Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis sont coupables d’avoir déchiré le monde en pleine pandémie

La Chine tente d’alerter l’humanité sur le fait que les Etats-Unis, le bras armé du Capital est un nouvel Attila qui menace le monde, une sorte de cavalier de l’apocalypse chevauchant les morts de la pandémie pour tenter de survivre, avec lui une classe capitaliste de plus en plus vorace ne s’embarrasse plus de prétextes démocratiques et ne voit plus que le profit (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Hu Yuwei Source: Global Times Publié: 2020/5/7 17:13:240


Photo: Xinhua

Les dirigeants mondiaux ont promis 7,4 milliards d’euros (8,07 milliards de dollars) pour la recherche et le développement de nouveaux vaccins et traitements contre les coronavirus dans le cadre d’une initiative de la Commission européenne via une récente réunion en ligne.

Les observateurs soulignent que le monde a plus que jamais besoin d’une gouvernance mondiale pour une réponse mondiale efficace à la pandémie. Mais où sont les États-Unis? Où est la seule superpuissance au monde qui était censée exercer son leadership pour faire face à la pandémie?

Depuis le déclenchement de la pandémie, les États-Unis sapent la solidarité mondiale et freinent les efforts de coopération mondiale dans la lutte contre COVID-19. Au lieu de cela, le pays est occupé à diaboliser la Chine, à couper le financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à accuser l’OMS d’être «centrée sur la Chine».

Il ne pourrait pas être plus évident que la politique étrangère américaine actuelle est coupable d’avoir déchiré le monde. Cela produira sûrement des résultats désastreux pour la prévention et le contrôle de la pandémie mondiale.

Comme le premier pays à voir des cas confirmés de COVID-19 dépasser le million, un rapport du gouvernement fédéral a suggéré que le nombre de morts par jour aux États-Unis pourrait atteindre environ 3 000 d’ici le 1er juin, selon les médias.

Si les États-Unis poursuivent leurs tentatives destructrices, le résultat serait misérable non seulement pour ses propres citoyens, mais aussi pour le reste du monde.

Les États-Unis ont donné le mauvais exemple. Certains pays ont suivi les États-Unis pour prendre des décisions égocentriques, comme imposer des interdictions d’exportation sur les kits médicaux vitaux. Les configurations de gouvernance mondiale existantes telles que l’OMS sont affaiblies pour remplir une fonction mondiale vitale, car certains pays occidentaux se méfient de plus en plus les uns des autres et des organisations internationales au milieu de la pandémie.

Les dirigeants européens ont averti que si les divisions persistent, le virus deviendra plus destructeur que le Brexit et la migration.  

Est-ce la soi-disant direction américaine? Combien de pays peuvent se permettre de payer l’égoïsme américain au détriment de la vie de leur propre peuple?

Nous arrivons maintenant à un moment décisif pour la gouvernance mondiale dans la lutte contre le virus, car la coopération transfrontalière nous permettra de contrôler la pandémie, tandis que le transfert de responsabilité et le jeu du blâme nuiront sûrement.

Les États-Unis devraient arrêter le jeu du profit car ils subiront les conséquences d’un système de réponse mondial paralysé et nuiront à la solidarité mondiale dans la lutte contre le virus. Ce n’est qu’en se tenant fermement ensemble pour relever des défis redoutables en tant que communauté mondiale unie que les gens pourront être plus forts face aux catastrophes mondiales et à la pandémie à l’avenir.

Publié dans: OBSERVER

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments