Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Assange: une opinion de Craig Murray plutôt inquiétante

Craig Murray(1) 22 septembre, rapport sur la session de lundi 21

Un supplément d’information de Craig Murray, plutôt inquiétant, sur la session d’hier, lundi 21 septembre.
https://www.craigmurray.org.uk

Lundi a été une journée frustrante, car l’audience d’Assange s’est enfoncée dans un pays imaginaire où personne ne sait ou n’est autorisé à dire que des gens ont été torturés à Guantanamo Bay et ont fait l’objet de restitutions extraordinaires. La volonté du juge Baraitser d’accepter les lignes rouges américaines sur ce que les témoins peuvent et ne peuvent pas dire s’est combinée à un désir commun et ouvertement déclaré du juge et de l’accusation de clore rapidement cette affaire en limitant le nombre de témoins, la longueur de leur témoignage et le temps imparti pour les plaidoiries finales. Pour la première fois, je critique ouvertement l’équipe juridique de la défense qui semble rater l’occasion d’arrêter de se laisser faire et de dire clairement, non, c’est inadmissible, en forçant Baraitser à prendre des décisions à leur encontre. Au lieu de cela, la majeure partie de la journée a été perdue en négociations entre l’accusation et la défense sur quels témoignages de la défense pourraient être supprimés ou omis.

[…]

Ce qui nous amène à un point très crucial. Le témoin suivant [après Christian Grothoff], Andy Worthington, était au tribunal et prêt à témoigner, mais il a été empêché de le faire. Le gouvernement américain s’est opposé à ce que son témoignage, concernant son travail sur les dossiers des détenus de Guantanamo, soit entendu parce qu’il contenait des allégations de torture de détenus à Guantanamo.

Baraitser a déclaré que sa décision n’allait pas prendre en compte la question de savoir si la torture avait eu lieu à Guantanamo, ou si des restitutions extraordinaires avaient eu lieu. Elle n’avait pas besoin d’entendre des preuves sur ces points. Mark Summers a répondu que la CEDH s’était prononcée sur ces points en tant que faits, mais qu’il était nécessaire qu’ils soient exposés par des témoins, dans le cas présent, car il s’agissait de la défense au titre de l’article 10 de la CEDH. Lewis a maintenu l’objection du gouvernement américain.

Baraitser a déclaré qu’elle voulait que l’accusation et la défense produisent un calendrier des témoins qui permettrait de terminer l’affaire d’ici la fin de la semaine prochaine, y compris les déclarations finales. Elle voulait qu’ils se mettent d’accord sur les preuves qui pourraient et ne pourraient pas être entendues. Dans la mesure du possible, elle souhaitait que les preuves soient présentées sous forme de déclarations non contestées, la défense se contentant de lire l’essentiel.

Elle a également déclaré qu’elle ne voulait pas entendre les plaidoiries finales au tribunal, mais qu’elle les aurait par écrit et que la défense et l’accusation pourraient simplement les résumer brièvement à l’oral.

Ce que la défense aurait dû dire à ce moment est “Madame, tout le monde sait que des gens ont été torturés à Guantanamo Bay. Dans le monde réel, ce n’est pas un fait contesté. Si les instructions de M. Lewis étaient de nier que la terre est ronde, nos témoins devraient-ils s’en accommoder ? La vérité sur ces questions relève clairement de la défense de l’article 10, et en cédant à la négation d’un fait notoire et évident, ce tribunal sera tenu pour responsable. Nous ne discuterons pas d’une censure aussi ridicule avec M. Lewis. Si vous souhaitez décider qu’il ne doit pas y avoir de mention de la torture dans les témoignages, qu’il en soit ainsi”.

La défense n’a rien dit de tout cela, mais comme elle en avait reçu l’instruction, elle a entamé un processus avec les avocats de l’accusation pour convenir du raccourcissement et de la modification des témoignages, un processus qui a pris toute la journée et avec lequel Julian a montré des signes évidents de malaise. Andy Worthington n’a pas pu présenter son témoignage. Le seul autre témoignage entendu a été la lecture de l’essentiel d’une déclaration de Cassandra Fairbanks. Je n’ai pas entendu la plus grande partie de cetémoignage car, après avoir été ajourné à 16h30, le tribunal est revenu plus tôt que prévu, alors que le père de Julian, John Shipton, le musicien MIA et moi-même étions partis prendre un café. Je recommande ce témoignage de Kevin Gosztola sur le témoignage étonnant de Fairbanks. Il a été lu rapidement par Edward Fitzgerald en résumé, accepté comme un récit incontesté, et parle avec force de la motivation politique évidente de cette poursuite judiciaire.

Je suis très préoccupé par la collusion évidente entre l’accusation et le juge pour clore cette affaire. L’extraordinaire amalgame entre “gestion du temps” et exclusion de témoignages que le gouvernement américain ne veut pas voir rendus publics est manifestement illégitime. Il est illégitime d’interrompre continuellement les avocats de la défense lors des interrogatoires alors que les avocats de l’accusation sont autorisés à répéter leurs questions continuellement, d’une manière qui constitue du harcèlement et de l’intimidation. Certains contre-interrogatoires de l’accusation, extraordinairement longs, comme celui de l’avocat Carey Shenkman, ont toutes les apparences d’une perte de temps et d’une distraction délibérées.

Le témoin de mardi est le professeur Michael Kopelman, l’éminent psychiatre, et l’accusation a indiqué qu’elle souhaitait le contre-interroger pendant une durée extraordinaire de quatre heures, ce que Baraitser a accepté contre les objections de la défense. Son obsession pour la gestion du temps est nettement subjective.

Il est évident qu’il y a une question morale pour moi dans la quantité de ces témoignages médicaux que je publierai. La décision sera prise en stricte conformité avec l’opinion de Julian ou, si nous ne pouvons pas l’établir, de sa famille.

(1) Craig Murray, né le 17 octobre 1958 à West Runton dans le Norfolk, est un diplomate britannique. Dès son arrivée en Ouzbékistan, il informe le Foreign Office du « caractère fasciste » du régime d’Islom Karimov et de l’usage généralisé de la torture. Face au silence de ses supérieurs à Whitehall, il affirme avoir découvert que le MI6 recourt aux tortionnaires ouzbeks pour interroger des prisonniers. À l’issue d’un bras de fer avec le gouvernement de Tony Blair, il décide de rendre les faits publics.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

C’est vraiment effrayant ces comptes rendus!