Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une étude révèle que Trump est probablement le principal facteur de désinformation sur le COVID-19

La presse aux Etats-Unis ces jours-ci témoigne du degré profond de division que connaît ce pays, y compris face à la maladie de Trump. Michaël Moore et il n’est pas le seul met en doute ladite maladie. Il est vrai que cette étude a démontré que la plupart des “fake news” alimentant les théories du complot avaient pour origine la Maison blanche (note et traduction de danielle Bleitrach)

Dans cet article: 1er octobre

Le président des États-Unis a été le facteur de désinformation le plus important sur COVID-19. Photo: Fichier.

Le président américain Donald Trump est probablement le plus grand facteur de désinformation sur le COVID-19, selon une étude de l’Université Cornell, financée en partie par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Une équipe de la Cornell Alliance for Science a analysé quelque 38 millions d’articles publiés en anglais, entre le 1er janvier et le 26 mai 2020, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Inde, en Irlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ainsi que dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie.

De ce nombre, plus de 522 400 articles ont été identifiés comme comportant de fausses informations sur le coronavirus, un phénomène appelé l’infodémique de l’Organisation mondiale de la santé.

L’impact de ces articles sur les médias sociaux a également été estimé, avec plus de 36 millions d’interactions, les trois quarts sur Facebook.

Au total, onze catégories de fausses informations ont été identifiées, concernant des théories du complot – à savoir que le virus a été créé pour instaurer un nouvel ordre mondial; qu’il s’agit d’une arme biologique diffusée par un laboratoire chinois; que ce serait une maladie liée au magnat Bill Gates; que le virus a été créé pour réguler la population mondiale, entre autres – qu’il y aurait des remèdes miracles.

Ces derniers étaient de loin les plus populaires, avec 295 351 articles, et les commentaires de Trump étaient responsables d’une hausse significative dans cette catégorie, en particulier la possibilité d’une injection de désinfectant pour lutter contre la maladie, comme il l’a dit lors d’une conférence de presse le 24 avril.

De même, il y avait des pics semblables lors de la promotion de l’utilisation de l’hydroxychloroquine, un traitement dont l’efficacité n’a pas été prouvée.

« Par conséquent, nous avons conclu que le président des États-Unis était sans aucun doute le facteur de désinformation le plus important » sur COVID-19, ont déclaré les chercheurs.

« Si les gens reçoivent des informations trompeuses par le biais de rapports non précisés et non étayés sur la maladie, ils peuvent être moins susceptibles de suivre les recommandations officielles et propager davantage le virus », a déclaré Sarah Evanega, qui a dirigé l’étude.

« L’un des aspects les plus intéressants de la collecte de données a été la découverte de la quantité impressionnante de fausses informations directement liées aux déclarations d’un petit nombre d’individus », a déclaré Jordan Adams, co-auteur de la recherche et de l’analyste de données de Cision Insight.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments