Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Bolsonaro, la main mise des Etats-Unis sur l’Amérique latine et le capital face à la Chine par temps de coronavirus

Ce texte trés documenté et qui mérite une lecture attentive émane de la prestigieuse revue cubaine de relations internationales. Il met en évidence bien sûr la domination que prétendent exercer les Etats-Unis sur le continent sud-américain comme une pillage mortifère. Mais il nous confronte à un phénomène que l’atmosphère de guerre froide entre les USA et la Chine masque: celui de la contradiction entre la politique des Etats-Unis et de ses vassaux à l’égard de la Chine et l’attitude liée aux intérêts des capitalistes de ces mêmes pays qui continuent et amplifient leurs relations avec la Chine. Les marxistes y verraient une contradiction tout à fait hégélienne entre l’Etat, intérêt général du capital, et la société civile déchirée par la concurrence et le profit inter-capitaliste, le tout étant un total abandon de souveraineté ce que l’épidémie révèle dans sa crudité. La Chine a choisi de jouer dans le développement de cette contradiction de la classe capitaliste, nous le voyons ici comme en Europe ou en Asie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

http://rpi.isri.cu/es/node/91?fbclid=IwAR0KcIe1iSD3Kq5PwxApbVRrPFLlNZnRLgW2FRTNyYP-P_337hk7BG4BWjc

auteurs MSc. Georgina Németh Lesznova
Master en relations économiques internationales. Maître assistant. Institut supérieur des relations internationales Raúl Roa García, e-mail: infocubasp@gmail.com. ORCID iD: 0000-0001-6754-0608

Reçu: 29 avril 2020
Approuvé: 15 mai 2020

RÉSUMÉ

La prise en charge par un Jair Bolsonaro d’extrême droite de la charge de président de la République fédérale du Brésil signifie, par rapport à son prédécesseur Michel Temer, une continuité plus agressive de l’alignement idéologique de son pays avec les États-Unis d’Amérique. Ce fait est devenu apparent grâce à l’intensification des mesures néolibérales adoptées par Bolsonaro, selon les anciens préceptes du Consensus de Washington. Bolsonaro n’a pas hésité à témoigner de sa loyauté envers le régime de son admiré collègue américain – Donald Trump -, à travers des actions menées contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, ainsi que par son rapprochement avec Israël. De même, il a suivi l’exemple de «son ami Trump», en pleine pandémie de COVID-19, et il a adopté une position opposée contre les orientations de l’Organisation mondiale de la santé. Néanmoins, malgré l’intensification de l’alignement du Brésil avec les États-Unis au cours des deux dernières années, la géopolitique de Bolsonaro était ambiguë, principalement en ce qui concerne sa relation avec la République populaire de Chine, qui est devenue le principal partenaire commercial du Brésil pendant le mandat de Bolsonaro. Cet article a pour but d’analyser les preuves et les raisons du pragmatisme dans la géopolitique de Bolsonaro, et son lien avec le contexte brésilien comme conséquence de la pandémie de COVID-19.

Mots clés: Bolsonaro, géopolitique, COVID-19, Trump, Chine, destitution.

INTRODUCTION

Le processus de contre-offensive néolibérale mené en République fédérative du Brésil dans la seconde moitié de la deuxième décennie du XXIe siècle par les forces politiques de droite, représentées d’abord par le gouvernement putschiste du président intérimaire Michel Temer et, plus tard, par l’actuel président Jair Bolsonaro était imprégné par les intérêts géopolitiques des États-Unis dans l’hémisphère occidental.

L’objectif des États-Unis en promouvant la destitution de la Présidente Dilma Rousseff et celui de l’aile droite du processus politique au Brésil était d’interrompre le projet réussi de développement social qui donnait la priorité à l’intégration régionale basée sur la souveraineté des peuples et la solidarité entre eux. Cette intégration était incompatible avec les intérêts des États-Unis, entre autres raisons, car elle reconnaissait le gouvernement légitime et constitutionnellement élu du président Nicolás Maduro au Venezuela et encourageait la coopération avec ce pays dans divers domaines, en plus de consolider les liens de coopération avec Cuba à travers le travail de plusieurs milliers de collaborateurs cubains dans le domaine de la santé sur le territoire brésilien, dans le cadre du programme More Doctors.

Compte tenu de l’obsession impérialiste historique des États-Unis de s’emparer de Cuba, ainsi que des potentialités du projet bolivarien au Venezuela et de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité commercial des peuples (ALBA-TCP), le projet de développement social mis en œuvre au Brésil, par les gouvernements des présidents Lula et Dilma, représentait évidemment une menace pour les intérêts géopolitiques des États-Unis dans l’hémisphère. Car en renforçant l’unité souveraine du bloc sud-américain, il pourrait agir avec un meilleur potentiel à la poursuite d’un monde multipolaire et anti-hégémonique, portant atteinte aux ambitions impérialistes des États-Unis aux niveaux régional et mondial.

Par conséquent, les États-Unis avaient pour objectif, émanant de leur caractère impérialiste, le renversement du projet de développement social au Brésil. Cela entraverait le renforcement de l’Amérique du Sud en tant que bloc souverain, dans un premier temps. Cependant, pour ralentir sa relative perte d’hégémonie dans la sous-région, ils doivent veiller à contenir les intérêts de la Chine dans la région, dont l’influence au Brésil s’est considérablement accrue, en particulier depuis le premier mandat de la Présidente Dilma Rousseff. Cette tendance se traduit par exemple par l’augmentation des investissements directs étrangers en provenance de Chine à destination du Brésil, principalement à partir de 2010 (année du début du premier mandat de Dilma Rousseff), au détriment de la part prépondérante précédemment détenue par les États-Unis dans la composition des principaux pays investisseurs du Brésil. Bien qu’au cours de la deuxième décennie du XXI siècle, les États-Unis ont continué d’être l’investisseur avec le plus grand nombre de projets d’investissement, détenant l’essentiel (40%) de ceux-ci parmi le reste des investissements directs étrangers dirigés vers le Brésil, en termes de volume, la Chine a dépassé les investissements directs étrangers américains (Fig. 1).

Fig. 1

Source : Ministério da Economía da República Federativa do Brasil, 2019.

Fig. 1. Investissements directs étrangers dirigés vers la République fédérative du Brésil, 2003-2019, en millions de dollars américains.

L’expansion susmentionnée de la Chine représentait une menace pour la compétitivité des entreprises américaines et pour les intérêts géopolitiques des États-Unis dans la République fédérative du Brésil et, par conséquent, dans la sous-région sud-américaine. Les préoccupations des États-Unis dans le contexte brésilien ne se limitaient pas toutefois au volume croissant des investissements directs étrangers chinois dirigés vers le Brésil. La Banque de développement de Chine et la Banque nationale de développement économique et social (BNDES) avaient des portefeuilles de prêts supérieurs à ceux de la Banque mondiale, contrôlée par les États-Unis, ce qui donnait aux deux pôles émergents – le Brésil et la Chine – le potentiel de projets de grande envergure dans tous les domaines.

De même, la maîtrise des actions conjointes des membres du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), tant dans les plateformes multilatérales qu’au niveau de la sous-région sud-américaine, constitue un objectif géopolitique important des États-Unis. Parmi ses causes, il y a le fait que la BRICS Bank, inaugurée à Shanghai avec un capital de 100 milliards de dollars, représentait non seulement une alternative à la Banque mondiale, mais aussi une menace pour l’existence future de cette organisation financière internationale, puisque l’aide de cette nouvelle institution serait accordée dans des conditions beaucoup plus favorables pour les pays bénéficiaires que celles accordées par la Banque mondiale.

Tout cela témoigne de l’existence de motivations géopolitiques des États-Unis après le rôle qu’ils avaient exercé dans la promotion et l’exécution du processus de changement du projet de développement social pour un régime clairement néolibéral au Brésil et sa consolidation. Pourquoi, une fois de plus dans l’histoire du géant latino-américain, les États-Unis ont trouvé un soutien dans les secteurs les plus réactionnaires de la grande bourgeoisie brésilienne et, en particulier, dans les chiffres des présidents Michel Temer et, plus tard, de l’ultra-libéral Jair Bolsonaro, respectivement.

DÉVELOPPEMENT

La géopolitique de Bolsonaro et les intérêts qui le soutiennent

Le caractère ultra-libéral de Bolsonaro et son alignement idéologique avec les États-Unis et les préceptes du Consensus de Washington étaient déjà évidents lors de sa campagne électorale et ont été confirmés dès ses premières mesures, annoncées le lendemain de sa prise de fonction à la présidence de la République. Ces mesures comprenaient la réduction du salaire minimum et une réforme néfaste de la sécurité sociale pour les retraités, ainsi que celles visant la libre possession des armes à feu et la privatisation de la compagnie publique d’électricité Eletrobras. De même, il a supprimé le Secrétariat pour la diversité, l’alphabétisation et l’inclusion du ministère de l’Économie, ainsi que le Conseil national pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle chargé de diriger la lutte contre la faim.

En politique étrangère, Bolsonaro s’est engagé avec les États-Unis à lutter contre le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, en plus de confirmer le transfert de l’ambassade du Brésil de Tel-Aviv à Jérusalem. Il n’a pas fallu longtemps pour reconnaître le putsch mercenaire raté de la Central Intelligence Agency (CIA), Juan Guaidó, comme le président légitime du Venezuela.

L’alignement américain de Bolsonaro est également attesté par l’accord militaire signé par le Brésil et les États-Unis le 8 mars 2020 à Miami. Cet accord vise à aider à «faire face aux menaces au niveau régional», comme celles que, selon le chef du commandement sud des États-Unis, Craig Faller, «la crise au Venezuela représente pour les États-Unis».

Fig. 2

En effet, Bolsonaro a été le premier président brésilien à visiter cette institution militaire dédiée aux opérations américaines en Amérique latine et dans les Caraïbes. En conséquence, le 2 mai 2020, moins de deux mois après la signature de l’accord, le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, sans négociation préalable avec le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela et en violation de la Convention de Vienne, a annoncé, sans explications complémentaires, l’expulsion du Brésil, de toute urgence, des 34 membres du Corps diplomatique et consulaire de la République bolivarienne du Venezuela accrédités dans ce pays.

De même, le vote du Brésil aux Nations Unies contre le rapport cubain sur la résolution no 73/8 de l’Assemblée générale des Nations Unies intitulée «La nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les États Unis d’Amérique contre Cuba », montre également le caractère servile de son administration et le penchant pro-américain du président brésilien.

Cependant, la performance de Bolsonaro par rapport à la Chine est étrange car elle ne semble pas cohérente avec son alignement avec les États-Unis. Face à l’éloignement attendu entre le Brésil et la Chine pendant le mandat du pro-américain Bolsonaro, le président brésilien a continué d’intensifier ses relations avec le pays asiatique.

Le précédent de cette évolution des relations entre le Brésil et la Chine au cours des deux premières années de l’administration Bolsonaro réside dans le poids accru de la Chine dans l’économie brésilienne et, par conséquent, la diminution du poids relatif des États-Unis dans celle-ci, en tant que tendance. en vigueur depuis les gouvernements social-développementalistes qui s’est particulièrement accentuée depuis la deuxième décennie du 21e siècle. Au cours de cette période, selon les données du Conseil commercial Brésil-Chine (CEBC), les investissements chinois cumulés au Brésil s’élèvent à 57 milliards de dollars américains, couvrant 145 projets d’investissement. La plupart de ces investissements ont eu lieu à partir de 2017, avec le programme de privatisation et de concessions du gouvernement néolibéral putschiste de Michel Temer. Malgré sa réputation d’homme politique ultra-néolibéral, la géopolitique du président Jair Bolsonaro a été une continuation des politiques menées par son dernier prédécesseur, bien qu’avec leurs propres nuances émanant de sa personnalité.

Par conséquent, en 2019, lors de sa visite officielle en République de Chine populaire, le président Bolsonaro a invité le géant asiatique à participer à l’appel d’offres pré-sel, 1 dont l’ouverture aux dates de capital transnational à l’époque du processus de mise en accusation par Coup d’État parlementaire de la présidente Dilma Rousseff et prise de fonction du président par intérim Michel Temer.

Au milieu du coup d’État parlementaire contre la présidente Dilma Rousseff, le 24 février 2016, le Sénat brésilien a approuvé une loi promue par le sénateur José Serra, qui exemptait l’entreprise publique Petrobras de l’obligation légale de prendre une participation. minimum de 30% dans l’exploitation du Pré-sel. En octobre 2018, le gouvernement Temer a lancé un appel d’offres pour l’exploitation de huit zones pré-salines délimitées, dont six ont été attribuées à des entreprises étrangères. Parmi celles-ci, il y avait déjà trois entreprises chinoises: Sinopec, CnoocPetroleum et Cnodc, en plus d’autres géants du marché mondial tels que Shell, Exxon Mobile, Total, Repsol, Qatar Petroleum et British Petroleum, bien que Petrobras ait également participé et gagné dans trois des domaines du qui a concouru. Cependant,

Ces appels d’offres, cependant, n’étaient qu’un modeste prélude à la vague de privatisations que le gouvernement Bolsonaro a lancée jusqu’à présent au cours de son mandat. D’ici 2020, son administration a proposé la collecte de 150 milliards de reais, 50% de plus que l’an dernier, à travers la privatisation totale ou partielle de 300 entreprises publiques brésiliennes (Sant’Ana, 2020), sur les 624 dans lequel le Brésil participe toujours à une modalité.

Tout ce qui précède montre que les actions de Bolsonaro suivent les diktats du gouvernement de Washington, cédant le patrimoine public de la nation brésilienne au capital financier transnational. Sur cette base, Bolsonaro a fait de nombreuses concessions aux États-Unis au détriment franc de la souveraineté du Brésil. Il s’agit, par exemple, du permis d’exploitation par les États-Unis de la base spatiale d’Alcántara, située dans l’État brésilien de Maranhao, ainsi que de la dérogation unilatérale accordée par le Brésil concernant l’entrée dans le pays des touristes américains, sans que cela implique la réciprocité pour l’entrée des touristes brésiliens aux États-Unis.

De même, la volonté de Bolsonaro de faire entrer le Brésil dans le «club des pays développés»: l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), pour laquelle il a le soutien du gouvernement Trump, cherche également à favoriser les intérêts des États-Unis, malgré les dommages que son adhésion causerait au Brésil, en particulier dans le domaine du commerce international.

Dans le même temps, ce sont précisément les mécanismes émanant des règles de libre-échange imposées par les pays les plus riches dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce qui placent Bolsonaro dans un apparent dilemme entre son alignement avec les États-Unis et son engagement à leur égard. capital transnational de toute origine, y compris chinois. Cela rend la géopolitique de Bolsonaro ambiguë, alors qu’en réalité ce n’est qu’une question de pragmatisme dans sa politique étrangère idéologiquement alignée avec les États-Unis, pour correspondre aux intérêts des différents secteurs de la société brésilienne, issus à chaque fois de la grande bourgeoisie. plus transnationalisé que ce que Bolsonaro a voulu représenter.

Les intérêts de ces secteurs ne sont pas toujours totalement homogènes, car ils sont partagés entre le capital américain, plus influent dans les médias de masse, et le capital transnational d’une autre origine, y compris chinois. Le capital transnational conteste donc le marché brésilien, où les différents secteurs de la grande bourgeoisie locale exercent leur influence sur les décisions gouvernementales, en fonction de leurs propres préférences, intérêts et de leurs quotas de pouvoir respectifs. Cela explique pourquoi le gouvernement Bolsonaro a finalement décidé d’autoriser la participation de la société chinoise Huawei au développement de la technologie 5G au Brésil, sous la pression du secteur militaire pour accéder au plus vite à cette technologie.

Cette ambiguïté trouve son origine dans le contexte de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis depuis 2017, et a conduit à la diminution, de moitié environ, des importations chinoises de produits agricoles en provenance des États-Unis. Cela a favorisé l’agro-industrie brésilienne, faisant du Brésil le plus grand fournisseur de soja de la République populaire de Chine, malgré le fait que la demande chinoise pour ce produit a été considérablement réduite en raison de la peste porcine qui a éliminé près de 40% de son troupeau.

En conséquence de ce qui précède, la République populaire de Chine s’est avérée être le premier partenaire commercial du Brésil pour le mandat du président Bolsonaro. Les échanges du Brésil avec le géant asiatique en 2019 (comme l’année précédente) ont dépassé les 65 milliards de dollars américains (MDIC, 2020), le chiffre le plus élevé de commerce entre les deux pays de l’histoire du Brésil.

Les importations en provenance de la République populaire de Chine ont fourni au Brésil un excédent commercial avec le pays asiatique ces dernières années, basé essentiellement sur l’exportation de produits primaires (principalement du soja) vers le pays asiatique. De même, ils ont largement contribué à ce que la balance commerciale du Brésil en 2019 soit positive, avec un solde de 39404 millions de dollars (Jornal Estado de Minas, 2020), dont 77,9% sont attribuables à ses échanges avec la Chine. (Busch, 2020).

Malgré le pragmatisme du président brésilien ultra-libéral et pro-américain, en matière de relations du Brésil avec la République populaire de Chine, au-delà de la situation susmentionnée, il trouve son explication dans l’engagement de Bolsonaro dans les secteurs de la grande bourgeoisie et du capital brésiliens. société transnationale dédiée à l’agrobusiness, malgré le fait qu’il s’agit d’un mode de production préjudiciable au développement intégral du pays, ainsi qu’aux intérêts de la classe ouvrière brésilienne et de l’environnement, entre autres.

L’agro-industrie est basée sur la monoculture agricole, dans laquelle chaque ferme se spécialise dans un seul produit tel que le soja, la canne à sucre, l’herbe ou l’eucalyptus. Sa part dans la production agricole brésilienne est considérable, puisqu’au Brésil 80% des terres arables sont consacrées à la production de ces quatre cultures seulement (Stédile, 2014).

Bolsonaro, depuis sa campagne électorale, a promis de privilégier les grands agriculteurs dédiés à l’agro-industrie. Sur la base de cet engagement, au début de son mandat, il a approuvé un décret rendant le ministère de l’Agriculture responsable de la prise de décision concernant les terres revendiquées par les peuples autochtones. Jusque-là, les activités commerciales étaient interdites sur ces terres et les questions liées à l’identification, la délimitation, la démarcation et l’enregistrement des terres autochtones relevaient de la National Indian Foundation (FUNAI), liée au Ministère de la justice. Le transfert par Bolsonaro de la question sensible de la délimitation des terres autochtones au ministère de l’Agriculture a été un “certificat de marque” pour la grande capitale transnationale de l’agro-industrie, en raison des liens étroits entre ce secteur et l’agence gouvernementale susmentionnée. En conséquence de cette mesure, les cultures, le mode de vie et la subsistance de plus de 800 000 autochtones vivant au Brésil, appartenant à 305 groupes ethniques parlant 274 langues différentes, seront menacés. Ce qui précède ne fait pas partie des préoccupations du président raciste, car il ne craint pas que la mesure porte également atteinte aux intérêts de la classe ouvrière dans son pays.

La raison des multiples dommages subis par les populations est que l’agrobusiness, au lieu d’utiliser la main-d’œuvre, est un secteur d’utilisation intensive de machines agricoles et de poisons, contrôlé par des sociétés transnationales et dépendant du capital financier transnational.

De même, l’agro-industrie représente les intérêts des grands propriétaires fonciers, du capital financier et des sociétés transnationales. Ces sociétés transnationales dominent 70% de l’agro-industrie brésilienne. Les revenus de ce secteur, pour autant qu’ils ornent les indicateurs macroéconomiques brésiliens, ne seront guère réinvestis dans le développement industriel et technologique du pays ou dans la préservation de l’environnement et dans la lutte contre les maladies et pandémies comme le COVID-19. que pour les capitalistes, il est plus attrayant de produire du soja que des médicaments, car leur seul intérêt est de maximiser leurs méga-profits.

Bolsonaro et COVID-19

Compte tenu du soutien excessif des intérêts de l’agro-industrie et du capital transnational par Bolsonaro, il n’est pas surprenant de son manque d’engagement pour la santé de la population brésilienne au milieu de la pandémie COVID-19.

Cette pandémie déclenchée à la fin de 2019 a encore aggravé, au niveau mondial, la crise systémique générale de l’impérialisme néolibéral: la forme hégémonique actuelle du mode de production et de consommation capitaliste. Face à cette urgence sanitaire, le système capitaliste mondial a une fois de plus démontré son profond dysfonctionnement.

L’application de politiques néolibérales dans de nombreux pays, même dans certains des plus riches et des plus développés de la planète, a conduit à une calamité publique face à cette urgence sanitaire. Sa cause est que, dans ces pays, maximiser les profits de la grande bourgeoisie est plus important que de prêter l’attention voulue et de consacrer des ressources suffisantes à un système de santé publique fonctionnel capable de faire face à des situations telles que la pandémie actuelle de COVID-19. .

En termes de politiques néolibérales au détriment de la santé publique, Bolsonaro est à l’avant-garde, se démarquant par les privatisations réalisées dans le secteur de la santé publique au Brésil, ainsi que par son attaque contre les professionnels de la santé cubains qui travaillaient auparavant au Brésil. depuis le début de son mandat. Les 20000 médecins cubains qui ont dispensé leurs services dans le cadre du programme More Doctors initié par la Présidente Dilma Rousseff, entre 2013 et 2018, ont soigné 113 millions de patients au Brésil. Grâce à eux, 700 municipalités brésiliennes ont eu un médecin pour la première fois. Dans 1 100 municipalités, ils ont garanti 100% des soins médicaux de base.

Cependant, la campagne diffamatoire et les déclarations offensantes de Bolsonaro, ainsi que l’imposition par son gouvernement de conditions totalement inacceptables qui violaient les accords signés entre l’Organisation panaméricaine de la santé, le gouvernement du Brésil et le gouvernement de Cuba, ont conduit à la retrait de la brigade médicale cubaine de ce pays. Cependant, les emplois de médecins cubains, malgré plusieurs appels, restent vacants, car ils ne résidaient pas dans les grandes villes, mais là où d’autres médecins n’ont jamais été: dans le nord semi-aride, dans les agglomérations de population de faible indice de développement humain, dans la périphérie métropolitaine et les municipalités éloignées des zones urbaines, ainsi que dans les districts autochtones où ils desservaient 90% de leur population.

En raison de l’agressivité de Bolsonaro contre les médecins cubains, plus de 100 millions de Brésiliens, près de la moitié de la population, appartenant aux couches les plus pauvres de la société, ont cessé de bénéficier des soins médicaux gratuits que les services de santé Le personnel médical cubain les a garantis.

Les mesures de Bolsonaro, les indicateurs du système de santé brésilien, après les réalisations considérables entreprises pendant la période des gouvernements Lula et Dilma dans la région, ont entraîné un énorme recul. Cela a été reflété dans le rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, publié en avril 2020 par deux rapporteurs indépendants de cette organisation, qui ont affirmé que les politiques économiques et sociales irresponsables du Brésil mettent des millions de vies en danger.

Le rapport indique que seulement 10% des municipalités brésiliennes disposent de lits de soins intensifs et que le système de santé unifié (une conquête mise en œuvre par les gouvernements du Parti des travailleurs) ne dispose même pas de la moitié du nombre de lits d’hôpitaux recommandés par l’Organisation mondiale. De la santé. De même, il souligne que le système de santé brésilien est affaibli et surchargé, car les réductions de financement du gouvernement ont violé les normes internationales des droits de l’homme, y compris dans les domaines de l’éducation, du logement, de la nourriture et de l’eau, entre autres. Ces faiblesses ont accentué les effets négatifs du COVID-19 et aggravé les conséquences de l’amendement constitutionnel adopté sous le gouvernement Michel Temer qui gèle les dépenses publiques pour une période de 20 ans.

En plus du réseau hospitalier insuffisant, du personnel de santé insuffisant et des dépenses publiques insuffisantes allouées au domaine de la santé, le manque de capacité du Brésil à produire des fournitures médicales s’ajoute en raison du faible investissement dans le secteur et du système systémique lui-même dépendant de la propriété privée, en particulier lorsque l’agro-industrie est plus attractive pour les capitalistes que la production de médicaments et d’équipements médicaux.

Face aux volumes importants de produits primaires que l’agro-industrie brésilienne produit pour augmenter les profits de quelques familles d’élite, il n’y a que trois entreprises au Brésil qui fabriquent des ventilateurs pulmonaires. Cependant, ceux-ci n’ont la capacité de produire que 4000 unités par an de cet équipement important, alors que selon Carlos Gadelha, ancien secrétaire à la science, à la technologie et aux approvisionnements stratégiques du ministère de la Santé du Brésil, sous le gouvernement du président Lula, il serait nécessaire fabriquer au moins 15000 (Drummond, 2019). Dans le même temps, l’importation de cet équipement est extrêmement compliquée, puisque 78 pays imposent des barrières à son exportation.

Cette situation sanitaire complexe de la population brésilienne est maintenant encore aggravée par la pandémie COVID-19, dans laquelle le président Bolsonaro s’est avéré être une réplique fidèle de son homologue américain, Donald Trump. Ce n’est donc pas par hasard que l’évolution du taux de mortalité due au COVID-19 au Brésil suit le modèle des États-Unis, l’épicentre actuel de la pandémie dans le monde. L’évolution tragique de la pandémie dans ces deux pays a conduit à l’effondrement de leurs hôpitaux. Cependant, Bolsonaro, tout comme Donald Trump, que le président brésilien appelle «son ami», s’est opposé à la décrétation de la quarantaine nécessaire sur le territoire brésilien pour réduire le risque de propagation du nouveau coronavirus SRAS-CoV2. Au lieu de l’isolement social, il a exhorté les institutions et la population à reprendre le travail,

La position irrationnelle et anti-humaine de Bolsonaro sur le COVID-19, cependant, n’est pas seulement préjudiciable à la situation sanitaire dans son pays. Elle a également été une source de tension entre son pays et la République populaire de Chine, son principal partenaire commercial, lorsqu’il a laissé passer les commentaires publics répétés du ministre de l’Éducation du Brésil, Abraham Weintraub et du ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, concernant la pandémie de la Le coronavirus SRAS-CoV-2 comme “quelque chose qui n’est rien de plus qu’une conspiration communiste de la Chine pour dominer le monde”.

Au niveau national, les contradictions, dans le cadre du COVID-19, entre la position irresponsable et criminelle de Bolsonaro, d’une part, et la défense de l’isolement social par le ministre brésilien de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, sur la un autre a conduit à la destitution de Mandetta et de son équipe. Son départ du cabinet de Bolsonaro n’est cependant qu’un fait de plus qui indique l’auto-isolement croissant du président actuel à la fois dans son pays et dans la sphère internationale.

Dans le rejet croissant qui entoure la performance de Bolsonaro pour sa conduite sur toutes les plateformes possibles, son traitement de la pandémie COVID-19 a été le «point culminant» de sa politique anti-humaine de nature ultra-néolibérale et néo-fasciste. Tout cela a été une étincelle pour le début d’un procès de destitution politique contre lui, dans lequel, jusqu’au 23 avril, 24 demandes de révocation avaient déjà été enregistrées auprès des autorités compétentes au Brésil.

Demandes de destitutionprésentés contre Bolsonaro contiennent des arguments liés à son attitude à l’égard du COVID-19, comme le non-respect des directives de l’Organisation mondiale de la santé et du ministère brésilien de la Santé concernant l’adoption de mesures de prévention du SRAS- CoV-2. Cependant, les accusations incluent également des crimes de responsabilité pour avoir encouragé des actes contre le système législatif et judiciaire, par la tentative de fermeture de la Cour suprême fédérale, entre autres. À tout cela s’ajoute la démission du ministre de la Justice Sérgio Moro, ancien homme de main de Bolsonaro et responsable du processus de destitution de la présidente Dilma Rousseff et de l’emprisonnement sans preuve de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva,

Le processus de destitution contre Bolsonaro indique que même des secteurs de la base alliée du président brésilien exigent une nouvelle étape dans la conduite de la politique de leur pays. Leurs raisons résident dans le fait que la grande bourgeoisie brésilienne, malgré son hétérogénéité et ses contradictions internes, lors de l’élection de Bolsonaro à la présidence, a agi de manière opportuniste, en donnant son vote à quiconque pouvait garantir les profits les plus élevés à un moment donné.

Certains secteurs de cette classe sociale avaient déjà profité du boom des relations économiques du Brésil avec la République populaire de Chine, depuis les années des gouvernements Lula et Dilma, et plus tard, du pragmatisme du pro-américain Temer. Les enchaînements de la grande bourgeoisie brésilienne avec le capital transnational n’ont pas discriminé le capital en raison de son origine. D’autant que la conjoncture, d’abord, la crise mondiale multidimensionnelle déclenchée en 2008, puis la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine depuis 2017, a permis à ces secteurs d’énormes profits, grâce à la demande chinoise de produits de base.

La politique étrangère de Bolsonaro répond, avant tout, à son engagement dans des secteurs de la grande bourgeoisie brésilienne. Cependant, la composition de cette classe sociale est très hétérogène, raison pour laquelle, outre les secteurs pro-américains qui la composent, elle possède également des secteurs importants qui ont bénéficié des relations fructueuses avec la République populaire de Chine. Ce pays asiatique détient le statut de principal partenaire commercial du Brésil pendant le mandat de Bolsonaro. Ce qui précède montre que la politique étrangère de Bolsonaro a été pragmatique, malgré son alignement idéologique pro-américain. Sur cette base, cependant, le président brésilien a suivi les diktats du Consensus de Washington, à travers des privatisations et la vente d’actifs nationaux brésiliens à des capitaux transnationaux, y compris,

Cependant, la position anti-humaine de Bolsonaro face à la pandémie COVID-19 a créé des tensions entre le Brésil et son principal partenaire commercial, la République populaire de Chine, démontrant que le président brésilien reproduit la politique de son idole, le président Donald Trump, dans les aspects les plus essentiels. En particulier, les deux coïncident dans l’application de mesures qui donnent la priorité au profit des capitalistes au détriment de la vie et de la santé de leur peuple, s’opposant à décréter l’isolement social si nécessaire pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus SRAS-CoV-2. Tout cela aggrave encore la situation sociale au Brésil: un pays dépourvu de système de santé, où les soins médicaux universels, gratuits et accessibles pour toute la population ne sont pas une simple utopie.

Actuellement, le Brésil compte le plus grand nombre de décès dus au COVID-19 dans la sous-région d’Amérique latine, étant l’un des pays avec le plus de cas d’infection et la vitesse de propagation la plus rapide au monde, avec les États-Unis.

Fig. 3

Ainsi, sans l’isolement social dû recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, sans suffisamment de médecins ou de capacité hospitalière, sans fournitures médicales ou médicaments suffisants, ni capacité technologique et, encore moins, la volonté politique de l’administration Bolsonaro de les produire, Le COVID-19 continuera de faire de nombreuses victimes au Brésil.

CONCLUSIONS

La géopolitique de Jair Bolsonaro est basée sur son engagement envers le grand capital financier, reflété par son soutien excessif à l’agro-industrie et à l’extractivisme, à travers ses politiques publiques ultra-néolibérales émanant de son alignement idéologique pro-américain.

Fig. 4

Tout cela porte atteinte à la souveraineté de la nation brésilienne, qui a été préjudiciable au secteur de la santé si nécessaire de son pays, mettant en danger la vie et l’avenir de millions de Brésiliens.

La situation sanitaire tragique au Brésil après la nouvelle pandémie de coronavirus SRAS-CoV-2 est une conséquence directe de l’hégémonie des politiques néolibérales au niveau mondial et dans ce pays, et aggravée par les mesures anti-humaines absurdes de Jair Bolsonaro. Ces mesures émanent de sa géopolitique opportuniste au service de l’impérialisme américain et du capital financier transnational, auquel le président brésilien subordonne les intérêts légitimes de la population brésilienne.

Les excès anti-humains de Bolsonaro, après l’arrivée de la pandémie COVID-19 au Brésil, ont accentué les problèmes systémiques dans le contexte national brésilien, ont conduit à des représentants de larges secteurs mécontents de sa gestion, y compris ceux appartenant à sa propre base alliée. : la grande bourgeoisie brésilienne, présentera des demandes de mise en accusation contre le président.

Cependant, le processus de destitution de la destitution de Bolsonaro, initié avec le soutien de la droite elle-même, ne signifie pas le véritable questionnement, encore moins la fin du modèle politique, économique et social hégémonique – le néolibéral – dans ce pays. Ce processus n’est que le reflet de la confrontation entre les secteurs dissemblables des élites, liés au capital transnational d’origines diverses, qui se disputent leurs quotas de pouvoir pour profiter de ce que la situation COVID-19 peut leur apporter, et en incubant les changements et une nouvelle géopolitique de votre pays, ce qui vous convient.

La crise sanitaire multidimensionnelle du capitalisme, accentuée par la pandémie du nouveau coronavirus SARS-CoV-2, a démontré, une fois de plus, l’échec du modèle néolibéral. Surtout à l’époque actuelle, lorsque la survie de l’espèce humaine dans n’importe quel pays de notre planète globalisée nécessite la solidarité et la collaboration entre les peuples du monde. Tout cela implique la nécessité de pouvoir compter, dans chacun des pays, avec des politiques sociales et des systèmes de santé capables de faire passer la vie humaine avant les intérêts du capital.

Pour y parvenir, cependant, les processus de destitution contre des dirigeants néo-fascistes comme Bolsonaro ne suffisent pas , ni avec des politiques réformistes qui, à long terme, ne font rien de plus que de sauvegarder les relations capitalistes de production et de consommation.

Le grave échec du système capitaliste, mis en évidence, à cette occasion, par son impuissance face à l’émergence du COVID-19, a démontré que la survie de l’humanité nécessite un nouveau modèle de production et de consommation, ainsi qu’un ordre mondial complètement différent de celui capitaliste. . Et cela appelle de profondes transformations politiques, sociales et économiques qui changent radicalement les rapports de propriété hégémoniques au niveau mondial, en faveur des majorités: la classe ouvrière.

BIBLIOGRAPHIE

Busch, A. (2020). Comme ou le Brésil a détruit ses relations avec la Chine. Deutche Welle . Disponible sur: http://www.economia.uol.com.br/noticias/redacao/2020/04/08/como-o-brasil-destroi-sua-relacao-com-a-china.htm

Chade, J. (2020). Dans un discours agressif, le Brésil abandonne la diplomatie et attaque les rapporteurs de l’ONU. Nouvelles UOL .

Drummond, C. (2019). Pour de nombreuses raisons, la production de soja semble plus souhaitable que la production de médicaments. Lettre majuscule .

Folhapress (2019). Valeur . Ballon . Disponible sur: http://valor.globo.com/brasil/noticia/2019/11/15/china-poe-us-100 bilhoes-de-fundos-estatais-a-disposicao-do-brasil.ghtml

Joris, Z. (25 sur 10 de 2019). RFI . Disponible sur: http://www.rfi.fr/br/economia/20191925-brasil-de-bolsonaro-cede-ao-pragmatismo-na-relacao-comercial-com-china

Jornal Estado de Minas (2020). Le Brésil termine 2019 avec le plus grand déficit de trésorerie courant depuis 2015, selon la Colombie-Britannique. État de Minas Jornal .

MDIC (2019). Bulletin d’Investimentos Estrangeiros . Disponible à: http://www.economia.gov.br/central-de-conteudos/publicacoes/boletim-deinvestimentos-

MDIC (2020). Ministério da Indústria, Comércio Exterior e de Serviços da República Federativa de Brasil . Disponible à: http://www.mdic.gov.br//index.php/comercio-exterior/estatisticas-de-comercio-exterior/comex-vis

Ministère de l’économie de la République fédérative du Brésil (2019). Bulletin d’Investimentos Estrangeiros. Brasília: Secrétaire exécutif de la CAMEX.

Miranda Silva, I. (2020). Soit le Brésil, soit le gouvernement Bolsonaro et les défis du COVID-19. Disponible sur: https://www.clacso.org/pensar-la-pandemia-observatorio-social-del-coronavirus/

Pomar, V. (2019). Signification et nature du gouvernement Bolsonaro et perspectives du projet. Marxism , 21, 1-10.

Rodríguez Parrilla, B. (2018). Discours prononcé par Bruno Rodríguez Parrilla, ministre des Affaires étrangères de la République de Cuba, au XXVI Sommet ibéro-américain, à La Antigua, Guatemala, le 16 novembre 2018, La Antigua: Conseil d’État de la République de Cuba.

Sant´Ana, J. (14 janvier 2020). Le gouvernement veut réduire la participation dans 300 entreprises et un objectif général de privatisation. Gazeta do Povo . Disponible sur: https://www.gazetadopovo.com.br/republica/. Extrait le 22 avril 2020 de https://www.gazetadopovo.com.br/

Stédile, JP (2014). Stédile: “o néodéveloppementisme chegou ao seu limite”. Dans: Maior, C. (Ed.) Carta Maior .

Zéro, M. (2019). Débat au Brésil. Disponible sur: http://brasildebate.com.br/a-discreta-e-antidemocratica-politica-externa-de-bolsonaro/

1 Champ pétrolifère découvert en 2006, constitué de gisements sous-marins en eaux très profondes et situé sous une couche de sel sur la côte brésilienne, ce qui en fait le sixième pays avec les plus grandes réserves de pétrole au monde. On estime que ce champ contient plus de 176 milliards de barils de brut.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments