Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le système politique américain aggrave ses propres problèmes, par Yang Sheng

Les Chinois regardent avec un certain scepticisme le mouvement qui secoue les Etats-Unis et leur diagnostic est qu’il s’agit d’une “révolution culturelle”. Il considèrent que les élites politiques des États-Unis ont toujours utilisé la “politique identitaire” pour diviser la classe inférieure depuis l’ère de la guerre froide, afin de pouvoir transformer le conflit entre les classes en un conflit entre différentes minorités ou groupes religieux ou des personnes d’orientation sexuelle différente, permettant ainsi aux élites de maintenir facilement leur avantage dans un système capitaliste. Comme ils le disent “le politiquement correct” ne résoudra pas les problèmes racistes aux USA, ils seront une manière de plus pour les politiciens de se disputer le pouvoir. On s’y croirait… (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Yang Sheng Source: Global Times Publié: 2020/6/11 22:33:407


Supprimer des films, renverser des statues n’aidera pas les minorités, les pauvres à résoudre les problèmes mais renfermera les protestataires dans des niches identitaires hostiles les unes aux autres.


photo. Des manifestants participent à une manifestation contre le racisme devant l’ambassade des États-Unis à Londres, en Grande-Bretagne, le 7 juin 2020.

Dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont rejoint une deuxième journée de manifestations contre le racisme dans les villes britanniques, ces journées déclenchées par la police américaine pour le meurtre de George Floyd, un Afro-américain non armé. Des manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade des États-Unis à Londres, scandant «le silence est une violence» et «la couleur n’est pas un crime» (Xinhua / Han Yan). Les protestations et les émeutes à travers les États-Unis déclenchées par la mort de George Floyd sont devenues une nouvelle étape de la révolution culturelle américaine, un mouvement social plus large. Malheureusement, ni les manifestants ni les démocrates n’ont trouvé de solution pratique pour résoudre les problèmes raciaux de longue date, mais ils utilisent la fureur du peuple pour obtenir des avantages politiques.

Certains internautes chinois ont déclaré sur Sina Weibo, le Twitter chinois, qu ‘”il semble que la révolution culturelle se poursuive aux États-Unis” et “les Américains font quelque chose de similaire à ce que nous avons fait dans les années 1960-1970”. Ces commentaires sont apparus après que des statues de Christophe Colomb aient été renversées à plusieurs endroits aux États-Unis et que certains films et séries télévisées classiques soient devenues le centre de l’attention du public après qu’ait été hissé le drapeau du racisme.

Autant en emporte … le racisme? HBO Max a retiré le film “Autant en emporte le vent” de sa plateforme en citant des descriptions racistes. Illustration: GT

Ces actes, tels que le ciblage de films et de statues, ainsi que les manifestations dans d’autres pays occidentaux déclenchées par les mêmes raisons, sont tous inutiles pour résoudre les vrais problèmes rencontrés par les minorités et la classe inférieure aux États-Unis, car aucune idée ou solution claire n’a recommandé de réformer le système social injuste, ont déclaré des analystes chinois, ajoutant qu’avec l’hégémonie américaine en déclin, davantage de problèmes et de conflits intérieurs apparaîtront à l’avenir, et les troubles ne sont qu’un début. 

Certains médias américains traditionnels partagent également ce sentiment. Le magazine américain National Review a publié mardi un article intitulé “Bienvenue dans la révolution culturelle américaine” de l’écrivain David Harsanyi. 

«Nous sommes à l’aube d’une révolution culturelle de haute technologie sans effusion de sang; une révolution qui s’appuie sur l’intimidation, la honte publique et la ruine économique pour dicter quels mots et idées sont autorisés sur la place publique», et «elle guide désormais la politique sur des pages éditoriales de journaux tels que le Philadelphia Inquirer, le New York Times et la plupart des grands médias “, qui font référence à la démission des rédacteurs en chef des deux journaux alors qu’ils supervisaient la publication d’opinions controversées qui s’opposent aux troubles actuels provoqués par Floyd’s mort.

Wang Xiao, un commentateur du site d’information guancha.cn basé à Shanghai, qui a étudié la politique et l’histoire aux États-Unis pendant des années, a déclaré au Global Times que les élites politiques des États-Unis ont toujours utilisé la “politique identitaire” pour diviser la classe inférieure depuis l’ère de la guerre froide, afin qu’ils puissent transformer le conflit entre les classes en un conflit entre différentes minorités ou groupes religieux ou des personnes d’orientation sexuelle différente, ce qui permet aux élites de maintenir facilement leur avantage dans un système capitaliste.

“Nous voyons beaucoup d’étiquettes pour différents groupes minoritaires aux États-Unis, tels que les Afro-Américains, les Américains d’origine asiatique, les Latino-américains ou les LGBT”, mais pas le prolétariat ou la bourgeoisie, que reflète la théorie du marxisme, a déclaré Wang. Il est donc facile pour les élites américaines d’émettre des politiques pour satisfaire des groupes spécifiques, et la division entre les différents groupes peut effectivement empêcher la classe inférieure de s’unir et même de lancer une révolution pour changer fondamentalement le système américain. 

Des manifestations similaires provoquées par la politique identitaire se sont produites occasionnellement ces dernières années. En 2017, un rassemblement Unite the Right organisé par des nationalistes blancs s’est tenu à Charlottesville, en Virginie, pour s’opposer au retrait proposé de la statue du général Robert E. Lee, commandant de l’armée des États confédérés pendant la guerre de Sécession, ce qui a également provoqué des affrontements.  

Cette fois, la statue du général Lee a également été prise pour cible par les manifestants, et la crise profonde des droits de l’homme et des divisions de classe aux États-Unis devient de plus en plus grave sous la révolution culturelle américaine. 

Des gens participent à une manifestation contre la mort de George Floyd près du Palais de justice de Bruxelles, Belgique, le 7 juin 2020. (Xinhua / Zheng Huansong)

L’animateur de Fox News TV, Tucker Carlson, a même déclaré que “la révolution culturelle était venue en Occident”. Le week-end dernier, lors d’une manifestation de Black Lives Matter à Londres, la statue de Winston Churchill sur la place du Parlement a été défigurée avec des graffitis sur lesquels «Churchill était un raciste». Et un article d’opinion publié par CNN mercredi a déclaré: “Oui, Churchill était un raciste. Il est temps de se libérer de sa vision des” grands hommes blancs “de l’histoire.”

Lü Xiang, chercheur sur les études américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Global Times que ces activités montrent que les pays occidentaux avec un grand nombre d’immigrants ont des problèmes similaires, mais, malheureusement, il n’y a pas de force dirigeante ou de parti politique pour unir les manifestants sur la question centrale.

Les médias américains ont rapporté que les principaux politiciens démocrates, y compris le candidat à la présidence Joe Biden et la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, ont exprimé leur soutien aux manifestations en assistant aux funérailles de Floyd ou en se mettant à genoux.

Mais aucun d’entre eux n’a abordé la question fondamentale des inégalités subies par les Afro-Américains et d’autres minorités, ont déclaré des observateurs chinois.

Ce qu’ils font, c’est “faire un show” pour gagner plus de votes, utiliser la colère du peuple pour servir leurs intérêts politiques, et c’est ainsi que le politiquement correct fonctionne pour eux, a déclaré Lü.

Le président américain Donald Trump, des responsables comme le secrétaire d’État Mike Pompeo, ainsi que d’autres républicains, n’ont pas réussi à résoudre le problème également. Ils ont accusé les forces étrangères d’avoir incité aux émeutes aux États-Unis, ont déclaré des experts chinois. 

«L’administration Trump utilise un autre type de« politiquement correct » qui s’adresse aux Blancs pour détourner la colère des pauvres Blancs – blâme les Latinos pour avoir volé leurs emplois; blâme les Noirs pour avoir pillé leurs propriétés; blâme les Chinois pour avoir pris leurs usines. et blâmer les musulmans de les avoir rendus précaires “, a déclaré Lü.

Fan Yongpeng, expert américain en études et directeur adjoint du China Institute de l’Université Fudan à Shanghai, a déclaré au Global Times que la politique partisane entre démocrates et républicains rend les États-Unis presque impossibles à réformer pour répondre efficacement aux demandes de son peuple. Et en raison de la culture éducative et politique des États-Unis, ainsi que de son économie de marché, il est presque impossible pour les Américains de réformer fondamentalement son système capitaliste, même s’il est très problématique et inégal.

Des gens participent à une manifestation contre la mort de George Floyd près du Palais de justice de Bruxelles, Belgique, le 7 juin 2020. (Xinhua / Zheng Huansong)

Au fur et à mesure que son hégémonie s’affaiblit, ajoutant les impacts externes tels que la montée en puissance de la Chine, l’Amérique à l’avenir serait plus divisée et les troubles ne sont qu’un début, selon les analystes chinois.

“Le fédéralisme et la séparation des pouvoirs aux États-Unis ont enterré les graines d’une séparation potentielle du pays. Mais dans le passé, en raison de l’hégémonie inébranlable des États-Unis, le pays a évité ce problème en pillant d’autres pays à travers les guerres et la mondialisation dirigée par les États-Unis”, a-t-il dit.

La montée de la Chine et d’autres changements dans le monde ont empêché les États-Unis de poursuivre ce jeu. Ainsi, le potentiel d’une scission des États-Unis pourrait progressivement émerger, a noté Fan.

Lü a déclaré que dans le passé, lorsque les États-Unis dominaient l’ordre mondial, ils pouvaient créer des ennemis étrangers pour couvrir leurs problèmes intérieurs. Mais après les guerres en Irak et en Afghanistan, il est très clair que l’hégémonie américaine s’est affaiblie et il est peu probable qu’elle rejoue ses vieux tours car elle ne peut pas se le permettre.

“Les États-Unis seront de plus en plus incapables de mener des réformes politiques ou de lancer des guerres à l’étranger. Dans quelle mesure ils pourraient couvrir ou résoudre leurs propres problèmes profondément enracinés reste une grande question pour le monde. Nous espérons que les États-Unis pourront être stables, mais seuls les Américains peuvent sauver leur propre pays “, a-t-il noté.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments