que 30% de moins que ce qui est nécessaire. Le ratio médecins / nurse devrait être de 1: 2,5, mais en République de Lettonie, il n’est pas maintenu. 

Le plus loin possible de la Lettonie

La solution pourrait être d’attirer des ressources de main-d’œuvre d’autres pays. Cependant, en 2018-2019, seuls huit médecins étrangers ont commencé à travailler en Lettonie – ils viennent de Russie, d’Ukraine, de Biélorussie, d’Azerbaïdjan et des Pays-Bas. Le fait est qu’il est très difficile pour un natif d’un autre pays d’exercer une pratique médicale en Lettonie: il faut se soumettre à des conditions très strictes de certification, y compris passer un examen pour une parfaite connaissance de la langue lettone.

Les syndicats médicaux lettons s’opposent avec véhémence à la facilitation de la certification des médecins étrangers. Ils exigent qu’au lieu d’attirer des étrangers, ils augmentent les salaires de leurs propres autochtone, rapprochant les paiements de ceux d’Europe occidentale. Par exemple, en Allemagne ou en France, une infirmière dans une clinique publique reçoit environ 3 à 5 000 euros par mois (en Lettonie – 460 à 750 euros) et un médecin – au moins 10 000 euros (en Lettonie – 1 100 à 1 700 euros).

Le précédent gouvernement de Lettonie a promis 120 millions d’euros pour augmenter les salaires des travailleurs de la santé en 2020. Mais le cabinet actuel sous la direction de Krisjanis Karins a réduit ce montant de moitié.

Entre autres, le syndicat médical indique qu’en général en 2020, les soins de santé ne recevront que 3,3% du PIB, alors qu’en 2019 cette part était de 3,9%. En moyenne, les pays européens consacrent environ 7% de leur PIB aux besoins médicaux. 

Indignés par cette situation, le 7 novembre 2019, les médecins ont organisé un rassemblement devant les murs de la Diète. Plus de trois mille personnes s’y sont rassemblées, habituées à porter des blouses blanches – un chiffre impressionnant pour une petite Lettonie. Ils ont apporté un cercueil avec l’inscription «Politique» et des affiches avec les inscriptions: «Cercueil ou valise», «La vie ou la mort: que vous choisirez», «La santé passe avant tout, n’est-ce pas?», «Sans l’argent promis l’infirmière. quittera l’industrie. “

Le 23 novembre, le Premier ministre Krisjanis Karins a finalement  dit  son «non» ferme aux médecins. De plus, il a critiqué la ministre de la Santé Ilze Vinkele et lui a conseillé de «se concentrer sur son travail principal» et de ne pas mendier. Le 28 novembre, des médecins et des infirmières furieux se sont de nouveau rendus dans le bâtiment du Parlement de Lettonie. Le même jour, le président letton Egil Levits a finalement approuvé le budget de l’État pour l’année prochaine – sans tenir compte des exigences des médecins. Ensuite, ils ont enregistré un groupe d’initiative et ont commencé à collecter des signatures pour le rappel précoce du Saeima actuel, comme en violation de leurs obligations.

D’autres ajustements à cette histoire ont été apportés par la pandémie de coronavirus, qui a perturbé le cours normal de la vie.

En avril de cette année, le ministre letton de la Défense, Artis Pabriks, a publié sur Twitter un appel pour soutenir financièrement ceux qui sont désormais à l’avant-garde de la lutte contre la maladie – les travailleurs de l’industrie médicale. Cependant, de nombreux habitants du pays se sont à juste titre indignés : au début, les autorités elles-mêmes ne voulaient pas apporter un soutien décent aux médecins, et maintenant elles mendient de l’argent à la population. 

Et en juillet, la déclaration de l’endocrinologue, le professeur Ugis Gruntmanis a eu un grand écho. Après vingt ans de travail aux USA, il est retourné dans son pays natal, en Lettonie, n’a pas trouvé d’application pour ses connaissances ici et est reparti aux États-Unis. Gruntmanis a déclaré que les étudiants des universités de médecine lettones n’associent toujours pas leur avenir à leur pays d’origine. «Un collègue vient de mener une enquête auprès d’étudiants de 5e année. L’une des questions était de savoir combien d’entre eux allaient partir et pourquoi. 100% ont répondu qu’ils prévoyaient de quitter la Lettonie en raison des bas salaires et ne voyaient pas ici une opportunité de croissance personnelle et de développement », a déclaré le professeur.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments