Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

MPROT renforce sa coopération avec les syndicats internationaux

Il est étonnant de voir à quel point un problème non résolu dans le socialisme peut resurgir en cas de contre-révolution. Celui du rôle des syndicats se pose avec acuité en Russie dans la mesure où les syndicats existants sont restés la courroie de transmission… cette fois du pouvoir capitaliste… Ce sont les communistes qui assument le rôle qui leur est dévolu, mais plus que jamais ceux que Lénine désignait contre Trotski comme “l’école du communisme” paraissent nécessaires. Cette vidéo-conférence où l’on retrouve notre amie Tatyana Desyatova montre que des ponts sont en train d’être jetés entre des branches des transports plus ou moins représentatives dans leur pays. C’est une des tendances actuelles du mouvement communiste avec laquelle il faut ouvrir le dialogue (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

07/02/20200145

Le chef du Syndicat interrégional des travailleurs des transports publics Yuri Dashkov et les représentants du Parti communiste, Nikolai Zubrilin, député de la Douma de Moscou, secrétaire du Comité de la ville de Moscou du Parti communiste, Tatyana Desyatova, Premier secrétaire du ministère de la Défense de Sébastopol et Nikolai Tretyak, consultant au Département international du Comité central du travail du parti communiste ont organisé une réunion pr video avec les collectifs et syndicats de travailleurs des transports. La vidéoconférence a réuni des représentants de 24 pays. C’est un outil important pour l’échange de vues et d’expériences sur la résolution des problèmes urgents des travailleurs salariés.

Au cours de la vidéoconférence, ses participants ont discuté en profondeur des questions suivantes:

  • rapport introductif du Secrétaire général de l’unité structurelle ;
  • rapports nationaux et sectoriels sur les effets de la pandémie de
    coronavirus;
  • mesures pour le développement des syndicats internationaux par
    secteurs et régions;
  • travailler dans les réseaux sociaux et l’amélioration de sites Web;
  • fixer les dates des réunions régionales;
  • autre;

Le secrétaire général de l’unité structurelle Ricardo Maldonado Olvares a noté que l’épidémie de coronavirus prend de l’ampleur chaque jour, il a souligné que nous devons protéger la classe ouvrière des forces de l’impérialisme par tous les moyens, développer une stratégie pour le travail de notre organisation pendant l’épidémie.

Ensuite, des représentants des pays participant à la conférence ont pris la parole. Le représentant de l’Argentine a expliqué à la réunion la situation du coronavirus dans son pays et le fonctionnement actuel des transports publics. En ce qui concerne la quarantaine, le calendrier des transports publics a été réduit dans le pays afin d’empêcher une augmentation du taux d’incidence et, malheureusement, de nombreux travailleurs ont dû être licenciés, beaucoup ont vu leurs salaires divisés de moitié. Il a également déclaré qu’à travers le pays, à la demande de la Confédération des travailleurs d’Argentine, de la Confédération autonome des fonctionnaires et des syndicats de l’industrie, il y avait une grève nationale des travailleurs des transports publics, des éducateurs, des médecins, des employés des banques et des institutions judiciaires.

Le représentant du Brésil a indiqué que sur 69 cas d’infection par la nouvelle souche de coronavirus, 46 ont été enregistrés dans la plus grande zone métropolitaine d’Amérique du Sud, São Paulo, où vivent plus de 21 millions de personnes. De plus, l’identification des premiers cas a coïncidé avec la fin de la célébration du carnaval, lorsque des milliers de touristes affluent vers les centres de carnaval tels que Rio de Janeiro, Sao Paulo et Salvador. La plupart des bidonvilles n’ont pas d’égout fermé et d’eau courante; les gens vivent les uns sur les autres. C’est un milieu idéal pour la propagation du virus. Il a souligné que l’actuel président du Brésil ne lutte pas efficacement contre la pandémie de coronavirus et que le pays est aujourd’hui l’un des trois pays en nombre de cas de coronavirus dans le monde.

Le représentant de Bahreïn a déclaré que les autorités de son pays accordaient une aide financière aux représentants des entreprises, aux travailleurs sociaux et à tous les citoyens depuis 6 mois. Au total, environ 10 milliards de dollars ont été alloués. Les autorités ont également obligé les citoyens à utiliser un équipement de protection individuelle dans les lieux publics.

Le représentant du Chili a déclaré aux participants qu’après l’introduction de la quarantaine, le trafic de passagers dans les villes avait chuté de 60%. De nombreux travailleurs des transports publics ont perdu leur emploi et la situation globale reste catastrophique.

Le représentant de la Grèce, George Mavrikos, secrétaire général de la Fédération syndicale mondiale, a déclaré que la situation du coronavirus dans le pays n’était pas aussi grave et que le nombre de cas avait cessé d’augmenter. En outre, dans les transports publics, les citoyens devaient porter un équipement de protection individuelle.

Le représentant de l’Inde, Ravinuthal Lakshmayah, a déclaré à la conférence que les représentants de la FSM sont à nouveau au premier plan, protégeant les intérêts et les besoins des travailleurs. La bourgeoisie attaque à nouveau les travailleurs sous prétexte de lapandémie. Le mouvement syndical international axé sur les classes soutient la lutte des travailleurs et exige la réintégration des travailleurs licenciés et les revendications des manifestants. La situation est compliquée en raison de la propagation de l’épidémie de coronavirus et les autorités du pays ne sont pas en mesure de l’arrêter.

Le représentant du Portugal a indiqué que la situation restait extrêmement instable et que le nombre de cas augmentait chaque jour. Les autorités du pays font tout pour arrêter la propagation de la maladie dans tout le pays en introduisant la quarantaine et un régime d’auto-isolement.

Le président du Syndicat interrégional des travailleurs des transports publics, Yuri Dashkov, a noté que la situation en Russie reste extrêmement difficile et continue d’être préoccupante. Il a souligné que les autorités de notre pays intensifient leurs attaques contre les entreprises et les droits des travailleurs. En outre, EA Kulikov, chef du Bureau eurasien de la FSM et S. Khramov, ont tenté à plusieurs reprises de prendre le pouvoir dans le syndicat interrégional des travailleurs des transports publics. Yuri Dashkov a noté que ces gens l’avaient dénoncé à la police ainsi que d’autres militants syndicaux, entravant ainsi leur travail normal. En outre, ils préconisent l’abolition des poursuites pénales pour non-paiement des salaires, en particulier pour abolir l’article 145.1 du Code pénal de la Fédération de Russie, qui prévoit une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans. Parmi les propositions, il existe également un mécanisme impliquant le remplacement des peines de prison par des amendes. Yuri Dashkov a parlé aux participants des syndicats pro-gouvernementaux. Il a attiré l’attention sur le fait que ces syndicats font tout pour que les gens ne puissent pas exprimer leur mécontentement à l’égard du gouvernement actuel, interdisant la tenue de rassemblements. Il a ajouté que le gouvernement de notre pays avait alloué une aide financière de 170 $, ce qui est très faible à l’heure actuelle, et il faut beaucoup d’efforts pour l’obtenir.

Après son discours, la parole a été donnée à Nikolai Zubrilin, député du Parti communiste à la Douma de Moscou. Il a déclaré que l’assemblée plénière avait décidé d’établir un travail avec les collectifs de travailleurs et les syndicats. En outre, il a remercié les participants à la vidéoconférence et a exprimé l’espoir d’une coopération étroite avec l’unité structurelle de la Fédération syndicale mondiale.

Les participants à la vidéoconférence ont également discuté des questions d’amélioration du travail et de la reconnaissance de l’unité structurelle dans les réseaux sociaux, proposant des newsletters par e-mail et des publications sur les réseaux sociaux Facebook, Zoom et GMP.

La coopération internationale du mouvement syndical indépendant, la participation du Syndicat interrégional des travailleurs des transports publics, est difficile à estimer. Sous le capitalisme, la cohésion mondiale et le partage d’expérience peuvent être cruciaux dans la lutte pour les droits des travailleurs salariés. Le fait que les syndicats indépendants de différents pays se soutiennent mutuellement et expriment leur solidarité montre la similitude des problèmes des travailleurs dans divers secteurs de l’économie. Aujourd’hui, comme jamais auparavant, nous devons nous unir pour défendre efficacement nos droits et nos intérêts!

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments