Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Socialisme cubain : que l’Université se propage rapidement à la campagne

Voici un texte qui nous vient du “socialisme en action”, toujours sur l’agriculture cubaine… Mais je pense qu’il pose concrètement la question de la science force productive… Il y a là quelque chose qui me paraît un peu sous-estimé par ceux qui pensent par exemple que la Chine est passée du stade de la manufacture à celui des hautes technologies avec le rôle de la recherche scientifique : l’intégration de la science dans des filières de production qui unissent ce qui peut être considéré comme le travail manuel à la recherche. Une des forces selon moi du système chinois est de relier les capacités de l’artisanat, proche de l’œuvre d’art avec la recherche dans ce qu’elle a de plus pointue, alors que notre système procède au contraire par rupture entre ces deux niveaux de production y compris par délocalisation. Et quand par incitation, la recherche est conduite à s’insérer mieux dans la production c’est dans le profit, sans finalité sociale, ni souveraineté nationale. Enfin, chez nous ces filières d’application sont vidées de toute culture, ce qui réduit leur potentiel de découverte. Donc c’est à la lumière de ces enjeux qui concrétisent la relation entre forces productives matérielles et humaines qu’il faut voir la nouveauté du socialisme (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Un regard sur l’Université centrale Marta Abreu de Las Villas (UCLV), ne visualise qu’un exemple parmi d’autres de ce qui peut être réalisé lors de l’élaboration de politiques visant à relier les différentes agences avec la recherche des centres d’enseignement supérieur dans la branche agricole

Auteur: Freddy Pérez Cabrera internet@granma.cu

24 juin 2020 23:06:46

photo par l’auteur de l’article : l’institut de biotechnologie végétale permet de raccourcir le système de certification de la production de semences, et la substitution aux importations.

La confrontation avec COVID-19 et les résultats positifs qui ont été obtenus à Cuba, ont permis de comprendre la valeur de la science dans la résolution des principaux problèmes que le pays a devant lui, l’expérience qui peut et doit être étendue à d’autres domaines de la société, y compris celui de la production alimentaire, la plus haute priorité de la nation à l’heure actuelle.

La prise de conscience, dans les prochains jours, comme l’a dit le Président Miguel Díaz-Canel Bermúdez, d’une première rencontre avec l’ensemble du système de science et d’innovation liée à cette question, et le rôle que les universités doivent jouer sur ce front, permettra de faire un bilan des progrès réalisés, et surtout, d’établir une prospective sur les nombreuses choses qui doivent être faites pour briser les obstacles qui limitent encore le développement des forces productives dans la campagne cubaine.

Un regard sur l’Université centrale Marta Abreu de Las Villas (UCLV), ne visualise qu’un exemple de ce qui peut être réalisé lorsque des politiques sont articulées visant à relier les différentes agences avec la recherche de centres d’enseignement supérieur dans la branche agricole.

Semences de qualité pour une production plus élevée et des rendements élevés

C’est la vision de Fidel qui a abouti à la création, il y a 28 ans, de l’Institut de biotechnologie végétale (IBP), un centre spécialisé dans les techniques de reproduction par des méthodes biotechnologiques, afin de réaliser des semences de haute qualité génétique et sanitaire, en plus du développement de technologies et de produits à forte valeur ajoutée qui sont commercialisés à Cuba et à l’étranger.

Son directeur, le Docteur en Sciences Osvaldo Fernández, explique les résultats, souligne que la production de microtubers de pommes de terre dans des systèmes d’immersion temporaire, d’où ils vont directement sur le terrain, permet de raccourcir le système de production de semences de certification et, progressivement, la substitution des importations.

En ce qui concerne d’autres cultures telles que les bananes, Fernández Martínez explique qu’elles ont des systèmes de propagation qui distinguent Cuba à l’échelle internationale, comme l’embryogenèse somatique, le Prix de l’innovation technologique du pays en 2017. À l’heure actuelle, cette technologie a été transférée, par étapes, aux biofabriques des provinces de Pinar del Río, Mayabeque, Cienfuegos, Villa Clara, Ciego de Avila, Camaguey, Granma et Guantánamo, entre autres.

Parmi les différents projets, le centre a comme stratégie la création de modules de fruits à livrer aux quartiers, les communautés et les patios familiaux, qui comprennent des plantations de mamey, mangue, citron et avocat, entre autres, explique le Dr Osvaldo Fernández, qui explique qu’ils ont également travaillé la multiplication des fraises et des plantes ornementales, l’un des éléments qui génère la contribution la plus économique à l’institution.

Bioactifs chimiques pour l’agriculture

Zenaida Rodríguez Negrín est responsable de des orientations du Centre bioactif chimique d’Uclv (cbq). Parmi les contributions de ce centre se distingue la production de Vitrofural, stérilisateur chimique essentiel dans la désinfection des médias de culture utilisés par les biofabriques à Cuba et dans le monde.

« Aujourd’hui, nous garantissons la quantité de Vitrofural nécessaire au fonctionnement de toutes ces entités que le pays a, si l’on considère que, pour chaque six grammes de la solution que nous livrons au ministère de l’Agriculture, jusqu’à 50 litres de supports culturels peuvent être stérilisés », explique le spécialiste.

Ce produit est également appliqué avec succès dans la pêche, en particulier pour réduire les bactéries dans le transfert des alevins, ce qui a montré qu’il diminue la mortalité de 40%, dit le Dr Rodríguez Negrín.

Grâce à la qualité du produit et à l’engagement du collectif cbq, le Vitrofural est aujourd’hui exporté vers six pays d’Amérique latine, avec le Chili comme principale destination, et il y a des commandes pour le Canada et en Espagne, explique le docteur en sciences techniques.

Une autre réalisation de l’institution est cbq Agro g, un bioproduit capable de stimuler les nutriments qui aident au développement des plantes, ainsi que de faciliter l’augmentation des rendements dans les cultures telles que le riz, les haricots, le maïs et ceux qui sont semés dans les maisons de culture plafonnées.

Ce résultat est le résultat du travail conjoint de cbq et ibp, et à l’heure actuelle les plus de 24.000 litres par mois qui sont produits sont appliqués dans les coopératives de production agricole et différentes entreprises telles que la vallée de Yabu, à Santa Clara, en plus d’être étudié pour une utilisation aussi dans la canne à sucre, le scientifique se réfère.

Le lien Corps professoral-producteur

Grace au lien avec la Faculté des sciences agricoles appartenant à uclv, les agriculteurs environnants ont eu l’apport de technologies pour produire des aliments alternatifs à l’alimentation, pour être en mesure d’élever des animaux à base de manioc, patate douce et les plantes protéinées.

En ce qui concerne la question, le jeune Raciel Lima Orozco, doyen de la Faculté, fait valoir qu’il n’y a pas une seule ligne de recherche qui ne soit pas en correspondance avec la banque des problèmes agricoles, et il mentionne les faibles rendements agricoles, la gestion des ravageurs et des maladies, la production de pâturages et de fourrages, l’érosion des sols et la substitution des importations comme certains des sujets de recherche les plus fréquents.

En outre, plusieurs actions sont organisées pour former le personnel travaillant dans l’agriculture, avec la présence des principaux spécialistes de la Faculté dans les fermes, les entreprises et les pôles productifs, et le lien des étudiants des différentes carrières des sciences agricoles à la pratique productive pour la solution des problèmes.

Ce ne sont là que quelques projets d’importance économique qui sont actuellement réalisés à uclv, et qui attirent l’attention sur ce qui peut se faire et qui nécessitent une généralisation, pour faire progresser la production alimentaire sur la base des connaissances, de la science, de la technologie et de l’innovation.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments