Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Toujours l’exemple de Cuba par le sous commandant Marcos

ce texte qui date de 2014, est plus actuel que jamais malheureusement avec un blocus plus inhumain que jamais, mais aussi et surtout dans le don de soi par lequel Cuba répond à l’injustice du criminel US qui a désormais le visage d’un clown sanglant… Comme si l’empire avait l’être le plus capable d’incarner la réalité d’u pays capable d’agir ainsi. Actualité avec cette proposition de prix Nobel, ce qui serait un honneur pour ce prix, plus encore que pour Cuba qui n’a rien à prouver (note et traduction de danielle Bleitrach)

Par le sous-commandant Marcos | 11/04/2014 | MondeSources: Editorial Punto Final Magazine

Impressionnante – au niveau mondial – a été la décision de Cuba d’assumer une solidarité absolue et sans restriction avec les pays africains touchés par le virus Ebola. 256 médecins, infirmières et autres agents de santé cubains luttent contre cette épidémie meurtrière au Libéria, en Guinée-Conakry et en Sierra Leone. Ils font partie d’un contingent de 461 professionnels de la santé formés à l’Institut cubain de médecine tropicale, à La Havane, dans des hôpitaux de campagne qui reproduisent les conditions auxquelles ils seront confrontés en Afrique.

La réponse cubaine à l’appel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour aider les pays africains a été immédiate et sans limites. Le premier groupe de 62 médecins et infirmières cubains est arrivé en Sierra Leone début octobre. Depuis lors, d’autres contingents se sont joints à eux et leur travail désintéressé est reconnu même par les ennemis les plus opiniâtres de la révolution cubaine, qui ne peuvent cacher leur admiration pour ce geste.

Les Cubains ont une fois de plus démontré que leur sens et leur pratique de l’internationalisme, que ce soit dans les défis de la guerre – comme en Angola dans le passé – ou maintenant dans les efforts de paix, est une conviction qui a pris racine dans leur idéologie révolutionnaire. . L’attitude généreuse de Cuba est le résultat de l’éducation socialiste, qui cherche à former de nouveaux hommes et femmes d’une société différente. La volonté avec laquelle ils matérialisent ce sentiment dépasse les mots, car ils le soutiennent en mettant leur propre vie en jeu. Une solidarité comme celle que Cuba offre – et qui a récemment profité à l’empire lui-même – est tout simplement de l’amour pour l’humanité. L’origine de ce comportement exceptionnel qui rend le peuple de José Martí si admirable est la moralité d’une société éduquée par la révolution de Fidel et Che.

Cette solidarité exemplaire reçoit une reconnaissance universelle. Même le secrétaire d’État américain, John Kerry, a souligné: “Cuba, un pays de seulement onze millions d’habitants, a envoyé 165 professionnels de la santé et prévoit d’en envoyer près de 300 autres”. Cependant, l’Union européenne et d’autres pays capitalistes se sont limités à offrir une aide monétaire pour lutter contre Ebola, sans risquer la vie du personnel médical, comme Cuba l’a fait.

Il convient de noter que la solidarité cubaine avec l’Afrique en matière de santé n’est pas nouvelle. Plus de 4 000 travailleurs humanitaires travaillent dans 32 pays africains. Et plusieurs milliers d’autres en Amérique latine et dans les Caraïbes. Beaucoup de ces pays ont adopté les pratiques de santé, les vaccins et les médicaments de l’île, ainsi que les protocoles cubains pour le traitement des épidémies, ainsi que des programmes de réponse civique aux catastrophes naturelles, qui sont capables de mobiliser des millions de personnes en quelques heures. .

Cependant, dans le cadre de ces événements qui honorent Cuba et son système politique, le blocus nord-américain qui étrangle l’économie cubaine persiste. Ce 28 octobre – pour la vingt-troisième année consécutive – la condamnation annuelle du blocus par l’Assemblée générale des Nations Unies a été enregistrée.

Encore une fois, 188 pays ont voté en faveur de la résolution exhortant les États-Unis à mettre fin au blocus économique, commercial et financier de l’île. Depuis 1962, cette mesure illégale et abusive – qui visait à rendre la révolution cubaine affamée et malade – a causé des pertes estimées à 1 trillion 112 mille 534 millions de dollars, sans tenir compte des énormes difficultés subies par le stoïcisme et la ferveur révolutionnaire de la population. .

Cependant, le socialisme cubain – capable de générer des actions de solidarité comme celle que les peuples africains reçoivent aujourd’hui – est toujours là, debout et plus fier que jamais. Le meilleur hommage à ce geste humanitaire est peut-être le vote de l’ONU lui-même. Une fois de plus, les États-Unis ont été laissés seuls avec Israël, son complice dans de nombreux autres crimes contre l’humanité. Même * le New York Times * conseille au président Obama de mettre fin au siège et à l’agression contre Cuba, car cela n’est plus utile aux intérêts américains. Il ne fait aucun doute que le moment est venu pour les États-Unis d’admettre la réalité qui les oblige à traiter avec respect une nation qui a gagné l’appréciation et l’admiration du monde.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments