Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Il n’est pas besoin d’accélérer la chute de l’empire américain… il se défait tout seul…

Akopov, notre commentateur russe – non communiste – favori à Marianne et moi explique pourquoi les Etats-Unis ne peuvent tabler ni sur la bonne volonté russe, ni chinoise… Ce n’est pas parce que ces derniers ont de mauvaises intentions vu que l’empire se défait tout seul sans qu’on l’y pousse, mais parce qu’ils n’y ont aucun intérêt vu la politique belliciste des USA. Avec le problème des négociations SALT de limitation des armes nucléaires (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop).

12.05.2020

© AP Photo / Cliff OwenVue du Capitole à Washington. Photo d’archive

Piotr Akopov

https://ria.ru/20200512/1571286994.html

Les Américains intensifient leurs efforts pour déformer le triangle géopolitique crucial, espérant changer l’équilibre des pouvoirs dans la configuration États-Unis – Russie – Chine. Il ne s’agit pas des passions provoquées par le coronavirus dans les relations américano-chinoises, mais des jeux autour de l’extension du traité START-3. Ces jeux ne concernent pas seulement les armes nucléaires – le véritable objectif pour les États-Unis, ce sont les relations russo-chinoises.

Avant l’expiration du traité russo-américain sur les armes stratégiques offensives, il reste un peu plus de huit mois. Et s’il n’est pas prolongé, pour la première fois en un demi-siècle, le monde se retrouvera sans aucun accord entre les deux superpuissances nucléaires sur la limitation des forces nucléaires stratégiques. Autrement dit, il supprimera toute restriction à la course aux armements.

La Russie propose depuis longtemps de prolonger le contrat (ou d’en conclure un nouveau) – mais les négociations n’ont pas commencé et le temps presse, sans parler du fait que la mise en quarantaine due au coronavirus l’a encore réduit. La semaine dernière, Donald Trump, lors d’une conversation téléphonique avec Vladimir Poutine, a appelé à une reprise des négociations, déclarant qu’il “attendait avec intérêt les discussions futures” – parce que nous devons éviter une “course aux armements coûteuse”. La glace se brise-t-elle? Rien de tel – parce que “les États-Unis sont déterminés à contrôler efficacement les armements, ce qui inclut non seulement la Russie mais aussi la Chine”.

C’est dans cette phrase que réside le principal obstacle à l’extension de START-3 – les Américains veulent conclure un nouveau traité non pas sur une base bilatérale, mais sur une base trilatérale. En y incluant la Chine, qui est catégoriquement contre. Et Pékin a tout à fait raison – la Chine n’a obtenu l’arme atomique qu’en 1964, bien plus tard que les États-Unis et l’URSS, et à l’époque où la course aux armements soviéto-américaine était en cours et que des traités sur la réduction et le contrôle étaient conclus, elle était plongée dans les affres de la «révolution culturelle». La RPC n’a commencé à vraiment s’engager dans le programme de missiles nucléaires qu’à partir de la fin des années 70 – et sa réticence à appliquer les restrictions prises par les États-Unis et la Russie est compréhensible. Les données exactes sur le nombre d’ogives chinoises sont inconnues, mais en tout cas, le potentiel nucléaire de la RPC (ainsi que ses engins porteurs) est plusieurs fois plus petit que celui des États-Unis et de la Russie.

Dans le même temps, la Chine se trouve dans un environnement américain ouvertement hostile – des bases militaires américaines, y compris celles dotées d’armes nucléaires, sont situées sur tout le périmètre des frontières chinoises à l’est et au sud, les États-Unis soutiennent militairement Taïwan, qui s’est détachée de la RPC, et la flotte américaine patrouille le long des côtes chinoises. Dans ces conditions, seuls ceux qui souhaitent maintenir leur supériorité sur l’Empire céleste et poursuivre au maximum une politique de confinement de la Chine peuvent considérer le programme d’accumulation d’armes chinoises (tant les missiles que la flotte) comme agressif. L’Amérique ne cache pas sa volonté de conserver son avantage militaire sur la Chine, y compris dans le domaine des missiles nucléaires.

Tout cela n’est-il pas simple? Si, mais ici commencent les jeux américains avec la Russie. Le rapprochement stratégique russo-chinois a conduit au fait que l’année dernière Vladimir Poutine a annoncé que nous aidions Pékin à créer un SPRN (système d’alerte aux attaques de missiles) – c’est-à-dire partager ce que nous et les Américains sommes seuls à posséder. Ce n’est pas une alliance militaire, mais des relations très étroites qui s’y apparentent. Il est clair que la Russie et la Chine ne se considèrent pas comme des adversaires potentiels, même à moyen terme, mais l’attitude envers l’Amérique est exactement inverse. Tout d’abord, parce que les États eux-mêmes qualifient officiellement la Russie et la Chine de menace pour leur sécurité nationale, bien qu’il soit beaucoup plus juste de parler d’une menace pour l’ordre mondial américain qui perdure.

Mais ni la Russie ni la Chine ne songent à accélérer le déclin du «monde à l’américaine» par des méthodes militaires, il se défait déjà sous nos yeux grâce à la fois aux actions des États-Unis et aux efforts de plus en plus coordonnés de ses opposants, principalement le rapprochement sino-russe. Bien sûr, la course aux armements – entre les États-Unis d’une part et la Russie avec la Chine de l’autre – est toujours en cours, malgré tous les traités, mais leur existence permet de lui fixer au moins une sorte de cadre.

Ce qui est bénéfique à la fois pour la Russie et les États-Unis – les deux pays ont plus que des triades nucléaires impressionnantes, et la seule question est l’invention de nouveaux véhicules de transport, en particulier supersoniques. Cela n’a aucun sens de lier la Chine à des traités bilatéraux – premièrement, parce qu’elle est à la traîne quantitativement et qualitativement, et deuxièmement, parce qu’elle-même ne le veut absolument pas. Mais les Américains insistent et le font de plus en plus grossièrement. Pourquoi?

Il y a quelques jours, le Washington Times a publié la première grande interview du Maréchal Billingsley, représentant spécial du président et futur secrétaire d’État adjoint pour le contrôle des armements et la sécurité internationale (il doit encore être approuvé par le Sénat) – avec le titre: “La participation de la Chine est un facteur clé dans la signature d’un nouveau traité START avec la Russie “:

“L’une des principales lacunes du nouveau traité START, en plus d’autres problèmes connexes, est qu’il n’inclut pas la Chine. <…> Le nouveau traité START est une question dont les Russes se sont saisis. Il ne donne rien aux États-Unis concernant nos préoccupations à propos de la Chine, il ne donne rien aux États-Unis sur nos craintes quant à ce que fait la Russie, qui mène une série d’actions déstabilisatrices en dehors du champ d’application de ce traité. “

Billingsley dit franchement – avant que Moscou ne commence à penser à une extension du traité, il faut “inviter la Chine à la table des négociations”.

Autrement dit, il n’y aura pas d’accord avec la Russie sans la Chine – ce qui équivaut à une annulation pure et simple de l’accord. Mais pourquoi les États-Unis continuent-ils d’insister sur un scénario complètement impossible? Juste comme ça? Pour faire pression sur la Russie? Pour réprimander la Chine? Ou pour essayer de séparer la Russie de la Chine?

Comme l’a dit l’envoyé spécial de Trump, les nouveaux systèmes nucléaires de la Chine, y compris les missiles à courte portée, devraient déranger la Russie:

“De toute évidence, ce que fait la Chine est probablement orienté vers eux dans la même mesure que vers nous, et les Russes devraient l’admettre.”

Et donc – tout est simple. Moscou est invitée à modifier sa stratégie de politique étrangère – à reconnaître la Chine comme une menace pour la Russie et à l’entraîner dans des négociations tripartites avec les Américains. Et cela est dit très sérieusement par le représentant spécial du président américain. Cependant, pourquoi être surpris – après tout, la théorie suicidaire pour la géopolitique américaine selon laquelle un rapprochement russo-chinois à long terme serait impossible, car il existe des contradictions supposées énormes et irréparables entre les deux pays est toujours très populaire aux États-Unis. De plus, Billingsley parle avec une “puissance régionale” isolée du monde entier, avec une “économie en miettes”. Cette perception de la Russie est inhérente non seulement à Barack Obama et pas seulement il y a cinq ans – c’est la confiance en soi exagérée et l’aveuglement de la plupart de l’élite américaine.

Convaincu que l’avantage de l’Amérique sur la Chine et la Russie est si grand qu’il lui permet de jouer n’importe quel jeu – y compris la pression brute pour reconfigurer l’équilibre des pouvoirs dans le “triangle de Kissinger” (dans lequel, selon les préceptes de l’auteur, les relations américaines avec chacun des deux pays devraient être meilleures qu’elles ne le sont entre les deux). Cependant, l’ancien secrétaire d’État lui-même était un opposant catégorique à une pression excessive sur la Russie après 2014 – indiquant que cela ne ferait que contribuer au rapprochement de Moscou et de Pékin. Kissinger n’avait que partiellement raison –car le rapprochement stratégique russo-chinois s’est intensifié avant la Crimée et le début de la confrontation ouverte entre la Russie et l’Occident. La pression américaine sur la Russie a donc simplement confirmé le cap stratégique du Kremlin. Les jeux américains actuels et les jeux autour de START-3 seront un autre service américain de ce type – ils voulaient apporter la discorde entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, mais finiront par renforcer l’alliance russo-chinoise.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments