Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

25 septembre : Assange

https://morningstaronline.co.uk/article/b/assange-reveals-fears-of-mental-health-damage traduitpar Catherine Winch

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, craignait de devenir ‘une loque, proie d’hallucinations’ alors qu’il était détenu en isolement, a déclaré un psychiatre lors de son audience d’extradition hier. Le Dr Nigel Blackwood a également déclaré que les conditions probables d’incarcération de M. Assange aux États-Unis “auraient un impact sur son état d’esprit”. Il a déclaré au Old Bailey de Londres qu’il pensait que M. Assange souffrait d’un “trouble dépressif récurrent” et a ajouté “Je pense qu’il y a un certain risque de suicide, mais ce risque doit être géré avec soin à la prison de Belmarsh.” Les facteurs de risque sont modifiables et il s’engage avec les traitements disponibles pour gérer ce risque”.
Les États-Unis demandent l’extradition de M. Assange pour répondre à des accusations d’espionnage qui entraînent une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans.
Le Dr Blackwood, interrogé par Edward Fitzgerald QC, a reconnu qu’en mai 2019, M. Assange avait été transféré dans un centre de soins à Belmarsh – en fait, une sorte d’isolement cellulaire. Il a également reconnu que ce transfert avait été motivé par les craintes du personnel pénitentiaire concernant “l’humeur déprimée de M. Assange et sa lutte pour contrôler les idées d’automutilation ou de suicide”.
Pendant son séjour en prison, M. Assange était “observé” par le personnel neuf fois par jour. Le Dr Blackwood a reconnu qu’il s’agissait en fait d’une “surveillance de prévention de suicide”. Il a également confirmé qu’il y avait des périodes où M. Assange appelait les Samaritains presque tous les jours.
Un second témoin, le Dr Sondra Crosby, a déclaré à la cour qu’elle avait examiné médicalement M. Assange à plusieurs reprises entre 2017 et janvier 2020. “J’ai été alarmée par son état physique et médical”, a-t-elle déclaré.
“Il a souffert de graves traumatismes psychologiques et pense parfois au suicide de manière obsessionnelle”. L’audition se poursuit.
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments