Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les perspectives de crédit aux États-Unis ont été jugées «négatives», les inquiétudes augmentent sur le rôle mondial du dollar

Une excellente explication de la crise du dollar qui s’approfondit. Nous partageons la conclusion de l’article: “En réponse à l’aggravation de la crise de son système financier, déclenchée et accélérée par la pandémie COVID-19 mais non causée par celle-ci – les tendances sous-jacentes étaient déjà bien avancées avant que le virus ne frappe – l’impérialisme américain va intensifier les attaques contre la classe ouvrière à au pays tout en poursuivant des mesures de plus en plus agressives au niveau international, y compris la guerre, alors qu’il cherche à maintenir sa domination mondiale. ” (note et traduction de Danielle Bleitrach)

06/08/2020

Par Nick Beams
3 août 2020

Nouveau signe d’inquiétude quant à la stabilité du dollar américain, dans des conditions où la Fed injecte des milliards dans le système financier, l’agence de notation Fitch a mis un point d’interrogation sur la solvabilité des États-Unis.

L’agence a revu à la baisse ses perspectives de crédit américain de «stable» à «négatif» vendredi, tout en conservant sa note AAA – la meilleure note – pour le crédit américain. L’agence a soulevé la question de savoir si les États-Unis seraient en mesure de contenir les déficits croissants alors que le gouvernement poursuit ses renflouements d’entreprises.

Dans un communiqué annonçant la révision à la baisse, l’agence a déclaré que la notation souveraine américaine était soutenue par des «forces structurelles» et bénéficiait du rôle du dollar en tant que monnaie dominante dans le monde. Cependant, les perspectives avaient été revues vers le négatif «pour refléter la détérioration continue des finances publiques américaines et l’absence d’un plan d’assainissement budgétaire crédible».

Les déficits budgétaires avaient déjà augmenté avant le choc économique provoqué par la pandémie COVID-19 et ils avaient commencé à «éroder la force de crédit traditionnelle des États-Unis», a déclaré Fitch. Désormais, il y avait «un risque croissant que les décideurs politiques américains ne consolident pas suffisamment les finances publiques pour stabiliser la dette publique après le passage du choc pandémique».

Articulant les intérêts de classe de l’oligarchie financière aux États-Unis et dans le monde, il a précisé où une telle «consolidation» devrait avoir lieu – et il ne s’agissait pas des réductions du renflouement des entreprises ou une annulation des réductions massives d’impôts des entreprises et des particuliers pour les salariés à revenu plus élevé promulguées par Trump à la fin de 2017.

Avec l’œil clairement fixé sur le développement de la lutte des classes, Fitch a déclaré: «Après avoir mis à nu les inégalités dans la fourniture de soins de santé et exacerbé les inégalités de richesse croissantes … la crise pourrait également conduire à une pression pour une augmentation des dépenses publiques, une plus grande implication de l’État dans la économie, redistribution des revenus et mesures visant à renforcer le pouvoir de négociation des travailleurs. »

Il ne laisse aucun doute sur la manière dont ces problèmes doivent être traités. «La crise économique a probablement amené le point d’épuisement des fonds fiduciaires de sécurité sociale et de soins de santé, exigeant une action législative bipartisane pour financer ou réformer durablement ces programmes», a-t-il déclaré. En d’autres termes, il devrait y avoir une attaque contre les dépenses pour les services sociaux de base.

Soulignant ce qu’il a appelé la «flexibilité de financement exceptionnel» des États-Unis – l’emprunt du gouvernement américain de 3 billions de dollars de février à juin et les interventions de la Fed pour «soutenir les marchés financiers» – Fitch a relevé les conséquences à long terme de ces Actions.

Dans ce qui semblait être une concession à la soi-disant théorie monétaire moderne, qui soutient que les États-Unis étant l’émetteur de leur propre monnaie, ils ne peuvent jamais manquer de fonds – une théorie largement promue dans les cercles de la pseudo-gauche -, il a déclaré: « C’est un truisme que le gouvernement américain ne peut jamais manquer d’argent pour rembourser ses dettes. Cependant, il existe un risque potentiel (quoique faible) de domination budgétaire en cas de spirale [de la dette par rapport au PIB], ce qui présente des risques pour le dynamisme économique des États-Unis et le statut de la monnaie de réserve. »

Les préoccupations concernant le rôle mondial du dollar en raison de la hausse de la dette publique et de l’expansion des actifs financiers de la Fed, qui sont passés de moins de 1 billion de dollars à la veille de la crise financière de 2008 à environ 7 billions de dollars aujourd’hui, vont bien au-delà de Fitch et d’autres agences.

Dans un éditorial publié ce week-end, le Financial Times a averti que l’économie mondiale «est dans un endroit dangereux». Soulignant la résurgence des infections au COVID-19 en Europe, en Australie et au Japon, où le virus avait semblé contenu, il a déclaré: «C’était la semaine où les espoirs d’un bref verrouillage suivi d’une reprise rapide de l’activité économique ont été anéantis une fois. et pour tous.

Cela signifiait, a poursuivi l’éditorial, qu’il était probable que les gouvernements devraient continuer à emprunter et à dépenser. Les implications ont été examinées dans un article séparé intitulé «Blues du dollar: pourquoi la pandémie met à l’épreuve la confiance dans la devise américaine».

L’article notait que depuis la ruée vers les dollars lors de la crise qui a frappé les marchés financiers à la mi-mars alors que la pandémie a frappé, le dollar a chuté sur les marchés des devises, enregistrant sa plus forte baisse mensuelle depuis une décennie en juillet.

Le Financial Times a écrit que la baisse de 5% de la devise américaine au cours du mois «pourrait sembler modeste, mais sur le marché des changes relativement stable, cela est dramatique». Il a ajouté qu’une telle décision «soulève inévitablement des questions qui vont au cœur du système financier mondial et du rôle unique que joue la monnaie américaine».

Ces questions prennent de plus en plus d’importance en raison de la hausse du prix de l’or, qui se négocie désormais à un niveau record entre 1 900 $ et 2 000 $ l’once. Les investisseurs, note l’article, recherchent une alternative à la devise américaine, et alors que la politique américaine devient de plus en plus dysfonctionnelle, «certains se demandent ouvertement … si les institutions américaines sont maintenant trop faibles pour que le monde dépende du dollar».

Les opposants à l’idée que le dollar pourrait perdre son statut privilégié soutiennent qu’il n’y a aucune possibilité qu’il soit remplacé comme monnaie de réserve mondiale, que ce soit par l’euro ou le yuan chinois. En effet, les systèmes financiers de la zone euro et de la Chine sont loin d’être suffisamment grands ou sophistiqués pour que leurs devises jouent le rôle mondial du dollar.

Cette analyse est correcte  mais elle ne va pas assez loin. Une crise du dollar n’entraînera pas son remplacement par la monnaie d’un autre pays ou d’une autre région. Au contraire, cela déclenchera une crise de confiance dans toutes les monnaies fiduciaires et une rupture des relations commerciales et financières internationales.

L’article de FT citait les remarques de David Riley, stratège en chef des investissements chez BlueBay Asset Management à Londres. Il a noté que le marché des obligations d’État américaines, où les rendements des obligations à 10 ans sont devenus négatifs lorsque l’inflation est prise en compte, «reflète le fait que les perspectives américaines s’affaiblissent».

«Il va falloir qu’il y ait plus de stimulus», dit-il. «C’est là qu’intervient la vision du bogue de l’or, là où tôt ou tard il s’agit d’un avilissement de la monnaie de réserve mondiale. Alors on se précipite dans l’or.

Il y a des implications décisives qui découlent de l’affaiblissement de la position des États-Unis. Le rôle du dollar en tant que monnaie mondiale et l’importance décisive des marchés financiers américains pour chaque grande entreprise confèrent à l’impérialisme américain un pouvoir énorme dans la poursuite de ses intérêts géostratégiques.

Par exemple, c’est la raison pour laquelle il a pu imposer des sanctions contre l’Iran malgré l’opposition de l’Europe, en menaçant d’exclure les entreprises qui les brisent du flux de financement mondial, ou de frapper les entreprises soutenant le projet de gazoduc Nord Stream 2 pour transporter du gaz. de la Russie à l’Allemagne.

En réponse à l’aggravation de la crise de son système financier, déclenchée et accélérée par la pandémie COVID-19 mais non causée par celle-ci – les tendances sous-jacentes étaient déjà bien avancées avant que le virus ne frappe – l’impérialisme américain va intensifier les attaques contre la classe ouvrière à au pays tout en poursuivant des mesures de plus en plus agressives au niveau international, y compris la guerre, alors qu’il cherche à maintenir sa domination mondiale.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Texte difficile pour un non initie en economie, mais la substance est evidente dans cette chute de l’economie des USA et dans cette conclusion qui fait etat de l’agressivite de l’imperialisme le choix de la guerre de celui ci impose une lutte decuplee contre lui.