Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Youri Afonine sur NTV: “En tant que marxistes, nous comprenons que peu dépend du changement de président aux États-Unis, puisque le vrai pouvoir dans ce pays est le big business”

La position des communistes russes sur la Biélorussie et sur l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Position qui a le mérite de la clarté et de souligner que la fameuse “opinion internationale” ne représente que l’occident, une part réduite de l’humanité et surtout le big business (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop).

26/09/2020

https://kprf.ru/party-live/cknews/197401.html

Le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie Yu. V. Afonin a participé au programme «Lieu de rencontre» sur Channel One.

Le premier sujet de discussion a été la cérémonie d’inauguration du président bélarussien Alexandre Loukachenko. Les principaux dirigeants et plusieurs politologues libéraux ont constamment qualifié cette cérémonie de «secrète», «clandestine» et ont insisté sur le fait que c’était un signe de la faiblesse du président biélorusse. En réponse, Yuri Afonin a déclaré que la cérémonie était pleinement conforme à la situation actuelle et a rappelé que l’événement “secret” avait en fait été suivi par environ 700 responsables et personnalités célèbres du Bélarus. Réfléchissez un peu, Yuri Vyacheslavovich s’est tourné vers ses adversaires, quelle était l’alternative? Les forces qui mènent réellement les manifestations biélorusses par le biais de la chaîne de Telegram polonaise Nexta, misaient sans aucun doute sur la perturbation de l’inauguration comme une action en justice, qui remettrait en question la légitimité du président. Au minimum, la tâche consistait à organiser un désordre sanglant dans les rues dans le contexte de la cérémonie afin de créer une image appropriée pour les médias mondiaux.

Le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a également noté que les partisans d’Alexandre Loukachenko manifestaient également de plus en plus d’activités de rue. Le fait que la cérémonie n’ait pas été annoncée à l’avance a permis d’éviter des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité et partisans du gouvernement actuel. En conséquence, le président Loukachenko a définitivement cloué le bec à l’opposition dans cet épisode.

Les politologues libéraux du studio ont également tenté de souligner que l’élection de Loukachenko n’aurait pas été «reconnue par la communauté mondiale». Yuri Afonin a attiré l’attention sur une grave aberration mentale des libéraux: pour eux, la communauté mondiale est réduite à l’Occident. Cependant, seulement un septième de la population mondiale vit en Occident. Les résultats des élections en Biélorussie ont déjà été reconnus par la Chine, la Russie, le Kazakhstan et la plupart des pays post-soviétiques. Et il faut savoir que les liens économiques avec ces pays sont les plus importants pour la Biélorussie.

“Mais les résultats des élections n’ont pas été reconnus par le peuple biélorusse!” – s’est écrié un des “experts” libéraux. «De quel droit avez-vous le droit de parler au nom du peuple biélorusse? Comment savez-vous quelle partie de lui reconnaît ces résultats? ” – Yuri Vyacheslavovich a rétorqué. Le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a déclaré qu’il s’était beaucoup rendu au Bélarus, y compris en tant qu’observateur électoral international. Et sur la base de son expérience, il peut dire: le leader officiel de l’opposition – l’ex-candidate à la présidentielle Svetlana Tikhanovskaya n’est pas en mesure de refléter de manière adéquate l’opinion même des couches d’opposition de la société biélorusse. Un parallèle peut être établi avec les événements en Russie en 2011. A l’époque, lors des manifestations sur la place Bolotnaya à Moscou, les libéraux sont montés sur le podium, mais une partie importante des manifestants contre les falsifications étaient des gens de gauche. En Biélorussie, les dirigeants de l’opposition libérale sont également très éloignés du peuple. Yuri Vyacheslavovich s’est dit convaincu que si la réforme constitutionnelle proposée par le président Loukachenko lui-même était mise en œuvre, la situation sociopolitique au Bélarus se normaliserait avec le temps.

Le deuxième sujet de discussion a été les élections présidentielles aux États-Unis, en particulier la nouvelle que le taux de soutien du candidat démocrate Joe Biden dépasse désormais d’environ 10% celui du président sortant Donald Trump. Yuri Afonin a déclaré qu’il ne fallait pas se hâter de déclarer Trump hors-jeu. Et il a rappelé qu’en 2016, les sociologues américains avaient raté la victoire de Trump. La société américaine est un sujet difficile à étudier pour les sociologues, et le système électoral archaïque rend encore plus difficile de prédire l’issue de l’élection présidentielle américaine. Dans le contexte de la crise mondiale du capitalisme, la situation aux États-Unis et dans le monde dans son ensemble est très turbulente, de sorte que même dans le peu de temps qui reste avant les élections, des événements peuvent se produire et affecter gravement le résultat du vote.

“Ne vous êtes-vous pas réjoui de la victoire de Trump en 2016?” – a demandé l’hôte du programme. «Non, contrairement à M. Jirinovsky, nous n’étions pas réjouis. Parce que nous sommes marxistes », a répondu le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie. Et il a ajouté que les principaux dirigeants actuels de la Russie ont également reçu une bonne éducation soviétique, ils sont donc capables d’avoir une vision lucide du monde. “Indépendamment de qui sera le président des États-Unis, objectivement ce pays est gouverné par le grand capital, et le président, le Congrès et ainsi de suite, en fait, sont les courroies motrices de ce pouvoir”, a déclaré Yuri Vyacheslavovich. La Russie sera toujours un adversaire des États-Unis simplement parce que nous avons des ressources naturelles importantes qui intéressent le capital américain. Par conséquent, nous ne devons pas nous réjouir de l’élection de Trump ou de Biden. Cela n’affectera pas fondamentalement les relations russo-américaines, à quelques nuances près. N’oublions pas que Trump a imposé plus de sanctions anti-russes qu’Obama. Mais il ne faut pas non plus s’attendre à un adoucissement des relations de la part de Biden.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Il est rassurant d’apprendre que les principaux dirigeants actuels de la Russsie ont reçu une bonne éducation Soviétique. A vrai dire, ce fait n’a, certainement, échappé à personne qui s’intéresse, un minimum, à la politique internationale, notamment. Oui, une bonne éducation je dirais Communiste, Au désespoir du granf capital qui dirige l’empire Yankee et l’U E. Concernant les principaux dirigeants de la Biélorussie, visiblement, eux aussi ont reçu une bonne éducation. (J’allais dire “à l exception de son Président”, dont cetains de ses propos sont au niveau du caniveau, mais je préfère me taire, pour ne pas faire ce plaisir… Lire la suite »

Et oui le vrai pouvoir du liberalisme c’est la corruption.