Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The Guardian : Cuba montre l’exemple avec un programme réussi pour contenir le coronavirus

| Nouvelles du monde | The Guardian 07/06/2020 19:52. Cet article du journal britannique est incontestablement un hommage à la vertu de la part d’une autre île qui a donné un déplorable exemple en matière de traitement de l’épidémie. Un témoignage de plus en faveur des médecins cubains, d’un système de santé unique, même si en matière de traitement de l’épidémie, les pays à direction communiste se sont montrés dans l’ensemble nettement plus efficaces en organisant et en mobilisant la population, au niveau des soins de tous mais aussi la nourriture et la vie quotidienne. Encore une voix en faveur du prix Nobel pour les médecins cubains (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Ed Augustin  à La Havane dim 7 juin 2020 10.00 BST

Chaque matin de 8 h à 11 h, le médecin de famille Liz Caballero serpente dans les ruelles tortueuses et les poules sous les cordes à linge dans le quartier de Vedado à La Havane. Elle interviewe des familles partageant des demeures art déco en ruine et se fraye un chemin à travers des immeubles d’appartements de style soviétique. Elle cherche des signes. 

“Il n’est pas rare que nous fassions du porte-à-porte comme ça”, a-t-elle déclaré. «Nous l’avons fait dans le passé lorsque nous avons eu des flambées de dengue.» 

L’Organisation mondiale de la santé a identifié l’Amérique latine comme le nouveau centre de la pandémie de coronavirus, mais au cours des deux derniers mois, les cas à Cuba ont diminué. Les Cubains sont désormais 24 fois moins susceptibles d’attraper le virus que les Dominicains, 27 fois moins susceptibles de l’attraper que les Mexicains et plus de 70 fois moins susceptibles d’être infectés que les Brésiliens. 

Privée des revenus touristiques, Cuba a fermé sa frontière plus tard que la plupart des autres pays de la région. Mais depuis que l’île dirigée par les communistes s’est fermée au monde extérieur fin mars, elle a tout jeté, sauf l’évier de la cuisine, contre le virus. 

L’État a ordonné à des dizaines de milliers de médecins de famille, d’infirmières et d’étudiants en médecine de «filtrer activement» toutes les maisons de l’île pour les cas Covid-19 – chaque jour. Cela signifie que du lundi au dimanche, le Dr Caballero et ses étudiants en médecine doivent marcher pendant des kilomètres, surveillant les 328 familles qu’elles ont en charge. 

” Il n’y a aucun autre pays dans l’hémisphère qui fait quoi que ce soit d’approchant”, a déclaré William Leogrande, professeur de gouvernement à l’Université américaine de Washington DC. «L’ensemble de l’organisation de leur système de santé doit être en contact étroit avec la population, identifier les problèmes de santé à mesure qu’ils apparaissent et les traiter immédiatement. 

« Nous savons scientifiquement que l’identification rapide des cas, la recherche des contacts et la quarantaine sont le seul moyen de contenir le virus en l’absence de vaccin – et parce qu’il commence par la prévention, le système de santé cubain est parfaitement adapté pour mener à bien cette stratégie de confinement. ” 

Cuba a signalé à ce jour 2 173 cas confirmés et 83 décès par coronavirus. Quiconque est testé positif sur l’île est hospitalisé. Les personnes soupçonnées d’être porteuses du virus sont placées dans des «centres d’isolement» gérés par l’État, généralement pendant 14 jours. 

Bien qu’ils n’aient pas été autorisés à sortir de la villa, la famille avait peur de contracter la maladie sur place. La nourriture était laissée devant leur porte et trois fois par jour, ils recevaient des examens médicaux. Après trois jours, sa famille a été testée négative et a été autorisée à entrer dans la ville. 

Alors qu’il se rendait de la capitale, où les cas augmentaient, vers une ville sans cas actifs, Guitiérrez a estimé que la mesure était «sévère», «rigide» mais «pour le bien commun». 

Gail Reed, rédactrice en chef de la revue Medicc Review, estime que le système de santé universel de Cuba a permis au gouvernement de «diriger une stratégie unifiée plutôt que fragmentée». 

“Les cas asymptomatiques sont identifiés grâce à la recherche des contacts suivie d’un test d’anticorps et, lorsqu’il est positif, d’un PCR [test de réaction en chaîne par polymérase, qui peut trouver des particules virales sur une personne] pour confirmation”, a-t-elle déclaré. 

Ce régime de traçage et d’isolement est rendu possible par les ressources humaines. Cuba a le ratio médecin-patient le plus élevé au monde (même si les quelque 10 000 médecins travaillant actuellement à l’étranger sont soustraits du total). Et tandis que les dépenses de santé ont été réduites sous la présidence de Raúl Castro (2008-2018), l’île dépense une proportion plus élevée de son PIB en soins de santé que tout autre pays de la région. 

Alors que 30% des 630 millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes n’ont «aucun accès aux soins de santé pour des raisons financières» selon l’Organisation panaméricaine de la Santé, tout le monde à Cuba est couvert. 

Alejandro Gutiérrez, un professeur de français de 26 ans, a décidé de quitter La Havane en avril en attendant la fin de la pandémie dans sa ville natale de Trinidad. Lui et sa famille ont été arrêtés à un poste de contrôle militaire et envoyés dans un centre d’isolement où ils ont été enfermés dans une villa de vacances désaffectée. 

Mais la réponse de l’État implique également la coercition. Une étude récente publiée dans le Lancet a révélé que si «l’isolement institutionnel» est plus efficace pour contenir Covid-19 que «l’isolement à domicile», les pays d’Europe et des États-Unis peinent à mettre en place des centres d’isolement «en raison d’un manque d’acceptabilité sociale ou les perceptions négatives du public ». 

À Cuba, il n’y a pas de recours judiciaire à l’isolement forcé. L’utilisation de masques en public est obligatoire, et les personnes qui refusent de les porter peuvent être condamnées à une amende ou même à une peine de prison. 

Et les 28 000 étudiants en médecine «mobilisés» pour aider les médecins et les infirmières à détecter les symptômes et à retrouver les contacts doivent se mobiliser s’ils veulent obtenir leur diplôme. 

Au début de cette pandémie, le président américain Donald Trump a qualifié Covid-19 de «canular». Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a qualifié le coronavirus de «petite grippe», a assisté à des rassemblements et limogé les ministres de la Santé appelant à la distanciation sociale. 

À une époque où les populistes anti-scientifiques excentriques dirigent les pays les plus puissants de la région, l’approche factuelle de Cuba – et son application stricte – la distinguent. 

« Leur véritable succès a été d’appliquer les mesures de santé publique les plus importantes que les médecins du monde entier reconnaissent comme efficaces», a déclaré Reed. «Et ils ont eu la volonté politique de le mettre en œuvre.» 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments