Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Santé publique, sécurité nationale et économique au premier rang des priorités de deux sessions

Le parlement chinois a commencé un examen sans complaisance des différents points problématiques sur lesquels il va falloir faire porter l’effort de tous. Ceux que la crise a révélés et qui risquent de mettre en péril les objectifs prévus en 2020, en particulier la résorption totale de la pauvreté mais aussi les problèmes de tension accrus avec les Etats-Unis touchant à la sécurité interne comme externe. UN examen qui s’annonce sans complaisance dans une crise qu’il faut transformer en opportunité. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/5/22 1:08:403


Problèmes à résoudre à mesure que les risques internes et externes augmentent


Une vue panoramique de la session d’ouverture du 13e Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois dans la Grande Salle du Peuple à Pékin jeudi. Photo: AFP



La réunion consultative politique suprême de la Chine a ouvert sa session annuelle jeudi à Pékin, prenant des dispositions pour travailler en 2020 sur six aspects et en abordant les questions les plus urgentes, y compris la sécurité publique, nationale et économique. 

En cet instant, les députés et les membres des deux sessions de cette année sont instamment priés de respecter l’état d’esprit de la “ligne de fond” alors que les risques internes et externes continuent de croître, posant des défis sans précédent à la Chine dans la poursuite de ses objectifs de développement social et économique. 

Au total, 2057 conseillers politiques de premier plan ont assisté à la 3e session du 13e Comité national de la CCPPC qui s’est ouverte jeudi dans l’après-midi au Grand Palais du Peuple au centre-ville de Pékin, et la majorité d’entre eux portaient des masques compte tenu de la demande de travaux continus de prévention et de contrôle des épidémies . 

Avant le début de la session, tous les participants ont rendu un hommage silencieux aux martyrs qui sont morts en combattant le COVID-19 et aux compatriotes qui ont perdu la vie pendant l’épidémie.  

Les deux sessions de cette année ont commencé jeudi après un retard de 78 jours dû à la COVID-19 . La tenue réussie des réunions a également marqué les progrès importants que le pays a accomplis dans la lutte contre cette bataille difficile alors que la plupart des autres pays et régions sont toujours confrontés à un nombre croissant de cas quotidiens d’infection par des coronavirus. 

Wang Yang, président du Comité national de la CCPPC, a présenté un rapport de travail du Comité permanent du Comité national de la CCPPC à la session, soulignant une série de tâches accomplies par le principal organe consultatif du pays en 2019 et abordant les travaux pour 2020 sous six aspects tout en exhortant les conseillers politiques à s’acquitter de leurs fonctions en vue de créer une société modérément prospère à tous égards.

Il y a quelques mots clés pour la session de la CCPPC de cette année. La sécurité, la sûreté et la récupération occupent toutes les priorités des décideurs et conseillers chinois. Certains ont souligné que davantage de travail devrait être fait pour protéger la santé publique, la sécurité nationale et la sécurité du fonctionnement de l’économie. 

Une minute de silence est observée lors de la cérémonie d’ouverture de la 3e session du 13e Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois jeudi après-midi pour pleurer les victimes du COVID-19 et celles qui se sont sacrifiées dans la lutte contre l’épidémie. Photo: Xinhua



Santé publique 

Les participants à l’événement politique le plus important du pays au cours duquel le gouvernement se soumet à la surveillance publique et met en examen collectif la sagesse des législateurs nationaux et des conseillers politiques qui sont prêts à saisir l’occasion d’examiner et de réfléchir sur la réponse de la Chine au COVID-19 dès maintenant , en faisant des propositions pour améliorer le système général d’alerte et de notification des situations d’urgence du pays afin de mieux faire face à une éventuelle résurgence de cas de coronavirus et de futures maladies infectieuses. 

“Je pense sincèrement que la victoire dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19 est une victoire pour la culture chinoise”, a déclaré Wang Chen, académicien et président de l’Académie chinoise des sciences médicales, dans des reportages médiatiques commentant la bataille contre l’épidémie lors de la première “entrevue avec les membres de la CCPPC” de la session. 

“Dans la culture chinoise, nous respectons vraiment la santé et la vie des gens, cette attitude est également profondément enracinées dans des valeurs qui ont été démontrées tout au long de la bataille”, a-t-il déclaré.  

En réfléchissant aux lacunes du système de santé publique du pays, en particulier en ce qui concerne le système d’intervention d’urgence, de nombreux députés de l’APN et membres du Comité national de la CCPPC ont proposé d’établir un mécanisme de communication directe entre le gouvernement central et les gouvernements locaux sur les principaux problèmes de santé publique. d’urgence et d’améliorer le système actuel de notification des maladies infectieuses, car le système trop lourd, mis en place après l’épidémie de SRAS en 2003, était largement considéré comme n’ayant pas fonctionné correctement au cours des premiers stades de l’épidémie de COVID-19. 

Certains conseillers ont également suggéré que la Commission nationale de la santé propose un système d’alerte détailléconcernant les maladies infectieuses, en particulier les maladies inconnues, et les normes de classification des avertissements à différents niveaux, puis les inclure dans la loi chinoise sur la prévention des maladies infectieuses.

Le député de l’APN, Li Weimin, président de l’hôpital de Chine occidentale de l’Université du Sichuan et l’un des chefs d’équipe du personnel médical local aux prises avec COVID-19, a déclaré au Global Times dans une récente interview que sa proposition aux deux sessions de cette année se concentrera sur l’établissement d’un système de notification directe et à long terme des urgences de santé publique. 

En Chine, les institutions médicales manquent généralement de vigilance face aux urgences de santé publique telles que les principales maladies infectieuses. Lorsque le personnel médical clinique a vu émerger des indices précoces de l’épidémie, il n’a pas été assez clair sur le processus de déclaration et n’a pas utilisé le système de déclaration directe pour informer d’une éventuelle épidémie, a-t-il déclaré. 

Il a noté que le système actuel de notification directe doit toujours passer par une série d’ intermédiaire d’examen manuel et d’approbation après que les institutions médicales aient communiqué des informations sur les maladies infectieuses, ce qui retarde les rapports. 

“Le système est capable de surveiller les maladies connues, mais n’est pas capable de fournir une alerte précoce pour les nouvelles maladies infectieuses majeures qui nous sont inconnues”, a-t-il déclaré.

The Chinese national flag and the flag of the Hong Kong Special Administrative Region fly above the Golden Bauhinia Square in Hong Kong, China, Aug 5, 2019. Photo:Xinhua



Sécurité 

nationale La sauvegarde des intérêts nationaux et des sujets concernant le Xinjiang, Taiwan, Hong Kong sont également apparue dans le rapport de travail du premier conseiller politique chinois Wang Yang, présenté lors de la cérémonie d’ouverture. Wang a exhorté tous les membres à faire des efforts pour jouer leur rôle, notamment en organisant des réunions consultatives centrées sur l’unité et le progrès entre tous les groupes ethniques, en aidant les membres de la CCPPC dans la région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) à mettre fin à la violence.

Au cours de l’année écoulée, les membres de la CCPPC ont également fermement protégé les intérêts nationaux fondamentaux – en publiant des déclarations solennelles condamnant la Chambre et le Sénat américains à adopter des projets de loi relatifs à la Chine, dont un sur la RASHK et un sur la région autonome du Xinjiang dans le nord-ouest de la Chine.

En 2020, la CCPPC devrait également mener un meilleur travail de front uni, créant des conditions permettant aux personnes de tous les partis en Chine et aux personnages non partisans de mieux jouer leur rôle, a noté Wang. 

Selon un sondage en ligne réalisé par people.cn avant les deux sessions, la «sécurité nationale» est l’un des 10 sujets qui préoccupent le plus les citoyens. En réponse à la façon qui leur paraissait susceptible de renforcer la conscience de la sécurité nationale des personnes, 23 pour cent des répondants en ligne ont convenu de “construire une conscience de la sécurité nationale via l’éducation” et 17 pour cent ont choisi “d’avoir plus d’activités pour améliorer la conscience et les pratiques connexes”.

“La sécurité nationale est considérée comme une priorité absolue de l’intérêt national. Alors que les menaces de sécurité traditionnelles et non traditionnelles sont imbriquées, les États-Unis utilisent le coronavirus pour contester fréquemment la souveraineté et l’intégrité de la Chine ces derniers mois”, Li Wei, expert en lutte contre le terrorisme à l’Institut chinois des relations internationales contemporaines, a déclaré jeudi au Global Times.

Li a noté que les États-Unis veulent maintenir leur position hégémonique dans le monde et face à la montée de la Chine, ils ont joué leurs cartes à Taiwan, au Xinjiang, au Tibet et à Hong Kong dans l’espoir de perturber le développement national de la Chine et de contenir la Chine. 

Un projet de loi relatif au Tibet serait également sur le point d’être adopté par le Sénat américain prochainement. 

Le gouvernement central chinois devrait adopter une approche décisive pour mettre fin aux émeutes et au chaos à Hong Kong en appuyant la mise en œuvre de la version hongkongaise de la loi sur la sécurité nationale en RAS, une mesure visant à sauvegarder la souveraineté du gouvernement central sur la région et à empêcher le territoire de tomber entre les mains de forces hostiles à tout prix, ont déclaré des observateurs et des délégués. 

“La Chine ne fera jamais de compromis en ce qui concerne la sécurité nationale et ses intérêts fondamentaux”, a déclaré Li, ajoutant que chaque pays ne doit pas avoir de doutes là-dessus.

Sécurité Economique 

Cette année, alors que l’économie chinoise est toujours aux prises avec ce que les responsables appellent des défis “sans précédent” de la pandémie mondiale de COVID-19, les législateurs et les conseillers politiques ont appelé à redoubler d’efforts pour aider la reprise économique du pays, en particulier pour regagner la confiance de la consommation qui a souffert d’une vrai coup dur au milieu de l’épidémie. Il est essentiel de savoir si les deux objectifs – la réduction de la pauvreté et une prospérité modérée – dans la réalisation du grand rajeunissement de la nation chinoise seront atteints cette année. 

Des trois principaux secteurs – investissement, consommation et commerce extérieur – le plus grand impact de l’épidémie de COVID-19 toucherait la consommation, car de nombreux citoyens n’osent toujours pas sortir ni consommer tandis qu’une reprise de base à ce sujet se produirait en octobre, Li Daokui, un éminent économiste de l’Université Tsinghua et membre du comité permanent du comité national de la CCPPC, a déclaré mercredi soir au Global Times. 

Cependant, la Chine doit respecter plusieurs “lignes de fond”. Par exemple, face à un environnement extérieur compliqué, le pays doit pré-planifier pour assurer la sécurité des opérations économiques. Qu’il s’agisse d’assurer l’approvisionnement en pétrole brut, en soja et en céréales ou de repousser les principaux risques concernant les marchés financiers ainsi que de protéger les sociétés cotées à l’étranger de la juridiction unilatérale et des sanctions imposées par des pays comme les États-Unis, a déclaré Li. 

Les “deux sessions” de cette année, reportées de plus de deux mois, revêtent une signification particulière, car l’épidémie de coronavirus sans précédent complique les efforts du pays pour éliminer la pauvreté absolue et achever la construction d’une société modérément prospère à tous égards, selon l’agence de presse Xinhua. 

Comme les tâches sont considérées comme rendues plus difficiles, le pays doit définir des objectifs de développement économique plus flexibles et réalisables avec des principes terre-à-terre pour contrer les incertitudes internes et externes, avec des politiques budgétaires et monétaires plus flexibles et proactives à définir tout en respectant le fond de laligne d’emploi. 

“Il est prévu qu’il y aura un déficit budgétaire d’environ 5%. Comparé à la situation en 2008 [dans la crise post-financière], il n’est pas nécessaire de dévoiler un plan de relance massif dans des infrastructures qi ont déjà fortement été investies”, a déclaré Li. 

Aujourd’hui, le point de pression le plus important pour le marché du travail du pays vient des 8 millions de nouveaux diplômés, ce qui peut avoir certains impacts sur la stabilité sociale. Cependant, des problèmes subsistent en ce qui concerne les moyens de subsistance, qui ne toucheront pas les fondamentaux de l’économie chinoise, a noté Li l’économiste de renom. 


Titre de journal: La santé publique, la sécurité nationale et économique en tête des priorités

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments