Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Des forces extérieures déstabilisent la Biélorussie, selon Moscou

Le ministère des affaires étrangères de Russie a adopté une attitude claire sur la souveraineté de la Bielorussie. Alors que depuis plusieurs jours on assistait à une attitude ambiguë du parti au pouvoir et de ses médias, le ministère de Lavrov a tranché dans le même sens que le KPRF. A cette occasion, comme l’ont noté bien des observateurs s’est découvert toute une partie de la société russe, dans les allées mêmes du pouvoir prêts à renforcer à sa frontière un nouveau maïdan ukrainien. On peut en effet s’interroger sur l’intérêt simplement national qu’aurait la Russie d’avoir un Biélorussie dans l’état de l’Ukraine et passé de fait à l’OTAN, à travers une révolution manifeste de couleur. Quant à Poutine, des commentateurs disent qu’il a joué dans cette affaire une stratégie subtile : laissant s’exercer la pression sur la Bielorussie pour mieux récupérer l’indépendant Loukachenko. (note de danielle Bleitrach)

Par Reuters le 13.08.2020 à 16h12

La Russie s’est déclarée préoccupée, jeudi, par la situation en Biélorussie, fragilisée selon Moscou par des forces extérieures. “Nous observons que des pressions sans précédent sont exercées par des partenaires étrangers sur les autorités biélorusses”, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova (

MOSCOU (Reuters) – La Russie s’est déclarée préoccupée, jeudi, par la situation en Biélorussie, fragilisée selon Moscou par des forces extérieures.

“Nous observons que des pressions sans précédent sont exercées par des partenaires étrangers sur les autorités biélorusses”, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d’un point de presse.

“Nous assistons clairement à des tentatives d’ingérence étrangère dans les affaires intérieures d’un pays souverain, dans le but de créer une rupture au sein de la société et de déstabiliser la situation”, a-t-elle ajouté.

L’ancienne république soviétique est secouée depuis l’élection présidentielle de dimanche et la réélection du président Alexandre Loukachenko, par un vaste mouvement de contestation, sévèrement réprimé par les autorités.

Alexandre Loukachenko dénonce lui aussi des complots soutenus par l’étranger visant à déstabiliser la Biélorussie et accuse les manifestants d’être des criminels et des sans-emploi.

Plusieurs pays membres de l’Union européenne, dont l’Allemagne, ont appelé ces derniers jours à rétablir des sanctions contre le pouvoir à Minsk.

(Tom Balmforth, version française Jean-Stéphane Brosse

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments