Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis sont contraints de fuir l’Afghanistan, l’Irak et maintenant la Syrie

Face au théâtre d’ombre qui est créé sur ce qui se passe au Moyen Orient, le silence fait à la fois sur les mouvements de résistance populaire à l’occupation américaine, sur l’implication à leurs côtés des Kurdes (de ce point de vue le PCF porte une certaine responsabilité), il faut bien mesurer qu’ici comme partout dans le monde les Etats-Unis ont de plus en plus de mal à imposer leur domination et il en est de même pour leurs vassaux français, anglais et autres (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Chronique: PolitiqueRégion: Moyen-Orient

USF574222

De multiples frappes de missiles menées ces dernières semaines sur des installations militaires américaines et leurs bases à l’étranger en Afghanistan, en Irak et en Syrie indiquent qu’un nombre croissant de personnes vivant dans des pays qui ont subi des invasions militaires américaines en ont assez de l’intervention américaine et en ont assez de celle de Washington et de sa politique.

Le niveau de mécontentement du peuple afghan à l’égard de la présence militaire américaine en Afghanistan a déjà été largement couvert par les médias, et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a même été contraint de déclarer que les États-Unis retireraient toutes leurs troupes d’Afghanistan en mai 2021.

En dehors de l’Afghanistan, le sentiment anti-américain a longtemps prévalu parmi les personnes vivant en Syrie et en Irak, qui n’a pas seulement été exprimé par des moyens pacifiques, tels que la tenue de manifestations anti-américaines ou l’appel à l’ONU pour exiger le retrait des troupes américaines.

De puissantes explosions ont déclenché un feu qui a fait rage à la fin du 28 juillet sur la base aérienne de Majid al Tamimi en Irak, où sont stationnés des soldats irakiens et américains. C’était la deuxième frappe à être menée dans l’espace du même jour. Lors d’une attaque menée plus tôt dans la journée, trois roquettes ont été lancées sur le territoire de la base américaine Camp Taji située au nord de Bagdad.

Le 10 août, une explosion près de la frontière irakienne avec le Koweït a frappé des convois fournissant du matériel militaire aux forces de la coalition dirigée par les États-Unis. Le même jour, une autre attaque à la roquette a frappé près de l’ambassade américaine à Bagdad. Le territoire actuel de l’ambassade américaine a été touché par des missiles le 5 juillet, et après une autre attaque contre l’ambassade le 11 juin, Washington a été contraint de négocier la réduction de la présence militaire américaine en Irak avec Bagdad.

Les médias irakiens notent que des attaques contre des installations militaires américaines sont menées presque une fois par semaine en Irak, et bien qu’il n’y ait pas de victimes ou de blessés dans nombre de ces attaques, selon les données officielles, l’infrastructure des installations militaires a subi des dommages importants. Dans le même temps, la menace d’attaques beaucoup plus graves dans un proche avenir n’a pas été écartée par les États-Unis.

Selon la chaîne de télévision al-Hadath basée à Dubaï, l’Irak et les États-Unis sont parvenus à un accord le 22 août en réponse à l’augmentation significative du nombre de manifestations organisées en Irak contre la présence militaire américaine dans le pays, acceptant de déplacer les troupes et l’équipement américains du camp Taji au nord de Bagdad à Erbil – la capitale de la région du Kurdistan dans le nord de l’Irak. On sait maintenant que presque toutes les troupes ont été déplacées vers la base militaire d’Erbil, lors de ce qui était le plus grand retrait des troupes américaines d’une base militaire américaine au Moyen-Orient.

Il y a aussi de plus en plus de rapports en provenance de Syrie sur des attaques de missiles contre des bases militaires américaines, en particulier dans le nord-est du pays dans les gouvernorats d’al-Hasakah et Deir ez-Zor. Le journal syrien Al-Watan a rapporté que l’une de ces attaques visait une base militaire américaine dans la ville d’al-Shaddadah, le centre administratif du gouvernorat d’al-Hasakah dans le nord-est de la Syrie, qui a été touchée par des roquettes début août. En mai, l’Agence de presse arabe syrienne (SANA) a signalé qu’une autre attaque armée avait été menée contre l’armée américaine à l’aide de mitrailleuses et de grenades, au cours de laquelle au moins huit personnes avaient été blessées.

Dans certains articles, des observateurs affirment que les installations américaines visées par ces attaques sont utilisées comme infrastructure pour protéger les champs pétrolifères et pour la production illégale de pétrole syrien. Par exemple, l’une de ces attaques menées à la mi-août visait une base militaire américaine près du champ gazier de Conoco (au nord du gouvernorat de Deir ez-Zor), qui est contrôlée par les groupes armés américains et kurdes. Alors que le sentiment anti-américain prend de l’ampleur et que des attaques périodiques sont menées contre des cibles américaines en Syrie, les États-Unis ont déjà commencé à créer une unité de combat spéciale en Syrie pour protéger les champs pétrolifères à l’est de l’Euphrate. Selon des sources locales, cette unité spéciale comprend des Arabes de souche issus des rangs des miliciens des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par Washington, qui est militairement dirigée par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice principalement kurde qui forme l’épine dorsale des FDS. Cependant, les tribus locales prennent de plus en plus position contre la présence des forces armées américaines et de leurs hommes de main des FDS en Syrie. Selon Al-Masdar News, l’un de ces affrontements a eu lieu le 17 août, lorsque des combattants de la tribu Al-Baggara auraient chassé les forces des FDS du village de Jadid Baggara dans une partie rurale du gouvernorat de Deir ez-Zor dans l’est de la Syrie. Ce sont en effet les régions orientales de la Syrie où de nombreuses manifestations sont organisées contre l’occupation militaire et les nouvelles sanctions américaines, qui tentent de mettre le gouvernement syrien dans une position difficile pour empêcher Damas et ses alliés de travailler ensemble pour reconstruire leur vision de la Syrie. 

Dans ces circonstances, le président américain Donald Trump a réitéré de plus en plus son intention de retirer des troupes d’Afghanistan, d’Irak et de Syrie. Donald Trump a fait une autre remarque sur le retrait des troupes américaines d’Irak lors d’un point de presse le 19 août qui a été diffusé sur le compte Twitter de la Maison Blanche. De l’avis de Trump, l’armée américaine n’aurait jamais dû se rendre au Moyen-Orient, et il a rappelé que les États-Unis continuaient de réduire le nombre de troupes américaines stationnées en Afghanistan.

Il ne faut pas oublier que lors d’un discours prononcé par Donald Trump le 13 juin, adressé aux diplômés de l’Académie militaire des États-Unis (USMA) à West Point, New York, il a déclaré : «Nous rétablissons les principes fondamentaux que le travail du soldat américain ne doit pas être de reconstruire les nations étrangères […]. » Selon les propres mots de Trump, il y a maintenant «un accent renouvelé et lucide sur la défense des intérêts vitaux de l’Amérique».

Cependant, le 9 juin, Donald Trump a informé les membres du Congrès du Sénat et de la Chambre des représentants que Washington poursuivrait ses opérations contre DAESH, al-Qaïda, les talibans et d’autres groupes apparentés répertoriés comme organisations terroristes et basés en Afghanistan, en Irak, Syrie, Yémen, Jordanie, Liban, Turquie, Somalie, Kenya, Djibouti et Niger.

Pourtant, compte tenu de la façon dont les personnes vivant en Afghanistan, en Irak et en Syrie se sont élevées contre la présence de troupes américaines et de bases militaires dans leurs pays, on pourrait s’attendre à voir des actes de protestation similaires dans un avenir très proche dans d’autres pays du monde où plus de 600 bases militaires américaines sont hébergées.

Valery Kulikov, analyste politique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments