Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Traces d’un ancêtre archaïque énigmatique découvert dans le génome de l’homme moderne

fascinant …

Un nouvel algorithme révèle plus de cas de métissage entre plusieurs groupes très différents d’hominidés et d’humains primitifs

Auteur: Rédaction numérique | internet@granma.cu

8 août 2020 07:08:08

Certains humains portent les gènes d’un hominidé “super archaïque” inconnu, dont le génome n’a jamais été séquencé à partir de fossiles. C’est la conclusion à laquelle parvient une équipe de généticiens et d’informaticiens américains qui ont étudié le flux génétique entre différentes populations d’hommes modernes et leurs ancêtres, a rapporté RT.

Un nouvel algorithme, que les chercheurs décrivent dans la revue PLOS Genetics, a confirmé plusieurs migrations de gènes et, vraisemblablement, de populations, qui étaient connues des anthropologues. Ainsi, il y a environ 50000 ans, l’ADN des Néandertaliens et une autre branche apparentée de l’évolution humaine, les Denisoviens, se sont croisés avec l’homme moderne d’Afrique – cela était déjà connu.

Cependant, on a maintenant découvert qu’au moins 150 000 ans avant ces migrations, un autre échange de gènes s’est produit. La lignée Homo sapiens s’est également mêlée aux Néandertaliens et aux Denisoviens; de telle manière que chez un défunt Denisovan, dont ils ont analysé l’ADN avec le nouvel algorithme, certains gènes de nos ancêtres les plus directs sont présents.

Il a été estimé que 3% du génome néandertalien (l’équipe a examiné deux spécimens) provenait d’humains anciens. Ainsi, 1% du génome de Denisovan semble provenir d’une autre espèce d’hominidés, peut-être Homo erectus. Les trois branches de l’évolution humaine ont connu l’afflux de gènes de ces énigmatiques êtres «super archaïques» à la même époque, il y a 200 000 à 300 000 ans.

À en juger par les données génétiques, la branche inconnue se serait séparée de la principale souche évolutive de la race humaine il y a des millions d’années, mais plus tard que les ancêtres du chimpanzé (il y a environ 13 millions d’années). Jusqu’à 15% des régions d’ADN de cette branche trouvées à Denisovan ont peut-être également été transmises aux humains modernes, a découvert l’équipe.

Les résultats du groupe indiquent plusieurs cas de métissage jusque-là inconnus et laissent l’arbre de l’évolution humaine encore plus enchevêtré. Les auteurs estiment que cette même approche pourrait nous aider à mieux comprendre la transformation du loup en chien, parmi d’autres cas complexes.

(Avec des informations de RT)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments