Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le bi-partisme américain ne laisse aucune chance aux Afro-américains d’imposer un changement… par Gu Chen

L’auteur un écrivain chinois résidant à Pékin écrit dans le Global Times, il fait un diagnostic sévère sur les possibilités de transformation du système politique américain. D’autres commentaires, russes en particulier pensent que Trump joue son va-tout en laissant la violence se développer dans les états les plus à gauche parmi les démocrates comme le Minnesota. Soit les gouverneurs et les élus appellent la garde civile nationale et ils s’aliènent la partie la plus à gauche de leur électorat, soit ils ne le font pas et ceux qui ont peur rallient Trump. Mais tous notent que c’est comme le coronavirus, l’abandon des catégories les plus pauvres, cela marche pour les présidentielles,mais 25% de chômeurs, plus de logement et la mortcela ne peut pas durer toujours (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par Gu Chen Source: Global Times Publié: 2020/6/2 18:53:400


Un manifestant est mort devant une rangée d’agents de police lors d’une manifestation contre la mort de George Floyd au State Capital Building au centre-ville de Columbus, Ohio, lundi. Photo: AFP

Depuis la mort tragique de George Floyd le 25 mai, la plupart des critiques des médias américains ont été dirigées contre le président Donald Trump et sa base républicaine conservatrice. 

Ces critiques sont en partie vraies, étant donné que Trump a un lourd dossier de discrimination raciale. Il utilise également une rhétorique incendiaire menaçant d’utiliser l’armée pour opprimer les manifestants. Cela a aggravé la situation.

Mais ces critiques émanant des principaux médias pro-libéraux américains semblent oublier que l’escalade des tensions raciales dans le pays n’est pas seulement la faute de Trump. Elle découle également d’années de négligence de l’administration Obama.

Par exemple, un sondage réalisé en 2016 par le New York Times et CBS a révélé que «69% des Américains disent que les relations raciales sont généralement mauvaises, l’un des plus hauts niveaux de discorde depuis les émeutes de 1992 à Los Angeles lors de l’affaire Rodney King. “.

Ce sondage a également noté que “la proportion d’Américains qui croient que les relations raciales sont généralement bonnes a diminué dans l’ensemble depuis 2009”, qui couvre la majeure partie de la présidence d’Obama. 

Une enquête menée par le Pew Research Center entre le 29 février et le 8 mai 2016 a fourni une image plus intéressante. Il a montré que pendant la toute première année d’Obama à la Maison Blanche, ceux qui pensaient que la relation raciale des États-Unis était “généralement bonne” ont connu une augmentation significative. Ensuite, alors que l’excitation de la présidence d’Obama s’est refroidie par la suite, les gens ont commencé à réaliser que les relations raciales ne s’étaient pas améliorées comme prévu. L’opinion publique concernant cette question a décliné, atteignant finalement son point le plus bas avec la mort de Freddie Gray, un jeune homme noir décédé en garde à vue. 

La BBC a donné une explication dans un article de 2017 intitulé “L’héritage de Barack Obama: a-t-il amélioré les relations raciales américaines?”, Dans lequel Nick Bryant, correspondant de la BBC à New York, a fait valoir qu’Obama n’a pas remporté sa présidence à cause de sa couleur de peau, mais en raison de la crise financière et de deux guerres impopulaires au Moyen-Orient.

“Les problèmes raciaux de l’Amérique n’ont pas fondu simplement parce qu’Obama a passé huit ans à la Maison Blanche. Loin de là”, lit-on dans son article, et finalement, “les années Obama ont donné naissance à un mouvement appelé Black Lives Matter”.

Compte tenu de ces faits et de ces arguments, il est raisonnable de douter qu’une présidence Biden, s’il gagne en novembre, mettra davantage l’accent sur la guérison des relations raciales que les deux mandats d’Obama – en particulier avec le coronavirus qui fait toujours des ravages dans tout le pays et un récession tumultueuse sans fin facile en vue. 

Le fait que la mort tragique de George Floyd se soit produite dans un “état bleu”, dans une ville contrôlée par les démocrates, ajoute une autre couche de doute quant à savoir si une présidence Biden offrira quelque chose de mieux que Obama ou Trump. Même les démocrates et Biden devront répondre à cette question à l’approche des élections de novembre. Sinon, comme les démocrates encouragent les gens à “voter pour un changement”,  

Les Afro-Américains, ainsi que d’autres minorités qui souffrent d’inégalités, ne verront pas leur agonie se terminer s’ils sont coincés en étant obligés de choisir l’un ou l’autre groupe de politiciens. 

Mais quelle autre option ont-ils?

L’auteur est un écrivain indépendant basé à Pékin. opinion@globaltimes.com.cn

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments