Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Borges et Vargas Llosa, de la littérature ou de l’immobilier?

Borges a vite pris la mesure de Vargas Llosas, cette anecdote si elle est authentique dit qui est le péruvien (un autre avide de dollars, comme Salvador Dali et tant d’autres dont l’indéniable talent finit par ne plus nous toucher à force de conformisme au marché… de la littérature, de la peinture… c’est dommage (note de Danielle Bleitrach).

Au milieu des années 50, un jeune Mario Vargas Llosa a interviewé Borges dans son appartement simple de Maipu Street. Au-delà de son admiration pour l’argentin, Vargas Llosa n’a pas pu cacher sa surprise face à l’austérité autour de Borges. Il n’a pas pu se retenir et lui a demandé :
Pourquoi ne pas vivre dans une maison plus luxueuse, avec plus de livres ?…
… Oui,- répondit Borges avec dédain – peut-être qu’à Lima ils font les choses comme ça, mais ici nous sommes moins portés sur l’ostentation…
Cependant, Vargas Llosa a insisté un moment sur la modestie de l’environnement et les dimensions étroites du logement.
Quelques jours plus tard, Borges a commenté la rencontre.
– Un péruvien est venu me voir, oui… Je pense qu’il était dans l’immobilier.  · Voir l’original 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments