Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Russie: Trump pourrait être expulsé de la Maison Blanche par la force des armes

Une autre vision qui vient de la Russie met en cause cette fois les démocrates qui seraient en train de se préparer à une expulsion manu militari de Trump quels que soient les résultats des élections. Il suffirait simplement que tout ce qu’ils ont mis en place pour déstabiliser le reste du monde soit rapatrié at Home.

Les gens armés sont monnaie courante dans les rues des États-Unis7  11 octobre 2020, 13:00
Photo: REUTERS / Maranie Staab
Texte: Victoria Nikiforova

La lutte électorale aux États-Unis a atteint une intensité sans précédent. La question de savoir si cela entraînera un conflit armé à grande échelle entre les Trumpistes et leurs adversaires est sérieusement envisagée. Le facteur d’incertitude est ajouté par les forces militaires et services spéciaux – il y a des raisons de croire que certains d’entre eux peuvent s’immiscer dans l’affrontement national. Comment cela se passerait-il?

Peu importe comment les Américains voteront le 3 novembre, il semble que quel qu’il soit le résultat ne conviendra à aucune des deux parties. Ni l’électorat de Biden ni les partisans de Trump ne seront d’accord avec la défaite de leur protégé. Des déclarations sur ce sujet ont déjà été faites des deux côtés.

S’adressant à ses partisans en Virginie le 25 septembre, Trump a déclaré “nous ne perdrons les élections que s’ils (les démocrates) trichent”. En retour cet été, son rival Joe Biden a menacé: si le président sortant n’accepte pas sa défaite, il sera expulsé de la Maison Blanche par tous les moyens – y compris l’armée.

Les partisans de Trump sur le terrain se mobilisent dans des milices armées pour combattre les manifestants Antifa et Black Lives Matter. Les sponsors de Biden créent d’innombrables ONG qui organisent également leurs cellules de combat dans les villes et les préparent aux émeutes armées le jour des élections.

Par exemple, l’organisation parrainée par George Soros “Indivisible” encourage sur son site Web ouvertement toute personne actuellement aux États-Unis à voter. Seuls les citoyens américains ont toujours été autorisés à voter. Mais “les Indivisibles” affirment qu’une telle règle n’existe pas dans la Constitution américaine. «Personne n’a le droit d’exiger que vous montriez votre carte d’identité, ou votre numéro de sécurité sociale dans un bureau de vote», écrivent-ils dans leur programme et ils exhortent les migrants illégaux à «participer au processus démocratique» plus activement.

Il est clair que la majorité des immigrés clandestins soutiendra le Parti démocrate et son candidat. Ils ne pourront peut-être pas voter le 3 novembre, du moins dans les États républicains. Cependant, même en se présentant simplement dans les bureaux de vote, ils créeront le chaos et menaceront les partisans de l’actuel président américain.

Pendant ce temps, la population américaine s’arme à un rythme qui a triplé. L’Amérique est déjà le détenteur du record du monde du nombre d’armes à feu par habitant (les pays africains accusent un retard considérable). En juin, les États-Unis ont battu un autre record. 3,9 millions d’armes à feu ont été officiellement vendues. La plupart des acheteurs sont ceux qui le font pour la première fois. En conséquence, ils n’ont aucune expérience dans le maniement des armes – et ils peuvent organiser un échange de tirs de manière totalement impulsive.

Certains analystes militaires affirment que les États-Unis sont déjà dans un état de conflit armé à grande échelle entre les rebelles démocrates et les conservateurs Trumpistes. Mais à quoi ressemblera la guerre civile américaine? Il semble que ce ne sera pas du tout ce que nous imaginons.

Premièrement, personne ne déclarera de guerre à quiconque. Tout ce que font les partisans du Parti démocrate est pré-désigné comme «manifestations pacifiques». En même temps, ils peuvent détruire des villes, tuer des gens, incendier des maisons et des voitures, verser de l’essence sur leurs adversaires et les incendier sur la place – tout de même, ce seront des «manifestations pacifiques». Mais toute tentative de défense des Trumpistes sera présentée dans les médias comme une tentative de coup d’État militaire et une violation de la constitution.

Deuxièmement, contrairement à la première guerre civile américaine au 19e siècle, il n’y aura pas de batailles à grande échelle, de grandes unités régulières et une ligne de front claire. Ce sera une guerre extrêmement chaotique et irrégulière, comprenant des sabotages, des attaques terroristes et des actions partisanes, broyant des civils avec l’armée dans son hachoir à viande et effaçant la frontière entre guerre et paix. Cette «guerre invisible» a sa propre stratégie. Et elle a été développée il y a plusieurs années.

L’ONG nouvellement formée, le Transition Integrity Group, a annoncé qu’elle prévoyait de pousser Trump hors de la Maison Blanche par tous les moyens – y compris l’utilisation de «représentants démocratiques de l’armée et des services spéciaux».

Ce projet est dirigé par Rosa Brooks. Sous le président Barack Obama, Mme Brooks était la conseillère principale à la sécurité nationale. Dans le même temps, elle a travaillé comme conseillère principale auprès du président de l’Open Society, l’organisation mère de George Soros. Au Pentagone, Brooks était en charge des opérations humanitaires. Dans le même temps, elle s’est battue pour les droits humains dans le cadre d’ONG telles que Human Watch et Amnesty International. Puis elle a enseigné à West Point – la principale académie militaire américaine, la forge de l’élite militaire américaine et son groupe de réflexion et centre stratégique.

En 2016, Brooks a publié un livre avec le titre caractéristique Comment tout est devenu la guerre et l’armée est devenue Everything. Son idée est que la guerre du futur ne ressemblera à aucune de celles que nous avons vues. Ce seront des hostilités chaotiques que les États-Unis et leurs alliés mèneront en petites forces à travers le monde. Cela ne s’appellera pas une guerre – ce sera, par exemple, une opération antiterroriste ou une “restauration de l’ordre démocratique”. Les médias positionneront la guerre future comme une petite opération policière. Le flux d’informations sur ce qui se passe ne jouera pas moins un rôle dans ces actions que les hostilités proprement dites. La guerre du futur combinera une extrême cruauté contre les civils et une extrême hypocrisie dans sa couverture des événements. Tout sera exactement selon l’affirmation d’Orwell: «la guerre est la paix».

La guerre du futur ne se déroulera pas sur les champs de bataille quelque part, très loin – elle sera partout, dans chaque ville. Elle interviendra non seulement grâce à des armées, mais aussi des PMC, des rebelles locaux, des membres de gangs criminels et d’anciens civils qui ont rejoint les partisans. Les frontières entre la guerre et la non-guerre disparaîtront complètement. La guerre du futur sera illimitée et sans fin.

La stratégie de Brooks n’est pas son invention. Dans le même West Point, ils développent depuis longtemps un concept de guerre dans les villes de plus d’un million d’habitants, ce qui implique des affrontements à long terme dans les rues des mégapoles, l’implication de criminels et d’opposants avec les militaires, et le nettoyage des civils. En général, la situation où «tout est devenu une guerre».

Dans quelles mégapoles l’armée américaine compte-t-elle combattre? Eh bien, par exemple, l’analyste militaire Alex Ward, décrivant les conflits futurs, suggère que les États-Unis et leurs alliés pourraient «nettoyer» des «centres d’instabilité» tels que Karachi au Pakistan et New Delhi en Inde. On pense qu’il y aura une augmentation critique du nombre d’affrontements pour des raisons religieuses et sociales, et que les États-Unis seront simplement «contraints» d’intervenir dans les conflits et de nettoyer les mégapoles des éléments terroristes, par exemple.

Il est cependant intéressant de noter que de véritables exercices sur le thème de la guerre dans les mégapoles ont été menés en 2015. Et ils n’ont pas eu lieu en Inde ou au Pakistan, mais uniquement dans des villes américaines. L’exercice de deux mois dit le casque de jade a été mené par des forces spéciales d’élite américaines en juillet 2015 en Arizona, en Californie, au Texas, en Utah, au Nevada et au Nouveau-Mexique, l’exercice un entraînement pour prendre d’assaut les villes. La tâche des militaires était compliquée par le fait que les adversaires conditionnels défendaient des quartiers restreints de la ville, se cachaient dans leurs maisons et étaient indiscernables de la population civile. Les drones, les caméras de surveillance, les appareils de vision nocturne ont été abondamment utilisés. Cela s’appelait des «exercices militaires réalistes».

En 2015, ces entraînements étaient censés être utilisés pour les assauts sur Donetsk et Lougansk, Raqqa et Mossoul. Cependant, aujourd’hui, rien n’empêche l’armée américaine de déployer une telle «guerre du futur» dans les villes américaines.

Le seul obstacle à cela est la position des militaires eux-mêmes. Dans sa majorité, l’armée soutient Trump. Cependant, parfois des avertissements lui sonnent aux oreilles. En mai, les militaires ont effectivement refusé d’utiliser l’armée pour réprimer les émeutes de George Floyd. Tout l’été, de hauts responsables militaires à la retraite ont sévèrement critiqué Trump.

L’idée de Trump de réduire le contingent américain à l’étranger peut ne pas plaire à beaucoup de militaires. Et il a l’intention de continuer à adhérer à cette politique. “Les soldats américains ne devraient pas s’attaquer à des conflits de longue date dans des pays lointains dont les gens n’ont jamais entendu parler”, a déclaré Trump en juin, félicitant les diplômés de West Point pour leur diplôme.

Exactement à la veille de son discours, des centaines d’anciens élèves de West Point des dernières années ont publié une lettre ouverte à son état-major et à ses cadets – en fait, à l’élite de l’armée américaine. Cette lettre est un appel mal déguisé à un coup d’État militaire. Il invite l’armée à “protéger la constitution d’un tyran” (lire, Trump) et à “participer au processus démocratique” – comprendre, expulser Trump de la Maison Blanche, quels que soient les résultats réels de l’élection présidentielle.

Les partisans du président sortant sont convaincus que la direction des principaux services de renseignement du pays préfère également jouer avec le clan Clinton et son protégé Joe Biden lors de ces élections. En 2016, la direction du FBI a lancé l’opération Russiagate, conçue pour compromettre Trump avec sa collaboration fictive avec les Russes. Il est intéressant que cette opération ait commencé en Grande-Bretagne. Cela signifie que le FBI l’a coordonnée avec Gina Haspel – qui elle a vécu à Londres et a dirigé le département britannique de la CIA. Selon l’algorithme traditionnel, les officiers du FBI coordonnent toujours leurs opérations à l’étranger avec leurs collègues de la CIA.

Gina Haspel n’a pas interféré avec les actions de ses collègues, même si elles étaient clairement dirigées contre Trump et son équipe, et n’en a pas informé le président. Aujourd’hui, elle est la directrice de la CIA – et à ce poste empêche de toutes les manières possibles la déclassification des documents liés au Russiagate. Il s’avère que la direction des deux plus grands services spéciaux américains est opposée au président actuel.

Si l’élite de l’armée américaine et des services spéciaux succombe à de nombreuses provocations et participe à un affrontement civil, les États-Unis seront en effet confrontés à un nouveau type de guerre civile. En pleine conformité avec la stratégie à la mode, ce sera “sans limite et sans fin”.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Il me semble que l’auteur prête à Joe Biden des intentions imaginaires, en tous cas très hypothétiques.”Les sponsors de Biden créent d’innombrables ONG qui organisent également leurs cellules de combat dans les villes et les préparent aux émeutes armées le jour des élections” : on n’affirme pas cela sans début de preuve. Quelles “ONG” (sic, les groupes violents sont rarement enregistrés), quels sponsors ? Idem pour les suppositions militaires. L’article me parait manipulatoire, au profit de Trump…