Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Nous Savions Que Cela Allait Arriver: La Dernière Étape De L’Empire advient Maintenant

Les “conservateurs” américains ont incontestablement le blues, leur littérature est édifiante et leurs références (je vous recommande en particulier leur admiration pour le prophétisme spiritualiste de Soljenitsyne) assez drôlatique, la manière dont ce dernier exilé aux États-Unis, loin de les féliciter pour être une terre de démocratie les a engueulés pour ne pas être assez réactionnaires et défenseurs de l’idéal de la civilisation chrétienne. Comment en finir avec l’empire pour retrouver les charmes pionniers de la nation ? Il ne nous reste plus qu’à reprendre l’ouvrage indépassable sur le sujet, celui de l’historien britannique Edward Gibbon dans son fameux Déclin et chute de l’Empire romain. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, cela les mettra dans l’ambiance… Pour Max Weber, et il rejoint Marx, la chute de l’empire romain est due au fait que les esclaves ne se reproduisent pas en captivité et que les Romains sont sans cesse obligés de faire la guerre pour s’approvisionner, ça et le modèle latifundiaire fait que Spartacus, même s’il a perdu signe la fin. Ou encore Chateaubriand devant la chute irrémédiable de la royauté absolue affirmant qu’il y avait le stade ou l’on conquiert les privilèges, celui ou on en use et abuse et celui où on les perd. Encore un petit effort et ils admettront que le socialisme est inévitable (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Il est de loin préférable de voir le monde avec des yeux clairs que d’espérer bêtement un retour à «High Noon».

THOMAS COUTURE – Les Romains dans leur décadence – (Musée d’Orsay) 1847. (domaine public)

8 JUILLET 2020

00H01JEFF GROOM

https://www.theamericanconservative.com/author/jeff-groom/

Pendant le week-end férié, les États-Unis ont eu 244 ans. Le temps passe. Mais est-ce vieux pour une nation? Les nations ont-elles une durée de vie semblable à celle des organismes? Les idées et les principes ne sont-ils pas immortels? Il est naturel de parler de notre nation comme de quelque chose qui continuera indéfiniment, bien au-delà de notre existence mortelle. Mais une distinction cruciale doit être faite: l’Amérique était une nation en 1776; aujourd’hui, elle est un empire. Par conséquent, on pourrait se demander: les empires ont-ils une durée de vie?

Heureusement, l’officier et érudit de l’armée britannique, Sir John Glubb, a réfléchi à cette question dans un court essai intitulé «Destin des empires et technique de survie».

Contemporain de TE Lawrence, un autre soldat-érudit britannique connu comme Lawrence d’Arabie, Glubb a commandé la Légion arabe de Transjordanie de 1939 à 1956. Un esprit curieux et humble, ses expériences et son intérêt pour l’histoire l’ont amené à reconnaître des tendances à la hausse et à la baisse des empires. Ses études ont révélé que, comme les organismes, les empires passent par des étapes de création, de croissance, de maturité, de déclin et de mort. Glubb a suivi chacune de ces phases et a trouvé des similitudes remarquables entre des empires aussi divers que l’Empire et la République romains, les Ottomans et l’Empire perse, indépendamment de la race, de la croyance, des institutions ou de la géographie. La durée de vie moyenne estimée de dizaines d’empires au cours des trois derniers millénaires? Environ 250 ans.

Il n’est pas difficile de reconnaître le schéma général de progression impériale de Glubb dans l’histoire américaine. La bonne nouvelle pour les conservateurs est que l’empire américain tel qu’il est actuellement arrive à sa fin. La mauvaise nouvelle reste à écrire. Que deviendra cet empire en se désintégrant et comment affectera-t-il la nation semencière? Peut-être, comme Glubb le voulait, nous pouvons apprendre de l’histoire et éviter les pires destins possibles. 

La première étape identifiée par Glubb est ce qu’il appelle «l’ère des pionniers» ou «l’explosion». Les petites nations ou tribus envahissent ou supplantent celles qui ont un esprit défensif. Les exemples présentés dans Fate of Empires incluent l’éclatement islamique de la péninsule arabique au 7ème siècle, et inversement la Reconquista espagnole et l’empire qui s’en est suivi, ensemencé par deux petits territoires chrétiens. Glubb appelle les gens qui conduisent ces explosions «pauvres, robustes, souvent à moitié affamés et mal vêtus». De plus, «ils regorgent de courage, d’énergie et d’initiative», comme les milices du sel de la terre et les réguliers continentaux mal entraînés qui ont vaincu l’armée britannique pendant la Révolution américaine.

Plusieurs fois, la nation conquérante adapte l’organisation et la technologie des vaincus à leurs besoins. En Amérique, la Révolution n’a pas été radicale et la nouvelle nation a maintenu ses institutions britanniques, ouvrant la voie à «l’ère des conquêtes». Des campagnes militaires s’ensuivent et le territoire de la nation s’élargit. Bonjour, Destinée Manifeste. Les tribus indiennes étaient soit engagées dans des alliances asymétriques, soit repoussées, les Européens étaient soit indemnisés soit se battaient pour plus de superficie, et le Far West était gagné. L’acquisition de biens sous une seule bannière du gouvernement entraîne la prospérité, ce qui mène à «l’ère du commerce»

Bien que l’ère des conquêtes et l’ère du commerce se chevauchent, leurs objectifs sont différents. Le premier vise «l’honneur et la gloire», tandis que le second recherche la prospérité et le profit. On pourrait faire valoir que l’ère de la conquête a duré deux siècles pour les États-Unis, commençant par l’expansion vers l’ouest à travers l’Amérique du Nord et se terminant en Pax Americana à la fin de la guerre froide. Débordant de ressources et de capitaux, l’empire de l’ère du commerce voit des villes animées, une grande architecture et un niveau de vie élevé pour la plupart.

L’amour du profit, cependant, déplace progressivement le sens du devoir dans la population. L’abondance “fait taire la voix du devoir”, écrit Glubb, pointant du doigt les étudiants de l’empire arabe du XIIe siècle qui n’ont plus étudié “pour acquérir des connaissances et de la vertu, mais pour obtenir les qualifications qui leur permettront de s’enrichir”. 

Dans la trajectoire parabolique d’un empire, ce qui vient ensuite est «High Noon», la transition de la conquête et du commerce à la richesse. «Service» est remplacé par «égoïsme». Un état d’esprit défensif s’empare de la nation, se manifestant par des signes tangibles tels que le mur d’Hadrien et la ligne Maginot. La conquête et la préparation militaire sont perçues comme immorales par une population stagnante et axée sur la richesse. 

Pendant ce temps, la richesse se développe à un point tel que ce qui était autrefois du luxe devient monnaie courante. Ensuite, la recherche de connaissances et de titres de compétences prend le devant de la scène et ouvre la voie à «l’ère de l’intellect». Comme indiqué dans Fate of Empires, «l’impression que la situation peut être sauvée par l’intelligence mentale, sans désintéressement ni dévouement humain, ne peut que conduire à l’effondrement» menant à la dernière étape, «l’ère de la décadence». 

L’immigration atteint des niveaux trop élevés pour une assimilation efficace, et de nouvelles idées et normes culturelles remplacent celles du stock fondateur. Comme Robert Putnam, Glubb souligne que les immigrants ne sont pas inférieurs, mais érodent la cohésion culturelle. En effet, Glubb note que “beaucoup d’immigrants étrangers appartiendront probablement à des races conquises à l’origine et absorbées par l’empire” et “lorsque le déclin s’installe, il est extraordinaire de voir comment la mémoire des guerres anciennes, peut-être des siècles auparavant, est soudainement ravivée, et les mouvements locaux ou provinciaux semblent exiger la sécession ou l’indépendance. »

Une baisse du pouvoir et de la richesse combinée à des conflits internes entraîne une boucle de rétroaction créant pessimisme et «frivolité». Une population qui ne peut pas être incitée à l’action se glisse à la place dans l’évasion. Glubb compare la demande des foules romaines pour «du pain et des cirques» à la consommation britannique et américaine de football et de baseball. Il écrit même que «les héros des nations en déclin sont toujours les mêmes – l’athlète, le chanteur ou l’acteur», plutôt qu’un homme d’État, un général ou un génie littéraire comme dans les époques précédentes. Rappelez-vous, Fate of Empires a été publié en 1977. 

Parmi les autres caractéristiques de l’empire défaillant, mentionnons la montée de l’État providence et le déclin de la religion. Vérifiez et vérifiez. L’ancienne richesse de la nation conduit la population à «l’impression qu’elle sera toujours automatiquement riche» et «amène l’empire en déclin à dépenser généreusement pour son propre bien-être, jusqu’à ce que l’économie s’effondre». Ces tendances sont facilement observables aux États-Unis. Au fait, quel est le bilan de la Fed? Pire, est-ce que quelqu’un s’en soucie?

Glubb note qu’il est douteux que l’effondrement puisse être évité en étudiant la méta-histoire des empires. Au contraire, il écrit que «dans notre état actuel de chaos mental… nous nous divisons en nations, partis ou communautés et nous nous battons, nous haïssons et nous vilipendons les uns les autres sur des développements qui peuvent peut-être être divinement ordonnés et qui nous semblent, si nous adoptons une approche plus large, complètement incontrôlable et inévitable. “

Si cela vous semble pessimiste, n’oubliez pas que les trois derniers mots du titre de Glubb sont «Search for Survival». Il est de loin préférable de voir le monde avec des yeux clairs que d’espérer bêtement un retour à «High Noon». Les progressistes et les populistes sont généralement d’accord pour dire que l’avenir peut être meilleur; ils sont tout simplement en désaccord sur la voie de cet avenir meilleur. Nous survivrons si nous sommes honnêtes face à ce à quoi nous sommes confrontés. Pourtant, il reste à savoir comment procéder. Devrions-nous diviser le pays en nations distinctes dans l’espoir d’atténuer ce qui pourrait être une guerre civile de style espagnol ou un état policier doux de suzerains technologiques?

Des penseurs notables comme Charles Murray suggèrent que seul un renouveau religieux peut sauver les États-Unis. Si Glubb a raison de dire que le sauvetage en gros est impossible, devrions-nous protéger les braises du christianisme via «l’option Benoît» de Rod Dreher, dans l’espoir que les générations futures puissent un jour profiter de la pleine lumière de la civilisation occidentale? Glubb semble insinuer cela également, notant que dans les profondeurs de la décadence les «graines du renouveau religieux» sont semées. Alors que notre nation approche 250 ans – un quart de millénaire – nous devrions être reconnaissants d’avoir vécu dans ce qui pourrait être la plus grande nation que Dieu ait connue. Peut-être, après le désagrément à venir, nous trouverons quelque chose d’encore plus grand.

Jeff Groom est un ancien officier de marine. Il est l’auteur d’ American Cobra Pilot: A Marine Remembers a Dog and Pony Show  (2018). Suivez-le sur Twitter  @BigsbyGroom .Contenu sponsorisé

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Cette vision de la chute des empires part de réalités actuelles- consommations, plaisirs, loisirs- pour en rechercher les traces dans les anciens empires-du pain et des jeux– et en déduire que la règle générale de la chute des empires est en route pour les États-Unis… Partir de la conclusion qu’on souhaite et en chercher des traces dans le passé comme preuves me semble une méthode pas très scientifique. Disons que ce monsieur est un prêcheur du dimanche, appelant ses concitoyens à se réveiller et à se préparer à l’avènement d’un monde enfin béni par Dieu… De l’américain pur jus !