Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les Etats-Unis et le “terrorisme” kurde…

The National interest qui reflète en général des positions proches de celles de Trump fait état, avec ce que l’on peut considérer comme un humour involontaire, des difficultés qu’ils ont au niveau administratif à classer les Kurdes, alliés sur le terrain non seulement contre Daech mais désormais dans le pillage du pétrole syrien, dans le même temps où au gré des fantasmes de Trump-complaisamment relayés par Erdogan, ils deviennent des dangereux terroristes marxistes à l’origine des problèmes intérieurs. On comprend mieux à quel point les alliances au moyen orient peuvent devenir un casse-tête infernal et surtout le peu d’espoir que les Kurdes doivent avoir dans leur stratégie pro-américaine parce que le terrorisme qu’ils combattent est une création des alliés américains et de l’ennemi turc, on ne veut d’eux que pour dynamiter la Syrie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

https://nationalinterest.org/

https://www.reutersconnect.com/all?id=tag%3Areuters.com%2C2015%3Anewsml_GF10000129146&share=true

4 août 2020  Sujet: PolitiqueRégion: Amériques Marque du blog: Les sceptiques Mots clés: KurdesAmériqueISIScommunismeLa sécurité intérieureAméricains kurdes

Communiste ISIS Antifa: la poursuite confuse d’Américains pro-kurdes par la Sécurité intérieure

Les volontaires des YPG ont été dépeints comme des membres potentiels de l’EI et des drogués marxistes par Matthew Petti 

Le FBI interrogeait la mère de Jêhat. Ils voulaient savoir si son fils essayait de rejoindre un groupe islamiste.

Trois ans plus tard, le département de la Sécurité intérieure s’inquiétait à propos de Brace Belden. Les responsables ont déclaré que «le mineur criminel et toxicomane qui a commencé à lire Marx et Lénine en cure de désintoxication» créait un «lien» entre les militants d’Antifa et la guerre civile syrienne.

Jêhat et Belden étaient tous deux des combattants américains dans la même force soutenue par les États-Unis et dirigée par les Kurdes en Syrie.

Des dizaines, voire des centaines, d’Américains ont rejoint les Unités de défense du peuple (YPG) et leur successeur, les Forces démocratiques syriennes, en tant que volontaires dans la lutte contre l’Etat islamique. Et le département de la Sécurité intérieure a eu du mal à classer ces combattants étrangers, en essayant souvent de les lier à la menace terroriste du jour, montrent des documents déclassifiés.

«Il n’est pas terriblement surprenant» que les autorités collectent ces informations, a déclaré Jason Fritz, professeur à l’Université Johns Hopkins qui a fait des recherches sur les combattants étrangers dans les YPG. «Quiconque se mobilise pour combattre dans une guerre à laquelle il n’est pas contraint, y acquiert une expérience de combat, on peut s’en inquiéter.»

Mais Fritz n’a «vu aucun cas de [volontaires YPG] représentant une quelconque menace pour la sécurité» au cours des six dernières années de la guerre civile syrienne, «en particulier chez les gauchistes».

Les YPG ont pris de l’importance pour la première fois à l’été 2014, lorsque le groupe rebelle de gauche menait une bataille désespérée contre Daech, maintenant connu sous le nom d’État islamique. Les guérilleros des YPG ont réussi à renverser la vapeur en Syrie et sont même intervenus dans l’Irak voisin pour empêcher un génocide contre le peuple yezidi.

Le groupe a fini par accueillir des dizaines de volontaires occidentaux, à la fois des militants de droite qui veulent «défendre la civilisation occidentale» et des militants de gauche qui pensaient «voici des gens avec qui je suis d’accord, ils sont massacrés, peut-être que je peut aider », selon Fritz.

Les responsables de la sécurité intérieure ont pris note de ces volontaires pour la première fois au début de 2015, un rapport d’analyse de terrain d’août 2015 obtenu par National Interest des archives BlueLeaks.

Il était légal, quoique non conseillé, pour les Américains de rejoindre les YPG. Bien que le gouvernement américain considère le Parti des travailleurs du Kurdistan comme un groupe terroriste, il soutient les YPG avec des armes et des conseillers.

Mais les autorités ont été alarmées par les anciens combattants et les membres du service actif qui voulaient se joindre à la lutte contre l’Etat islamique.

Le vétéran de l’armée américaine Jordan Matson avait fait la une des journaux avec les « Lions du Rojava », un réseau en ligne qu’il avait créé pour recruter des Américains pour se battre pour les YPG, et il semblait que de nombreux vétérans étaient intéressés.

Un membre actif de la Garde nationale de l’Ohio «s’est même renseigné auprès de sa chaîne de commandement sur le transfert de son statut» afin de se rendre en Syrie, selon le rapport d’analyse sur le terrain.

La plus grande inquiétude des responsables de la sécurité intérieure était que certains de ces volontaires américains tentent en fait de rejoindre l’Etat islamique.

Les analystes de Homeland Security Intelligence and Analysis ont estimé que «les extrémistes violents locaux désireux de voyager à l’étranger – en soutien à [ISIS] ou à d’autres groupes extrémistes violents basés en Syrie – pourraient potentiellement chercher à contourner l’application de la loi américaine et les restrictions de voyage en masquant leur véritables intentions et en utilisant le réseau de facilitation des «Lions du Rojava» [sic]. »

Les analystes ont clairement indiqué qu’ils n’avaient «aucune information» sur les combattants de l’Etat islamique utilisant réellement cette route, mais ont déclaré que c’était une «voie supplémentaire» pour entrer en Irak et en Syrie.

Robert Rênas Amos, un Américain qui a rejoint les YPG au début de 2015, a déclaré qu’il aurait été difficile sur le plan logistique de rejoindre l’EI depuis le territoire détenu par les YPG.

«Je pouvais comprendre que des gens qui n’étaient pas informés des détails de la situation pouvaient en arriver à cette conclusion», a-t-il déclaré à national Interest, mais «tout le monde sait que s’ils avaient des tampons [de passeport] turcs, ils auraient pu être dans Daech. Sinon, ils ne l’ont probablement pas fait, car c’est le seul moyen d’entrer.

En effet, l’Etat islamique avait une route bien établie pour les combattants étrangers à travers la frontière turque. Les étrangers qui souhaitaient rejoindre les YPG, en revanche, devraient traverser le Kurdistan irakien.

Néanmoins, les autorités américaines ont continué d’agir comme si les combattants des YPG étaient des membres potentiels de l’Etat islamique.

Un combattant étranger américain qui ne serait identifié que par son nom de code kurde Jêhat a déclaré que des agents du FBI se sont rendus au domicile de sa famille en 2017 alors qu’il était en Syrie, «soi-disant [parce que] mon passeport a été scanné en Irak mais sans marque de sortie.

«Ils leur ont demandé si j’avais« exprimé un intérêt pour l’islam » [à quel point ma mère était « le contraire »», a-t-il écrit dans un message texte crypté. «Franchement, je ne sais pas s’ils sont vraiment si incompétents, ou si mon opsec [sécurité opérationnelle] était vraiment problématique, ou s’ils en savaient assez et c’était une feinte pour obtenir plus d’informations.»

Brace Belden, un autre volontaire américain des YPG, a confirmé que certains de ses camarades d’armes «avaient eu des interrogatoires de 8 heures» par le FBI ou le ministère de la Sécurité intérieure «[w] ici, il était sous-entendu qu’ils appartenaient à l’EI. »

Belden héberge désormais le podcast TrueAnon, un talk-show dédié à enquêter sur les complots de trafic sexuel par les élites. Mais il dit avoir été interrogé par les forces de l’ordre américaines chaque fois qu’il vole à l’étranger et sur certains vols intérieurs également.

«Ils ont posé des questions sur Isis [sic] légèrement mais surtout sur le PKK / YPG», a-t-il écrit dans un message texte crypté, en utilisant l’acronyme kurde pour le Parti des travailleurs du Kurdistan. 

Les combattants des YPG ont été désignés comme une menace de sécurité entièrement différente en 2020.

Le président Donald Trump voulait sévir contre «ANTIFA», un mouvement vaguement défini de manifestants militants de gauche «antifascistes», à la suite des troubles civils autour du meurtre par la police de George Floyd.

«Les États-Unis d’Amérique désigneront l’ANTIFA comme organisation terroriste», a-t-il déclaré sur Twitter le 30 mai.

Il y avait un problème: seuls les groupes étrangers peuvent être désignés comme « organisations terroristes » en vertu des lois antiterroristes américaines.

La Turquie, qui est opposée aux YPG et aux Forces démocratiques syriennes, a tenté de fournir une solution.

Le gouvernement turc a commencé à publier des preuves supposées que les militants d’Antifa étaient «entraînés» par les YPG. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a même personnellement appelé Trump pour lui faire part de cette théorie.

Le bras politique des Forces démocratiques syriennes a nié ces affirmations.

Le diplomate kurde syrien Sinam Mohamad a déclaré à National interest à l’époque que les volontaires des YPG étaient en Syrie «pour combattre les fascistes du groupe terroriste ISIS», et non «aucun autre État». Il a ajouté que les Forces démocratiques syriennes n’avaient aucun intérêt à s’immiscer dans les affaires «intérieures» de l’Amérique.

L’administration Trump avait trouvé son accroche et le département de la Sécurité intérieure a commencé à compiler des dossiers sur le retour des combattants des YPG, selon un rapport de renseignement obtenu par Ken Klippenstein de The Nation.

Le rapport a déclaré qu’il y avait «un lien clair entre l’idéologie ANTIFA et les enseignements et l’idéologie du fédéralisme démocratique kurde.»

Il a critiqué de manière désobligeante Belden, ses problèmes de toxicomanie, comme un «toxicomane».

Le rapport a également déclaré qu’une «personne non identifiée basée au Colorado qui se trouvait dans le nord de la Syrie … a publié une annonce sur un site Web extrémiste anarchiste populaire cherchant des fonds pour retourner aux États-Unis» en octobre 2017.

Tout argent non utilisé de la campagne de financement «serait canalisé vers la solidarité kurde ou les efforts de l’ANTIFA», selon le rapport.

Un ancien combattant des YPG qui correspond à la description du rapport a parlé à The National interest sous couvert d’anonymat, invoquant des préoccupations juridiques.

L’ancien combattant a déclaré qu’il avait été piégé dans le Kurdistan irakien voisin lorsqu’une crise politique a fermé le principal aéroport de la région. Il s’est finalement échappé à l’aéroport international de Bagdad dans un taxi de 250 miles, payé avec l’argent qu’il a collecté en ligne.

Aucun argent n’a jamais été «acheminé» vers l’ANTIFA, a affirmé l’ancien combattant, car il devait dépenser le reste sur un billet d’avion pour rentrer de la capitale irakienne.

«J’ai atterri au Qatar ou [peu importe] avec 10 000 dinars irakiens [8,40 $] dans ma poche», a écrit l’ancien combattant dans un message texte crypté.

Il a ajouté que l’ANTIFA est une «idée politique», pas un groupe qui pourrait «recevoir une aide matérielle comme une organisation politique ou une armée peut recevoir», dénonçant la «chasse aux sorcières manifestement inconstitutionnelle» par «l’une des administrations les plus stratégiquement rétrogrades et incompétentes de l’histoire du pays. “

Les pays européens ont criminalisé les combats pour les YPG et ont poursuivi les personnes qui les ont financés.

Mais les États-Unis ont beaucoup moins de chances de le faire.

D’une part, l’administration Trump a clamé son prétendu «accord»  avec les forces démocratiques syriennes pour extraire le pétrole syrien, ce qui rend improbable que l’administration se retourne et déclare les militants kurdes syriens comme des terroristes.

Et il est peu probable que les États-Unis adoptent des lois contre les combats dans les forces étrangères en général, car ils approuvent le volontariat de leurs citoyens dans l’armée israélienne, a expliqué Fritz.

Malgré tout, le département de la Sécurité intérieure semble plus concentré sur le message qu’il peut envoyer avec sa recherche de terroristes dans les rangs des YPG.

«C’est surtout pour souligner qu’il y a des gauchistes qui sont allés faire quelque chose que la plupart de la population considère comme « extrême »», a déclaré Fritz.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments