Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Toutes les confusions et contradictions dans l’Amérique apocalyptique de Trump par Andre Vltchek

Le reporter est allé cette fois aux Etats-Unis, il nous en rapporte une vision très inquiétante… Préserver la France si faire encore se peut de ces affrontements d’apocalypse devrait être notre but à tous… Une gauche impuissante et qui tombe le masque, l’infiltration des mouvements de protestation par l’extrême-droite et au lieu de résoudre les problèmes en profiter pour attaquer “l’ennemi” externe… (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Les Américains sont en colère. Je soupçonnais qu’ils le seraient, mais le fait a été confirmé à Miami, Washington DC, Baltimore, Minneapolis, New York et Boston. En gros, partout où je suis allé en «prenant le pouls et la température» de ce pays où j’ai vécu, en cumulant les séjours, pendant bien plus d’une décennie.

“Quel est votre travail?” Criait une femme afro-américaine, en plein milieu de la gare Union dans la capitale nationale. De toute évidence, c’était une question rhétorique, car elle a presque immédiatement répondu à sa propre question: “Il n’y a pas d’emplois!”

M. Floyd a été assassiné par des policiers pervers et sadiques. L’économie s’effondre, du moins pour les pauvres et la classe moyenne. La pandémie COVID-19 est comme une montagne russe, de haut en bas, de haut en bas, sans fin en vue.

Les gens sont en pleine confusion, tandis que le gouvernement est de plus en plus agressif. Une grande partie des soi-disant «médias progressistes» ne se comporte soudainement pas du tout progressivement. Le racisme est parfois combattu par de nouveaux types de racisme. Les mouvements antiracistes sont périodiquement infiltrés par les groupes d’extrême droite, comme je l’ai vu à Minneapolis.

Le gouvernement américain attaque essentiellement des pays comme la Chine, le Venezuela et l’Iran. Pas seulement verbalement, mais militairement. Et la raison pour laquelle notre monde n’est pas encore au milieu de la troisième guerre mondiale, c’est à cause de l’immense retenue et de la sagesse des adversaires des américains.

***

Chez nous, pas d’emplois, pas de politique cohérente sur la manière de lutter contre le COVID-19, et pas d’unité nationale en cas de catastrophe.

Jusqu’à présent, j’ai été témoin de quelques mouvements saccadés et incohérents de la part des gouvernements (fédéral et des États), ainsi que de la confusion qui en a résulté, de solutions timides et inégales. Bien au contraire de ce que j’ai vécu en Asie, que ce soit en Chine socialiste et au Vietnam, mais aussi loin des nations socialistes comme la Thaïlande, la Corée du Sud, les Philippines.

Juste un rapide contrôle de la réalité, et il devient clair que le système américain a déjà échoué, carrément et manifestement: 30 millions de personnes sans emploi depuis le début de la pandémie. Trois millions de personnes infectées, et probablement, maintenant, beaucoup plus. Plus de 130 000 citoyens américains ont perdu la vie. Bien sûr, tout dépend de la façon dont le nombre total de victimes est calculé. Quoi qu’il en soit, même si les chiffres les plus bas sont corrects, les États-Unis sont le pays le plus touché de la planète, ce qui est vraiment dommage, étant donné qu’il est toujours l’un des plus riches.

L’administration Trump est bien sûr consciente de tout cela, et à quelques mois des élections présidentielles, elle cherche désespérément quelqu’un d’autre à blâmer pour cette énorme catastrophe nationale. Le président et ses hommes pointent frénétiquement des doigts dans toutes les directions: de la Chine (RPC) à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Du Parti communiste chinois, du président Maduro aux gouverneurs des États américains et à ces très rares membres «désobéissants» des médias de masse qui osent encore, au moins occasionnellement, contester le récit officiel.

Les théories du complot sont abondantes. Des manifestations et des protestations ont lieu dans tout le pays. À New York, le taux de meurtres est en hausse. Les sirènes hurlent. Les gens lancent des clichés: «Suivez l’argent», on les entend partout.

Qui blâmer? Régime inefficace? Un capitalisme monstrueux dépassé? Corporatisme? Système éducatif merdique? Les gens ne le font pas maintenant. Tandis que les «faux prophètes» prospèrent.

Le gouvernement, les médias de masse, ainsi qu’une grande majorité des médias dits “ progressistes ” (ne le confondez pas avec les médias de gauche, qui existent à peine aux États-Unis), accusent la Chine socialiste, et ils blâment la Russie , L’Iran et d’autres pays à l’esprit indépendant.

***

C’est clairement un combat politique. La pandémie est là, bien sûr, mais pour la Maison Blanche, ce n’est rien d’autre qu’un bruit de fond. Le régime américain se bat pour sa survie. Trump se heurte à divers pays étrangers, ceux qui ont une véritable idéologie de gauche.

L’enjeu est important. La survie entière du système est désormais remise en question. Si ce terrible plan s’effondrait, le monde entier se réjouirait; il en bénéficierait. Mais la majorité des Nord-Américains perdraient. Même ceux qui aiment se peindre comme «progressistes» ou «différents» ou «aussi victimes». Et donc, il y a des milliers de conspirations visant à discréditer la rage qui a suivi le meurtre de M. Floyd. Il existe d’innombrables théories sur les origines de la pandémie, ainsi que sur sa gestion ou, plus précisément, sur la mauvaise gestion.

Tant pour Trump que pour ses adversaires du Parti démocrate, il est absolument essentiel de discréditer moralement et socialement des pays beaucoup plus prospères comme la Chine, la Russie, voire Cuba.

Un monstrueux tsunami de propagande a été déclenché aux États-Unis, mais aussi au Royaume-Uni. Il est sans précédent et écrasant. Les voix alternatives sont réduites au silence. La censure, même parmi les publications occidentales dites «alternatives», devient à toute épreuve. Et tout s’est passé littéralement du jour au lendemain. Alors que mes essais étaient réimprimés il y a à peine 2-3 mois par au moins 20 grands médias aux États-Unis et au Canada, ce sont maintenant au plus cinq qui osent. Mon angle internationaliste de gauche n’a pas changé du tout. Mais leurs vraies couleurs sont ressorties. Mais mon travail a gagné un grand soutien dans les pays non occidentaux. Cela en dit long sur la situation!

Mais revenons à Trump. Il attaque des pays étrangers, horrifié que les gens puissent remarquer à quel point certains autres pays sont optimistes et compatissants. Mais il s’oppose également à ceux qui abattent maintenant des statues, des symboles des bigots occidentaux, des cadres génocidaires, des propriétaires d’esclaves et des conquérants. Sans parler des responsables de la santé, qui osent brosser un tableau sombre (lire: réaliste), et l’exhortent à placer les intérêts des gens avant ceux de l’économie, en particulier le secteur privé.

Le 8 juillet 2020, CNN a rapporté:

«Cinq mois après le début d’une pandémie qui fait toujours rage et qui a tué plus de 130 000 Américains, les tensions persistantes entre le président Donald Trump et les experts de la santé qui composent son gouvernement sont passées de la querelle privée au désaccord haussant les épaules pour devenir un conflit maintenant ouvert.

Le résultat, disent les gens de ces agences, est un nouveau sentiment de démoralisation alors qu’ils poursuivent leurs efforts pour lutter contre une crise sanitaire unique en une génération tout en subissant simultanément les caprices d’un président qui a montré peu d’intérêt ou de compréhension pour leur travail. .

Le fait que Trump ne fasse pas confiance aux conseils d’experts tels que le Dr Anthony Fauci, le meilleur spécialiste des maladies infectieuses du pays, n’est pas nouveau. Le président n’a pas assisté à une réunion de son groupe de travail sur les coronavirus depuis des mois, et récemment ses sessions se sont tenues à l’extérieur de la Maison Blanche, y compris mercredi au siège du ministère de l’Éducation. Fauci a reçu l’ordre de participer à distance à la réunion par vidéoconférence, l’empêchant de participer à un point de presse du groupe de travail de midi… »

Justement, rien de nouveau. Sauf que même CNN, l’un des porte-parole du régime, s’en aperçoit enfin! Il s’agit de répandre le nihilisme, tant sur le front intérieur qu’étranger.

La Chine est attaquée de la manière la plus extrême, déraisonnable et même bizarre à la fois par le président Trump et son équipe, et aussi par leurs adversaires. Après avoir remporté le combat contre le COVID-19, le PRC a été blâmé pour pratiquement tout, de la rétention de données, une influence négative sur l’OMS, et même pour la fabrication du virus dans l’un de ses laboratoires basés à Wuhan, puis sa propagation partout , après. le «Virus chinois», ainsi l’appelle la Maison Blanche, alors que personne ne sait encore avec certitude, d’où il provient réellement. Naturellement, Pékin et la Chine entière se sont indignés.

Aucune des accusations du gouvernement américain n’a été prouvée. Les allégations après d’autres allégations ont été ridiculisées par la communauté médicale et scientifique américaine et souvent par le milieu universitaire. Mais l’administration est déjà allée trop loin et elle n’est clairement plus en mesure d’arrêter ses propres attaques. Elle ignore le ridicule, espérant que sa rhétorique machiste, vulgaire et provinciale plairait à un certain groupe de la partie sans instruction et extrémiste de la population, et lui gagnera un deuxième mandat.

En analysant le soulèvement qui a suivi le meurtre de M. George Floyd (qui se trouvait être COVID-19 positif), j’ai parlé à des dizaines d’Américains de toutes races et de tous les classements sociaux. La majorité d’entre eux ont été indignés par la gestion de l’épidémie et des troubles par le gouvernement. Pas une seule personne à qui j’ai parlé n’a blâmé la Chine ou tout autre pays étranger, directement, pour la situation désastreuse aux États-Unis.

La rhétorique anti-chinoise est clairement de l’ordre d’un match de football politique joué entre les républicains et les démocrates. Il en va de même pour les sentiments anti-russes, y compris la dépréciation de l’aide étrangère russe envoyée aux États-Unis, au tout début de la pandémie.

La stratégie du gouvernement américain est simple; certains diraient primitive: «Tout ce qui est terrible qui se passe à l’intérieur du pays, contre-attaquez et blâmez tout sur les opposants politiques, et si vous ne pouvez pas, attaquez les pays étrangers; La Chine, la Russie, même l’Iran ou le Venezuela. Ou les agences des Nations Unies, comme l’OMS. Envoyez des insultes aux quatre coins du monde, mais aussi des cuirassés. »

Il y a beaucoup de problèmes aux États-Unis, très, très graves. Des tentes avec des sans-abri pourraient maintenant être repérées tout autour du centre-ville de Washington DC La Maison Blanche a été convertie en forteresse. Et tandis que des millions d’Américains défilent pour protester contre le racisme et la discrimination endémiques, le KKK et ses affiliés comme Proud Boys brûlent des villes et infiltrent des manifestations antiracistes légitimes (ce que je vais bientôt aborder dans mes essais).

Les images sont apocalyptiques. La situation est explosive.

C’est l’un des moments les plus dangereux de l’histoire du monde. Mais, choquant, il n’y a pas beaucoup d’écrit sur l’urgence et la menace auxquelles notre planète est confrontée!

Andre Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est le créateur de  Vltchek’s World in Word and Images , et un écrivain qui a écrit un certain nombre de livres, dont  China’s Belt and Road Initiative: Connecting Countries Saving Millions of Lives . Il écrit spécialement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Bonsoir,
il me semble que pour lutter contre le Capitalisme Monopoliste financier nous avons besoin d’autre chose qu’une accumulation d’adjectifs et je trouve cet article très défaillant pour cela.
Bien sur les affects ne sont pas sans “réalité matérielle” mais la manipulation des affects est très efficace en France et pas que alors un marxiste conséquent me semble devoir argumenter, faire appel à notre rationalité.
Paule Lanta PCF section de Pau et Agglo du PCF

Un marxiste doit certes faire appel à la rationalité, à la science. Mais aussi observer la réalité du comportement des individus. La manipulation des affects est bien plus efficace que le discours rationnel. Quand je militais encore au PCF, je passais du temps pour rédiger des tracts avec les arguments les plus rationnels possibles, lors des distributions je voulais démontrer à ceux qui s’arrêtaient pour parler. Si on prend le cas de la dernière élection présidentielles où un candidat communiste s’est présenté, 2007 MG Buffet, même si j’avais beaucoup de réserves sur son programme il était le meilleur pour le… Lire la suite »