Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’histoire multipolaire est riche d’enseignement pour la Chine montante

Cette analyse, ce retour à Toynbee, montre à quel point la Chine se situe dans le temps long d’une transition sur laquelle il est impossible de revenir. Le déclin irreversible de l’occident, dont Marx disait déjà qu’il allait transformer l’atlantique en une autre mer intérieure dépassée qu’est la méditerranée et il proposait l’horizon du pacifique comme l’avenir, aboutit à des visions saisissantes d’une Europe sinon en ruine à tout le moins épuisée. Des régimes en pleine régression comme la Pologne, la Turquie, Israël, les Saoudiens, etc… tentent de se tailler un empire féodal sur l’impossible hégémonie impériale. La Chine ne doit pas prétendre leur succéder, elle doit revendiquer un autre monde. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par Wang Wen Source: Global Times Publié: 2020/8/24 17:30:283


Photo: IC

Parmi les membres de tous les fondateurs de courant de pensée, celui que j’admire le plus est l’historien britannique Arnold Joseph Toynbee (1889-1975). Il est surtout connu pour son A Study of History en 12 volumes , qui contient plus de 3 millions de mots et environ 7 000 pages. Ces tomes retracent le développement et la décomposition de 19 civilisations mondiales dans les archives historiques, dont la plupart peuvent être décrites comme les illustrations les plus profondes de la civilisation humaine.

Toynbee a été diplomate pendant plusieurs années. Il avait été directeur des études au Royal Institute of International Affairs de Londres, l’un des principaux groupes de réflexion mondiaux, pendant plus de 20 ans. Mais son apogée créatrice a atteint le zénith lors de sa tournée mondiale après sa retraite à l’âge de 64 ans. Il a commencé un voyage avec sa femme en partant de Londres et il a passé près de deux ans en Amérique du Sud, dans le Pacifique, en Asie du Sud et au Proche-Orient, comme il le souhaitait pour visiter des peuples et des lieux qu’il connaissait déjà dans les livres.

J’ai plus de chance que Toynbee. En raison de la mondialisation rapide de l’ordre mondial, des transports pratiques et des opportunités offertes par l’essor de la Chine, je suis allé dans près de 100 pays – et je suis encore loin de mon âge de retraite. Je suis allé aux États-Unis et en Europe des dizaines de fois et j’ai visité à plusieurs reprises des pays riches en histoire. Par exemple, je suis allé en Iran huit fois, en Turquie cinq fois et au Kenya trois fois. Mais en raison de mon horaire de travail chargé, mes visites dans ces pays ont été précipitées.  

Heureusement, j’avais travaillé comme journaliste pendant huit ans. Même travers un aperçu, je pouvais sentir la montée collective sans précédent dans le monde. Au Musée national de la République du Kazakhstan, en entrant dans la salle, j’ai vu une immense carte du territoire national du Kazakhstan. Cette carte reflète les ambitions de cette nation qui possède une histoire de plusieurs milliers d’années mais qui n’a déclaré sa souveraineté sur son territoire en tant que république qu’au début des années 1990. 

À Brasilia, j’ai regardé les plusieurs centaines de mètres de cette ville qui a été inaugurée comme capitale du Brésil en 1960. Je pouvais voir que la ville était conçue sous la forme d’un avion, ce qui reflétait la volonté du Brésil de devenir une puissance majeure lors du lancement de la capitale. 

À Abuja, la capitale du Nigéria, des amis africains locaux ont fièrement partagé avec moi leur compréhension de leur grande, nouvelle et belle capitale et leur vision que le pays deviendra la plus grande économie du continent. 

Sur la place Azadi de Téhéran, qui peut accueillir des centaines de milliers de personnes, j’ai été invité à la tribune et j’ai écouté le discours du président de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, qui s’est engagé à combattre les États-Unis et Israël jusqu’au bout. 

Il est triste de voir que certaines grandes puissances établies sont en déclin ces dernières années. Je suis allé à Paris plusieurs fois, et chaque fois que j’ai vu les Champs-Élysées entourés de rues pleines de mégots de cigarettes, de vendeurs ambulants et de pickpockets effrénés, je me sentais un peu désolé pour cet empire autrefois puissant. À Bratislava, la capitale de la Slovaquie; Budapest, la capitale de la Hongrie; et Varsovie, la capitale de la Pologne, j’ai vu des graffitis et des bâtiments en mauvais état partout où j’allais. Je ne peux m’empêcher de déplorer la déchéance des anciennes puissances européennes et la difficulté et les épreuves auxquelles elles sont confrontées aujourd’hui pour survivre dans les fissures des plus grandes puissances d’aujourd’hui.

Le célèbre savant Parag Khanna a mentionné dans The Second World: Empires and Influence in the New Global Orderque: “Les pays du second monde prouvent que l’histoire est moins un continuum sans faille qu’un concours imprévisible opposant le progrès matériel à la rareté des ressources, la mondialisation cosmopolite contre le traditionalisme tribaliste, l’union politique contre les instincts fissipares et l’autarcie contre l’avantage comparatif.”

La Chine a atteint “le moment le plus proche du plus grand rajeunissement de la nation chinoise”. Il est nécessaire que la Chine tire les leçons de l’expérience réussie des grandes puissances établies, des puissances régionales et des économies émergentes tout en comprenant leurs conditions actuelles.

Pendant longtemps encore, la multipolarisation du monde sera une tendance imparable. Les crevasses entre les États-Unis et l’Europe et la prospérité des puissances régionales produiront des résultats inattendus et complexes. Nous, Chinois, ne sommes pas très fiers de nos réalisations, et diriger le monde n’est pas quelque chose auquel nous ambitionnons dans le monde multipolaire où le pouvoir est partagé. 

À cet égard, nous devons suivre la sagesse de l’historien Arnold Toynbee: seules l’égalité entre les nations et le respect mutuel entre les civilisations peuvent apporter un avenir meilleur.

L’auteur est professeur et doyen exécutif du Chongyang Institute for Financial Studies à l’Université Renmin de Chine, et directeur exécutif du Centre de recherche sur l’échange entre les peuples Chine-États-Unis. Son dernier livre est Long March Road de Great Power. wangwen2013@ruc.edu.cn

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments