Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Youri Afonine: Même Bill Gates a reconnu la supériorité des systèmes de santé socialistes dans la lutte contre la pandémie de coronavirus

Si Bill Gates le reconnait, il est dix pas en avant des communistes français qui en sont arrivés au point de ne pas oser proclamer cette évidence…

https://kprf.ru/media/images/newsstory_illustrations/daylist/54c36a_whatsapp-image-2020-09-29-at-144625.jpg

Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie
29-09-2020

https://kprf.ru/party-live/cknews/197478.html

Et, bien sûr, le plus choquant pour le monde entier a été l’expérience tragique des États-Unis: déjà plus de 200 000 vies de citoyens du pays le plus riche du monde ont été emportées par l’épidémie de covid-19. En Russie 10 fois moins, bien que la population de notre pays ne soit inférieure que de la moitié environ. Dans une récente interview accordée au New York Magazine, le milliardaire américain Bill Gates a admis que la cause de la terrible situation épidémique actuelle aux États-Unis est la marchandisation des soins de santé, qui n’ont même pas été en mesure de fournir à la population des tests, sans parler des lits et des traitements. Il a également salué de façon inattendue l’approche socialiste des soins de santé : «Le Vietnam ne peut qu’être félicité – il a le meilleur système d’éducation et de santé. Il est très étrange que ces pays communistes, en termes de bien public, de bien social, fassent tout très, très bien. Cuba, même le Kerala, la partie la plus socialiste de l’Inde, a sans aucun doute les meilleurs systèmes de santé ».

Il convient de préciser que dans l’État indien du Kerala, mentionné par Gates, le Parti communiste a été au pouvoir pendant plusieurs décennies – et par conséquent, le niveau d’éducation et de soins de santé dans cet État est bien supérieur à la moyenne nationale.

Et le Vietnam a vraiment les meilleurs indicateurs au monde dans la lutte contre l’épidémie: pour 97 millions de personnes – 1069 cas de covid, 35 décès. Et ce résultat est une conséquence directe de l’organisation socialiste des soins de santé, autrefois copiée sur le système soviétique de Semachko. C’est peut-être «étrange» pour le milliardaire américain, mais pour tous ceux qui ont vécu et vivent sous le socialisme, c’est tout à fait naturel: la primauté du bien public est l’essence même du système socialiste.

Gates n’a pas jugé nécessaire de mentionner la Chine, qui a stoppé l’épidémie en très peu de temps et s’en est tirée avec relativement peu de victimes (4 500). Mais cette efficacité, bien sûr, est aussi une conséquence du fait que la médecine dans le pays existe pour préserver la santé des gens, et non pour faire du profit. En outre, le succès de la lutte contre l’épidémie est le mérite du Parti communiste chinois, qui a fait des miracles d’efficacité managériale.

Cuba a une fois de plus montré un niveau fantastique de soins de santé. La médecine cubaine a pu non seulement protéger ses citoyens (5270 cas de la maladie et 118 décès dus au covid-19 ont été enregistrés sur l’île pour 11 millions d’habitants), mais aussi envoyer des équipes de médecins pour aider dans des dizaines de pays à travers le monde. Et, vous savez, il y a une vérité suprême là-dedans, quand les représentants d’une formation sociale plus progressiste – le socialisme – sauvent les habitants des pays capitalistes.

Qu’avons-nous? Le taux de mortalité dû au covid relativement bas en Russie s’explique par le fait qu’ils n’ont pas encore eu le temps de détruire complètement le système de santé soviétique. Bien que nous ayons essayé très dur de l’«optimiser» et de tout commercialiser. Et la lutte contre le covid apporte également des bénéfices fabuleux à certains : au printemps, c’étaient des masques à des prix exorbitants, maintenant – des médicaments. L’apparition dans la chaîne de pharmacies du médicament russe pour le coronavirus “Areplivir” pour 12,3 mille roubles le paquet a provoqué un choc dans la société: le droit à la vie n’est reconnu que pour 10 à 15% de la population pour qui le médicament est disponible à ce prix (les soins prévoient trois boîtes). Cette approche caractérise parfaitement l’attitude capitaliste à l’égard de la santé de la nation: pour les uns l’épidémie est un problème, et pour d’autres elle est source de superprofits.Dans le cadre du système socialiste, la production d’un médicament aussi vital serait établie dans une entreprise d’État et, au détail, elle coûterait un sou et serait accessible à tout le monde.

Aujourd’hui, les taux d’incidence en Russie ont recommencé à croître rapidement. Apparemment, la fameuse deuxième vague nous a malgré tout rattrapés. Et dans ce contexte, la volonté de notre ministère des Finances d’économiser sur les soins de santé semble particulièrement cynique: comme il ressort du projet de budget pour 2021-2023, le ministère des Finances entend réduire les dépenses de santé de plus de 250 milliards de roubles.

Même le milliardaire Gates a pu comprendre et reconnaître qu’une société qui dépense des ressources sur les systèmes sociaux, plutôt que de les remettre entre les mains du privé, est beaucoup mieux protégée et plus susceptible de survivre. Comment faire comprendre cela aux ministres et fonctionnaires russes, dont dépendent nos vies?

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments