Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’Afrique comme nouveau lieu de confrontation de l’Occident avec la Chine

Voici d’Amérique latine, une observation du continent africain dans lequel commencent à être révélée une pandémie, des besoins en matière de santé et les affrontements entre deux stratégies, celle de la France, celle de la Chine. On ne peut qu’être d’accord avec l’article et en particulier pour ce qui nous concerne le rôle de la France cependant il faut aussi noter que la stratégie chinoise sur le plan international peut avoir ses contradictions. Cette stratégie consiste a accepter les institutions internationales telles qu’elles sont et simplement leur donner le contenu gagnant-gagnant, comme d’ailleurs aux pouvoirs en place. Ce qui peut entretenir pour certains intellectuels africains, l’idée d’un soutien à ce qui les opprime. Mais la Chine se contente de proposer des conditions plus favorables pour le développement et à l’inverse de l’URSS n’apporte pas de financement à de pseudo-révolutionnaires. Ce recentrage qui est aussi celui de Cuba est mieux vécu de tous les Africains de la part de l’île à cause de son total désintéressement mais sous-estimer l’apport de la Chine face au néo-colonialisme est une erreur (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Jeudi 7 mai 2020 par CEPRID

Alberto Cruz

CEPRID

La confirmation de la catastrophe capitaliste occidentale à la suite de la pandémie de coronavirus, la perte accélérée d’influence due à la mauvaise image qu’elle donne (en particulier aux États-Unis) et les faiblesses manifestes de son système de santé par rapport à la Chine ne laissent presque aucune marge de manœuvre pour l’Ouest. Presque parce que si les États-Unis tentent de renforcer leur contrôle sur l’Amérique latine, l’Europe essaie de faire de même avec l’Afrique – et avec le différend au Moyen-Orient. Ce sont des mouvements néocoloniaux clairs et évidents, mais ils masquent leur faiblesse ainsi qu’une tentative désespérée de lancer un “contre-récit” qui fait face au rôle de solidarité de la Chine en ces temps de pandémie.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France sont les pays qui coordonnent les mouvements pour ce “contre-récit”. Alors que les deux premiers continuent d’insister sur le fait que “la Chine a menti” et tentent de relancer la guerre commerciale contre le pays asiatique, la France a déjà préparé le terrain pour la lancer: l’Afrique.

Le continent africain va devenir crucial pour décanter l’histoire de ce 21e siècle, tournant déjà clairement sur l’axe de l’Eurasie. En Afrique, les États-Unis ont des intérêts, bien sûr, mais ils n’ont pas l’influence que la France ou la Grande-Bretagne (en particulier la France) ont comme anciennes puissances coloniales.

Lorsque l’Organisation pour l’unité africaine (OUA) a demandé à la Chine de l’aider à lutter contre la pandémie, le 18 mars, seules les anciennes colonies françaises se sont abstenues de soutenir l’initiative, alors que la Grande-Bretagne a suivi une autre voie. Au moment où le coronavirus avait été détecté dans 43 des 54 pays africains, et sur ces 43, 24 avaient demandé l’aide de la Chine.

Selon le Centre de l’Union africaine pour la prévention et le contrôle des maladies, les cas de COVID-19 n’atteignent pas 20 000 sur le continent et représentent un peu plus d’un millier de décès. Mais comme dans tous les pays, et plus en Afrique, ce sont des chiffres auxquels nous devons avoir beaucoup de scrupules. En tout cas, les pays d’Afrique australe sont les plus touchés puis ceux du Maghreb arabe.

Pour cette raison, et en essayant de réaliser l’unité d’action, l’OUA a décidé que tous les pays, en tenant compte de leurs affiliations ou de leurs phobies, devaient faire front commun en ce qui concerne la dette extérieure étant donné que, compte tenu de la situation mondiale telle que la décrit le FMI dans son rapport du printemps de cette année, qui, en résumé, reflète une baisse significative du produit intérieur brut de tous les pays (à l’exception de l’Inde et de la Chine) dans des pourcentages allant de -4% en Afrique à – 5% en Amérique latine ou -7% en Europe (toujours en moyenne) le paiement de la dette extérieure n’est pas soutenable. Un peu plus tard, c’est la Banque mondiale qui regorge de pessimisme et met le continent en récession pour la première fois depuis 25 ans, plaçant la perte économique due au coronavirus entre un minimum de 37000 millions de dollars et un maximum de 79.

Si l’on tient compte du fait que la dette extérieure du continent africain est estimée à 75 000 millions de dollars au total, l’ampleur de la crise et le motif de la décision de l’OUA de parier sur la dénonciation de la faiblesse liée à sa post-pandémie révèle cette pandémie si la dette extérieure doit être payée.

Pour cette raison, et aussi pour demander de l’aide face à la propagation de la pandémie, c’est-à-dire pour les questions de santé, quatre “envoyés spéciaux” de l’OUA (du Nigéria, du Rwanda, de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique du Sud) ont été nommés “pour demander un soutien rapide et concret” pour les pays africains du monde entier, en particulier le G20. C’est pourquoi le G-20 a décidé début avril d’accorder un “allégement temporaire” aux pays pour payer leur dette extérieure.

Dans le G-20, il y a tous les pays qui ont des intérêts en Afrique, ce qui en fait le véhicule parfait pour que les pro-chinois et les pro-occidentaux (en simplifiant) parviennent à des accords. Il convient de noter que parmi les envoyés spéciaux, deux seraient pro-chinois (Afrique du Sud et Rwanda), et deux pro-occidentaux (Nigeria, ancienne colonie britannique, et Côte d’Ivoire, ancienne colonie française), bien que le Nigeria ait également une présence importante chinoise.

Cette unité n’a pas seulement été causée par la question de la dette extérieure, mais face aux attaques que subit l’Organisation mondiale de la santé, dirigée par un Éthiopien et qui ont déclenché une campagne de solidarité quasi unanime avec lui face aux attaques, notamment personnelle, l’accusant d’être “pro-chinois”. Les présidents du Nigéria, d’Afrique du Sud, du Kenya, du Rwanda, de l’Éthiopie, de la Namibie, de l’Angola, du Mozambique et d’autres ont expressément exprimé leur solidarité personnelle et politique et critiqué la campagne occidentale contre lui.

Car, parallèlement, l’OUA a une nouvelle fois insisté non seulement sur «l’allégement temporaire» qui leur a été offert pour le paiement de la dette, mais «la création d’un fonds mondial pour éviter l’effondrement des systèmes de santé en Afrique» , exigeant “une action coordonnée et un leadership international dans la lutte contre le COVID-19 sous les auspices d’un rôle renforcé de l’OMS “. En soulignant cet aspect de l’OMS, l’OUA s’oppose clairement à tout le récit occidental qui accuse cette agence des Nations Unies de prétendue inefficacité avec l’ajout de sa «soumission à la Chine».

Et ici, par exemple, le continent africain met en évidence ce qui s’est passé avec un pays, le Nigeria, auquel le FMI a accordé en 2016 un prêt de 3,6 milliards de dollars, mais seulement 82 millions d’entre eux étaient destinés à la santé, c’est-à-dire 2,27% exactement. Cela dans un pays où 87 de ses 200 millions d’habitants vivent dans des conditions de pauvreté absolue et dans des conditions sanitaires totalement précaires. Pour l’Occident, la santé n’a jamais été une priorité, pas même pendant les années de la crise d’Ebola.

Ce sont les formes d’action classiques non seulement du FMI (bien qu’il y ait maintenant une perte de crédibilité, affirmant textuellement qu’il «défend» l’initiative du G20 pour «l’allégement temporaire» du paiement de la dette et montrant son «engagement à prendre toutes les mesures possibles pour soutenir les pays pauvres»), à travers la Banque mondiale et sa structure locale, la Banque africaine de développement. Ces trois institutions, qui sont toujours des annexes, n’ont pas tardé à déclarer que “elles travaillent à la mise en place de lignes de crédit d’urgence”, mais ce n’est rien de plus car cela représente une hypothèque nouvelle et plus lourde pour l’avenir du continent africain car ces “aides” sont toujours conditionnées à des réformes drastiques dans l’économie, les fameux «plans d’ajustement» qui sont à l’origine de la pandémie généralisée en détruisant, entre autres, les systèmes de santé publique.

La France championne

Dans ce contexte, l’attitude chinoise d’aide et de solidarité ne peut être ignorée car elle a également une forte composante géopolitique. Alors que les États-Unis et l’UE se sont effondrés, la Chine a récupéré et montre clairement la voie. Par conséquent, le seul endroit où l’Occident peut réagir est, précisément, en Afrique, un continent qui commence à peine à être touché par la pandémie. Et c’est pourquoi la France a la voix qui porte le plus haut. Parce que l’UE (8 avril) a décidé de “répondre” à l’appel à l’aide des envoyés spéciaux de l’OUA en déclarant simplement qu’elle offre déjà un financement au continent africain pour 3 250 millions d’euros et que ce qui doit être fait est “terminer les programmes en cours”. Ce qui veut dire en clair, il n’y a pas d’argent supplémentaire. L’Afrique doit faire face avec ce qu’elle a.

Et à la rescousse de l’UE est venu le pays qui était attendu, la France, qui a décidé d’offrir 1 200 millions d’euros via l’Agence française de développement à toutes ses anciennes colonies, notamment le Sénégal, le Burkina Faso, la Guinée et Madagascar. Mais le plus intéressant est le discours de Macron: “Ce versement a une perspective stratégique, le jeu n’est pas seulement de développer un contre-récit [par rapport à la Chine] mais de pouvoir faire confiance à un équilibre [économique] éloquent”. Mais, dans le même temps, c’est un retour à l’habituel car on se souligne que cet argent n’est pas un don mais un prêt (seulement 150 millions d’euros sont un don), c’est-à-dire qu’il doit être restitué avec intérêt, même si ” 500 millions d’euros devraient être utilisés pour traiter diverses maladies infectieuses “. Donner d’une main, retirer avec l’autre et prendre la photo en souriant sur fond du problème de santé. La France coloniale est de retour.

Il s’agit d’une tentative claire de l’Occident d’entraver la “Route de la Santé” africaine de la Nouvelle Route de la Soie qui a commencé le 18 mars et n’a cessé de se développer chaque semaine depuis. L’OUA a été concise et claire à cet égard: “La Chine est mobilisée [avec l’Afrique], son soutien est crucial et salvateur”. Et il est rappelé que la Chine, avec Cuba, a été le pays qui a envoyé le plus de personnels de santé sur le continent africain pour lutter contre Ebola dans les années 2013-2016 (notamment la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia).

Il est évident que personne ne donne des euros comme ça en cadeau, pas même la Chine, mais ce qui est également évident, c’est que les relations de la Chine avec l’Afrique sont plus “douces” (expression de l’OUA) que celles de l’Occident par rapport aux conditions de paiement. des dettes contractées.

Environ 143 milliards de dollars est le montant que la Chine a accordé sous forme de prêts aux pays africains au cours de la période 2000-2017. Le 30 avril, la Chine a proposé aux pays africains de prolonger la suspension des paiements d’intérêts et / ou un rééchelonnement des intérêts non seulement pendant la durée de la pandémie mais au-delà, sans exclure la remise totale de la dette.

La lutte géopolitique que nous menons, maintenant à grande échelle, affecte la planète entière et l’Afrique ne fait pas exception. Ce qui commence à être vu en Afrique est un échantillon de cette lutte. Il est clair que les équilibres géopolitiques pourraient changer pour le continent africain du fait de la gestion de la pandémie et de ses conséquences économiques, la séparant davantage des acteurs traditionnels précédents et néo-coloniaux et de l’influence américaine importante.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre est «Les sorcières de la nuit. Le 46e “Taman” Régiment d’aviateurs soviétiques de la Seconde Guerre mondiale “, édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est maintenant à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à books.lacaida@gmail.com ou à ceprid@nodo50.orgOn le trouve également dans les librairies.

albercruz@eresmas.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments