Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Derrière la rotation du plan de relance de l’UE

En résumé : “Selon le plan, «les États membres élaboreront leurs propres plans de relance nationaux sur mesure, sur la base des priorités d’investissement et de réforme identifiées dans le cadre du semestre européen». Une enquête sur les réformes engagées par la Commission dans le cadre du processus du semestre européen identifie l’augmentation de l’âge de la retraite, la réduction du financement de la santé, la restriction de la croissance des salaires et la réduction de la sécurité de l’emploi, et la réduction des aides sociales parmi les priorités les plus courantes.”

18/06/2020

Par Emma Clancy

S’adressant aux membres du Parlement européen le 27 mai, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a proposé la création d’un fonds de relance de l’Union européenne de «prochaine génération» d’une valeur de 750 milliards d’euros, à lever par la Commission – une euro-obligation temporaire. Les fonds seraient décaissés sous forme de subventions de 500 milliards d’euros et de 250 milliards d’euros de prêts. La proposition de von der Leyen faisait suite à l’annonce d’un accord entre l’Allemagne et la France le 18 mai pour un instrument de dette commune visant à lever 500 milliards d’euros à décaisser sous forme de subventions.

Son plan a été salué par de nombreux dirigeants du gouvernement de l’UE et a été salué par les médias comme « historique », « choc fiscal et effroi » et « moment de Hamilton » de l’UE. Ce dernier fait référence à l’accord entre Alexander Hamilton et Thomas Jefferson aux États-Unis en 1790 pour que le nouveau gouvernement fédéral assume la dette des colonies en temps de guerre, considérée par les historiens comme un moment déterminant dans le développement du système fédéral américain.

La Commission propose de lever temporairement le plafond des ressources propres de l’UE de 0,6% du revenu national brut de l’UE afin d’emprunter les 750 milliards d’euros sur les marchés financiers, à dépenser au cours de la période 2021-2024. Les obligations seront remboursées après 2027 et avant 2058 et auront des échéances variables. Si la proposition de la Commission est approuvée par les 27 États membres et le Parlement européen, ce ne sera pas la première fois qu’un euro-obligation sera utilisé, mais ce sera la première fois qu’une somme importante est levée.

Le plan de relance vise à dynamiser certains aspects du prochain budget à long terme de l’UE, le cadre financier pluriannuel (CFP). Le cœur de la proposition est la création d’un nouveau «mécanisme de relance et de résilience» de 560 milliards d’euros.

Il y a, bien sûr, des chaînes attachées à l’installation de récupération, qui seront «intégrées» dans le semestre européen, le cadre de l’UE pour surveiller et contrôler les budgets nationaux des États membres. Les fonds collectés ne seront pas directement versés aux gouvernements mais seront administrés par le biais du CFP.

Selon le plan, «les États membres élaboreront leurs propres plans de relance nationaux sur mesure, sur la base des priorités d’investissement et de réforme identifiées dans le cadre du semestre européen». Une enquête sur les réformes engagées par la Commission dans le cadre du processus du semestre européen identifie l’augmentation de l’âge de la retraite, la réduction du financement de la santé, la restriction de la croissance des salaires et la réduction de la sécurité de l’emploi, et la réduction des aides sociales parmi les priorités les plus courantes.

Magie financière

Dans son discours à Bruxelles, von der Leyen a déclaré que le fonds de la prochaine génération “reposerait sur un budget européen à long terme remanié de 1,1 billion d’euros”, portant les nouvelles mesures qu’elle annonçait à 1,85 milliard d’euros, en plus du paquet précédent. de 540 milliards d’euros. “En somme, cela porterait nos efforts de récupération à un total de 2,4 billions d’euros.”

Une ventilation des chiffres montre qu’il s’agit d’une grave distorsion de la réalité.

Le premier ensemble de mesures, censé comprendre 540 milliards d’euros, comprend 100 milliards d’euros de prêts pour les programmes de chômage partiel et 240 milliards d’euros de prêts potentiels du Fonds de sauvetage du Mécanisme européen de stabilité (MES) – qui jusqu’à présent n’ont pas été touchés car ils sont politiquement toxiques en raison de son association dans l’esprit du public avec la troïka détestée. Le dernier volet du premier ensemble de mesures consiste en 200 milliards d’euros de prêts de la Banque européenne d’investissement aux PME – mais la Commission fonde ce chiffre sur un «effet de levier» de 25 milliards d’euros pour mobiliser des capitaux privés pour compléter le reste. En réalité, ce «paquet de 540 milliards d’euros» se compose de 100 milliards d’euros de prêts qui seront effectivement décaissés et de 25 milliards d’euros de financement supplémentaire pour la BEI.Lisez aussi:” La fierté de la légion lettone Waffen-SS de notre État et de notre nation ”, a déclaré le ministre de la Défense, en rendant hommage aux anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale qui se sont rangés du côté d’Hitler

Le Parlement européen, généralement d’accord pour masser les chiffres par le biais d’un «effet de levier» afin d’impressionner leurs électeurs, a mis en garde la Commission au début du mois «contre l’utilisation de la sorcellerie financière et de multiplicateurs douteux pour publier des chiffres ambitieux» dans sa réponse à la pandémie car la crédibilité de l’UE était en jeu.

Le chiffre de 1,1 milliard d’euros est le budget à long terme de l’UE et ne devrait donc pas être inclus dans l’examen des réponses spécifiques à la pandémie de coronavirus et aux blocages associés. En tout état de cause, ce chiffre est encore inférieur à la proposition législative de la Commission pour 2018 concernant le budget qui s’étendra de 2021 à 2027. Le budget de l’UE se compose presque entièrement de contributions des États membres sur la base de leur RNB.

Le budget à long terme est en baisse constante en pourcentage des contributions fondées sur le RNB depuis 1995. Les trois institutions – le Parlement, la Commission et le Conseil des 27 États membres – se disputent farouchement la taille et le contenu du prochain CFP depuis 2018. Le CFP opérant de 2014 à 2020 a été fixé à 1,03% du RNB de l’UE28, mais il atteint 1,16% du RNB de l’UE27, une fois la contribution britannique supprimée.

La proposition de 2018 de la Commission pour le CFP 2021-2027 portait sur 1,11% du RNB de l’UE27, soit une somme de 1,135 milliard d’euros. Le Parlement en veut plus, tandis qu’un groupe d’États membres refusent d’accepter des contributions de plus d’un pour cent de leur RNB.

La proposition actuellement soumise au Conseil, présentée plus tôt cette année par son président Charles Michel, vise un CFP de 1,069% du RNB. Il comprend une augmentation massive des dépenses de sécurité et de défense, avec des coupes sombres dans les dépenses de cohésion et de politique agricole commune, respectivement de -12% et -14% par rapport au CFP actuel.

Des coupes de cette ampleur seraient dévastatrices pour de nombreuses économies dites périphériques de l’UE, qui sont désavantagées par l’architecture de l’union monétaire. Par exemple, 80% des investissements publics au Portugal dépendent entièrement des fonds de cohésion de l’UE.

La proposition de von der Leyen pour un budget de 1,1 milliard d’euros est légèrement supérieure à ce qui est actuellement sur la table au Conseil, mais représente toujours un recul par rapport à la proposition initiale de la Commission. Son plan comprend l’utilisation des fonds empruntés par la Commission pour renforcer certains programmes budgétaires, y compris l’ajout de 55 milliards d’euros aux politiques de cohésion, environ 32 milliards d’euros au Fonds Just Transition (initialement proposé pour recevoir un maigre 7,5 milliards d’euros) et 15 milliards d’euros pour le développement rural. . Si la réaffectation d’une partie des fonds empruntés à la cohésion et au développement rural contribuera à restaurer une partie des ressources que ces programmes devaient perdre dans le prochain CFP, le résultat final représente en fait une réduction du niveau de financement existant

La pièce maîtresse de la proposition von der Leyen – un nouveau mécanisme de relance et de résilience de 560 milliards d’euros – consiste en des subventions de 310 milliards d’euros et des prêts de 250 milliards d’euros. Les prêts de toute nature ne devraient pas être inclus dans l’évaluation de la réponse à la pandémie de coronavirus; tous les États membres peuvent emprunter à des taux d’intérêt bas.

Si nous supprimons toutes les retombées, le montant de nouveaux fonds réels de l’UE pour ce plan de relance est de 310 milliards d’euros. Ce n’est pas une somme insignifiante, et elle a été bien accueillie par des pays comme l’Italie et l’Espagne. Mais il est loin des 2,4 billions d’euros annoncés par von der Leyen dans son discours.

Même le montant proposé de 750 milliards d’euros d’emprunts est en réalité inférieur à ce qui était proposé dans le plan franco-allemand de 500 milliards d’euros de subventions.

Après avoir chiffré les chiffres, Eurointelligence estime que «l’élément de récupération du paquet représente 0,56% du PIB de l’UE en 2019, pendant quatre ans».

Longue dépression 

Les perspectives économiques se sont assombries chaque semaine au cours des trois derniers mois. La Commission estime que le PIB de l’UE a déjà chuté de 15% au deuxième trimestre 2020 par rapport à 2019. L’estimation optimiste est que le PIB chutera de plus de 7% en 2020 – mais la Commission note que ce sera autour de 10 dans les pays les plus touchés.

Cependant, si une deuxième vague d’infection entraîne des mesures de verrouillage prolongées, le PIB de l’UE pourrait chuter de 16% cette année. Il est de plus en plus improbable qu’une deuxième vague puisse être évitée, étant donné que plusieurs pays qui ont assoupli les mesures de verrouillage, comme la Chine et l’Allemagne, ont rapidement connu une hausse du taux d’infection.

Jusqu’à présent, les États membres de la zone euro ont dépensé environ 4% du PIB de la zone euro, avec environ 20% du comité du PIB de la zone euro pour des systèmes de garantie de prêts. Mais il y a une énorme différence entre les réponses des États membres, en fonction de l’état de leurs finances publiques. Les dépenses allemandes représentent plus de la moitié de toutes les aides d’État utilisées jusqu’à présent, avec ses mesures totalisant 29% du PIB allemand. L’Italie, en comparaison, a dépensé 17% de son PIB.

Les règles du Pacte de stabilité et de croissance relatives à la dette et au déficit – selon lesquelles le ratio dette / PIB des États doit être inférieur à 60% et les déficits budgétaires annuels doivent être limités à 3% du PIB – ont été temporairement suspendues mais sont inscrites dans la Constitution. dans le Traité et reviendra.

Dans le cadre du plan Next Generation, la dette de 750 milliards d’euros de la Commission sera remboursée en utilisant trois options possibles, von der Leyen déclarant qu’elle préfère que l’UE augmente à l’avenir de nouvelles ressources propres, telles qu’une taxe numérique, une taxe d’ajustement des frontières carbone, l’expansion du système d’échange de droits d’émission et une taxe sur les grandes multinationales. Les deux autres options consistent à rembourser cet argent par le biais des futurs budgets de l’UE jusqu’en 2058, soit en augmentant les contributions des États membres ou en réduisant les programmes.

La mobilisation de nouvelles ressources propres importantes sera difficile sans modifier le traité sur le fonctionnement de l’UE, qui requiert un vote unanime sur la fiscalité au Conseil. Une taxe d’ajustement aux frontières carbone peut gagner le soutien des États membres, mais les propositions concernant l’impôt sur les sociétés échouent toujours au Conseil en raison de l’opposition d’une cabale des États membres du paradis fiscal de l’UE – qui comprend les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Irlande, la Belgique, la Hongrie, Malte et Chypre.

Des propositions concernant une taxe sur les transactions financières, une assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés et une taxe sur le chiffre d’affaires pour les entreprises numériques ont été rejetées ou bloquées au Conseil. La proposition du plan germano-français d’un taux minimum d’imposition des sociétés dans l’UE était absente de la proposition de von der Leyen.

Dans sa revue de stabilité financière publiée le 26 mai, la Banque centrale européenne (BCE) a prédit que la dette publique atteindrait 200% du PIB en Grèce, 160% en Italie, 130% au Portugal et 120% en France et en Espagne. En moyenne, la dette de la zone euro passera de 86% de son PIB actuel à plus de 100%, tandis que les déficits moyens représenteront 8% du PIB.

Plusieurs États, dont l’Italie, l’Espagne, la France et le Portugal, devront refinancer une grande partie de leur dette au cours de la prochaine année. La BCE a averti: «L’augmentation associée du niveau de la dette publique pourrait également déclencher une réévaluation du risque souverain par les acteurs du marché et relancer les pressions sur les souverains plus vulnérables».

La Commission reconnaît que «les finances publiques peuvent être durablement affaiblies». Cela pose un problème unique dans la zone euro en raison de la “ clause de non-renflouement ” du traité qui interdit le financement monétaire direct de la dette publique par la banque centrale et des règles du pacte de stabilité et de croissance qui imposent une dynamique déflationniste en cas de récession.

L’émission d’obligations communes pourrait être saluée si la BCE était autorisée à acheter des obligations illimitées et à annuler la dette ou à les conserver à perpétuité. Le plan de la prochaine génération ne parvient pas à résoudre les contradictions fondamentales de l’architecture économique de l’UE; elle alourdira la dette nationale des États membres et les emprisonnera dans une spirale d’austérité permanente.

L’Allemagne a fait volte-face sur la question des euro-obligations ce mois-ci après que sa Cour constitutionnelle a ordonné à la banque centrale du pays, la Bundesbank, de cesser de participer au programme d’assouplissement quantitatif de la BCE dans un délai de trois mois, sauf si certaines conditions sont remplies.

L’implication de la décision est que le tribunal allemand estime que pour que la BCE respecte l’interdiction du financement monétaire, elle ne peut plus adopter l’approche «quoi que ce soit» de garantir un soutien illimité aux économies de la zone euro.

Loin d’être un «moment de Hamilton», ce plan représente l’acquiescement allemand à faire le strict minimum pour maintenir la zone euro ensemble à court terme.

Emma Clancy est la rédactrice de Irish Broad Left . Suivez-la sur Twitter @ emmaclancy123.
Cet article a été initialement publié dans Tribune le 29 mai.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments