Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’anticommunisme est une religion fondamentaliste. Aujourd’hui, elle est adoptée par des milliards de personnes, par André Vltcheck

Heureusement qu’il y a le cri d’André Vltcheck pour venir inlassablement témoigner devant l’histoire… Merci à Catherine Winch pour cette belle traduction (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch).

André Vltcheck

Il y a 150 ans, le 21 avril 1870, naissait Vladimir Ilyich Ulyanov, alias Lénine. Pour beaucoup, il est le plus grand révolutionnaire de tous les temps, celui qui a donné naissance à l’internationalisme et à l’anti-impérialisme.

Il est temps de “revisiter le communisme”. Il est également temps de poser quelques questions fondamentales, essentielles :

“Comment est-il possible qu’un système aussi logique, progressif et supérieur à ce qui a gouverné le monde jusqu’à présent, n’ait pas réussi à renverser définitivement le nihilisme et la brutalité du capitalisme, de l’impérialisme et du néo-colonialisme ?

***

Sans aucun doute, on vous a dit beaucoup de choses horribles sur le communisme, surtout si vous vivez à l’Ouest ou dans l’un des pays qui sont entièrement sous le contrôle des centres anticommunistes : Washington, Londres ou Paris.

On vous a fait lire, encore et toujours, des articles et des publications sur le “stalinisme”, le massacre de la place Tiananmen et le génocide des Khmers rouges. On vous a servi, encore et toujours, un cocktail élaboré de demi-vérités, d’inventions et d’interprétations tordues de l’histoire du monde.

Il y a de fortes chances que vous n’ayez jamais été en Russie, en Chine ou au Cambodge ; vous n’y avez pas fait de recherches sérieuses.

On vous a dit que le Cambodge est le meilleur exemple de la sauvagerie du communisme. Vous n’avez jamais réalisé que Pol Pot et ses extrémistes Khmers rouges étaient pleinement soutenus par les États-Unis, et non par l’Union soviétique et jamais de tout cœur par la Chine ; qu’ils n’étaient en fait jamais vraiment “communistes” (j’ai fait une recherche détaillée dans le pays, et même les gardes personnels de Pol Pot m’ont dit qu’ils ne savaient rien du communisme, et qu’ils n’avaient fait que réagir au monstrueux pilonnage par les États-Unis de la campagne cambodgienne, et à la collaboration de la capitale avec l’Occident). Au cours de cette période, la plupart des victimes sont mortes précisément à la suite de ce pilonnage par les B-52 de l’USAF, et à cause de la famine. Et la famine est survenue après que des millions de paysans ont été déplacés par la sauvagerie des bombardements, et par les matières non explosées présentes dans les champs, dans toute la campagne.

Il ne vous est jamais venu à l’esprit qu’une enquête après l’autre, menée en Russie, montre encore que la majorité des gens là-bas, voudraient que l’Union soviétique communiste revienne. Et même dans les anciens États soviétiques à majorité musulmane, y compris le Kirghizstan et l’Ouzbékistan, une énorme majorité des personnes que j’ai rencontrées là-bas se souvenaient de l’époque de l’Union soviétique comme d’un âge d’or.

Et la soi-disant occupation soviétique de l’Afghanistan ? J’y ai travaillé, filmé et fait des reportages à trois reprises, relativement récemment. Révoltés par l’occupation occidentale de leur pays, d’innombrables Afghans m’ont raconté des histoires, illustrant le contraste entre l’époque socialiste tolérante, progressiste et optimiste, et l’horreur actuelle, au cours de laquelle leur pays a sombré au niveau le plus bas d’Asie, selon le PNUD et l’OMS. J’ai travaillé à Kaboul, Jalalabad, Herat, Bagram ; les mêmes histoires, et la même nostalgie pour les enseignants, les infirmières, les ingénieurs soviétiques.

Sous l’effet de l’implacable propagande occidentale, on n’a jamais vraiment réalisé à quel point le Parti communiste chinois est populaire dans son propre pays, et comment l’idéologie communiste est soutenue au Vietnam, au Laos et en Corée du Nord.

Si l’on va dans sa sympathique librairie locale en Amérique du Nord, en Europe ou même à Hong Kong, sans parler de l’Australie, il y a de fortes chances que l’on n’y trouve que des livres écrits par des “dissidents” anticommunistes chinois ou russes, des gens qui vivent des subventions occidentales, qui reçoivent d’innombrables prix afin de pouvoir consacrer toute leur énergie à diffamer le communisme et à glorifier l’anti-révolution. Des écrivains comme Svetlana Alexievich, qui a reçu le prix Nobel de littérature, pour avoir craché sur les tombes des soldats soviétiques morts en défendant le socialisme afghan.

Les films que l’on est autorisé à regarder, sur les chaînes de cinéma commerciales, ne sont pas différents des livres que l’on nous a encouragés à lire.

L’anticommunisme en Occident et dans ses colonies, est une industrie formidable. C’est sans doute la plus grande campagne de propagande de l’histoire du monde. Ses métastases se sont étendues jusqu’au cœur même des pays communistes et socialistes.

Tout cela parce que les pays occidentaux impérialistes savent parfaitement que leur empire ne peut survivre que si le communisme s’effondre.

C’est parce que l’essence même du communisme est la lutte perpétuelle contre l’impérialisme.

Des slogans faux mais très efficaces, comme des insectes nuisibles, sont implantés dans le cerveau de chacun. Ils sont répétés constamment, parfois des centaines de fois par jour, sans qu’on s’en rende compte : “Le communisme est mort !”, vous a-t-on dit. “Il est dépassé, ennuyeux.” “La Chine n’est plus communiste.” “Le communisme est gris. La vie sous le communisme est réglementée, et elle est monotone”. “Les gens sous le communisme n’ont aucune liberté, et aucun choix.”

C’est le contraire qui est vrai. Construire, avec générosité et enthousiasme, une société nouvelle et meilleure, pour le peuple, est certainement plus satisfaisant (et plus « amusant »), que de pourrir dans l’agonie constante de la peur : vivre dans le souci pour les hypothèques, les prêts étudiants, et les urgences médicales. Se mesurer aux autres, marcher sur les autres et même ruiner d’autres êtres humains. Vivre une vie sans intérêt, triste et égoïste.

De façon absurde et paradoxale, la propagande occidentale accuse constamment le communisme de violence. Mais le communisme est le plus grand adversaire du système le plus violent sur Terre, à savoir le colonialisme/impérialisme occidental. Des centaines de millions d’êtres humains ont déjà disparu à cause de lui, au fil des siècles. Des centaines de cultures avancées ont été ruinées. Des continents entiers ont été pillés.

Avant le communisme soviétique, avant l’URSS elle-même, il n’y avait pas de véritable et puissante opposition à l’impérialisme occidental. Le colonialisme et l’impérialisme étaient considérés comme allant de soi ; ils constituaient “l’ordre mondial”.

L’Union soviétique et la Chine ont contribué à décoloniser le monde. Cuba et la Corée du Nord, deux pays communistes, ont combattu courageusement et avec succès, et ont apporté l’indépendance à l’Afrique (ce que l’Occident n’a jamais oublié ni pardonné).

Mais se battre pour la liberté et pour la fin du colonialisme, ce n’est pas de la violence, c’est de la défense, de la résistance et une lutte pour l’indépendance.

En règle générale, le communisme n’attaque pas. Il se défend, et il défend les pays qui sont brutalisés. Dans mon futur travail, j’aborderai deux “exceptions” ; et j’expliquerai deux cas qui sont constamment mal interprétés par la propagande de droite : la Hongrie et la Tchécoslovaquie.

Mais revenons à ce qu’on appelle la “violence communiste”.

Mon ami et camarade, le légendaire intellectuel et professeur russe, Alexandre Buzgalin, a écrit dans son récent ouvrage, “Lénine : La théorie comme pratique, la pratique comme créativité” (pour marquer le 150e anniversaire de la naissance de Lénine) :

« Il y a un principe à l’œuvre ici : ce n’est pas la révolution socialiste qui provoque la violence de masse, mais la contre-révolution bourgeoise, qui commence lorsque le capital se rend compte qu’il perd sa richesse et son pouvoir. En réponse à la victoire généralement pacifique et dans de nombreux cas légitime de la gauche, le capital déchaîne une violence sauvage et barbare. La gauche est alors confrontée à la question de savoir si elle doit ou non répondre à cette violence. Si vous partez en guerre, alors les lois de la guerre s’appliquent, et des centaines de milliers de personnes sont envoyées à une mort prévue d’avance, afin que des millions puissent être victorieux.  C’est la logique de la guerre.

La révolution a été menée à bien. Elle a été victorieuse. Dans une perspective plus large, les vainqueurs n’étaient pas tant les Bolcheviks que les Soviets, dont la majorité a soutenu la position des Bolcheviks. La révolution a été essentiellement pacifique et s’est déroulée presque sans effusion de sang. Les combats les plus âpres se sont déroulés à Moscou, où le nombre de morts des deux côtés s’est élevé à quelques milliers. Au-delà de cela, l’image était celle d’une “marche triomphale du pouvoir soviétique” (cette expression dans les manuels soviétiques n’était pas un hasard). Pendant l’hiver 1917-1918, les rapports de force ont vu un demi-million de membres de la milice ouvrière, la Garde rouge, se mesurer à quelques dizaines de milliers de membres de la Garde blanche dans le sud de la Russie. Tout était calme jusqu’à ce que la contre-révolution reçoive de vastes sommes d’argent de la Triple Alliance (principalement de l’Allemagne) ainsi que de l’Entente, et que tous ces pays impérialistes lancent une agression contre la jeune puissance soviétique. »

Cette analyse d’Alexandre Buzgalin est remarquable. J’ai abordé ce sujet à de nombreuses reprises, mais jamais de façon aussi cohérente. Et cela vaut pour d’innombrables exemples, partout dans le monde, où l’Occident a d’abord provoqué et brutalement attaqué les pays socialistes ou communistes, puis les a accusés de barbarie, et enfin les a “libérés” au nom de la liberté et de la démocratie, en violant littéralement la volonté de leur peuple. Tout cela pour que l’impérialisme européen et nord-américain puisse survivre et prospérer.

Rappelons quelques exemples : l’URSS, l’Indonésie en 1965,  le Chili en 1973, la Bolivie en 2019. La plus grande tentative à ce jour : détourner, déstabiliser et renverser le système chinois, qui connaît un énorme succès. Mais il existe bien sûr d’innombrables autres exemples, aux quatre coins du monde.

***

Ron Unz, l’éditeur de The Unz Review, a écrit dans son rapport “American Pravda : Our Coronavirus Catastrophe as Bio-warfare Blowback ?[Notre catastrophe coronavirus en tant que retombée de guerre biologique?]”, rappelant ses réflexions, en 1999, lorsque la Chine protestait contre le bombardement par l’OTAN de son ambassade à Belgrade :

“Mais quand j’ai considéré que le gouvernement chinois s’obstinait encore à nier la réalité de son massacre des étudiants protestataires de la place Tiananmen une décennie plus tôt, j’en ai conclu qu’il fallait s’attendre à un comportement déraisonnable de la part des responsables de la RPC…

Telles étaient au moins mes réflexions sur cette question il y a plus de deux décennies. Mais dans les années qui ont suivi, ma compréhension du monde et de nombreux événements marquants de l’histoire moderne a subi les transformations radicales que j’ai décrites dans ma série sur la Pravda américaine. Et certaines de mes hypothèses des années 1990 en faisaient partie.

Prenons, par exemple, le massacre de la place Tiananmen, qui, chaque 4 juin, suscite encore une vague annuelle de condamnations sévères dans les pages d’information et d’opinion de nos principaux journaux nationaux. Je n’avais jamais douté de ces faits au départ, mais il y a un an ou deux, je suis tombé par hasard sur un court article du journaliste Jay Matthews intitulé “Le mythe de Tiananmen” qui a complètement bouleversé cette réalité apparente.

Selon Matthews, le tristement célèbre massacre n’avait probablement jamais eu lieu, mais n’était qu’un produit médiatique élaboré par des reporters occidentaux déboussolés et une propagande malhonnête, une croyance erronée qui est rapidement devenue partie intégrante de notre scénario médiatique standard, répétée à l’infini par tant de journalistes ignorants qu’ils ont tous fini par croire qu’elle était vraie. Au lieu de cela, autant que l’on puisse en juger, les étudiants protestataires avaient tous quitté la place Tiananmen pacifiquement, comme le gouvernement chinois l’a toujours soutenu. En réalité, il est parfois arrivé que des journaux de premier plan tels que le New York Times et le Washington Post reconnaissent ces faits au fil des ans, mais ils enterrent généralement ces maigres aveux si profondément dans leurs articles que peu de gens les remarquent. Pendant ce temps, la plupart des grands médias étaient tombés dans le piège de ce qui parait être un canular.

Matthews lui-même avait été le chef du bureau de Pékin du Washington Post, couvrant personnellement les protestations à l’époque, et son article est paru dans la Columbia Journalism Review, notre plus prestigieux organe de critique des médias”.

En outre, ce que les médias occidentaux décrivaient comme un groupe de “combattants de la liberté” et un “mouvement pro-démocratie”, comptait dans ses rangs un nombre important de radicaux, même carrément racistes, qui protestaient contre la présence de Noirs africains sur les campus universitaires chinois. Ils réclamaient l’interdiction de toute relation avec les femmes chinoises. Et ils étaient pleinement soutenus et au moins partiellement financés par l’Occident, simplement en raison de leur anticommunisme sauvage, agressif et fondamentaliste.

Le gouvernement chinois ne veut même plus aborder ce sujet. Ils estiment que, face à la propagande massive de l’Occident, ils ne peuvent pas faire passer leur point de vue sur cette question ; en bref, qu’ils ont perdu le contrôle du récit.  Passons maintenant aux années 2019 et 2020. Hong Kong. Là encore, nous sommes témoins d’un anticommunisme outrancier et extrémiste. Des manifestants fascistes qui défilent, détruisent des biens publics et attaquent la police, tous sous des bannières américaines, britanniques et allemandes, sont salués par les médias occidentaux comme des “militants pro-démocratie”. Ils attaquent physiquement les partisans de Pékin. Ils sont payés, ils sont glorifiés. Je leur ai parlé à de nombreuses reprises. Ils subissent un lavage de cerveau complet et profond. Ils ne savent rien des faits. Ils nient les crimes commis par les colonialistes britanniques et américains. Ils admirent tout ce qui est occidental, et ils méprisent leur propre pays.

En Occident on nous dit de les considérer comme des “révolutionnaires”. Et ils sont présentés comme des révolutionnaires, partout dans le monde !

Les Ouïghours sont un autre groupe qui a été mobilisé contre la Chine communiste. Nombre d’entre eux ont rejoint des organisations terroristes à Idlib, en Syrie, en Indonésie et ailleurs. Ou plus précisément, ils y ont été injectés. La raison ? Pour les endurcir sur les champs de bataille, afin qu’ils puissent un jour retourner en Chine, et essayer de briser le communisme, ainsi que l'”Initiative Route et Ceinture” (IRC), le projet le plus internationaliste de la planète. J’ai couvert leurs activités en Syrie, en Indonésie, en Turquie et ailleurs. J’ai beaucoup écrit sur les atrocités qu’ils ont commises. Mais la propagande anticommuniste est souvent trop massive et trop “professionnelle”. Elle fabrique un “récit inoxydable”. Elle dépeint les Ouïghours comme des victimes !

***

Demandez aux hommes et aux femmes de la rue à Londres, Paris ou New York, ce qu’ils savent de l’époque de Staline, ou des famines des premières années de l’URSS, ou de la Chine communiste ?

99,99% ne savent rien. Où ces famines ont-elles eu lieu, ou pourquoi ? Mais ils sont absolument certains qu’elles ont eu lieu. Aucun doute, en tout cas. Aucun doute qu’elles ont eu lieu “à cause du communisme”. Les Occidentaux sont intellectuellement obéissants, comme des moutons. La plupart d’entre eux ne remettent pas en cause la propagande de leur régime. Sont-ils vraiment “libres”?

La famine en Union soviétique a en fait eu lieu parce que le jeune pays révolutionnaire avait été totalement dévasté par les invasions occidentales et japonaises, qui tentaient de briser et de piller le pays. Les invasions britanniques, françaises, américaines, tchèques, polonaises, allemandes, japonaises, pour n’en citer que quelques-unes.

Mais demandez, par exemple, aux Tchèques, ce qu’ils savent de leurs légions qui contrôlaient le chemin de fer transsibérien, quand ils allaient de l’Europe à Vladivostok. Pillage, viol et massacre. J’ai essayé. J’ai demandé, à Prague et à Pilsen. Ils m’ont pris pour un fou. Les légions sont décrites comme héroïques dans leurs livres d’histoire. Un récit inoxydable. Aucun doute là-dessus.

Et le “stalinisme” ? Cet auteur envisage d’écrire beaucoup plus sur ce sujet. Mais ici, juste en bref :  Dans quel état était le pays dont Staline a hérité ? C’était un pays complètement pillé par des envahisseurs étrangers, un pays dévasté par la guerre civile. Un pays où les forces anti-révolutionnaires étaient, jusqu’à récemment, financées par le Royaume-Uni, la France, les États-Unis et d’autres pays. En raison de cette guerre civile brutale déclenchée depuis l’étranger, des bandes criminelles sévissaient sur les vastes territoires et dans les villes.

Dès le début, les communistes russes voulaient la paix, la fraternité des nations et un développement pacifique pour leur peuple. J’ai écrit en 2017, dans mon livre “La grande révolution socialiste d’octobre. Impact sur le monde et naissance de l’internationalisme” :

“Les révolutionnaires voulaient mettre fin à toutes les guerres immédiatement. Les soldats russes quittèrent leurs tranchées, et embrassèrent leurs ennemis. “Nous sommes tous frères !” criaient-ils. “Nous avons été forcés de nous battre entre nous par des monarques, des prêtres et des hommes d’affaires impitoyables. Nous devrions nous battre contre nos vrais ennemis, pas les uns contre les autres ! Prolétaires du monde, unissez-vous !” Mais les officiers et les commandants occidentaux étaient déterminés : ils forçaient leurs hommes à retourner dans les tranchées, les accusant de trahison, les poussant vers les champs de bataille.

Plus important encore, les innombrables invasions étrangères ont submergé à la fois plusieurs grandes villes russes ainsi que la province. Comme toujours au cours des siècles précédents, les Européens n’ont jamais réfléchi à deux fois avant de poser leurs bottes sur le sol russe. D’une certaine manière, la Russie était traitée et perçue comme une nation “barbare” qui pouvait être attaquée, colonisée et pillée à volonté et sans grande justification, un peu comme toutes ces innombrables nations malheureuses dans le monde entier : situées en Amérique du Sud et en Asie centrale, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Océanie. Beaucoup de Russes ressemblaient à des blancs, à des Européens, mais pour les Occidentaux, ils n’ont jamais été “assez blancs”, n’ont jamais vraiment fait partie de la culture des conquérants et des pillards. La Russie a toujours eu sa propre âme, sa façon de penser et de sentir, sa manière distincte d’agir et de réagir”.

Dans mon livre, j’ai revisité les tactiques de subversion de l’impérialisme occidental et de l’anticommunisme militant :

“L’essence et la stratégie de la subversion impérialiste occidentale sont essentiellement très simples : identifier tous les points forts et faibles du pays que vous essayez d’assassiner, et essayer de comprendre son idéologie. Étudier et apprendre tout sur sa direction progressiste, ses plans et tout ce que la révolution essaie de faire pour le peuple : comme lui donner la liberté, l’égalité des droits, une meilleure espérance de vie, un haut niveau d’éducation, des soins médicaux, des logements, des infrastructures, des arts et, en général, une qualité de vie décente. Ensuite, attaquer là où cela fait le plus mal : recourir à des interventions directes, au sabotage, à des attaques terroristes ou parrainer des groupes extrémistes et même fondamentalistes religieux, afin de répandre la peur et l’insécurité pour ralentir le processus de changement social et de croissance économique. Frapper si fort qu’à un moment donné, le système révolutionnaire démocratique devra réagir, simplement pour protéger son peuple, ses réalisations, et même sa vie pure et simple. Partout où l’Occident tente de détruire un pays socialiste, que ce soit au Nicaragua ou en Afghanistan dans les années 80, il cible d’abord les hôpitaux et les écoles, afin de démolir les grandes réalisations sociales du gouvernement, et de répandre le désespoir parmi la population. Ensuite, il frappe encore plus fort, pour déclencher une forte réaction du gouvernement, et ensuite déclarer immédiatement : “Vous voyez, c’est le vrai visage du socialisme ou du communisme ! Vous voulez une révolution ? Bien : ce que vous obtiendrez dans le programme sera ceci : oppression, procès politiques, goulags, manque de liberté, et même quelques exécutions brutales ! Utiliser largement des armes comme la désinformation et la propagande négative, afin que la révolution dans un pays progressiste mais cruellement terrorisé n’ait jamais une chance d’influencer réellement le reste du monde, et même chez lui, il commencera à souffrir après avoir été mis sous trop de pression…

…Une tactique aussi hideuse de l’Occident, a profondément blessé l’Union soviétique avant la Seconde Guerre mondiale, mais elle n’a pas réussi à détruire le pays”.

La famine chinoise a eu lieu en partie parce que, pendant l’occupation japonaise, l’armée impériale a perturbé l’approvisionnement de la chaîne alimentaire, ainsi que le système d’agriculture, qui s’était formé et développé pendant des milliers d’années. Le Japon n’avait qu’un seul intérêt : comment nourrir ses troupes qui occupaient une grande partie de l’Asie.

Dans les deux cas, la propagande occidentale a fait croire que la véritable cause des pertes humaines en Russie et en Chine était le communisme ! Le lavage de cerveau a eu un tel succès que même en Russie et en Chine, des millions de personnes ont été totalement endoctrinées par ces mensonges répétés a l’infini provenant de l’Occident.

Mais demandez à Londres, si les gens savent quelque chose sur le fait que sous l’occupation britannique de l’Inde, des dizaines de millions de personnes sont mortes de faim ; victimes des famines déclenchées par Londres, pour de nombreuses raisons, l’une d’entre elles étant une tentative de faire baisser la population. Plus de 50 millions d’Indiens, au total, sont morts au cours de ces famines, entre 1769 et 1943, dans l’Inde sous administration britannique.

Devrions-nous, par conséquent, interdire le système politique britannique ? Je suis convaincu que nous devrions le faire ! Mais ce n’est généralement pas ce que les peuples du monde, y compris les victimes de la barbarie colonialiste britannique, réclament.

Alors, revenons à l’opinion publique britannique ou française. Que savent-ils de leur passé, et même de leur présent néocolonialiste ? Ils ne savent que ce qu’on leur a ordonné de croire. En bref : ils ne savent rien. Zéro. Seulement des contes de fées. Mais ils sont convaincus qu’ils sont bien informés. Et qu’ils ont le droit de donner des leçons au monde.

Ils ne savent absolument rien de l’URSS, ni de la Chine. Ils ne savent pas pourquoi la Corée du Nord et Cuba sont continuellement diabolisés (comme nous l’avons déjà dit, ils ont tous deux, main dans la main, libéré l’Afrique du colonialisme occidental).

J’ai vécu et travaillé dans toute l’Afrique pendant des années, j’ai fait des films et écrit d’innombrables essais. L’engagement cubain et nord-coréen, extrêmement positif, internationaliste et sans doute communiste, de la Namibie à l’Angola, de l’Égypte à l’île Maurice, a été très bien documenté. Mais dites-le dans un café parisien ou dans un pub londonien, et les gens vous regarderont la bouche ouverte, avec des grands yeux.

 Regard vide, vide.

Même cette “gauche anticommuniste” composée d’anarcho-syndicalistes et de trotskistes (en réalité, il s’agit surtout d’un style de pseudo-révolutionnaires britanniques et américains) ne sait rien, ou ne veut rien savoir, du véritable communisme révolutionnaire.

Le 23 avril 2020, Brasil de Fato citait le vice-ministre vénézuélien Carlos Ron :

“Il est très intéressant dans la culture nord-américaine, de croire au “destin manifeste”, de penser qu’ils ont une mission messianique. Ils croient que leur mission est de mettre fin au communisme en Amérique latine, donc ils vont renverser le Venezuela, Cuba et tout ce qui est rouge, parce que tout ce qui est rouge est communiste”.

En Indonésie, un État religieux en faillite, misérable et déprimant est entièrement basé sur le dogme anticommuniste. Personne n’y comprend clairement pourquoi ils sont anticommunistes, mais plus ils sont ignorants sur le sujet, plus ils agissent avec agressivité : interdiction de tout concept et lexique communistes, construction de “musées” anticommunistes, production de films anticommunistes. Après avoir tué des millions de communistes au compte de l’Occident, l’anticommunisme est devenu l’essence même de leur existence. Dans le passé, ils avaient même interdit les langues chinoise et russe. Tout cela pour faire taire le passé, alors que le président Sukarno et le PKI (Parti communiste indonésien), avant le coup d’État de 1965 soutenu par les États-Unis, étaient en train de construire une grande nation progressiste, socialiste et non alignée.

En fait, dans une grande partie de l’Asie du Sud-Est, peut-être la partie du monde la plus grotesquement turbo-capitaliste, le communisme a été interdit, ou du moins diabolisé. Le résultat : des nations désorientées, consuméristes, religieuses et lugubres. Le Vietnam communiste est l’étoile de la réussite, mais il n’est jamais présenté comme tel, et certainement pas à l’étranger.

***

Célébrons le 150e anniversaire de Vladimir Ilitch Lénine !

Célébrons-le en revisitant l’histoire, et le présent.

Le système politique le plus brutal est l’impérialisme occidental, le colonialisme. Il a déjà assassiné des centaines de millions de personnes, partout dans le monde. Ce fait devrait être répété encore et toujours.

Le but de la propagande occidentale a toujours été d’assimiler le communisme et le fascisme, les deux systèmes les plus antagonistes de l’histoire du monde. C’est le système communiste soviétique qui a mis le nazisme en pièces, sauvant ainsi le monde, à un coût énorme d’environ 25 millions de vies humaines.

Seul l’impérialisme occidental peut être comparé au nazisme allemand. Les deux sont faits de la même matière.

Pour moi, pour beaucoup d’entre nous, le communisme signifie la lutte perpétuelle contre l’interventionnisme occidental, le colonialisme.

En ce moment terrible de l’histoire de l’humanité, il est important de bien comprendre cette réalité.

Si le communisme devait être vaincu, ce serait la fin de la lutte pour la liberté. Seul un système communiste puissant, centralisé et idéologiquement sain peut combattre et libérer la race humaine des chaînes colonialistes, du capitalisme sauvage et d’une existence nihiliste et vidée de son sens.

Les propagandistes vous disent des mensonges insensés, que le communisme est dépassé et ennuyeux. Ne les croyez pas : c’est le modèle le plus optimiste, le plus jeune et le plus optimiste du monde. Et contrairement à l’impérialisme et au capitalisme, le communisme est en constante évolution. Non pas en Europe ou en Amérique du Nord, mais dans le reste du monde.

Il suffit de regarder l’Occident et ses colonies. Regardez la misère et les privations infligées à l’humanité par le régime dictatorial oppressif de l’Occident. Joyeux anniversaire, camarade Lénine ! La lutte continue !

André Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est l’un des créateurs du Monde en mots et en images de Vltchek, et un écrivain qui a écrit de nombreux livres, dont China and EcologicalCivilization. Il écrit notamment pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments