Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La longue marche de la Chine jusqu’à l’espace…

Le vaisseau spatial de nouvelle génération de la Chine est revenu en toute sécurité sur Terre. Pour la Chine ce vol inaugural représente une nouvelle manifestation de sa victoire sur l’épidémie. L’article souligne le fait que la Chine a désormais atteint dans ce domaine le développement technologique de la Russie et des USA. Notez que le système s’appelle “la longue marche” comme si celle entamée par Mao allait désormais vers les étoiles puisque le programme est orienté non seulement vers la lune mais aussi vers Mars avec une station spatiale susceptible d’accueillir un équipage et du fret (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Deng Xiaoci Source: Publié: 2020/5/8 14:12:21 Dernière mise à jour: 2020/5/8 18:39:186



Photo: Champ d’atterrissage de Dongfeng

L’essai du lancement d’un vaisseau spatial habité de nouvelle génération de la Chine, expédié mardi par la Longue March-5B fusée inaugurale a réussi sa rentrée sur Terre et est retournée à son site d’atterrissage désigné à 13h49 vendredi, annonce de l’Agence spatiale chinoise.

Après un vol de deux jours et 19 heures, la capsule du nouveau vaisseau spatial est revenue en douceur au site d’atterrissage de Dongfeng dans le désert de la région autonome de Mongolie intérieure du nord de la Chine vendredi, sous la direction précise du centre de contrôle de vol aérospatial de Pékin.

Le nouveau vaisseau spatial, qui a été conçu en soutien de la future mission d’atterrissage habité de la Chine sur la Lune, a tracé une grande orbite elliptique sans précédent avec une apogée de 8000 kilomètres et un périgée d’environ 400 kilomètres, selon le Centre de contrôle de vol aérospatial de Pékin. Au cours de son vol en orbite, le vaisseau spatial a adopté un tout nouveau système de contrôle d’orbite autonome et de retour guidé.

Photo: Champ d’atterrissage de Dongfeng
La mission de vol inaugural du vaisseau spatial expérimental de nouvelle génération a vérifié que les principaux indicateurs techniques de l’opération était au niveau mondial, a appris le Global Times de l’organisme dirigeant l’opération du vaisseau spatial, la China Academy of Space Technology, sous la responsabilité de l’entrepreneur spatial appartenant à l’État, China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) vendredi.

L’académie a également révélé que le nouveau vaisseau spatial n’est pas moins avancé que d’autres navettes spatiales internationales, et qu’il possède les capacités de s’adapter à différentes missions, une mobilité accrue en orbite et peut effectuer des atterrissages sur des surfaces terrestres et aquatiques.

Pour assurer la sécurité et la stabilité du vol du vaisseau spatial, le centre de Pékin a également conçu une série de stratégies d’ajustement de secours pour reconstruire manuellement une orbite d’intervention d’urgence en quelques secondes afin de protéger le vaisseau spatial.

Le centre de Pékin, utilisant des données en temps réel transmises par le vaisseau spatial, a élaboré différents plans pour répondre aux situations normales et d’urgence de rentrée. Le centre avait établi des rapports de prévisions sur le point d’atterrissage précis tout en dirigeant les stations de mesure et de contrôle. 

Image conceptuelle visuelle du nouveau vaisseau spatial habité Photo: China Academy of Space Technology
Une mise à niveau, pas un remplacement

Selon une déclaration fournie par son développeur, le CASC, par rapport à l’ancien vaisseau spatial Shenzhou, le nouveau vaisseau spatial n’est pas seulement capable d’envoyer et de ramener des astronautes vers et depuis la station spatiale chinoise sur une orbite de 400 kilomètres au-dessus de la Terre, il peut également effectuer des missions, y compris un atterrissage habité sur la Lune, à 380 000 kilomètres de la Terre, et même envisager d’aller au-delà de la distance terre-lune.

Le nouveau vaisseau spatial peut également ramener du fret sur Terre depuis la station spatiale, ce qui signifie qu’il a une capacité «équipage plus fret», contrairement au vaisseau spatial Tianzhou, selon le CASC.

Le nouveau vaisseau spatial ne remplace pas l’ancien, mais les deux sont destinés à se compléter, offrant plus d’options pour les projets spatiaux habités de la Chine et répondant aux exigences de différentes missions spatiales.

Selon le CASC, le nouveau vaisseau spatial est réutilisable, ce qui peut réduire les coûts et résoudre le problème de la façon de rendre l’entrée de l’espace plus sûre, confortable, intelligente et économique, ce qui améliorera considérablement l’entrée dans l’espace habité du pays et la capacité de transport de retour.

Le nouveau vaisseau spatial mesure 9 mètres de haut, pèse 20 tonnes et pourra envoyer six à sept astronautes en orbite terrestre basse (LEO) en une seule fois dans le futur, selon le communiqué de l’ACCS.

Le nouveau vaisseau spatial est composé de deux capsules – une capsule de rentrée, qui est le centre de commande du vaisseau spatial et également l’espace de vie des astronautes, et une capsule de service, qui est chargée de l’alimentation électrique.

L’espace de vie des astronautes dans le nouveau navire est plus spacieux que sur le vaisseau spatial Shenzhou, et la capsule de rentrée peut être séparée pour différentes fonctions selon les exigences de la mission, comme une zone de travail, une zone de divertissement avec un grand écran interactif, et même une salle à manger, ce qui rendra le voyage spatial plus confortable pour les astronautes.

Photo: Champ d’atterrissage de Dongfeng
Fabrication en orbite

Des expériences de science spatiale, y compris l’impression 3D spatiale, ont été menées dans le vaisseau spatial expérimental pendant son vol.

Selon le Centre de technologie et d’ingénierie pour l’utilisation de l’espace de l’Académie chinoise des sciences, qui a conçu l’expérience, cette expérience d’impression 3D vise à étudier la possibilité de “l’autosuffisance” en construisant des pièces pour le vaisseau spatial afin de résoudre le problème de ” longues lignes d’approvisionnement ” lors de missions d’exploration spatiale.

L’équipe de recherche de la CAS a déclaré au Global Times dans un communiqué que l’expérience d’impression 3D qu’elle a menée à bord du nouveau vaisseau spatial représentait la première fois au monde qu’une telle technologie était adoptée pour effectuer la fabrication en orbite de matériaux composites métal / céramique à un niveau de précision nanométrique.

La chaîne de télévision nationale China Central Television (CCTV) a rapporté jeudi que l’expérience avait été menée avec succès dans un environnement de microgravité.

Pendant le vol, l’expérience visant à établir un réseau local à très grande vitesse équivalant à 1 000 Mbit / s, sur tous les systèmes à bord du vaisseau spatial, a été menée avec succès, ce qui a marqué une première nationale.

Au cours de l’expérience, plusieurs fonctions, dont la synchronisation d’horloge, l’échantillonnage de données multi-sources et la transmission d’images haute définition, ont été vérifiés.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments