Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

“Ne touchez pas à la Biélorussie!” Déclaration des communistes allemands

Dans le cadre des activités subversives des impérialistes visant à déstabiliser la situation politique en Biélorussie et visant à inciter au conflit interne et aux troubles dans la république, le Comité exécutif du Parti communiste allemand annonce le début de la collecte de signatures pour une pétition en faveur des organes de l’État légalement élus et du président du Bélarus. Les communistes allemands déclarent:

Journal Pravda.
25-08-2020

https://kprf.ru/international/capitalist/196695.html

«Le 9 août, des élections ont eu lieu en République du Bélarus. Selon les résultats officiels des élections publiés par la CEC de Biélorussie, le président de la république, Alexandre Loukachenko, a remporté une victoire écrasante. A la veille des élections, l’opposition biélorusse a annoncé qu’elle ne reconnaîtrait pas la victoire du président sortant et a proclamé sa candidate, Mme Tikhanovskaya, la gagnante. Avant même l’annonce des résultats préliminaires, des émeutes ont éclaté dirigées par l’opposition.

Sans aucune preuve, les États-Unis et l’UE ont décidé de ne pas reconnaître les résultats des élections et de soutenir impudemment l’opposition. Le rôle principal dans cette intrigue, comme dans des dizaines de cas similaires, a été joué par la République fédérale d’Allemagne, qui a donné l’exemple à ses partenaires européens et a exigé la démission du président biélorusse Alexandre Loukachenko ou, dans le cas contraire, l’introduction de sanctions contre la république. C’est la République fédérale d’Allemagne, qui est le successeur légal du Troisième Reich, coupable de la mort d’un habitant sur trois de la RSS de Biélorussie pendant les années de l’occupation fasciste, qui se permet d’enseigner impudemment aux Biélorusses les leçons de la «liberté».

Les événements se développent selon le scénario simulé des nombreuses années de campagnes anti-biélorusses menées par les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne. Les raisons sont évidentes: si les impérialistes parviennent à déstabiliser la Biélorussie et à la faire entrer dans la sphère d’influence de l’OTAN, alors cette alliance militaire se rapprochera beaucoup plus de son objectif, réalisant un siège complet de la Fédération de Russie. En outre, la République de Biélorussie est la seule ancienne république soviétique dans laquelle la majeure partie de la production est restée aux mains de l’État, et la structure socialiste de la société a été largement préservée.

L’opposition soutenue par l’Occident, dirigée par Mme Tikhanovskaya, appelle à la privatisation d’une part importante des entreprises publiques par des investisseurs étrangers. Selon l’opposition biélorusse, la terre deviendra un objet de commerce, le parc de logements sera privatisé et les règles du marché et les normes de l’UE seront introduites. En outre, l’opposition prévoit la privatisation des soins de santé, ce qui entraînera inévitablement un effondrement de l’économie au milieu de la pandémie COVID-19. Le pays sera livré pour être pillé par des escrocs et des coquins du Fonds monétaire international.

L’UE et les États-Unis ont préparé aujourd’hui le même scénario pour la Biélorussie que pour l’Ukraine en 2013-2014 avec toutes les conséquences sociales, politiques et économiques que nous avons observées en Ukraine, et pas seulement. Les prédateurs impérialistes n’offrent rien de nouveau: lors des toutes premières émeutes de l’opposition, le nationalisme a été mis au premier plan. En effet, les drapeaux blanc-rouge-blanc des manifestants biélorusses étaient les couleurs des collaborateurs fascistes pendant les années d’occupation, ce qui est une abomination face à la tragédie de Khatyn (1) et aux exploits des partisans biélorusses.

Nous savons que des citoyens ordinaires du Bélarus participent également aux manifestations, souhaitant résoudre un certain nombre de problèmes accumulés. De nombreux manifestants sont descendus dans les rues du pays dans l’espoir d’une vie meilleure, ne voulant pas sciemment un Maidan biélorusse ou que le pays tombe sous les talons de l’UE et de l’OTAN. Mais ces manifestants doivent savoir: souhaitant améliorer leur vie, ils mènent leur pays et leur peuple à la catastrophe – c’est une aventure politique des ennemis de la Biélorussie, ennemis de la Russie, ennemis de tous ceux qui ne veulent pas se soumettre à l’intégration mondialiste du capital impérialiste transnational. Nous avons appris ces leçons plus d’une fois, les Allemands de l’Est peuvent partager l’expérience amère du pillage de l’économie par des prédateurs impérialistes: citoyens, manifestants, revenez à vos sens!

L’ingérence dans les affaires intérieures de la République du Bélarus et les provocations dirigées contre la Fédération de Russie accroissent considérablement le danger de guerre. Nous disons: laissez en paix la Biélorussie!

Nous exigeons du gouvernement de la RFA:

– Reconnaissance de la souveraineté des organes étatiques de la république!

– Cessation immédiate de l’ingérence dans les affaires intérieures de la République du Bélarus!

– Annulation de la politique de sanctions et de la guerre hybride de l’Union européenne et de l’Allemagne contre la Biélorussie! “

(1) L’équivalent d’Oradour-sur-Glane en Biélorussie (NdT)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments