Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La guerre de Washington contre Huawei continue

Accuser sans preuve et agir par peur et coercition dans la guerre comme dans la concurrence économique telle est la stratégie des États-Unis. Mentir, accuser sans preuve les autres de ses propres méfaits, lancer des campagnes contre la concurrence en faisant peur aux éventuels acheteurs au lieu de développer l’excellence du produit telle est la stratégie impérialiste face à la Chine (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Pour Washington, le géant chinois des télécommunications Huawei présente un problème presque insoluble. Nous pouvons tirer cette conclusion en examinant comment les États-Unis ont choisi de concurrencer, ou plutôt ce qu’ils mettent à la place de ce qui devrait être de la concurrence.

CNET dans un article intitulé « La Maison Blanche envisagerait une intervention fédérale dans la 5G », expliquait:

Les réseaux 5G à travers les États-Unis pourraient bénéficier d’un coup de pouce du gouvernement fédéral, selon un rapport publié jeudi par le Wall Street Journal. Les responsables de l’administration Trump envisagent cette décision afin de mieux rivaliser avec Huawei à l’échelle mondiale, selon le rapport.

L’administration Trump aurait rencontré des sociétés de réseautage américaines, dont Cisco, pour discuter de l’acquisition des géants des réseaux d’Europe occidentale Ericsson et Nokia. Il envisage également d’accorder des allégements fiscaux et un financement à Ericsson et Nokia, a rapporté le Journal, citant des sources anonymes.

L’article note que le gouvernement américain a également cherché à organiser une réunion avec d’autres géants de la technologie en plus de Nokia et Ericsson, notamment Dell, Intel, Microsoft et Samsung pour discuter de la «lutte contre» Huawei.

On ne voit pas comment l’acquisition de sociétés de réseautage étrangères déjà surclassées par Huawei ferait pencher la balance en faveur de Washington ou comment des sociétés comme Ericsson et Nokia avec des parts de marché respectables gagneraient à être entraînées dans une guerre économique entre les États-Unis et la Chine, deux nations avec lesquelles actuellement les deux sociétés aiment faire des affaires.

Dans le meilleur des cas, il est peu probable que les efforts américains se concrétisent et commencent à montrer des résultats assez rapidement pour faire reculer de manière significative ou permanente Huawei.

Un besoin de compétition, pas de coercition 

Les États-Unis semblent avoir fait tout ce qui était en leur pouvoir pour combattre Huawei, en plus de lui faire concurrence.

La concurrence impliquerait la création d’une technologie similaire ou supérieure à celle de Huawei en termes de performances ou de coût, ou les deux.

Les États-Unis ne sont pas en mesure d’agir de la sorte, car même leur plus grand fabricant de smartphones, Apple, a tous ses téléphones fabriqués en Chine. Le fait que les mesures américaines les plus récemment annoncées et peut-être les plus drastiques à ce jour contre Huawei impliquent des «investissements», des «sociétés de capitaux», des «acquisitions» et des «sociétés de portefeuille» plutôt que le perfectionnement dans les domaines pertinents, la fabrication nationale et l’expertise technique, reflète une incapacité fondamentale des États-Unis à concurrencer la Chine sur un pied d’égalité.

Tant que les États-Unis insistent pour faire face à ses problèmes croissants en déplaçant des sommes sur les registres financiers plutôt que de choisir et de placer des composants sur des cartes de circuits imprimés aux États-Unis, cela peut temporairement retarder la montée de Huawei, mais en aucun cas ne peut l’arrêter.

Si ces barrières obligeaient en quoi que ce soit Huawei et d’autres à se restructurer de manière plus résiliente, cela rendra encore plus difficile à l’avenir quand et si les États-Unis décident d’affronter la Chine en concurrence réelle.

Une autre remarque: la technologie 5G de Huawei fera sans aucun doute de Huawei plus qu’une entreprise de télécommunications. Cela donnera aux pays qui déploient l’infrastructure 5G de Huawei un avantage sur une multitude d’activités économiques liées aux TI, leur donnant un avantage sur les autres pays contraints de choisir des alternatives en raison de la pression américaine qu’ils ont subi.

Si ces alternatives conviennent vraiment à l’infrastructure de télécommunications d’un pays et servent son potentiel économique, c’est une chose, mais si ces alternatives ont été choisies pour des raisons politiques, cela aura un coût pour ces nations non seulement politiquement avec la Chine, mais aussi économiquement.

Les États-Unis contre Huawei: de réels problèmes de sécurité ou une campagne de diffamation? 

L’article de CNET fait état également de la justification de l’hostilité croissante de Washington et des tactiques agressives tournées vers Huawei, en affirmant:

Huawei a été mis sur liste noire l’année dernière par les États-Unis lorsqu’il a été ajouté à la «liste des entités» hostiles aux États-Unis. En outre, le président Donald Trump a en même temps signé un décret exécutif interdisant essentiellement l’entreprise en raison des préoccupations de sécurité nationale selon lesquelles Huawei aurait des liens étroits avec le gouvernement chinois. Huawei a nié à plusieurs reprises cette accusation.  

Ces «préoccupations de sécurité nationale» sont exprimées depuis des années par les États-Unis, mais aucune preuve n’a été présentée.

Il est intéressant de noter que les tentatives des médias américano-européens et même australiens pour expliquer l’obsession croissante de Washington face à Huawei en arrivent généralement à dire que ces préoccupations ne sont qu’une excuse et que la protection de la domination américaine sur la technologie mondiale et le pouvoir économique et l’influence qu’elle fournit, est le vrai objectif.

ABC (Australie) dans son article, «Les smartphones Huawei et Apple sont tous deux fabriqués en Chine, alors quelle est la différence? », Note:

Le professeur Clive Williams du Centre de droit militaire et de sécurité de l’Université nationale australienne a déclaré à ABC qu’à sa connaissance, aucune preuve n’avait encore été fournie montrant que Huawei pratiquait l’espionnage.

«Huawei est en avance sur le domaine de la recherche 5G, dans ces allégations il peut y avoir un moyen incontrôlable de le maîtriser et de limiter sa part de marché.

Des accusations incontrôlables (ou des accusations avérées fausses) sont devenues le pain et le beurre de la politique étrangère américaine, une manière de graisser les rouages ​​de tout, de la guerre économique aux guerres réelles.

Fait intéressant, il existe des preuves réelles que les agences de renseignement américaines ont infiltré à la fois les logiciels et le matériel fabriqués en Occident, ce qui pourrait facilement justifier le même type de mesures que les États-Unis prennent actuellement contre Huawei et qui pourrait être retournées contre les entreprises américaines par le reste de le monde.

Le magazine Technology Review du MIT dans un article de 2013 intitulé « Les investigations concernant les portes du matériel de la NSA peuvent toujours être un« problème infernal » », admettrait (je souligne):

En 2011, le général Michael Hayden, qui avait auparavant été directeur de la National Security Agency et de la Central Intelligence Agency, a décrit un matériel informatique avec des «portes dérobées» cachées plantées par un ennemi comme «un problème infernal». Ce mois-ci, des reportages basés sur des documents divulgués ont indiqué que la NSA elle-même avait utilisé cette tactique, travaillant avec des sociétés américaines pour insérer des portes dérobées secrètes dans des puces et d’autres matériels pour aider ses efforts de surveillance.

En d’autres termes, les États-Unis sont en fait coupables et font depuis un certain temps exactement ce dont ils accusent Huawei de faire prétendument. Pourtant, les nations du monde entier n’ont pas tenté de paralyser ou de fermer les entreprises technologiques américaines ni même de les interdire de leurs marchés.

Les organisations gouvernementales du monde entier peuvent opter prudemment pour des équipements de télécommunications produits dans leur pays, mais en général, le monde a été assez indulgent envers les États-Unis malgré le degré d’infiltration de son industrie technologique par les agences de renseignement et les intérêts particuliers pour lesquels elle travaille.

Non seulement les États-Unis ne parviennent pas à créer des alternatives viables aux produits Huawei, les produits dont ils disposent et les sociétés qui les fabriquent sont aussi entachés en réalité par des liens avec les agences de renseignement de Washington alors que les États-Unis affirment (sans preuves) que Huawei agirait ainsi avec le gouvernement chinois.

Il semblerait que, comme les nombreuses guerres de Washington dans le monde entier qui brûlent de l’argent américain et sa réputation sur la scène mondiale, les batailles économiques de Washington sont également vouées à l’échec. Tant que la concurrence constructive n’aura pas préséance sur la conquête et la coercition, les États-Unis continueront sur cette voie malheureuse où, au lieu de promouvoir et de montrer l’ingéniosité américaine, Washington choisit de faire peur..

Gunnar Ulson, analyste géopolitique et écrivain basé à New York, spécialement pour le magazine en ligne ” New Eastern Outlook “.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments