Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

COVID-19 dans le monde: l’OMS confirme six vaccins en phase III, mais demande la prudence

Voici en provenance de Cuba un état des lieux d’abord les vaccins, ensuite la situation de l’Afrique qui a été sousestimé et qui dépasse le million de cas cofirmé avec beaucoup de cas ignorés . (note et traduction de Danielle Bleitrach)

7 août 2020 | + |  

Les laboratoires développent un vaccin contre le coronavirus. Photo: Gazette médicale.

Le chef des urgences de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Michael Ryan, a expliqué qu’il existe actuellement six vaccins contre le COVID-19 en phase III , bien qu’il ait également demandé la prudence à cet égard.

Selon un rapport de RT Noticias , lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi à Genève (Suisse), Ryan a indiqué que plusieurs pays travaillent «beaucoup» pour accélérer le développement de vaccins contre la nouvelle maladie.

En ce sens, il a précisé qu’il existe “plus de 140 candidats vaccins, 26 essais cliniques et six essais de phase III “, ce qui signifie qu’ils sont allés “très vite” depuis peu de temps.

Le représentant de l’OMS a expliqué qu’ils doivent désormais “surveiller étroitement” les essais pour vérifier l’innocuité et l’efficacité de ces vaccins à un stade avancé. S’il s’avère qu’ils remplissent ces critères, le vaccin commencera à être produit pour pouvoir être fourni à la population, a-t-il ajouté.

«Mais nous devons être extrêmement prudents en ce qui concerne la vaccination […] de milliers de personnes», a déclaré Ryan, arguant que d’éventuels effets indésirables doivent être exclus. «Le défi est de savoir si nous avons suffisamment de vaccins pour tous les habitants du monde», a-t-il conclu.

Dans les essais de phase III, qui évaluent l’efficacité et l’innocuité du vaccin, des milliers de sujets de la «population cible» peuvent participer et «sont réalisés dans des conditions de terrain similaires à une utilisation de routine future», explique un Article du Journal of Postgraduate Medicine.

Lors de la même conférence de presse, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il devrait y avoir un «consensus mondial» pour faire de tout vaccin contre le coronavirus un produit de santé mondial, soulignant que cela est un choix politique, car que le nationalisme n’aidera pas à lutter contre la pandémie.

Ce lundi, Adhanom Ghebreyesus a toutefois prévenu qu’il n’y aura peut – être jamais de «solution miracle» qui permettra de mettre un terme définitif à la pandémie , qui a déjà fait près de 700 000 morts et plus de 18 millions d’infectés dans le monde.

Le chef de l’OMS a affirmé que la recherche du vaccin contre le nouveau coronavirus est “historique”, car elle se développe à une vitesse sans précédent. Il a également souligné que l’ on craint qu’un vaccin efficace, ou une protection limitée à quelques mois, ne soit pas connu avant la fin des essais cliniques .

De son côté, Tarik Yazarevich, porte-parole de l’agence, a indiqué qu’il garantira l’accès au vaccin COVID-19 pour tous les pays grâce au mécanisme COVAX. Il a également déclaré que l’objectif était que “d’ici la fin de 2021, environ 2 milliards de doses de vaccin puissent être distribuées équitablement”.

L’Afrique a dépassé le million de cas confirmés de COVID-19

Photo: Kim Ludbrook / EFE.

L’Afrique a dépassé le seuil du million d’infections au COVID-19 jeudi avec un peu plus de 22 mille décès et la pandémie s’est concentrée notamment en Afrique du Sud, un pays qui accumule plus de la moitié des cas sur le continent.

Jusqu’à jeudi soir, l’ Afrique a enregistré 1 million 7 000 99 infections; Parmi lesquels 22 mille 34 ont entraîné des décès et 688 mille 234 sont déjà des patients libérés , selon les données compilées par Efe à partir d’informations provenant des gouvernements, de l’Union africaine (UA), de l’ONU et de l’Université Johns Hopkins ( États Unis).

La pandémie progresse, en général, à un rythme modéré, mais le continent n’a réalisé qu’environ 8,8 millions de tests (dont un tiers ne correspond qu’à l’Afrique du Sud) pour une population totale de plus de 1,2 milliard d’habitants.

Ce montant est insuffisant pour apporter une réponse adéquate à la propagation du coronavirus, a averti aujourd’hui l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En effet, selon les données compilées par les Centers for Disease Control and Prevention of Africa (Africa CDC), agence dépendant de l’UA, près de 80% des tests réalisés sur le continent correspondent à l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Nigeria, Ghana, Maroc, Kenya, Éthiopie, Rwanda, Ouganda et Maurice.

“Le manque de tests conduit à une sous-déclaration des cas de COVID-19 et nous empêche de comprendre le cadre complet de la pandémie de COVID-19 en Afrique”, a averti le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, aujourd’hui pendant une conférence de presse virtuelle.

“Nous devons inverser la tendance afin que les pays puissent calibrer leur réponse, en veillant à ce qu’elle soit la plus efficace, et à mesure que les cas se déplacent vers l’intérieur (de chaque nation), les tests devraient être décentralisés depuis les capitales”, a-t-il ajouté. Moeti.

Dans ce contexte, l’OMS a commencé à renforcer son appui aux pays africains les plus préoccupants, à la fois en termes de fournitures médicales et en mobilisant des équipes d’experts pour apporter un appui technique sur le terrain.

L’Afrique du Sud, par exemple, a accueilli hier 17 spécialistes de la sauvegarde.

Cette nation du sud, qui accumule 538.184 infectés et 9.604 décès, est de loin le pays africain le plus durement touché par la pandémie -et le cinquième avec le plus d’infections au monde-, suivi de l’Égypte (94875 cas, 4 1 930 décès), au Nigéria (44 890 cas, 927 décès), au Ghana (39 642 cas, 199 décès) et en Algérie (33 626 cas, 1 273 décès).

Sur le million de personnes infectées à travers le continent, près de 2% sont des agents de santé (environ 15 300), selon le CDC africain.

Du côté positif, le taux de mortalité du coronavirus sur le continent (2,18%) est considérablement inférieur à la moyenne mondiale, qui se situe autour de 4%.

En outre, la pandémie a montré un certain ralentissement ces derniers jours, selon les rapports du CDC Afrique, puisque au cours des sept derniers jours, le pourcentage d’augmentation des cas était de 11%, contre 16% qui avaient été enregistrés dans le pays. la semaine dernière.

Ce ralentissement comprend également le grand épicentre, l’Afrique du Sud, qui commence à voir les premiers signes d’amélioration après plusieurs mois d’augmentation explosive des cas, bien que les autorités sanitaires du pays aient averti qu’elles doivent encore être prudentes lors du retrait. conclusions.

(Avec des informations des médias et des agences)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments