Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Chine, la campagne présidentielle américaine tourne au réalisme magique morbide

  • La Chine qui ne cesse de répéter qu’en matière de dangerosité de l’épidémie, ce sont aux scientifiques de décider et pas aux politiques, contemple stupéfaite le spectacle que donnent les Etats-Unis et les pays occidentaux, incapables d’arrêter de se déchirer dans de vaines compétitions et de réfléchir ensemble aux moyens de faire face à l’épidémie, à la crise économique, et aux autres défis qui s’amplifient. Incapables d’arrêter leur bellicisme, leur xénophobie, leur recours à l’armement, pour envisager échange et coopérations. Il y a effectivement dans le spectacle des politiques occidentaux capitalistes quelque chose de l’ordre d’Apocalypse Now, le film de Coppola. Il est difficile de faire plus grandiose dans la folie “démocratique” devenue un pur spectacle hollywoodien sur fond de chômage, d’épidémie et de montée des tensions sociales que ce qui se passe aux Etats-Unis, mais à sa manière la France n’est pas mal non plus dans le genre… Un degré en dessous dans le spectaculaire mais tout aussi belliqueux, inefficace. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par Xu Keyue Source: Global Times Publié le: 2020/10/11 22:23:400


Photo prise à Arlington, Virginie, États-Unis, le 27 août 2020 montre des écrans montrant le président américain Donald Trump prononcer son discours d’acceptation au cours de la Convention nationale républicaine 2020.Photo : Xinhua

Le président américain Donald Trump, qui se remet toujours du COVID-19, fait maintenant face à une nouvelle vague de critiques alors qu’il prévoit un retour en campagne pour l’élection présidentielle lundi, après avoir assisté à l’événement « superspreader » de la Maison Blanche au milieu de l’épidémie croissante, une décision qui, selon les observateurs, a « abasourdi le monde ».

Bien que l’épidémie à la Maison-Blanche et dans tout le pays semble être hors de contrôle, ni le Parti républicain ni le Parti démocrate ne paraissent s’intéresser à autre chose qu’à une guerre partisane sans fin et ne songent à s’en détourner pour mener un travail anti-épidémie pour sauver la vie des gens, ce qui reflète une fois de plus l’échec du système politique américain et qui est un facteur capable de jeter le pays dans l’abîme d’une crise, selon les observateurs.

Ces remarques sont intervenues après que M. Trump eut assisté le mois dernier à une cérémonie à la Maison-Blanche pour fêter la nomination d’un candidat à la Cour suprême, cérémonie qui a été classée par le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses Anthony Fauci comme un « événement superspreader », puisque au moins 11 personnes qui ont assisté à l’événement ont ensuite été testées positives, ont rapporté les médias.

Les analystes chinois ont noté que l’escalade de l’épidémie à la Maison Blanche aggraverait la pression sur la campagne de réélection de Trump et paralyserait même d’autres autorités nationales à Washington.

Trump prévoit de continuer à mener la campagne lundi, avec un rassemblement en soirée dans l’État de Floride, selon CNN.

Trump, sans masque, a participé à des événements publics samedi à la Maison Blanche avec un bref discours sur « loi et ordre ».

Quelques heures après l’allocution, la Maison-Blanche a publié une note du médecin de Trump disant que le président n’était plus à risque, il ne transmettait pas le nouveau coronavirus, mais ne révélant pas s’il avait été testé négatif pour cela.

Diao Daming, professeur agrégé à l’Université Renmin de Chine à Pékin, a déclaré dimanche au Global Times que la précipitation de Trump à reprendre sa campagne reflétait une fois de plus le fait qu’il est soumis à un stress politique croissant car la situation n’est pas la meilleure pour lui, principalement en raison de son échec dans le travail anti-épidémie (???).

Diao a affirmé que Trump n’a probablement pas été testé négatif pour COVID-19, sinon il ferait connaître les « bonnes nouvelles » clairement et immédiatement.

« Dans ce cas, Trump interrompant sa quarantaine médicale et annonçant la reprise des événements publics sont des actions anti-science », a noté Diao.

Diao a déclaré que Trump agit comme une « bête piégée qui se bat avec l’énergie du désespoir » au risque de sa propre vie et la sécurité publique.

« Les États dans lesquels Trump a prévu d’aller pour sa campagne, y compris la Floride et l’Iowa, sont cruciaux pour lui, et s’il ne pouvait pas gagner ces États, il échouerait », a noté Diao.

Le candidat démocrate Joe Biden semble être en tête par rapport à Trump en Floride et les deux candidats sont dans une course serrée en Arizona, selon les sondages d’opinion Reuters /Ipsos publiés mercredi.

Alors que l’élection présidentielle approche, l’épidémie de COVID-19 à la Maison Blanche semble être hors de contrôle.

Le média américain ABC News a rapporté jeudi que le nouveau coronavirus avait infecté « 34 membres du personnel de la Maison Blanche et d’autres contacts » ces derniers jours, ce qui indique que la maladie s’est propagée chez plus de personnes qu’on l’estimait auparavant dans le siège du gouvernement américain.

« Un total de 377 employés travaillent à la Maison-Blanche, dont 34 membres du personnel et près d’un dixième d’entre eux est infecté, quel grand choc !» Diao a déclaré, notant que la Maison Blanche est à haut risque d’infection.

La Maison-Blanche et même Washington lui-même se sont transformés en un « repaire de virus » qui pourrait inaugurer une autre vague d’épidémie parmi plus de fonctionnaires à d’autres autorités nationales et leurs contacts, les analystes ont dit.

Shen Yi, professeur à l’université Fudan de Shanghai, a déclaré dimanche au Global Times que l’événement « superspreader » est un « spectacle de réalisme magique », reflétant la négligence des politiciens américains à l’égard d’une urgence de santé publique au risque de leur sécurité.

« Si l’épidémie se propage davantage parmi eux, le travail du gouvernement serait paralysé, et ils récolteront ce qu’ils ont semé », a déclaré Shen.

« Le point culminant de l’élection présidentielle est en fait le prix élevé que l’Amérique devra payer pour achever cette transition du pouvoir », a déclaré Shen.

Il a noté que l’initiative « morbide » de Trump pour engranger des gains politiques et la guerre partisane de longue durée aux États-Unis au milieu de l’épidémie de COVID-19, ont « stupéfait le monde », et l’élection présidentielle de cette année n’est pas la fin du « spectacle de réalisme magique » à l’américaine.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments