Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La mort de deux hommes noirs pendus à des arbres suscite l’indignation et soulève des questions aux États-Unis

Tandis que dans le nord des Etats-Unis et même en Floride, dans les bastions les plus à gauche du pays une atmosphère de mai 68 semble s’emparer du pays, dans le sud profond, là où les suprématistes blancs on toujours sévi, des faits de plus en plus inquiétants se multiplient (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par: Patricia Sulbarán Lovera

Robert Fuller et Malcolm Harsch ont été retrouvés pendus à des arbres dans deux villes du sud de la Californie (USA). Photo: @ AAPolicyForum / Twitter.

Au milieu d’une vague de manifestations contre le racisme aux États-Unis, deux décès initialement qualifiés de suicides ont provoqué un choc et déclenché des questions.

Au cours des dernières semaines, les corps de deux hommes noirs, Robert Fuller et Malcolm Harsch, ont été retrouvés pendus à des arbres dans deux villes du sud de la Californie.

Dans les premières annonces, les autorités ont parlé du suicide comme une cause possible de décès dans les deux cas, mais elles ont maintenant ouvert des enquêtes.

Ceci après que les familles ont demandé des enquêtes après avoir exprimé leur conviction que cela ne pouvait pas être des suicides.

Environ 80 kilomètres et 10 jours séparent les morts de Fuller et Harsch.

Les noms de Fuller et Harsch ont largement retenti sur les réseaux sociaux au cours du week-end, et des militants du mouvement Black Lives Matter ont rejoint les demandes de leurs proches.

Les caractéristiques des incidents ont d’ailleurs rappelé le terrible passé du lynchage des Noirs aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle.

Robert Fuller, 24 ans

Robert Fuller avait 24 ans. Photo: via GoFundMe.

Mercredi 10 juin, vers 4 heures du matin, le corps de Fuller, 24 ans, a été retrouvé près de la mairie de Palmdale, une ville de 150 000 habitants, à une heure au nord de Los Angeles.

” Personne n’était sur les lieux et les ambulanciers ont trouvé le corps pendu à un arbre “, a déclaré lundi Daryl Osby, chef des pompiers du comté de Los Angeles.

Un passant qui a vu le corps a contacté les autorités.

Une autopsie a été réalisée vendredi 12, dont les résultats n’ont pas encore été annoncés.

” Les rapports initiaux semblaient être compatibles avec le suicide, mais nous avons pensé qu’il était sage de revenir en arrière et de poursuivre l’enquête “, a déclaré Jonathan Lucas, chef du bureau du coroner du comté.

Lucas a expliqué que le suicide avait été initialement discuté, en raison de “l’absence de preuves ” indiquant un possible homicide.

Selon les autorités, dans les environs de l’endroit, il n’y avait pas de chaises ou d’autres objets et seul “ce qu’il avait dans sa poche et son sac à dos ” a été trouvé, a expliqué lundi le shérif Kent Wegener, responsable de l’unité des homicides du bureau de police.

Wegener a expliqué qu’une analyse médico-légale sera effectuée sur la corde, ainsi qu’une étude du type de nœud pour déterminer comment il a été fabriqué. De même, ils enquêteront sur “la présence de matériel vidéo provenant de caméras de surveillance ou de maisons ” qui ont capturé ce qui s’est passé et examineront le téléphone portable du jeune homme.

Les autorités ont déclaré qu’elles enquêteraient également sur les antécédents médicaux de Fuller, auquel un travailleur social de l’État avait été affecté, bien que la raison en soit inconnue.

Dimanche, des représentants du gouvernement californien ont exigé que le procureur général de l’État mène une enquête indépendante sur l’incident.

Selon ce qui a été dit ce lundi par le shérif du comté, Alex Villanueva, le bureau du procureur général “surveillera et examinera notre enquête” .

Le responsable a également souligné que le FBI (Federal Investigations Bureau) fera partie de l’enquête de la division des droits civils.

Quelle a été la réaction et qu’a dit la famille?

Vendredi dernier, après que la nouvelle de sa mort a été rendue publique, les habitants de Palmdale ont interrogé les autorités leur demandant pourquoi elles avaient dit d’abord qu’il s’agissait d’un suicide.

Les résidents de Palmdale ont érigé un autel en l’honneur de Fuller sur l’arbre où il est apparu accroché le 10 juin. Photo: Getty Images

«Où sont les vidéos des caméras de surveillance?» «Nous ne vous faisons pas confiance» «Pourquoi avez-vous conclu que c’était un suicide?» Ce sont les remarques qui ont été faites au shérif de la ville au milieu d’une conférence de presse tendue.

Samedi, la sœur de Fuller a parlé depuis la place où l’incident s’est produit et où des centaines de manifestants se sont rassemblés.

” Nous voulons savoir la vérité sur ce qui s’est réellement passé. Robert était un bon petit frère. Et c’est comme si tout ce qu’ils nous avaient dit n’était pas juste (…) nous entendons une chose puis une autre, et nous voulons juste connaître la vérité », a affirmé Diamond Alexander.

La sœur de Robert Fuller a déclaré que son frère n’était pas suicidaire. Photo: Reuters.

” Cela n’a pas de sens, mon frère n’avait aucune tendance suicidaire “, a- t-elle dit.

Antelope Valley, la région où se trouve Palmdale, ” est connue dans le sud de la Californie comme un bastion de la suprématie blanche et qui remonte à des décennies “, a déclaré le journaliste de la station de radio KCRW de Los Angeles, Cerise Castle, dans un reportage ce lundi pour la National Public Radio (NPR).

« En 2016, il y a eu un incident au cours duquel trois hommes ont été accusés d’un crime de haine après avoir attaqué un groupe de Latinos dans un parc. C’était un jour après que le Ku Klux Klan [groupe suprémaciste blanc extrême] ait organisé un événement dans la région ” , a- t-il expliqué.

Malcolm Harsch, 38 ans

À une heure à l’est de Palmdale, dans la ville de Victorville, un groupe de pompiers est venu sur les lieux où Malcolm Harsch, 38 ans, avait été retrouvé pendu à un arbre le 31 mai.

Malcolm Harsch, 38 ans. Photo: @ AAPolicyForum / Twitter.

Selon le rapport du bureau du shérif du comté de San Bernardino, peu après 7h00, un appel est arrivé au numéro d’urgence 911 d’une femme qui a signalé que son petit ami avait appelé puis raccroché.

Des ambulanciers paramédicaux sont arrivés sur les lieux, que les autorités décrivent comme un “champ” où se trouve un camp pour sans-abri.

La femme a déclaré qu’ ” elle et son petit ami, identifiés plus tard comme Malcolm Harsch, avaient été ensemble dans la matinée, mais elle était retournée dans sa tente pendant une courte période “.

” D’autres dans le camp l’ont alerté que Harsch avait été retrouvé pendu à un arbre “, qu’ils l’avaient descendu de là et appliquaient des manœuvres de réanimation cardio-respiratoire ” pour le réanimer ” , indique le communiqué.

Le personnel d’urgence qui est arrivé plus tard a continué sans succès à tenter de le réanimer et a dû le déclarer mort.

La cause du décès reste à connaître.

Les autorités présentes sur les lieux, y compris le personnel médico-légal, indique le mémoire, “n’ont recueilli aucune preuve suggérant un possible meurtre”.

Qu’a dit la famille?

Les proches de Harsch, qui vivent dans l’État de l’Ohio, ont déclaré samedi dans un communiqué qu’ils avaient du mal à croire que l’homme s’était suicidé, qu’il ” ne semblait pas déprimé ” et qu’il avait “récemment parlé à ses enfants de se revoir bientôt”.

Dans le dossier, les proches ont dénoncé que l’autopsie avait été effectuée “12 jours après” sa mort.

“Il existe de nombreuses façons de mourir, mais compte tenu des tensions raciales actuelles, un homme pendu à un arbre n’a aucun sens pour le moment. Nous voulons la justice, pas des excuses faciles”, ont-ils déclaré.

Les autorités de la ville ont déclaré qu’elles publieraient les résultats de l’enquête une fois celle-ci terminée.

Le shérif du comté, John McMahon, a déclaré que son bureau était en contact avec le ministère de la Justice de l’État, qui à son tour suivait l’enquête.

(Tiré de BBC Mundo )

Ces affaires soulèvent d’autant plus d’indignation qu’elles ont été précédées d’une autre qui n’a pas été résolue :

Un officier de police blanc a abattu Rayshard Brooks, un homme afro-américain de 27 ans, à Atlanta, en Géorgie la semaine dernière.

“La confiance que nous avons avec les forces de police est rompue et le seul moyen de guérir certaines de ces blessures est de condamner et de changer radicalement les services de police”, a déclaré lundi le cousin de Brooks.


Brooks a été abattu de deux balles dans le dos et est décédé des suites de dommages aux organes et de pertes de sang des blessures, a annoncé dimanche le bureau du médecin légiste du comté de Fulton.

Garrett Rolfe, l’officier qui a tiré sur Brooks, a été licencié. Un deuxième officier, Devin Brosnan, a été placé en service administratif. Le chef de la police d’Atlanta, Erika Shields, a démissionné après la fusillade.

Le procureur du district de Fulton, Paul Howard, a déclaré que son bureau espérait annoncer une décision concernant d’éventuelles accusations d’ici le milieu de la semaine prochaine.

Cette photo non datée largement diffusée sur Internet montre un Afro-américain de 27 ans, Rayshard Brooks, regardant la caméra avec un léger sourire. (Xinhua)


Brooks est décédé après une confrontation avec des policiers qui répondaient à une plainte selon laquelle il dormait pendant le service dans un restaurant.

La police a déclaré que les policiers avaient tenté d’arrêter Brooks après avoir échoué à un test de sobriété, ce qui a provoqué une lutte entre les deux parties. La police a affirmé que Brooks, alors qu’il aurait résisté, a attrapé le Taser d’un officier et s’est enfui avec.

Des images filmant la scène depuis le parking du restaurant ont montré que Brooks s’est retourné et a semblé pointer le pistolet paralysant sur les policiers avant d’être abattu.

Une ambulance a transféré Brooks dans un hôpital local, où il est décédé après avoir été opéré.

Le restaurant a été incendié.

La mairesse d’Atlanta, Keisha Lance Bottoms, a annoncé lundi qu’elle signait une série d’ordonnances administratives pour réformer le recours à la force au sein du département de police d’Atlanta.

Bottoms, s’adressant aux journalistes, a déclaré qu’elle et la ville continueront de faire ce que la ville doit faire pour garantir que tous les Atlantiens soient traités avec dignité et respect.

“Nous avons vu le pire se produire vendredi soir avec M. Brooks. Cela m’a énervée et m’a attristée au-delà des mots”, a-t-elle déclaré. “L’incendie de bâtiments ne nous fera pas changer dans cette ville parce que si quoi que ce soit, cela effacera le message et éclipsera ce dont il s’agit.”   

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments